Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 406 fois
  • 47 J'aime
  • 2 Commentaires

Chantal, internet et le sexe

Chapitre 8

Avec plusieurs femmes

Internet et le Sexe

Episode 8


«Nous sommes à votre disposition totalement. Que voulez vous que nous fassions pour vous satisfaire Maintenant ? »

« Je vais tester vos dires. Direction ma voiture. »

« Comme cela ou devons nous remettre nos robes ? »

« Vous ai-je dit de vous rhabiller ou d’aller à la voiture ? »


A SUIVRE

Chacune reçut deux gifles, pour ne pas avoir compris comme il faut ma directive.

Elles se turent et se rendirent rapidement à la voiture de peur d’être vues par des voisins. Je me mis au volant et pris la direction d’un chantier. Il y avait plusieurs cabanes algéco qui abritent des travailleurs du chantier.

Elles me regardent un peu effrayées à l’idée d’être offerte aux ouvriers.

Je les regarde et souris. Puis je continue ma route et me rends dans un lotissement. Je prends mon téléphone


« Salut Bernard, tu es là ? Tu es seul ? J’ai une petite surprise pour toi. »

« Arrive, je t’ouvre le portail, tu peux te garer à l’intérieur. »

« OK, à toute de suite. »


J’arrive devant la maison de Bernard le portail ouvert, je entre et me gare. Je descends et me dirige vers la maison. Bernard m’attends sur le pas de porte.


« Waouh, ça fait un moment que je ne t’avais pas vu. Viens entre. »

« Tu permets, je ne suis pas seul, on peut entrer. »

« Bien sur, tes amis sont mes amis »


Je fis signe à mes soumises et elles descendirent et entrèrent pour se positionner comme il se doit dans l’entrée.

Bernard ouvrait des yeux qui lui sortaient presque de la tête.


« Ben toi quand tu me dis un petite surprise…… Qu’est-ce que ça doit être une grosse. ! Où les as-tu trouvées ?»

« Je te présente Chantal et Linda qui sont mes Soumises obéissantes et serviles. »

« Tu as trouvé deux superbes femmes. Et de plus entièrement à tes ordres. »

« Si tu veux savoir, je les ai déjà prises en double mais c’était toujours avec un god. Je veux leur faire sentir cela avec deux vraies queues, qu’en penses-tu ? »

« Alors là, il faudra que je fasse de grosses recherches pour trouver un cadeau pour toi. Et pour compenser ça sera dur. Mais en tout cas merci mon pote. »

« Tu te mets dans la même tenue qu’elles et tu t’allonges sur le sol. Choisis laquelle tu veux en premier. Mais de toutes les façons tu auras les deux si tu le veux bien sur. » Dis je en rigolant

« Alors par ordre alphabétique ce sera Chantal, Je peux l’avoir toute ? »

« Oui, sa bouche son sexe son corps, sauf leur anus qui n’appartiennent qu’à moi. Ok. »


Après s’être déshabillé, il s’allonge sur le tapis et Chantal comprend qu’elle doit le chevaucher, et elle vient se positionner au dessus de lui et dirige sa queue vers son sexe et s’abaissant le fait entrer en elle. Et se penche en avant lui donnant ses seins à sucer. Ce qui ravi Bernard .

Je viens derrière elle et m’enfonce dans son petit trou, Elle gémit un peu

peu mais est très contente d’avoir été choisie la première.


« Putain c’est bon de la bourrer, elle est chaude et trempée. Et avec toi en elle ça resserre sa chatte. Elle est brûlante et elle a des seins superbes. Tu as vraiment choisi des canons. »

« Ben si je peux avoir le top, pourquoi me serai je contenté de moins. Tu te retiens ou pas comme tu veux dans son sexe ou dans sa bouche. Linda se chargera de te ranimer avant que tu la prennes elle aussi. »


Je me retire de son cul et Bernard la repousse en appuyant sur ses épaules pour qu’elle vienne le sucer.

Ce qu’elle fait sans se faire prier, sachant qu’elle pourrait être punie sévèrement. Elle lui fait une fellation magnifique, il ne doit pas en avoir eu d’aussi excitantes. Il se tend et envoie trois giclées dans sa bouche et elle fait en sorte de ne pas en perdre une goutte, et avale tout.


« Waouh, ça commence bien. Et sa bouche est aussi brûlante que son sexe. J’y ai pris beaucoup de plaisir. Merci Will. »

« Elles sont très douées. Et je compte bien les mettre encore plus en condition et quelles soient encore plus excitantes. Tu nous offres quelque chose à boire. »

« Du champagne, ca vous va ? »

« Pas de problème, elles adorent ça. »


Nous nous installons au salon et buvons nos coupes. Les femmes sont assises à mes côtés sur le canapé. Nous bavardons un moment. Je vois Bernard loucher sur mes compagnes. Et ça a l’air de le remettre en condition.

Je pousse Linda qui va à genoux entre ses cuisses. Et il ne lui faut pas longtemps pour que son sexe retrouve sa raideur maximum.


Il s’avance sur son fauteuil de façon à ce qu’elle puisse le chevaucher. Quand elle est bien installée, je viens derrière elle et investis son conduit anal jusqu’à ce que je touche ses fesses. Et en rythme, nous la pistonnons, la faisant crier. Je passe mes mains sur ses seins et pince les pointes ce qui déclenche son orgasme et cela entraîne la jouissance de Bernard qui se répand dans son ventre. Je ressors de ses fesses et me répands sur son dos.

Chantal se précipite pour le lui lécher

Puis elles viennent ensemble nettoyer nos sexes.


Nous nous réinstallons au salon et rebuvons une coupe que nous sert Bernard


« Ben mon vieux, je ne pensais pas pouvoir passer une telle soirée. Tu es un génie mec. Et je dois dire que je ne pourrai pas dire qui est la plus belle des deux. Mais en tout cas elles sont aussi douées l’une que l’autre et aussi excitantes. »

« Tu as raison, mais elles sont encore un peu désobéissantes, mais cela va se régler rapidement d’une façon ou d’une autre. Bon nous allons te laisser te reposer. On reste en contact. Je te tel très bientôt. Allez mes salopes dites bonsoir à Bernard et remerciez le»


Toutes deux vont s’agenouiller devant lui et lui donnent un petit coup de langue sur le gland. Et un petit bisou sur les lèvres.

Et nous repartons.

On arrive devant chez Chantal, et elles se précipitent à l’intérieur.


« Alors les chiennes, contentes de votre soirée ? Il n’y a pas eu un petit problème. »

« Non Maître nous avons aimé cette fin de soirée et ce fut une première pour nous deux. Se promener nues en ville fut une grande expérience excitante. Vous avez toujours plein d’idées géniales. Non il ne me semble pas qu’il y ait eu un problème »

« Vous avez eu combien de jouissance aujourd’hui ?

« Une fois avec vous Maître »

« Il me semble que je dois avoir des pertes de mémoire. Car rappelez moi quand je vous ai autorisées à jouir ??? QUAND ??? OUI , QUAND ???. Jamais,

JAMAIS. Vous avez pris votre pied. Et cela sans mon autorisation.

A GENOUX SALOPES et tendez bien votre cul de chiennes. »


Je prends le martinet et leur donne à chacune dix coups sur les fesses. Puis je les fais se mettre sur le dos et les cuisses repliées et écartées . Puis je leur donne cinq coups de martinet sur leur chatte et cinq sur leurs seins.

Elles subissent sans broncher.

« Va prendre de la crème et fais en sorte que demain vous soyez opérationnelles. Vous m’avez à moitié déçu ce soir.

Je ne vous ai pas répudiées car vous avez eu une attitude obéissante tout le temps et avez bien satisfait mon ami. Il a vraiment aimé. Et pas besoin de vous demander si vous, vous avez apprécié. Donc en dehors du fouet, vous n’aurez pas le droit de jouir pendant tout le week end et si il prend à l’une de jouir, elle passera la nuit pendue à la poutre. COMPRIS ET ENREGISTRE… ? »

« Oui Maître, merci pour le martinet. Vous êtes un Maître très compréhensif.

Nous sommes des idiotes, mais nous avions pensé que vous étiez d’accord et ne nous aviez pas donné d’ordre à ce sujet ; Même si cela est écrit dans le contrat. »

« Alors malgré que ce soit écrit dans ton contrat et que tu t’en souvenais, ça ne t’a pas empêché de jouir. Tu n’auras encore que cinq coups, car tu as transigé un ordre, mais tu as avoué ta faute. »


De peur que je me mette plus en colère, elle se met de suite en position pour recevoir le martinet. Mais je n’ai pas envie de lui rougir plus son fessier, alors je passe le martinet sur ses fesses, entre ses cuisses, puis sur son dos. L’attente de la punition est en elle même une punition.

« Vous êtes deux chiennes désobéissantes et je me demande si je vais vous garder

j’ai beau vous offrir de belles soirées, vous trouvez toujours le moyen de me décevoir. Vous n’avez pas encore compris que vous n’êtes plus des femmes mais deux objets destinés à mon unique plaisir. Et c’est le seul but que vous devez essayer d’atteindre à chaque instant. »

« Oui Maître, nous nous accomplirons dans votre plaisir. Nous ne sommes que deux femelles ingrates. Mais chaque jour nous apprendrons pour que vous soyez de plus en plus satisfait de nous deux »

« Il est vrai que cela ne fait pas longtemps que vous avez choisi cette voie. Être une soumise, c’est de rechercher à chaque instant la satisfaction de son Maître. Voulez vous continuer sur cette voie ou arrêter ? Mais sachez que dans ce cas là, il n’y aura pas de retour possible. Sachez aussi que mon but est de vous faire vous dépasser dans le plaisir et que tout ne soit que plaisir. »

« Il est vrai que nous prenons beaucoup de plaisir, et même des plaisirs inconnus avec vous Maître. Nous serons à l’écoute. Toutes deux ne connaissions pas le lesbianisme et vous nous l’avez fait découvrir, comme l’exhibition, comme être prise ne double, comme la puissance de la jouissance dans le fist et aussi l’obéissance totale à un homme. Merci de nous avoir fait découvrir tout cela et je pense que vous nous ferez encore découvrir beaucoup de possibilités. »

« Alors si vous avez envie de connaître encore ces possibilités, à vous d’être la plus obéissante et attentive que cela soit possible. En cas de grande désobéissance sachez qu’il y a une alternative pour vous… ou me quitter ou être offerte chez Bernard à tous ces compagnons de travail. »


Les deux idées parurent les effrayer et j’étais assez content de l’effet que je leur ai fait.


« Bon allons nous coucher, demain sera un autre jour. Et un nouveau jour d’apprentissage. Car je compte bien vous en apprendre encore. »

« Oh oui Maître. »


Nous nous sommes couchés, moi entre elles, blotties au creux de mes épaules, ce qui faisait que j’avais un sein dans chaque main.

Je me dis que j’avais quand même de la chance de les avoir et que je ferai en sorte surtout de ne pas abimer d’aussi beaux corps. J’étais amoureux des deux, mais je ferai de sorte de ne jamais le leur dévoiler, car ça conservera cette compétition entre elles pour être la préférée. Et je n’en aurai que le bénéfice.

Diffuse en direct !
Regarder son live