Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 230 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Christine -b

Chapitre 2

Voyeur / Exhibition

Et puis arriva le moment où j?appris que Christine allait me quitter, déménager vers une autre ville pour ses études. Bien que triste de cette nouvelle, mes copains m?invitèrent avec persuasion de fêter l?anniversaire de l?un d?eux. Je parvins ainsi, pour un court moment, à oublier Christine et son départ. Mais, de retour dans ma chambre, la douleur me reprit. Ce soir devait être vraiment la dernière nuit où je pourrais voir Christine.

Je pris mon télescope et regardai vers sa maison, vers la fenêtre de sa chambre. Elle n?était pas là.

Cela n?arrivait qu?en période de vacances, ou lorsqu?elle passait la nuit chez une amie, ses parents lui interdisant de passer la nuit chez les copains, même s?ils paraissaient autoriser les nuitées chez eux. J?étais troublé, en panique de ne pas la voir au moins une dernière fois. Je me jetai sur mon lit et mon regard se fixa sur le plafond.

Christine m?avait apporté tant d?années de bonheur et de souffrance, tant de jours et de nuits à l?observer, sachant que je l?aimerai toujours, elle pas moi. Et maintenant, elle était partie. Pour toujours.


Tout à coup, j?entendis un bruit venant de la fenêtre, comme si quelqu?un utilisait une échelle pour grimper vers la fenêtre. Je ne bougeais pas, restant silencieux. Mille pensées me torturaient le cerveau. ?tait-ce un cambrioleur qui essayait de pénétrer dans la maison. Il devait quand même savoir que j?étais là ? Il devait quand même pas être con ! Oserait-il m?attaquer ? Plus j?y pensais, plus ma panique augmentait. On ne peut quand même pas être si con ?

Et puis, une ombre s?engouffra dans la fenêtre, mais je la reconnu vite, plus mince et svelte que le cambrioleur de mes pensées ! Ma panique disparut instantanément lorsque je reconnu qui se trouvait devant moi : Christine ! Elle me regardait avec un sourire et enlevait d?un geste de la main ses cheveux de son visage. Elle portait un short très court qui méritait absolument le nom de ? Hot pants ?. Un Tshirt blanc, serré sur son corps qui ne laissait rien perdre à l?imagination.

Le détail le plus marquant qui m?est resté est le fait qu?elle ne portait pas de souliers.

’Salut’, me dit-elle, comme si la situation actuelle était tout à fait normale.

’Salut’. Je parvins à gargouiller ce mot, le premier depuis toutes ces années adressé directement à Christine. Elle semblait sentir ma confusion et commença d?un air tout naturel à se promener dans ma chambre. Elle pris en premier mon télescope et l?étudia d?un regard intéressé. Elle se baissa pour placer ses yeux sur l?objectif, son splendide derrière tendu vers moi, ce qui me fit presque avaler de travers.

Sans lever les yeux elle me dit : ? Tu m?as toujours observée. Depuis le premier jour où je suis arrivée ici ?


? Je... Je... ? Que devais-je répondre ? Elle me prenait certainement pour un sale voyeur, ce que j?étais, en quelque sorte.

Christine se retourna et son regard plongea dans le mien, un sourire éclatant aux lèvres qu?elle avait pulpeuses.


? J?ai toujours aimé que tu m?observes, cela me donnait une sensation de sécurité ?


Je ne pouvais répondre, tellement mes sens étaient en émoi. Christine ici, chez moi, je ne pouvais y croire. J?en avais toujours rêvé, mais j?avais toujours pensé que cela resterait mon rêve éternel.


Christine continua sa promenade dans ma chambre, caressait d?un doigt ici et là un livre, une photo, pour rester devant le panneau en bouchon où se trouvaient épinglées une multitude de photos d?elle, prises toutes au long des années. Elle étudiait chaque photo minutieusement. Mais comme elle me tournait le dos, je ne pouvais voir si cela lui plaisait ou non. Un regard sur l?autre étagère lui montra que je possédais également une belle collection de vidéos, reprenant toutes des prises de vues cataloguées par années.


Je me sentais confus et embarrassé. Elle ne devait jamais les voir, elle ne devait jamais être ici.


Sans prévenir, elle ôta son Tshirt, le passa au-dessus de sa tête, ses longs cheveux prenant un temps fou pour passer également dans l?ouverture, et le lâcha pour le laisser tomber au sol.


Comme si de rien n?étais, elle continua sa visite. La lumière argentée de la lune semblait attirée par sa peau, donnant l?impression qu?elle s?y baignait.


Incapable de bouger, je ne pouvais la suivre que des yeux. J?avais l?impression de devoir mourir, tellement forte était l?impression qu?elle me donnait d?être ici auprès de moi.


? J?étais heureuse chaque soir d?aller au lit, parce que je savais que tu serais là à m?observer ? déclara t?elle. ? J?aimais me déshabiller pour toi, de manière à te plaire. J?ai toujours imaginé comment ce serait si tu traversais la rue pour me rejoindre et me déshabiller. Et quand je laissais glisser mes mains sur mon corps, c?était alors tes mains. Mais tu n?es jamais venu. ?


Elle prononça cette dernière phrase avec un peu d?amertume dans la voix. Subitement elle s?arrêta, se tourna vers moi et commença à marcher vers moi, d?un pas léger, lent, sensuelle, me laissant admirer son corps parfait. Elle déboutonna son pantalon et me laissa la vue libre sur son fruit nu, surmonté seulement d?une fine bande de poils coupés courts. Elle jouissait de mon regard fixé sur le milieu des jambes qu?elle avait légèrement écartées. Puis, finalement, elle me rejoignit, se plaça intégralement nue devant moi. Ses mains glissèrent dans mes cheveux et caressèrent mon visage.


XFiles

Diffuse en direct !
Regarder son live