Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 356 fois
  • 34 J'aime
  • 1 Commentaire

Chantal, internet et le sexe

Chapitre 7

Avec plusieurs femmes

Internet et le Sexe

    Episode 7


Après avoir fait tomber sa robe, Chantal va me chercher le martinet et me le tend, la tête baissée.

Dès qu’elles sont en position, je cingle leur cul à tour de rôle. Elles ne bronchent pas, et subissent les dix coups sans rien dire. Elles ont leur derrière rouge sous les coups des lanières.


Je me demande ce que je vais leur imposer……. SUITE


« Vous avez à peine signé vos contrats que vous transiger à trois articles. Alors je me demande si ça vaut la peine de vous dresser. !!! Vous devez vous rendre compte que par cette signature, vous n’êtes plus des femmes mais que des objets que je peux utiliser comme bon me semble et jeter si cela me dit. Alors je vais vous infliger encore une punition, mais ce sera peut être la dernière car après je déciderai si je vous garde ou je vous jette.»


Je vais chercher la corde de bondage et les menottes.


« A genoux et tendez vos mains »


Je leur mets les menottes. J’attache un bout de la corde aux menottes de Chantal et après l’avoir passée au dessus de la poutre qui orne le plafond, je tire dessus et la fais se mettre debout les bras tendus en l’air par la corde.

Elle doit se tenir sur la pointe des pieds.

Puis je relie la corde aux menottes de Linda et la fais se tenir pareil que l’autre. Ce qui fait que si l’une repose ses pieds à plat cela tire sur la corde et tend encore plus les bras de l’autre.

Je vais au bar et me sers un apéritif en les regardant.

Puis je me lève et reprenant le martinet, je leur assène à chacune cinq coups de fouet en visant les précédentes traces, ce qui est plus douloureux. Elles font leur possible pour ne pas bouger et ne pas tirer sur la corde.

Je m’installe sur un fauteuil et regarde les infos de cnews. Au bout d’une heure je me lève et vais les détacher. Elles massent leurs poignets endoloris.

Puis viennent se mettre devant moi les mais dans le dos et la tête baissée.


« Vous avez été désobéissantes et impolies envers votre Maître. Vous avez mérité cette gentille punition, vous êtes d’accord que j’ai été très gentil avec vous, mais je me demande quand même si je vais vous garder.

(Je ponctue mes phrases par une claque sur leurs seins.). Je vais rentrer chez moi et vous laisser réfléchir à votre attitude, je vous recontacterai… peut être ou peut être pas. »


Je me lève et sors pour rentrer chez moi. Je jette un coup d’œil en arrière et je vois des larmes couler sur leurs joues. Elles ont peur de m’avoir perdu.

Je laisse passer deux jours, elles doivent être sur des charbons ardents.


Et le mardi après midi, je décide de commencer par Linda, je me rends à son magasin et entre sans lui accorder le moindre regard.

Il n’y a personne dans le sexshop. Je me rends au rayon des plugs et en choisis un qui ressemble à un cône avec une base qui doit faire au moins quinze centimètres de diamètre sur vingt cinq de haut.

Puis je me rends à la caisse, Linda n’ose pas me regarder et reste la tête baissée.


« Mets-toi nue derrière ta caisse. Et après tu vas t’assoir sur ce plug et le faire entrer en toi jusqu’à ce que je te dise de stopper. »


La tête toujours baissée, elle se déshabille puis se saisit du plug, le porte par terre et commence à s’empaler dessus. Elle essaie de ne pas gémir.

Je l’arrête au moment ou son cul arrive à la moitié.


« C’est bien, tu fermeras ton magasin à 19h00 et après avoir acheté de quoi faire un bon repas, tu te rendras chez l’autre chienne et vous viendrez chez moi à 21h00. Ah au fait, tu apporteras ce plug et aussi deux colliers avec leur laisse. Mais ne vous faites pas d’illusion, vous êtes toujours en probatoire et resterez en période d’essai jusqu’à dimanche soir. »


Je repars et me dis que la punition à l’air de porter ses fruits. A 21h00 pile elles sont devant ma porte. Dès leur entrée elles retirent leur robe et se tiennent nues devant moi, la tête baissée les mains dans le dos. Je vois que Linda a précédée ma demande car toutes les deux portent leur collier avec la laisse accrochée.


« Bonjour Maître, nous vous demandons pardon et vous remercions de bien vouloir nous revoir. Nous serons vos soumises mais aussi vos esclaves obéissantes. »

« Vous êtes deux chiennes et je vais continuer votre dressage cette semaine.

Dimanche soir je déciderai si je vous garde ou n’en garde qu’une, voire aucune. Vous vous êtes engagées dans une relation Maître/Soumise sans vraiment en avoir jugé les conséquences, les devoirs et les obligations. Vous êtes deux idiotes et je suis très ulcéré par le fait que vous n’avez pas pris la mesure de votre engagement.

Bon j’ai faim, j’espère que le repas sera à la hauteur de mes attentes.»


Je m’assois et elles se mettent de chaque côté de moi, debout la tête baissée.


« Asseyez vous pour dîner ce sera plus commode. Je vois que tu as eu une bonne idée, mais je ne sais pas comment tu as appris que j’aime les sushis.

Ah c’est vrai j’en avais parlé avec Chantal dans mes échanges mail.»


Une première bouteille de champagne est vite finie. Chantal va en chercher une autre que j’avais mis au frigo. Je m’arrange pour qu’elles la boivent à deux. Elles rigolent un peu plus, légèrement enivrées. Nous finissons notre repas dans une joyeuse ambiance. J’attends au salon qu’elles aient fini de ranger en buvant mon café au salon.

C’est une belle soirée assez chaude.

Elles viennent se mettre devant moi dans la position obligatoire.

Je me saisis de leur laisse et tirant dessus, je leur fais comprendre qu’elles doivent se mettre à quatre pattes.

Je me dirige vers la porte fenêtre de la cuisine qui donne sur mon jardin. A part les deux bacs de fleurs contre la maison, je jardin est une grande pelouse.

Elles me suivent comme deux petites chiennes. Je vois qu’elles regardent à droite ou à gauche se demandant si elles peuvent être vues par des voisins.

Je m’assois sur la balancelle, et les fais se positionner entre mes jambes.

Elles comprennent qu’elles doivent me faire dresser et se mettent à me caresser et à me sucer à tour de rôle.

Je les fais se tourner et se pencher en avant. Je n’ai pas besoin de graisser leur anus car elles sont tellement excitées que leur chatte et leur anus sont plein de cyprine.

Je m’enfonce dans leur cul à tour de rôle. Cinq coups pour une, trois pour l’autre et inversement. Elles gémissent de plus en plus.

La sodomie est maintenant un grand plaisir pour toutes les deux.

Leur anus me cède assez facilement et je peux les bourrer de plus en plus fort.

Mais juste avant de jouir, je me retire et détache une laisse que j’utilise pour cingler leurs fesses. Elles ne bougent pas et attendent les coups sans broncher.

Elles ont compris que leur rôle était de subir tout ce que je désirais.

Je raccroche la laisse et les tire toutes les deux vers l’intérieur.

Une fois dedans, je prends le plug que Linda avait apporté avec elle et le pose devant mon fauteuil, puis les regarde et réfléchis à laquelle je vais assoir sur le plug et laquelle sur ma queue.

Je les regarde et me dis que j’arrêterai celle qui utilisera le plug assez tôt car j’aime sentir leur fourreau se resserrer sur ma queue. Et pas envie de nager dans un cul ouvert comme un tunnel.


« Ce soir vous avez le droit de jouir, mais une seule fois sauf si je décide du contraire un peu plus tard. »

Elles sont radieuses de ma permission.


Je tire sur la laisse de Linda jusqu’à ce qu’elle vienne sur moi, et la fais s’empaler sur moi.

Chantal comprend que le plug lui est destiné. Je lui fais signe de l’enfoncer en elle en s’asseyant dessus. Les premiers centimètres lui tirent plus de gémissements de plaisir, mais bien vite ses petits cris se transforment en petits cris de douleur car elle force pour le faire entrer plus, mais surtout pour me satisfaire.

Je lui fais signe de stopper et de rester ainsi. Pendant ce temps, Linda me chevauche de plus en plus vite, gémissant de plus en plus, et éclate dans un grand cri de jouissance. Je la repousse et la mets parterre et tire Chantal vers moi. J’entre encore plus facilement dans son cul déjà ouvert par le plug. Mais il me serre quand même assez bien.

Et après plusieurs minutes de va et vient, je jouis dans son cul en même temps qu’elle, puis la repousse au sol. Linda se précipite sur son cul pour lécher mon sperme qui en sort pendant que Chantal me suce et lèche mon sexe pour le rendre tout propre.

Puis elles se remettent en position et attendent mes ordres.

Je les laisse ainsi pendant un long moment, le temps de fumer tranquillement une cigarette.


« Bon ce soir vous avez fait des progrès. Je viendrai chez toi vendredi soir à 20h00. Et Linda te rejoindra avant. Je vous veux prêtes à tout ce que je déciderai et n’oubliez pas, un seul mot ou action de travers et Vous serez limogées. Suis-je bien clair ?»

« Oui Maître, il en sera fait suivant vos désirs, nous serons encore plus obéissantes et entièrement à votre service.»

« Dites moi ce que vous ne pourriez accepter, quitte à me perdre ?»

« Je pense qu’une atteinte à l’intégrité de nos corps en serait la seule raison.»

« C’est une chose que je ne pourrai pas non plus accepter. J’aime vos corps et les veux toujours aussi beaux. Ils sont faits pour moi et mes choix. Mais je pourrai quand même m’en passer si vous ne vous conformez pas aux directives de votre contrat. Je vous ai déjà prévenu à ce sujet.»

«Nous sommes à votre disposition totalement. Que voulez vous que nous fassions pour vous satisfaire Maintenant ? »

« Je vais tester vos dires. Direction ma voiture. »

« Comme cela ou devons nous remettre nos robes ? »

« Vous ai-je dit de vous rhabiller ou d’aller à la voiture ? »

A SUIVRE.

Diffuse en direct !
Regarder son live