Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 742 fois
  • 118 J'aime
  • 8 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Check-up complet

Chapitre unique

SM / Fétichisme

Elle achevait de lacer ses chaussures quand il l’attira vers elle dans le lit. Ses mains s’aventurèrent sous son haut, emprisonnant ses seins avec délicatesse et commençant à exciter ses tétons sous le fin tissu du soutien-gorge.

Elle se laissa aller quelques instants à la caresse qui embrasait progressivement tout son corps. Ils n’avaient pas faire l’amour depuis quelques jours car son petit ami était en déplacement ; le désir était bien présent. La raison se rappela pourtant à elle : ce maudit rendez-vous ! Elle le repoussa gentiment et à regret, mais elle devait y aller…


Elle fila rapidement, le cabinet était à quelques rues de chez elle. Chemin faisant son esprit vagabonda et elle repensa à cet instant de caresse, l’excitation était toujours là et elle pouvait sentir son sexe humide alors qu’elle marchait paisiblement. Elle arriva enfin chez le médecin et elle sonna à l’entrée du cabinet ; elle venait pour un contrôle de routine : elle était jeune mais elle était toujours prudente quand il s’agissait de santé. Elle monta à l’étage et s’installa dans la salle d’attente. Il n’y avait personne.

La porte s’ouvrit peu de temps plus tard et une jeune femme blonde, pas encore la trentaine, l’invita à la suivre. L’assistante du médecin apparemment. Elle l’amena dans le cabinet, une pièce vaste avec un bureau et une table d’auscultation, classique d’un généraliste. Le médecin était en train de finir de remplir un document : une quarantaine d’année, l’allure sportive ; et l’air arrogant surtout, tout ce qu’elle détestait en fait. Elle s’installa face à lui, l’assistante se positionna en retrait. Sans même la regarder il l’interrogea :


« Qu’est-ce qui vous amène ? son ton était sec, autoritaire. La prochaine fois je changerai, se dit-elle.

— Je viens pour un check-up docteur.

— Un check-up ? Vous faites partie de ces gens qui pensent que comme la santé est gratuite, ils peuvent venir se faire examiner par le docteur tous les mois ????

— Mais pas du tout, je…

— Ça suffit, déshabillez-vous ; vous voulez un check-up, vous allez avoir un check-up ! »


Elle resta interdite quelques instants. « Vous voulez en plus me faire perdre du temps ? Ou vous ne parlez pas français ? ». Le ton était de plus en plus sec et de plus en plus autoritaire. Curieusement, cela devenait presque hypnotique.


Elle ôta alors ses vêtements, déboutonnant son chemisier, ôtant ses chaussures et sa jupe. Et elle se rendit alors compte de son erreur… Dans la précipitation, en s’habillant sans réfléchir, elle avait enfilé un bel ensemble de lingerie auquel elle pensait pour le soir, pour fêter le retour de son compagnon. Elle se retrouvait désormais face au médecin et son assistante, dans un ensemble tanga / soutien-gorge assorti en dentelle noir et mauve. Elle ne savait plus où se mettre et elle subissait désormais le regard intéressé du médecin mais aussi de son assistante.


Le ton du médecin se fit plus ferme encore : « Allongez-vous sur la table ! ». Là elle ne discuta pas et elle obéit. Le médecin s’approcha et commença à l’ausculter, passant ses mains sur son corps. Son toucher contrastait avec son style ; ses mains étaient chaudes, assurées dans leur geste, en un mot agréables. Il palpa notamment délicatement ses seins, peut-être un peu trop sans doute, mais c’était bon, très doux.

Il commençait également à tester les réflexes de ses genoux quand il s’arrêta, regardant fixement son entre-jambe. Il prit alors la parole : « Qu’avons-nous là ? Des fuites urinaires ? A votre âge ? C’est potentiellement très embêtant, il va falloir vérifier cela ».


Elle mit un peu de temps à comprendre… Son excitation ce matin, ses pensées sur le chemin… sa culotte devait être humide de tout cela, et il avait vu la tache. Mais que faire ? Avouer ? Elle s’imaginait mal dire cela à son médecin… Alors elle se tut.


Le médecin posa ses mains de chaque côté de ses hanches et il ôta sa culotte d’un geste sec, dévoilant son sexe parfaitement épilé. Il s’approcha d’une armoire et il en sortit un spéculum. Il se positionna ensuite face à elle et inséra l’objet, qui s’enfonça facilement car l’excitation du matin n’avait pas disparu et elle revenait même de plus en plus à son corps défendant. Il posa sa main sur le haut de sa cuisse, tout en observant l’intérieur de son intimité. Ce contact la faisait bouillir à nouveau.


Il prit à nouveau la parole : « Je ne vois rien, mais un examen approfondi est plus sûr ». De quoi parlait-il ? Il enfila alors un gant qu’il enduisit d’un produit qui devait être du lubrifiant. Il approcha ses doigts de son sexe et les enfonça lentement, un, deux puis trois ; et il commença une palpation en règle de chaque recoin de son vagin. Elle se crispait et se mordait les lèvres pour ne pas gémir. C’était bon, fabuleusement bon mais elle ne se voyait pas exprimer son plaisir devant cet homme et son assistante.


La palpation continua et elle sentit son petit doigt se faufiler à son tour puis finalement son pouce qu’il eut du mal à insérer. Il n’allait quand même pas… Mais si, il força en tournant avec habilité et ses cinq doigts rentrèrent, son poing s’enfonça encore plus profondément dans son intimité. Elle se sentait partir, elle subissait son premier fist chez un médecin lors d’un examen. Elle n’avait jamais osé essayer et c’était fabuleux. Elle ne pouvait plus se retenir, elle allait jouir… et la main se retira.


« Rien de ce côté, dit le médecin. Mais il faut aussi que je vérifie les voies rectales ». Et il fit un signe de la tête à son assistante. Elle eut à peine le temps de réagir que cette dernière passa des lanières velcros autour de ses poignets de chaque côté de la table. Elle ne pouvait plus bouger.

« Je préfère vous attacher, c’est un examen qui peut être douloureux… ou pas. », lui dit le médecin d’un air sarcastique.


Il commença à insérer lentement son doigt dans son anus, tournant encore et encore. Un deuxième doigt vint rejoindre le premier, puis un troisième en forçant un peu plus. Elle tenta de se débattre mais il bloqua ses jambes, et ses poignets étaient immobiles. Il fit à nouveau signe à l’assistante, qui lui fourra son tanga dans la bouche pour étouffer ses cris et ses protestations.

Il poursuivit son geste. Elle comprit qu’elle n’avait pas le choix et d’elle-même, elle remonta son bassin et tenta de se détendre au maximum pour lui laisser le passage. Elle se soumettait totalement. Les deux autres doigts s’approchèrent de l’orée de son anus, et ils finirent eux aussi par passer. Elle ne s’était jamais sentie aussi remplie avec ce poing au plus profond de son anus. Il tournait avec une précision diabolique et la sensation devenait intenable.

Son sexe palpitait, elle avait l’impression qu’il allait exploser. C’est quasiment ce qui arriva : une boule de plaisir éclata en elle et la traversa de part en part, elle se cabra, le poing toujours au plus profond d’elle ; elle sentit des jets de cyprine jaillir abondamment de sa chatte dégoulinante. Jamais elle n’avait expérimenté cela, mais jamais non plus elle n’avait joui avec cette intensité…


Elle reprit difficilement ses esprits en haletant. Le médecin lui parla à nouveau : « Tout va bien de ce côté mademoiselle. Il ne me reste plus qu’à vérifier les voies orales maintenant ». Et alors qu’il prononçait ces mots, l’assistante fit basculer le haut de la table en arrière et son visage se retrouva face au sexe dur et tendu du médecin.


Sans qu’elle ait le temps de réagir, encore étourdie par son plaisir, il empoigna son visage des deux côtés et il s’enfonça entre ses lèvres qui accueillirent le membre avec plaisir. Elle joua même avec sa langue sur le frein, désireuse de lui rendre un peu du plaisir qu’elle avait reçu. Mais cet examen oral se voulait total et elle le sentit s’enfoncer de plus en plus, forçant finalement sa gorge alors qu’elle tapait des deux côtés de la table avec ses poignets entravés pour lui demander d’arrêter. Il ne relâchait pourtant pas la pression et il continuait de s’enfoncer inexorablement, jusqu’à ce que son sexe tout entier ait disparu entre ses lèvres. Il resta ainsi un instant, contemplant et savourant.


Elle s’habituait petit à petit à cette présence quand elle sentit une bouche parcourir ses seins, d’abord les embrasser, puis venir mordiller ses tétons… L’assistante n’était pas restée inactive. Le va-et-vient reprit entre ses lèvres tandis que les dents de la jolie blonde mordaient de plus belle dans sa chair. Elle sentit l’assistante monter sur la table et venir positionner son sexe contre sa cuisse, commençant à se frotter contre elle pour se donner du plaisir. Elle avait l’impression d’être devenue l’objet de plaisir de ces deux personnes et cela la rendait folle.

Le médecin sortit finalement de ses lèvres et lui offrit ses bourses à lécher, ce qu’elle fit avec délectation. Pendant ce temps elle sentit l’assistante délaisser sa poitrine, et, au bruit, elle comprit qu’elle avait pris en bouche le sexe du médecin qu’elle suçait avec autant d’avidité qu’elle se frottait le sexe contre sa cuisse.


L’assistante partit la première ; elle sentit sa mouille inonder sa cuisse tandis qu’elle criait son plaisir. Le médecin jouit peu de temps après, se retirant de la bouche de son assistante qui continuait à le masturber ; il se répandit sur la poitrine de sa patiente, éclaboussant ses seins de son éjaculation abondante. Elle sentait les traînées chaudes couler sur ses seins.

L’assistante redressa la table d’auscultation. Elle était toujours au-dessus d’elle. Elle s’avança lentement vers ses seins et elle entreprit de lécher avec application sa poitrine pour en enlever toutes les traces de sperme qui la maculaient. Une fois son œuvre finie, elle remonta vers elle, ses seins contre les siens et elle l’embrassa goulûment, partageant le foutre chaud, langue contre langue, dans un baiser voluptueux qu’aucune ne voulait arrêter.


Le médecin se rassit à son bureau comme si de rien n’était ; il s’adressa alors à elle : « Tout me parait en ordre mademoiselle, mais n’hésitez pas à revenir si vous aviez encore le moindre doute sur votre santé ! ».

Diffuse en direct !
Regarder son live