Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 270 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Ceviche (vers toi je lève les yeux)

Chapitre unique

Erotique

Aller à la soirée ne lui disait plus rien. Elle avait tellement mieux dans son lit...


Sachant que je viendrai pour la soirée, Flo avait proposé de m’accueillir, et de nous rendre ensemble jusqu’à l’appartement loué pour l’occasion par un ami commun. Nous ne nous faisions pas trop d’illusions sur le "casting" des hommes présents, black team, of course, les mêmes corps dans les mêmes combinaisons posturale... Mais l’idée de sortir, danser, boire du champagne, juchée sur mes talons improbables, et totalement nue sous une robe transparente, était, de toutes façons, tellement réjouissante pour conjurer la morosité ambiante...

Advienne que pourra, et hasta la vista, Carpe diem etc... Un regard pourrait réussir à m’enflammer, et quand bien même je rentrerais en tenant encore debout, jamais je ne regrette de m’aventurer dans ces soirées libertines : ma curiosité y est souvent comblée par de belles conversations qui valent toujours bien mieux qu’un coup banal...


Flo a bien tenté de faire intégrer au "casting" son chouchou du moment, peine perdue, inscriptions closes.

Quand j’arrive, le chéri, qui la met dans un très visible émoi, est encore caché sous la couette. Impatiente de voir celui qui excite à ce point la jolie coquine !

Soudain, il sort de la chambre, comme une bête de sa cage, son corps remplissant l’étroit couloir. Un géant.

Qui, sans hésiter, se précipite sur moi, renifler, humer l’étrangère, en animal puissant, sauvage et affamé!

Il me saisit et me bloque, trouve ma bouche et, déjà, baisse son pantalon de sport, si facile pour dégainer...

Enooooooorme !!!

Il ne dit rien. Il prend. Soulève, trouve et envahit...

Difficile pourtant de me laisser aller, ce n’était pas prévu ça ! Miss, tu me le prêtes ? t’es sûre ? vraiment ?

Je mange dans ton assiette !

En parlant de manger, tiens, voilà l’énorme qui s’affaire en cuisine, et, en deux temps trois mouvements, pose sur la table d’adorables petits bols : Ceviche !

Parsemé de graines de grenade...

D’un raffinement absolu. Inattendu.

Le monstre est un magicien !

La dentelle et la poésie sous le cuir tanné et le métal tranchant.

Le pur et le précis derrière la sauvagerie.


Nous quittons vite la soirée. A l’appartement nous attend "tellement mieux"...

Au milieu de la nuit, il vient me sortir de mon lit.

Et après avoir fait du canapé de Flo le champ de nos batailles, assise, je le regarde, fascinée, se livrer, debout, à une branlette d’anthologie...

Il est immense.

De mes mots, je l’encourage et nos regards ne se lâchent pas.

Oui, montre-moi comment tu te fais du bien, malaxe tes si belles couilles...

J’aime observer comment toi, le sauvage, tu caresses ta bite avec tant de douceur, rythme lent, tes doigts qui s’enroulent sur ta hampe incroyable, ce totem brutal honoré dans un rituel obscène, déca-danse sensible autour de l’objet sacré...


L’animal, qui grogne plus qu’il ne parle, se révèle envoûté, porté par mon oraison au rite masturbatoire ...

Définitivement conquise. A ses pieds. Adulation.

L’équilibre des contrastes.

Dwan comprenant d’un regard le dieu Kong.

A genoux. Extatique.

Vers toi, je lève les yeux...

Diffuse en direct !
Regarder son live