Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 826 fois
  • 31 J'aime
  • 4 Commentaires

Chronique de la folie ordinaire

Chapitre 1

Le questionnement

Inceste

Ce rêve là… combien l’ont-ils déjà fait ? Imaginer, sentir, avoir des sueurs froides rien que d’y penser ? Suis normale d’avoir envie de cela ? Aucune réponse n’est en fait possible. Et les autres, ceux que chaque jour je côtoie, ceux avec qui je partage ces heures, font-ils aussi parfois les mêmes rêves ? En tous cas, pas question de poser une seule question, pas moyen de dire ce qui au fond de mon être me ronge et me rend mal à l’aise.


Alors je me tourne vers toi, mon cher journal. Je note ces impressions du moment, ces petits flashs qui me reviennent, mes espoirs qui finalement ne sont qu’autant de tourments. Comment expliquer ce que je ressens sans pour autant être rangée, cataloguée dans la catégorie des folles ? Oui… mais voilà… plus les années passent et moins l’objet de mon calvaire s’éloigne de moi. Plus je vieillis et plus mes sentiments les plus profonds se renforcent.


Je sais ! Il n’est pas permis d’aimer comme cela, pas permis non plus d’espérer et je me garde bien de faire un geste, de dire une parole que d’autres pourraient juger déplacée, inconvenante, inacceptable. Et pourtant, si en journée j’arrive à arracher mon esprit de cette convoitise grandissante, les nuits sont bien plus terribles.


Tout d’abord parce que ce qui me fascine se trouve terriblement plus proche. Que le parfum qui flotte dans la maison m’enivre tout autant que la vue de… oui ! Son corps qui va, qui vient, qui pourtant ne fait rien d’autre que vivre dans des scènes quotidiennes et banales. Il me liquéfie, me prend droit au cœur. Et je laisse danser dans mon esprit ces mains qui s’occupent de tant de choses.


Elles sont là, à crever l’écran de ma vie, de cette vie qui n’en peut plus de cette promiscuité. Je sais… cet amour immense est interdit, vil, inadapté sans doute. Mais choisit-on vraiment qui va faire surgir de pareilles émotions ? Qui peut s’enorgueillir de maitriser ses sentiments, cette inclination qui parfois vous tombe dessus comme un arbre déraciné par le vent ? Personne ne peut dire cela…


Mais lorsque les nuits trop longues, les fantômes qui reviennent me hanter ont tous la forme de ces menottes exquises, je les sens presque sur moi, elles m’entourent, me frôlent. Et mon esprit enfiévré fait monter chez moi une température déjà bien trop élevée. Alors oserais-je vous raconter ce que mes propres doigts s’obligent à faire pour calmer ces affres parfois douloureuses, d’une attente impossible à gérer ?


— oooOOooo —


Ce matin, c’est mon anniversaire. Le dix-neuvième, et je me suis levée sans trop faire de bruit. Je le fais chaque matin, mais pourquoi celui-ci est-il si spécial ? Je n’en sais rien. J’ai mal dormi. Mes tifs sont indomptables et ma douche presque froide n’a rien arrangé. Je l’ai écouté hier soir avant qu’elle se couche. Elle parlait avec je ne sais qui. Sa voix était radieuse, presque veloutée. Elle a peut-être trouvé un ami. Et sa manière de parler, douce, suave, ça m’a fichu le bourdon. Pourquoi ? Elle a bien le droit de profiter de la vie ! Que je suis conne aussi de penser que je suis le centre de son monde !


Dans la soirée nous avons diné toutes les deux et sur la table, il y avait une enveloppe, cachée sous ma serviette. Quand je l’ai décacheté, j’ai trouvé quelques billets.


— Tu t’achèteras ce que tu veux. Tu es grande maintenant, alors c’est plus simple que je fasse comme ça !


Mon Dieu… sa bouche ! Je l’ai suivie des yeux pour boire chacune de ses paroles. Je n’arrive pas à imaginer que ces lèvres rouges puissent se coller sur celles d’un homme. Celui qui lui téléphonait l’autre soir ? C’est sûrement lui qui a rappelé alors que nous allions souffler mes bougies. Il me vole une partie de moi. Et puis comme elle est belle, comme ses yeux sont doux. Ils brillaient quand elle a raccroché. Ce salaud… va me la prendre, c’est sûr ! J’ai envie de pleurer.


— Eh bien ! Si c’est le seul effet que te fait mon cadeau… je ne t’en ferai plus ma chérie !


C’est bien ces mots qu’elle m’a lancés ? Je ne sais plus, je ne veux plus savoir. C’est l’heure de nous coucher. Elle est dans sa chambre, juste à côté de la mienne. Et je l’entends qui bouge, qui remue… mais elle ne parle pas. J’ai froid, j’ai chaud, je ne sais plus ce que j’ai vraiment, mais je ne me sens pas très bien.


Elle a travaillé ces deux soirs, tard. J’étais déjà couchée quand elle est revenue à la maison. Ses pas dans le couloir se sont arrêtés devant ma porte. Elle n’est jamais fermée, mais elle n’est pas entrée dans ma chambre. Venant de la cuisine, j’ai perçu le bruit des couverts. Elle a dîné seule, de ce que j’avais préparé sans doute. Je ne sais plus rien de ce qui s’est ensuite passé. Je me suis endormie trop vite, sans même une bise de sa part. Je le regrette.


— oooOOooo —


Je me souviens de ses bisous. Ceux qu’elle me donnait quand nous étions encore insouciantes, sans peur de ces lendemains pourris. Elle et moi courant sur la pelouse fraichement tondue, des instants fragiles qui me remontent là, comme ça. Mon corps est bouillant. J’ai envie de sa main dans la mienne comme quand j’étais gamine. Mais je n’ose plus. Chaque fois qu’une de mes paumes frôle sa peau, je suis électrisée. Oui, je reçois un choc et mon cœur se met à battre à s’en décrocher de ma poitrine.


Je ne supporte même plus le drap qui couvre mon corps. Je l’ai repoussé avec violence, de mes deux pieds joints. La nuisette que je porte, c’est une des siennes. Je l’ai volée dans son dressing depuis un moment déjà. Elle le sait surement, mais elle n’a rien laissé paraître. L’impression que ce vêtement garde son odeur, je veux le croire et je m’entête à le passer souvent. Mes doigts se pressent sur mes seins. Ils ont bien poussé ces dernières années.


Je ne sais pas si ma poitrine va encore évoluer, mais c’est vrai que les garçons de mon bahut la reluquent trop souvent. Bien entendu qu’ils ne le montrent pas, mais je sens leurs regards qui pèsent sur moi. S’ils savaient comme je suis à mille lieues de leurs préoccupations. Moi… oui moi, je crois que je suis amoureuse. Mais ça me rend malade. Impossible d’en parler, inutile même de tenter de le faire. Qui comprendrait de toute façon ?


Je n’ai aucune envie d’être jugée, trainée dans la boue peut-être. Les gens sont si méchants. Jaloux aussi qui sait ? Alors, je la boucle. Je me referme sur mon délicieux et pervers secret. Personne ne doit savoir. De toute manière, c’est bien un amour impossible, inadmissible en plus, et le cacher reste ma seule ressource. Ceux-là mêmes qui me dévisagent avec envie ne comprendraient pas, je n’y parviens pas non plus, alors…


Mes cours… bof ! Ça va ! Je ne me plains pas, ma tête arrive à faire encore la part des choses. La coupure entre ma vie chez moi et celle plus publique du bahut se fait toujours assez bien. Je ne m’inquiète donc pas pour mes études, encore heureuse que de ce côté-là… ça fonctionne du mieux possible. Mais ce sont les nuits qui me font peur désormais. Au bord de la folie ordinaire. Et elle ne peut pas, ne doit pas être mise au courant de ce qui se passe.


J’aurais l’air de quoi ? Je ne me vois pas lui expliquer ce qui me dévore. Elle éclaterait sans doute de rire, me traiterait d’enfant gâtée, de sale gamine. Pour elle, je ne suis que ça… une éternelle gosse trop sage. Mais comment pourrait-elle imaginer une seconde que je la vois comme une femme, plus du tout comme… oui. C’est idiot, c’est con, je me le dis. Et pourtant mon cerveau insiste et me fait délirer.


— oooOOooo —


Les appels téléphoniques depuis quelque temps se font plus présents, plus rapprochés. Elle s’isole dans sa chambre, pour que je n’entende pas ? C’est un mec, j’en suis certaine et jalouse de ce sale type. Pourquoi se mêle-t-il de notre vie, celui-là ? Elle est à moi, et je ne veux pas que ça change. Merde, je sais depuis quelques jours ce que l’envie de tuer veut dire. Ce gaillard, je le hais plus que tout au monde. Il me dépossède de ce que j’ai de plus précieux. Et elle qui rit, sourit, semble d’un coup, presque plus heureuse.


Je ne l’ai jamais vue ainsi. Ses grands quinquets bleus brillent comme deux diamants aux eaux claires. Elle fait des trucs que je ne l’ai jamais vu faire. Puis ses fringues, on les dirait plus courts, plus jeunes, plus… plaisants. D’un autre côté, j’ai envie de la serrer plus fort contre moi, de lui demander qu’elle m’apprenne ces mots qui lui donnent ce teint lumineux. Pourquoi celui-là réussit-il là où moi j’aimerais le faire ? Quel est son secret ?


Ce matin elle est sortie de la douche en fredonnant. Elle ne s’est pas vraiment cachée. Ses cheveux châtains entourés d’une serviette lui donnaient un air de fakir. Le drap de bain qui lui dissimulait le corps m’a donné à moi, un cafard pas possible. Un moment j’ai cru qu’elle allait venir m’embrasser, mais non, ses risettes qui éclairaient son visage, elles ne m’étaient pas destinées. Je n’ai rien demandé, mais je sais, je sens bien que c’est pour celui qui l’appelle de plus en plus souvent.


Elle m’a raconté qu’elle sortait. C’était vers quinze heures. Pas un mot sur son mystérieux interlocuteur. Non ! Seulement, elle s’est mise sur son « trente et un ». Une jupe « ras du cul » que je n’oserais pas porter malgré mes vingt piges. Un chemisier qui lui moule les nichons, un appel au viol et j’ai eu du mal à rester calme. J’ai honte d’être émoustillée par ce que j’ai vu. J’ai aimé cette vision de son corps tendu vers le désir. Et dire que c’est pour un type qu’elle s’est faite aussi belle !


J’ai gardé les yeux ouverts guettant tous les bruits de la maison. Je veux l’entendre rentrer, savoir à quelle heure… mais bon sang que c’est difficile. Zut ! Les chiffres rouges du réveil qui sont projetés au plafond de ma piaule, ils m’indiquent qu’il est cinq heures du matin et je ne sais pas si elle est là. Pourquoi me suis-je assoupie ? Je dois faire un effort pour me relever. Et puis si elle entend le bruit que font les battements de mon cœur ? Va-t-elle se réveiller ? Je suis folle ! C’est sûr que je vais finir en camisole.


— oooOOooo —


Le petit déjeuner que je prends n’a pas de gout. Finalement c’est moi qui n’ai envie de rien. Elle est rentrée ? Je ne veux pas la déranger, mais comme j’aimerais être certaine que tout va bien. Pour mon départ pour mes cours, je quitte la maison comme un zombie. Et ces ânes qui assis sur les marches du bâtiment, devant l’entrée, me sifflent. Ils n’ont donc rien d’autre à faire ? Ils sont combien ? Six ou sept entourant la rousse de service qui rigole en leur compagnie. Celle-là aussi, je la bafferais avec un évident plaisir.


Bon sang que les heures sont longues dans cet amphi où le vieux binoclard nous envoie son cours sans respirer. La rousse maintenant qui passe dans les allées pour nous donner les polycopiés ! Elle a un regard mielleux, une punaise que j’aurais plaisir à écraser. Elle peut bien sourire, je n’en ai rien à faire de sa face de rat. Enfin midi qui sonne. Allez ! Je file, je veux rentrer chez moi… chez nous. Elle ne m’attend pas, mais je veux être certaine que tout va pour le mieux. Tant pis pour les cours de cet après-midi, je vais les zapper.


La maison est là, devant moi, et ses murs me font l’effet d’une ile. Ici je suis à l’abri, je suis au calme. Et je vais pouvoir rester dans ma chambre jusqu’à ce qu’elle rentre. Donc vers dix-sept heures ! Ma chambre… bien rangée, bien proprette, avec son lit qui me fait les yeux doux. Voilà ! je m’assois sur le bord et… c’est quoi ce drôle de bruit ? Comme un couinement, un animal au-dehors sur la terrasse ? Ou alors sur la pelouse ?


Debout d’un bond pour me rendre à la baie vitrée qui donne sur l’arrière de la maison, je surplombe un peu les alentours. Le soleil inonde l’endroit. Mais… je rêve ou… ils sont deux, assis sur la balancelle. Je ne vois que les jambes, quatre pour être exact. Une femme, un homme, si j’en juge par cette vue de dessus. Elle… c’est elle, les pieds encore chaussés de ses escarpins vernis. Mais… le type alors, ce serait… c’est donc lui, le mystérieux correspondant anonyme ?


Mes yeux se brouillent. Une rage froide qui m’envahit, qui se dilue dans tout mon corps. Je ne me sens pas bien ! Je ne vois pas, j’imagine, seulement. La position de leurs corps à eux deux. Est-ce qu’il l’embrasse ? Ça me donne envie de gerber. Pourtant, je reste encore avec un zeste de lucidité. Elle est libre, encore jeune et de quoi je me mêle ? Pourquoi ai-je ce sentiment d’abandon, de délaissement ? Pas clair dans ma tête tout cela.



Le type, il s’appelle Franck et je suis certaine qu’il a passé la nuit à la maison. Au petit déjeuner, il était là. Pourtant, je n’ai rien entendu de spécial. Il a dormi dans la chambre d’ami ? Je n’en sais rien. Quand il m’a vu, il n’a pas été plus gêné que cela. Il n’est pas trop mal foutu. Il a son âge à elle, quoi ! Et j’ai senti que ses yeux me jaugeaient, me pesaient. Mes seins surtout oui ! Bon j’avoue que ma robe de chambre était un peu mal fermée. Mais j’ai rectifié la position au premier de ses regards.


Elle ne dit rien, mais je la sens tendue. Ce n’est pas trop le bon moment pour une présentation, je le comprends bien. Comment peut-elle minauder autant ? Elle se frotte presque outrageusement à ce mec, c’est pour mieux affirmer qu’il lui appartient ? Elle se rassure finalement en voulant me montrer que c’est SON mâle ? J’ai des maux de ventre et je n’ose pas regarder le gaillard, qui lui ne cesse de sourire. Quel con ! Son rictus le rend vraiment niais !


— oooOOooo —


Il est revenu chaque soir. Elle ne m’en parle pas. Comme si c’était déjà un fait accompli. Il est là dans la maison à roder et moi… moi j’ai mes « trucs ». Ça me prend la tête ces règles qui reviennent sans que ce soit bien régulier. Et pour me rendre encore plus enragée, je n’ai plus de tampons. Je suis passé en chercher dans sa piaule à elle. J’ai fouillé dans l’armoire et ce Franck est arrivé. Pourquoi ai-je pris un air bête ? Je ne voulais pas lui montrer ce que je venais de prendre dans la chambre. Il n’a rien demandé, mais son regard soupçonneux… merde, j’ai l’impression de devenir une étrangère, chez moi, chez nous !


Je suis allée au garage ce matin et le type m’a suivi. Il m’a coincée entre la voiture et le congélo. Il voulait me parler ! Enfin c’est qu’il a dit. Mais ses yeux brillaient et quand il a posé sa patte sur mon bras, j’ai senti comme de la peur. Pourquoi voulait-il me serrer contre lui ? Je n’ai pas envie de cela. Je n’ai rien à lui dire non plus. Juste envie de lui voler dans les plumes, pour lui montrer qu’il ne doit pas me la prendre. Mais je ne peux pas lutter contre ce tas de muscles. Sa voix… elle est grave, suave aussi. Il me fait son numéro de charme. Chante toujours beau merle, tu m’intéresses si peu !



Mes règles sont enfin finies. J’ai pris la douche et c’est drôle, mais il me semblait pourtant bien avoir fermé la porte correctement. Je la retrouve entrebâillée ! Et elle, elle est toujours si souriante, gaie depuis qui son Franck est là ! Il est tout le temps chez nous, du reste. Enfin chaque fois que je rentre, il est à la maison. Elle me laisse seule parfois avec lui chez nous. Quand elle bosse le soir. Il reste assis longuement près de moi sur le canapé. Je ne cherche pas à lui parler. Notre maison est devenue bien étrange. On se croise, sans un mot, lui elle et moi.


J’ai surpris cette nuit de petits bruits étouffés dans la chambre d’ami. Trois heures du matin et j’avais besoin d’un verre d’eau alors… je me suis relevée. Les soupirs, les rires, je sais bien ce qu’ils fabriquent et ça me rend malade. Savoir qu’il pose ses grosses pattes sur elle, qu’il l’embrase sans doute aussi. C’est dégueulasse. Mais même si l’idée qu’ils baisent ensemble me débecte quelque part, je me sens mouiller aussi d’envie. Mon foutu ventre n’en fait qu’à sa tête. C’est con un corps de femme ? Je me fais cette réflexion alors que mes mains… me donnent un plaisir que je n’aurai jamais avec elle !


— oooOOooo —


À suivre…


Diffuse en direct !
Regarder son live