Le site de l'histoire érotique

Céline, ma cousine

Chapitre 2

En boite

56
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 25 598 fois

56

8

Résumé : J’ai accepté d’héberger ma cousine Cécile durant ses études. Le problème est que je commence à la trouver des plus en plus attirante.

Le soir de ma décision, ma cousine souhaite fêter cela en allant en boîte de nuit.

Je me dis que c’est une bonne idée, que cela me permettra de penser à autre chose.

On se prépare chacun de son coté.

Je me dis qu’avec un peu de chance je pourrai repartir avec quelqu’un ce soir.


Cela me permettra de soulager mon érection qui me fait mal depuis cet après-midi.

Céline, ayant le permis, elle pourra revenir avec ma voiture.

Ayant fini de me préparer, je m’installe sur le canapé quand elle arrive et me dit qu’elle est prête.

Je me retourne et manque de jouir sur place. Elle est habillé d’un haut a dos nue qui couvre juste la poitrine, pas de soutif alors. En bas, c’est une mini-jupe extrêmement cours. Elle est bandante a souhait. Je détourne le regard et on sort.

Dans la voiture, je peine à me concentrer, sa jupe est très remonté. Quand les phares d’une voiture nous éclairent, je jurerai qu’elle ne porte pas de sous-vêtements.


-T’a pas de copine ?


Je n’avais pas compris qu’elle me parlait tellement j’essayais de me concentrer.


-Je disais t’a pas de copine ? Je ne t’ai jamais vu avec quelqu’un.

-Pas vraiment, ma dernière copine remonte à 6 mois.

-Donc, ça fais 6 mois que t’a pas couché ?


J’étais abasourdis qu’elle demande cela comme si de rien n’était.


-Il n’est pas obligatoire d’avoir une copine pour coucher, dis-je.


Elle réfléchi un instant, puis reprend :


-Ben ces dernières semaines, je n’ai vu personne chez toi.

-La plupart du temps, je vais plutôt chez la personne mais c’est vrai que ces derniers temps je n’ai rien fais.


Juste avant qu’on arrive je lui demande si elle aussi n’a pas de copain.


-On a rompu juste avant que je vienne habiter chez toi.

-Il ne te manque pas ?

-Non, on se disputait souvent, puis j’ai découvert qu’il me trompait. Ce n’est pas comme si il était doué.

-Que veux-tu dire ?

-Il jouissait trop vite, j’étais insatisfaite et je me finissais toute seule.


L’image de Céline se masturbant et se donnant du plaisir toute seule me vient en tête.

Je n’en peux plus, il faut vraiment que je me masturbe.

Heureusement que nous arrivons et cela me permet de mettre fin à cette discussion.

Dans la boite, je me mets à la recherche d’une possible conquête. Malheureusement soit les filles ne sont pas intéressées ou assez bourré pour se laisser approcher. En plus Céline ne me lâche pas d’une semelle, j’avais pensé qu’elle me laisserait mais non.

Elle m’invite à danser, d’abord réticent je fini par accepter. Plus la soirée avance et plus elle me colle. J’ai de plus en plus mal à dissimuler que je bande. Je pense qu’elle l’a remarqué mais ne dit rien.


A un moment, elle s’excuse et va aux toilettes. J’en profite pour retenter ma chance avec d’autres femmes. J’arrive a bien accrocher avec une mais Céline revient et me prend par la main pour retourner danser. Un peu déçu je lui fais remarquer :


-T’aurai pu me laisser là-bas.

-Et me retrouver toute seule, non, je ne veux pas.

-Y’a plein de mecs, tu ne serais pas resté seule plus de 5 minutes.

-Je ne suis pas intéressé par eux.


On retourne danser, après 10 minutes quand elle me dit :


-T’espérais coucher avec cette femme pour calmer ton érection ?


J’arrête de danser mais elle m’oblige à continuer.


-Tu sais je peux t’aider pour ça.

-Que veux-tu dire ?

-Je pense que t’a bien compris, j’ai vu la manière dont tu me regarde et je pense que c’est ma faute si tu bande autant récemment. Je dois donc t’aider.


Elle avait donc remarqué cela, et se colle encore plus à moi, néanmoins :


-Je suis ton cousin, on ne peut pas faire cela.

-On ne fait de mal a personne si on n’en a tous les deux envie.


J’hésite, elle le voit. Elle en profite et me prend par la main pour sortir dehors. On se dirige vers la voiture mais avant que j’ouvre la porte, elle me pousse contre la voiture. Céline déboutonne mon pantalon, ouvre la braguette et baisse mon pantalon. Elle me regarde dans les yeux puis s’agenouille sans un mot. Elle sort ma bite du caleçon, qui bande a mort. J’ai toujours été fier de ma bite, ni trop petite ni trop grande. Je ne me compare pas à tous ces acteurs de X aux bites surdimensionnées mais je m’estime heureux de la taille du mien.

Céline prend ma bite en main et fais quelque aller-retour. Elle commence par me lécher le gland, du pré-sperme est présent. J’ai déjà envie de jouir. Quand elle met ma bite entière dans sa bouche j’ai juste envie de la lever et la baiser. Elle sait se servir de sa langue et sais a quel moment accélérer ou ralentir. Ma bite se gonfle, signe d’une jouissance proche. Je la vois passer sa main sous sa jupe et se caresser, C’est trop pour moi, j’enlève ma bite de sa bouche et la relève rapidement.

Je monte sa jupe et m’enfonce directement en elle. Elle est vachement mouillée et je rentre comme dans du beurre. Elle pousse un petit cri, mélange de douleur mais aussi de plaisir.

Je la pousse contre la voiture et prend la prend par les fesses. Elle enroule ses jambes autour de moi pour faciliter la pénétration. Je la lime de plus en plus fort. Elle se mord les lèvres pour ne pas crier. Moi je continue a accentuer mes coups du buttoirs. Sa chatte est de plus en plus mouillée. Elle commence a trembler, elle ne va plus tenir longtemps.

J’essaie de me retirer pour ne pas jouir en elle mais elle me retient bien contre elle. Apres quelques va et viens je me plante au fond d’elle et lâche mon sperme en elle.


On reste quelques minutes enlacé puis on se détache. Je remets mon pantalon et Céline réajuste sa robe. Je remarque qu’effectivement elle ne portait pas de dessous, je vois aussi sa mouille mélangé a du sperme qui coule sur ses jambes. Je ressens de la culpabilité mais surtout l’envie de recommencer à la baiser.

On remonte en voiture sans avoir échangé un mot.


-