Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 027 fois
  • 81 J'aime
  • 4 Commentaires

Cette petite branleuse qui me domine

Chapitre 1

Hétéro

Je suis un homme marié de 44 ans, père de deux filles de 16 et 18 ans


Le récit qui va suivre concerne Natasha, une copine de la plus jeune de mes filles. Une copine s’est beaucoup dire, puisqu’elles ne s’apprécient pas beaucoup, mais elles sont dans la même école et habite dans la même ville (petite ville de province).


Il m’arrive donc fréquemment d’aller les chercher toutes les deux à la sortie de l’école, elles ne se ressemblent pas du tout, surtout en terme de maturité et de caractère. Natasha serait plutôt du style petite branleuse, et souvent insolente, que se soit avec sa mère (mère célibataire), qu’avec les autres adultes. Mais avec moi, ça se passe bien et semble avoir du respect pour moi.


Sa mère ayant pas mal de soucis avec Natasha, insultes, sorties sans autorisations, … Elle semble d’ailleurs en avance avec les mecs pour son âge, et ses tenues sont parfois un peu provocantes tout en étant de son âge, mais n’hésitant pas à mettre des talons et jouant avec des décolletés laissant apercevoir son soutien gorge mettant en avant sa jolie petite poitrine.

Elle ne me laissait pas indifférent, et ajouté à son coté insolente, je peux dire franchement que je me suis déjà masturbé en pensant à elle, mais dans le secret de fantasme. Devant elle je gardais mon rôle d’adulte responsable et évitait de la mater trop directement.


Le premier « clashe » avec elle eu lieu fin mai de cette année,


Un dimanche matin, aux alentours de 3 heures du matin, ma femme reçoit un appel téléphonique de sa mère complètement angoissée.

Sa fille, Natasha, n’était pas dans sa chambre et apparemment avait « fait le mur » pour aller à une soirée certainement, puisque sa mère suite à de nouveaux manques de respects, lui avait interdit de s’y rendre.

Je décide donc de l’aider, et de faire comprendre à Natasha qu’il y a des limites à respecter, jouer le rôle de l’homme de la maison qui semblait lui manquer. Je prends donc les choses en main, demande l’adresse de cette soirée à sa mère, m’habille vite fait (jogging, basket et polaire), prend mon véhicule et me rend à l’adresse indiquer.


Sur le trajet, je croise Natasha accompagnée d’une autre jeune fille sur le chemin de retour. Je m’arrête à leur hauteur, Natasha est surprise de me voir là à plus de 3 heures du matin et me dit :


« Qu’est-ce que tu fait là ? »


Ne voulant pas lui dire ma façon de penser sur son attitude vis-à-vis de sa mère en présence de sa copine, je lui dis d’une voix calme :


« Ta mère s’inquiétait et m’a téléphoné, c’est pour ça que je suis là »

« Elle me fait chier celle là, mais comme t’es là tu vas nous ramener »


Et sans attendre mon autorisation, elle ouvre la portière arrière et montent toutes les deux sur le siège arrière.

Elles avaient certainement abusées de l’alcool, l’odeur d’alcool empestait la voiture, Natasha se penche vers moi, et le plus simplement du monde me dit :


« Bon tu sais où est la rue X, oui alors tu y va, je te dirais où t’arrêter pour déposer ma copine »

Tout ça sans gêne, sans même prendre la peine de me demander si j’acceptais !


Je me rends donc dans la rue et elle m’indique à quelle hauteur je dois stopper, c’est là que je m’aperçois que sa copine n’est pas en état de m’indiquer elle-même la direction, elle semble avoir beaucoup trop abusée de l’alcool, ce qui n’est apparemment pas le cas de Natasha qui a certainement bu, mais n’est pas ivre.


Natasha descend pour accompagner sa copine chez elle, je ne peux m’empêcher de la regarder dans la lumière des phares, elle porte un jean hyper moulant avec des bottes noir à talon par-dessus le jean qui mettent encore plus en valeur son petit cul et un top blanc en haut, je me rends compte qu’elle a laissé son blouson sur le siège arrière.

Elle reviens après de longues minutes d’attente, j’en avais un peu marre de patienter, je baisse la vitre et lui fais comprendre (sa copine n’étant plus présente) :


« Natasha tu exagère là, je suis déjà gentil de venir te chercher à cette heure là, mais je suis pas ici pour t’attendre, ok ? »


Elle s’installe coté passager, me regarde avec un petit sourire insolent et me répond :


« T’es là pourquoi ? »

« Je te l’ais déjà dit, c’est ta mère qui .. »


Elle me coupe la parole


« Ouais, ma mère a pleuré et alors, t’étais pas obligé de répondre, c’est toi qui a bien voulu, non ! Alors comme t’es là, autant que tu serves à quelques chose, ou est le problème, bon tu démarre ou tu fais du sur place »


En finissant sa phrase elle pose ses pieds sur le tableau de bord pour étendre ses jambes, et me demande :


« T’as des clopes avec toi, donne moi en une »


Elle à pas froid aux yeux, je sens que l’explication ne va pas être simple, tout en démarrant, je lui réponds froidement (pour tenter de reprendre le dessus) :


« J’en ai, mais on fume pas dans la voiture et tu enlève tes pieds du tableau de bord, ok »


Elle me regarde avec méchanceté et crie :


« Arrête-toi »


Sur le coup, je me suis demandé ce qui se passait et est freiné immédiatement. Elle a descendu ses pieds du tableau de bord, s’est tourné vers moi, et m’a décroché une gifle en me regardant fixement dans les yeux, l’effet de surprise était totale, elle continue à me fixer et me dit d’un ton ferme et directif :


« Une clope, je t’ais demandé une clope, alors tu me donne une clope, et tu te grouille »

« Ça va pas Natasha, qu’est qui te prend ? »


Une seconde gifle vient s’abattre sur ma joue,


« T’as l’air d’aimer ça toi, je veux une clope c’est clair, t’en prend une, tu l(allume et tu me la donne, après tu démarre et tu ferme ta gueule, ok »


Ne comprenant pas vraiment ce qui se passait, j’ai obéi, sortie une cigarette que j’ai allumée et lui ai donnée. Ne sachant pas trop comment revenir à une situation normale, j’ai démarré et poursuivi la route en direction de chez elle (elle avait d’ailleurs repris ses aises sur le tableau de bord).

Au bout de 2 mn, la fumée commençait à envahir l’habitacle, je lui demandais donc très gentiment pour ne pas envenimer la situation :


« Natasha, tu peux pas ouvrir un peu ta fenêtre pour la fumée stp »


Et d’un ton moins méchant, mais toujours aussi ferme, elle répond :


« Si ça te gêne ouvre la tienne »


Ce que je fit, faute de mieux, puis voyant que je regardait ses pieds posés sur le tableau de bord, ce qui me déplaisait, je l’entend me dire avec une petite voie rieuse :


« T’aurais aimé que je sois en jupe, hein, t’aurais pu mater »

« Non c’est pas .. »

« Arrête de la te la jouer au père modèle, je suis sur que même en jean je te fais bander, tu crois que je te vois pas me mater à chaque fois que tu le peux, je t’excite grave, hein, je suis même sur que tu te branle sur moi, pas vrai »


Je ne savais plus quoi lui répondre, mais ce qu’elle venait de me dire et cette insolence me faisait bander malgré moi, et comme j’étais en jogging, difficile de le cacher. Son regard ne faisait aucun doute, elle l’avait vu, elle affichait un sourire de satisfaction, et me dit sur un air moqueur :


« Tu bande, je te claque et je te fais bandé, c’est trop marrant »

« Arrête stp, c’est gênant »

« Je vais être gentil, tu vas pouvoir te branler en me matant »

« Ça va pas et on arrive chez toi »


Son regard devient de nouveau agressif :


« Je sais, s’était pas une question connard, arrête toi devant le garage, et coupe le moteur »

« C’est bon je suis devant le garage, mais pourquoi coupé le moteur ? »


Elle me gifle une nouvelle fois (mais moins fortement, sa position les jambes allongées lui donnant moins de force) :


« T’aime ça te faire claquer, éteint j’ais dit, t’en veux une autre »


Je coupe le moteur, elle ne bouge pas, continu de finir de fumer sa cigarette, tourne sa t^te vers moi :


« Sors ta bite »

« Ici ? » (Drôle de réponse c’est vrai, mais ça m’est venu comme ça)

« Tu la sors »

« D’accord »


Je baisse légèrement mon jogging et mon boxer, elle était raide, j’étais excité par cette petite branleuse, et j’entend :


« Branle-toi »

« Devant chez toi ? »

« T’inquiète y a personne, ma mère t’a pas entendu arrivée sinon elle serait déjà là, allez branle-toi »


J’avais trop envie, je prends ma bite dans ma main et commence un va et vient en la regardant, ses cuisses allongée dans son jean moulant, son top moulant avec ses petit seins bien galbés me regardant avec son petit sourire narquois en rejetant la fumée en ma direction, humm je n’ais pas pu m’empêcher de lui dire :


« Tu es belle »

« C’est ça, je suis belle, descend maintenant »

« Comment ça je descends »

« Tu descend et tu viens m’ouvrir la porte, tu crois pas que je vais passer la nuit avec toi quand même »


Je remonte rapidement mon jogging, descend de la voiture et fais le tour pour lui ouvrir la portière, mais elle garde la même position, ne bouge pas, se tourne vers moi


« Je t’ais demandé d’arrêter de te branler, non, alors tu te branle »

« Dehors »

« Oui, et met toi à genoux pour te branler, allez bouge toi gros porc »


J’en pouvais plus, ma bite me faisait mal tellement j’étais excité, je me suis mis à genoux, sorti ma bite et me suis branlé en levant la tête pour mieux admirer ses jambes, son jolie petit corps. Elle me regardait en rigolant, son regard s’attarde sur mon sexe et dit :


« Ouais, y a pas de quoi être fière »


Elle sort de la voiture, debout face à moi, j’étais à genoux à ses pieds, elle continue de sourire en me regardant, met sa main gauche sur ma tête et m’envoi une gifle avec son autre main :


« Ça vient, j’t’excite pas assez »

« Si tu es très belle, haaaaaaaa, c’est bon » et je gicle devant elle


Elle rigole, me dit


« Secoue pas ta bite, remet la dans ton froc, ça te feras un souvenir, et tu attends que je sois rentré pour te lever, ok »

« Oui Natasha »


Elle me mit de nouveau sa main sur ma tête, me tirant les cheveux pour avoir mon visage vers elle, je croyais qu’elle allait me gifler, mais non, elle me dit sèchement :


« Pas Natasha, mais mademoiselle et c’est vous »


Me lâche et rentre chez elle par le garage.


Je me dépêche de me lever, remonte rapidement dans ma voiture, et démarre


Qu’est qui s’était passé, je devais la sermonner, lui faire la leçon sur le respect, et je me retrouve à m’être masturber comme un pervers devant cette fille qui prend plaisir à me soumettre !!!!!


Et ce n’est que le début pour moi

Diffuse en direct !
Regarder son live