Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 15 493 fois
  • 133 J'aime
  • 4 Commentaires

La chienne de Marcel

Chapitre 10

Nicole plus chienne encore.

Zoophilie

Six hommes sont rentrés sans que je les aie entendus venir. Ils arrivent dans le salon, trois commencent à se déshabiller. Les trois autres viennent se faire sucer. J’ai deux bites dans les mains, une en bouche. Celui que je suce se retire, laissant ma bouche libre à une autre bite qui vient tout de suite la remplir.

Ils sont à présent tous nus.


— Allez remets-toi à quatre pattes sur le tapis, que l’on voit ton cul bien tendu.


Je suis en levrette les cuisses écartées, deux hommes m’écartent encore plus les cuisses. Je suis grande ouverte devant eux, ils me regardent tous en se branlant devant moi.


— Nous sommes venus pour baiser, allez dis-nous que tu es une chienne qui veut se faire saillir.


Je regarde Jeanne qui me fait oui de la tête.


— Oui, baisez-moi tous comme une chienne.

— Tu n’inquiète pas, tu vas ramasser ce soir, on va te baiser à la chaîne.

— Allez ! Je commence la série, dit un des mecs en me pénétrant le premier. Il me laboure comme un forcené environ cinq minutes se retire et dit :


— Elle est bonne cette chienne, au suivant !


Un autre prend sa place immédiatement puis un autre et encore un autre. Moi, je mouille de plus en plus et je jouis plusieurs fois de suite en gémissant.


— Elle est bien trempée cette chienne !


Une fois les six passés dans ma chatte, Jean me dit :


— Écarte-le ton cul de chienne, écarte-le bien, ils vont te bourrer le cul maintenant.


Je m’exécute et là je sens une première queue à l’entrée de mon anus. Un gars, s’est accroupi derrière moi, il s’enfonce doucement, mais sûrement dans mon cul pour me limer tranquillement puis de plus en vite. Il commence à râler et envoie tout son sperme dans mes fesses.


— AAARRHH t’es qu’une vide-couilles !!


Un autre a déjà pris la place et il ne résiste pas longtemps non plus et gicle lui aussi dans mon cul.


— Trop bon son cul de chienne ! Elle m’a fait cracher.


Un troisième le remplace aussitôt, sa queue est grosse et je la sens bien passer. Il s’enfonce en moi profondément, je sens ses couilles battre sur ma chatte. Il me prend pendant cinq bonnes minutes et finit par jouir dans mes entrailles.


Cela fait déjà une heure qu’ils sont arrivés et je vois trois des hommes qui se rhabillent. Ce sont ceux qui doivent rentrer chez leur femme certainement. Ils me disent :


— La prochaine fois, on aura plus de temps pour te défoncer.


Puis ils m’embrassent tous les trois avant de partir.


Mon maître Jean a servi du champagne et des petits fours. Il décide de faire une pause. J’en profite pour aller faire pipi, essuyer le foutre qui est sur moi. En revenant, Jules, Hervé et Pierre se présentent et me disent :


— Alors ça lui plaît à cette chienne de se faire baiser ?

— Oh oui elle aime bien, elle est là pour ça, vous êtes des bons baiseurs, répond Jeanne.

— On te l’avait dit, on ne raconte jamais d’histoires.

— Et elle ? Elle vous plaît ?

— Ouais elle est super bonne, Jean a eu raison de nous faire venir.

— Elle se fait souvent baiser comme ça ?

— Ah oui ! Mais c’est la première fois avec un si grand nombre d’un coup. Je connais pas mal d’hommes, elle va avoir pas mal d’amants, surenchérit Jeanne.

— Et toujours par des mecs ?

— Non pas toujours, elle aime aussi les femmes et les chiens !

— C’est vraiment une chienne qui ne pense qu’à se faire baiser et d’ailleurs on n’a pas fini !


Les voilà de nouveau tous les trois à me peloter à claquer mon cul offert. Hervé me prend violemment par la chatte faisant balancer lourdement mes seins. Jules devant moi me fait sucer sa belle queue.


— Allez ! Hervé défonce-la bien cette chienne.

— Je sens que vous l’aimez son cul, dit Jeanne.

— Bien sûr, il est trop bon son fion. On va la fourrer en double maintenant.

— Bonne idée.


Il s’allonge sur le tapis, sa queue se dresse en l’air.

Puis je m’avance sur lui et sa queue vient empaler ma chatte trempée. Mes seins lui enserrent le visage. Il me tète comme un nourrisson, ses deux mains écartent mes fesses. Pierre est maintenant entre nos cuisses d’une main, il me fait cambrer en m’appuyant sur les reins et de l’autre m’enfonce sa bite dans mon anus encore ouvert. Me voilà prise en double.


— HUMMM ! Oh OOUUIIIIIIIII ! C’est bon.

— Tais-toi et suce, dit Jules en me collant sa bite dans la bouche.


Je suis prise par mes trois orifices et ma chatte en coule de plaisir. Au bout d’un moment, Jules s’assoit dans le canapé et lance.


— Allez, on change, viens t’enculer sur ma queue.


Sa grosse bite est bien tendue, je m’assois dessus et écarte en grand mes cuisses.

Mes seins dansent sous les coups de sa queue. Hervé, très excité par la scène, grimpe sur le canapé, vient se mettre au-dessus de mon visage et me met sa queue dans ma bouche.


— Pompe à fond, pompe-moi bien la bite !


Pierre vient entre mes cuisses grandes ouvertes et prend ma moule toute béante.

Prise ainsi, je jouis de nouveau plusieurs fois de suite et j’en pisse de plaisir. Hervé n’en peut plus et lance tout son foutre dans ma bouche.


— Tiens salope prends ça dans ta gueule !


Pierre sort de ma chatte. Il vient lui aussi au-dessus de mon visage, me fait sucer sa queue un court instant et m’envoie aussi tout son jus dans la gorge.

Jules qui est encore dans mon cul, me fait asseoir sur le tapis dos au canapé.


— Tu m’as pissé sur les couilles, lèche-les-moi à présent et branle ma queue.


Après quelques minutes à lui gober ses couilles et à le masturber au-dessus de mon visage, il jouit et me lâche tout son sperme sur mon visage et dans ma bouche encore ouverte.


— Tiens chienne, prends ça vide-couille.


Il est tard désormais, ils sont fatigués et moi aussi.


Une dernière coupe de Champagne, je m’essuie le visage avec une serviette tendue par Jeanne.


— Elle est vraiment bonne, elle nous plaît bien votre chienne, il faudra que l’on revienne.

— Oui pourquoi pas ! Tant que vous voulez, elle sera là pour vous.


Hervé, Pierre et Jules m’embrassent.


Je crois que je vais les revoir, la proposition de Jean leur plaît bien.

Nous voilà maintenant tous les trois nus dans le salon.


— Tes cris de chienne en chaleur ont excité ta maîtresse, elle a envie que tu la calmes à présent.


Jeanne marque un instant de silence avant de me sourire et me dit de venir dans ses bras ouverts. Je fais ce qu’elle me dit. Nos yeux se fixent, lentement elle s’approche de ma bouche, pose ses lèvres sur les miennes, dans un baiser très doux nos bouches s’unissent, s’ouvrent, nos langues se cherchent, se trouvent, s’emballent dans un baiser mouillé et passionné qui me fait tout de suite fondre et amène des picotements dans mon intimité.


Je savoure ce langoureux baiser... Ses mains s’activent, parcourent mon corps en caresses rapides et appuyées. Mes seins, qui durcissent sous ses doigts, mes reins qui se cambrent, mes fesses qui commencent à onduler au passage de ses mains. Je suis encore pleine de sperme, mes deux puits en dégoulinent. Jeanne m’assoit sur le bord du canapé, elle glisse sa tête entre mes cuisses et commence à me lécher. Elle a vraiment une technique d’enfer ! Je m’aperçois qu’en fait elle se doigte en même temps !


Je vois que Jean fait entrer deux chiens dans le salon. Ils observent notre étrange manège. Et en y regardant mieux, je me rends compte qu’ils bandent tous les deux ? Jeanne me dit que c’est bon maintenant, elle me fait allonger sur le tapis, puis elle se glisse sur moi. Ses tétons frôlent les miens et son sexe est au même niveau que le mien. Sentir ce corps de femme contre moi me donne des sensations nouvelles très agréables. Je l’observe : elle a des seins magnifiques, gros et ronds ! En voyant où se balade mon regard, elle me relève le menton et me roule une pelle, la plus torride qui soit. Je sens mon corps commencer à bouillir, et c’est ce moment-là que choisit un des chiens pour commencer à me lécher !



Un frisson me parcourt tout le corps lorsque sa langue râpeuse touche mon petit bouton. Sa langue me pénètre légèrement, puis elle remonte entre mes lèvres pour s’échouer sur mon clitoris. Les secondes passent, ma cyprine s’écoule de plus en plus abondement, je deviens bouillante et ce qui doit arriver arrive, je jouis. Et je ne l’ai pas senti venir celui-là. Dans la position où nous sommes, la langue nous lèche tous les deux en même temps. Elle est rejointe pas la langue du second chien. Je jouis et me mets à hurler de plaisir, je suis très vite suivie par les cris de Jeanne. Je jouis à nouveau, encore et encore. Je sens un besoin de pénétration m’envahir. Jeanne me repousse doucement, mais fermement.


Elle se met rapidement à quatre pattes, en m’ordonnant de faire pareil à ses côtés, elle se fait monter et pénétrer par Brutus. Elle hurle déjà que je sens le second chien me monter à son tour. J’ai soudain peur, car ce chien est plus lourd que Brutus ! C’est Rex ! J’ai peur qu’il en a une trop grosse et qu’il me fasse mal ! J’essaie de le repousser, cependant c’est encore plus difficile qu’avec Brutus ?


Après quelques coups dans le vide, pendant lesquels, je tente vainement de le repousser.

Jean profite que je tourne la tête, il saisit mon amant et le guide à l’entrée de mon puits d’amour. Je pousse un cri de surprise, il me pénètre violemment et m’arrache un petit cri de surprise.

Oh oui il en a une plus grosse et en plus sa boule est déjà en partie formée. Il me baise avec de grands coups et je hurle à la fois de plaisir et de bonheur. Je sens sa boule qui grossit très rapidement, j’ai peur !!! Jeanne hurle de plaisir à côté de moi.


Elle jouit et moi aussi. Encore et encore sous les coups de boutoirs de nos amants. Cette boule me fait entrer dans une transe incroyable, je ne peux m’empêcher de hurler ! Je fais orgasme sur orgasme, mon corps tremble sous ce plaisir inouï. Puis mon amant s’arrête d’aller et venir, d’une main rapide, Jean le retient en accrochant une chaîne à mon collier, qui relie nos deux colliers pour ne pas nous séparer. Je jouis encore ! Il continue à se déverser en moi en un véritable torrent de sperme. Il se retourne, nous sommes cul à cul, il tente de se retirer et me fait horriblement mal. Il arrive à me traîner, comme ça, en restant collé à moi, je suis sa prisonnière comme l’aurait pu l’être une chienne.


Et à ce moment-là, j’atteins un point de jouissant extrême ! C’est plus qu’un orgasme ! Le septième ciel ! Le paradis ! Je hurle comme jamais je n’ai hurlé, d’un cri bestial.

Je ne suis plus une femme, je ne suis plus humaine, je suis une chienne qui hurle son plaisir !

Complètement épuisée, je m’écroule sur le tapis, les fesses en l’air. Après un bon quart d’heure lié ensemble, mon amant se retire de mon puits d’amour. Il vient lécher ma vulve débordante de son jus, chaque coup de langue me déclenche une décharge électrique.


Jean écarte mon amant pour glisser sa verge dans ma grotte grâce de sperme. Après deux ou trois va-et-vient, il pousse la porte de mes entrailles. Je suis trop épuisée pour réagir, il me sodomise pendant que mon amant me lèche le visage. Jean me tire les cheveux en arrière pour que je me redresse sur les mains. Mon cri de douleur est étouffé par la langue de Rex qui rentre dans ma bouche ouverte. Cela fait bien dix minutes que Jean s’acharne dans mes reins que Rex me lèche les lèvres et l’intérieur de la bouche a chacun de mes râles. Une chaleur m’envahit le ventre, je comprends que Jean vient de jouir.


Brutus vient lécher mes deux orifices qui rejettent par contraction spasmodique le sperme accumulé.

Il laisse la place à Rex pour aller lécher Jeanne qui le fait sortir du salon.


— Tu dormiras sur le tapis avec ton dernier mâle, comme vous êtes attachés ensemble, si une envie lui prend, tu as intérêt à le satisfaire.


— Allez bonne nuit ?


Ce vendredi matin après une fin de nuit agitée, c’est fourbue avec mes puits d’amour irrités, car Rex excité au petit matin, dans sa précipitation m’a prise par la petite porte de mes reins. C’est le ventre plein de la semence de mon amant matinal que je rentre chez moi pour prendre un petit-déjeuner copieux dans un bon bain chaud.

Diffuse en direct !
Regarder son live