Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 943 fois
  • 28 J'aime
  • 4 Commentaires

Le championnat d’Europe de bifles

Chapitre unique

Voyeur / Exhibition

Alors que nous roulions, avec ma compagne, nous avons aperçu récemment un panneau "Bouafle" ; une ville dans les Yvelines. De là est né un "petit délire", sur un tournoi de bifles à Bouafle.

Comme souvent, l’idée a tourné et retourné dans ma tête... Et 24 heure plus tard, voilà le résultat... Pour une fois, pas de BDSM !


————————————————————————————————————


« Bienvenue à tous, chers téléspectateurs ! Nous sommes en direct de Bouafle, pour le championnat d’Europe de Bifles. Je suis Michel Matmoissa, et je vais commenter ces championnats avec mon compère, Pierre Visinpeu.

— Merci Michel, et bonjour à tous ! je dois dire que c’est une grande émotion de se retrouver ici, pour ces championnats.

— Tout à fait Pierre ! Car, rappelons-le, le premier tournoi international de Bifles a été organisé ici, à Bouafle.

— Ah Michel… Vous parlez d’un temps que les moins de vingt ans… C’était une autre époque, ce sport était encore amateur et faiblement médiatisé.

— Effectivement Pierre ; on faisait avec les « moyens du bord », l’argent ne coulait pas encore à flot, mais c’était déjà beau à regarder ! On était aussi épargné par les scandales qui entachent malheureusement désormais ce sport magnifique…

— Je ne peux qu’aller dans votre sens Michel ; j’imagine que vous faites allusion à cette affaire de dopage qui vient d’éclater aux Etats-Unis

— Tout à fait Pierre … La NDF, la North-American Dlap Association, l’équivalent de la Fédération Française de Bifles, a lancé une vaste enquête et a promis de faire toute la lumière ; on ignore encore quels seront les impacts sur les Championnat du Monde prévus l’année prochaine à Dicktown dans le Wyoming, mais on murmure déjà que certains « grands » comme Michael Ironcock, le bifleur vedette des Slappers de Miami et champion du monde en titre, pourrait être suspendu.

— Ne nous perdons pas en conjectures Michel, mais c’est vrai que tout cela est d’une profonde tristesse. Espérons que les coupables seront sévèrement châtiés et que le sport reprendra ses droits !


— Je n’aurais pas dit mieux Pierre ! Mais revenons à la compétition, une compétition plutôt calme jusqu’à présent ?

— Oui, Michel, pour l’instant je dirais que les choses séreuses n’ont pas encore réellement commencé. Nous avons vu quelques belles choses, mais les favoris ne sont pas encore rentrés dans la course. Nous n’avons eu que quelques « amuse-bouche » si vous me passez l’expression !

— Joliment dit Pierre ! Permettez-moi de vous interrompre, car le champion belge, Peter Mäeckelkeu, s’avance sur la piste.

— C’est un très bon bifleur, sans doute pas au niveau des grands champions internationaux, Michel, mais le Belge va défendre crânement ses chances. Il prend position face à sa partenaire ; on sent la concentration intense sur son visage. Et il s’élance ! Un aller-retour sur le haut des joues, un classique de l’école Belge. Simple et efficace, sans doute un peu juste toutefois pour prétendre à une place sur le podium. Mais laissons les juges faire leur travail, ils se concertent avant de donner leurs notes.

— Oui ; profitons du ralenti pour rappeler à nos téléspectateurs que les sportifs sont évalués selon quatre critères : la technique, l’artistique, la vitesse et enfin la qualité de l’impact.

— Et la note s’affiche, c’est un honorable sept virgule quatre sur dix. Il place le Belge en seconde position au classement provisoire, mais rappelons à nouveau que les grands favoris ne sont pas encore entrés en lice.

— En parlant de favori, Pierre, voici justement l’Italien Flavio Enormoso qui s’approche. Il est reconnaissable entre mille avec ses coupes de cheveux toujours fantaisistes, ses lunettes de soleil et son éternel maillot aux couleurs de la Squadra Azzura… certains disent qu’il en fait trop, c’est votre avis Pierre ?

— Cela fait partie du personnage, Michel ; il est haut en couleur, mais cela reste un grand champion, un sportif qui s’entraine dur, qui a un moral d’acier comme j’en ai rarement vu ! Il est énormément respecté de ses adversaires.

— Il prend position Pierre ; Il a toujours une cambrure exagérée avant de bifler, je trouve ; là aussi, vous ne pensez pas qu’il en fait trop ?

— Pas du tout Michel, c’est son style, un mélange de finesse et de puissance et sa posture de départ y est pour beaucoup. Vous allez voir : il s’élance ! Ah la la !!! magnifique !!!! Un fouetté-lissé de pure beauté !!!

— Magnifique, Pierre, effectivement, quel champion !

— Regardez les images au ralenti Michel : il heurte d’abord de plein fouet la joue gauche de sa partenaire avant de glisser sous le menton et de venir frapper la joue droite avec ce fameux lissé qu’il affectionne tant !

— Les juges ont noté : huit virgule sept sur dix.

— Huit virgule sept ? Je m’attendais à mieux, honnêtement… Après, il faut reconnaitre que l’impact était faible. C’est un choix : Flavio a privilégié la technique et l’artistique à la puissance.


— Les drapeaux bleu-blanc-rouge et ceux à l’Hermine s’agitent dans le stade ! Car c’est maintenant au tour du champion de France en titre de s’avancer, le breton Loïc Beltrich’. Quelles sont nos chances dans le tournoi Pierre ?

— Elles sont réelles Michel ; Loïc a fait une très belle année, avec une préparation physique intense, sans doute ce qui lui avait manqué lors des championnats précédents. Et rappelons, qu’il n’est pas le seul à défendre les couleurs tricolores !

— Tout à fait Pierre. Mais place au direct : le Français prend position. On le sent très concentré. Il semble hésiter. Que se passe-t-il ? Il fait signe à son entraineur…

— Aïe, je n’aime pas cela Michel…

— L’entraineur s’approche ; un juge-arbitre se joint également à eux. Ils semblent en plein conciliabule ; arrivez-vous à saisir de quoi il en retourne Pierre ?

— Je ne sais pas Michel, mais j’ai peur qu’il s’agisse d’une panne…

— Pourvu que vous vous trompiez Pierre, même si j’ai peur moi aussi… Le juge-arbitre se retourne vers le public… Ah la la, drapeau à damier… C’est un abandon ! Le Français est en larme ! çà fait mal au cœur Pierre…

— Et oui, c’est le drame du sport Michel… Une année d’efforts qui se joue sur quelques secondes. C’est terrible pour le Français qui avait réellement ses chances. Il faut qu’il se ressaisisse et qu’il passe vite à autre chose ; il est encore jeune et il doit maintenant avoir les championnats du monde en ligne de mire.


— Ce sont des images terribles Pierre… La compétition va marquer une pause coté messieurs, mais c’est l’occasion pour nous d’aller voir ce qu’il se passe du côté du terrain numéro deux, où se déroule les championnats féminins.

— Excellente occasion en effet, Michel, de découvrir l’équivalent féminin du Biflage, le Niflage ; c’est un sport avec relativement peu de pratiquantes mais qui compte en revanche un grand nombre de supporters ! Cela montre bien que le sport féminin peut être très populaire, y compris auprès des hommes, et cela fait chaud au coeur !

— Et quelle belle entrée en matière pour nos téléspectateurs : la révélation de l’année, la Suissesse Chantal Beaunéné, est en train de s’échauffer. A à peine vingt ans, elle a ébloui tout le monde il y a quelques semaines lors du tournoi annuel de Grand Teton aux US.

— Tout à fait Michel ! C’est une future très grande star. Elle s’avance et se prépare. Elle s’élance… Oh mon dieu !!!! La grâce, la technique, l’impact !!! Tout y est !!! Si jeune et déjà si talentueuse.

— Çà s’agite du côté des juges Pierre… Que se passe-t-il ?

— Record du monde !!!!! Vingt-trois kilomètre-heure !!!!! Record du monde battu !!!!!!!! C’est inouï !

— La Suissesse laisse éclater sa joie ! Elle se jette dans les bras de son entraineur qui est aussi son père ; toute a famille est là ; ce sont ses premiers supporters !

— Ce tournoi ne pouvait pas mieux démarrer Michel !!!!

— Ah, on vous sent vibrer Pierre, çà fait plaisir !

— Oh oui Michel, et nous allons encore vibrer : la quadruple championne du monde, l’allemande Gertrud Grossnieben s’avance à son tour. À plus de quarante ans, c’est la doyenne de ce sport, là où la plupart arrête à la trentaine. Gertrud, elle, est toujours là, et plus que là : C’est la championne incontestée depuis presque vingt ans, elle a tout raflé : championnat d’Europe, championnat du monde, médaille d’or… Elle survole tout !

— Elle a un palmarès impressionnant Pierre ! Et Chantal Beaunéné vient de lui lancer un véritable défi en battant le record qu’elle détenait jusqu’à présent depuis 5 ans !

— Oui, Michel, nous allons voir comment elle va réagir. Elle se positionne à son tour, elle s’élance… Oh mon dieu !!!! L’impact !!!! Il faut que je voie le ralenti !

— Les équipes de réalisation d’Yves Foulamoi vous ont entendu Pierre : voici le ralenti ! L’impact est impressionnant en effet. On voit la joue du réceptionneur qui tressaute sous l’impact et il hésite même un court instant à se remettre en position pour le retour, mais il finit par le faire, et avec le sourire !

— Tout à fait Michel ; rappelons d’ailleurs que tous les réceptionneurs sont des bénévoles de la Fédération ; ils ne sont pas rémunérés et ils font cela uniquement pour l’amour du sport !

— Vous avez raison de le rappeler Pierre, sans eux rien ne serait possible !

— Attendez, Michel, je rêve ? Vingt-quatre kilomètre-heure !!!!!!!!! La réponse du berger allemand à la bergère suisse ! Gertrud Grossnieben reprend son bien, et de quelle manière ! Nouveau record du monde battu !!!!

— Regardez-la, Pierre : elle presse sa poitrine en direction de la jeune Suissesse ; comme pour lui dire : « regarde petite, ce sont les mamelles record-woman du monde » !!! Quelle hargne dans son regard, c’est décidément une championne hors norme !


— Oui Michel, incontestablement ! La pause est terminée coté messieurs, revenons au terrain numéro un. C’est justement le compatriote de Gertrud qui s’avance, l’allemand Gunther von Theub, lui aussi un grand champion.

— Tout à fait Pierre, c’est d’ailleurs l’un des grands favoris de ce tournoi ?

— Exactement, l’Allemagne domine également la compétition masculine depuis quelques années avec de très grand athlètes comme Gunther. Il semble prêt, il va s’élancer ! Magnifique !!!

— On dirait que quelque chose cloche Pierre. Les juges s’agitent.

— Oui Michel, vous avez raison ; la réceptionneuse a levé la main…Un juge-arbitre a demandé à lancer le ralenti… Ah… Effectivement, il y a faute !

— Vous avez raison Pierre. On le voit distinctement au ralenti : le gland de l’Allemand glisse entre les lèvres de la réceptionneuse après avoir biflé sa première joue.

— Le règlement est très clair, Michel : les gestes indécents, même involontaires, sont interdit ! Le biflage est un sport sérieux… D’ailleurs l’Allemand s’en est aperçu et il s’excuse immédiatement auprès de la réceptionneuse ; c’est un grand champion et aussi un gentleman !

— Et oui, les juges rendent leur verdict : il y a bien faute ; l’Allemand est disqualifié.

— Regardez-le Michel : il salue le public et les juges ; il accepte la décision sans broncher. C’est une vraie leçon pour les plus jeunes qui contestent chaque décision sans cesse ! J’ai envie de dire : Bravo monsieur pour ce bel exemple de sportivité !

— Et tandis que l’Allemand quitte le stade, La bronca commence à monter dans les gradins!!!

— Et oui Michel, car c’est maintenant l’enfant du pays, Léonard Bracmar, qui s’avance à son tour ; il est né tout près d’ici, à Ecquevilly, et ils sont venus nombreux pour le soutenir !

— Après le forfait de Titouan Beltrich’, il ne reste plus que lui pour défendre les couleurs de la France ; allez Léonard !

— Il se met en position ; le silence se fait dans le public pour le laisser se concentrer. Il s’élance ! Oh que c’est beau !!!! On a entendu le « tchac » du coup sur la joue depuis les gradins ! Tout en puissance, c’était osé mais çà sent bon pour le Français !!!!

— Et oui Pierre, vous aviez raison, les notes tombent : huit virgule neuf pour Léonard qui prend la tête du classement provisoire !

— C’est l’heure pour nous de rendre l’antenne. Nous nous quittons sur cette bonne nouvelle : un Français est en tête à la première journée de ces championnats d’Europe. Il reste à confirmer lors des prochaines épreuves à venir, à commencer par le concours de vitesse demain après-midi : bifler le plus de personne possibles en cinq minutes.

— Nous vous donnons rendez-vous demain à quatorze heure pour suivre cette compétition qui s’annonce passionnante ! C’était Michel Matmoissa et Pierre Visinpeu en direct de Bouafle ; à vous les studios ! ».

Diffuse en direct !
Regarder son live