Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 636 fois
  • 95 J'aime
  • 4 Commentaires

Chroniques pénitentiaires d'une rebelle 1

Chapitre 6

Lesbienne

6 L’indésirable

 

Je pourrais parler de la fonte de mes rondeurs le 17 juin, du moins en partie, suite à deux mois d’exercices physiques imposés par Christelle, ou évoquer la trêve entre Laval et moi ; j’ai la tête ailleurs ce matin. La tension monte, on prend le petit-déjeuner toutes ensembles devant des matonnes appelées en renfort. La révolution espérée ? L’espoir de jours meilleurs ? Non, seulement une présence des plus déconcertantes dans un lieu où la promiscuité engendre la plupart des conflits.

On ignore qui est à l’origine de la fuite. Peu importe, l’enquête interne le déterminera certainement. Pour l’instant, seule compte la révélation de nature à semer un putain de désordre au bloc A. La nouvelle pensionnaire serait en fait un nouveau. Le déploiement de force inhabituel confirme la rumeur insensée, il y a bien un indésirable parmi nous. La colère remplace l’effarement, le bourdonnement des abeilles surexcitées me donne le vertige, la ruche menace d’exploser.

Le casque anti émeute à la ceinture des matonnes n’aide pas à ramener la sérénité, au contraire, c’est la provocation de trop. Alors la cheffe prend le risque de mettre les renforts à la porte puis s’installe à une table au milieu de détenues hébétées, armée de son seul mug de café. Je ne peux m’empêcher d’admirer le cran de cette jeune femme d’une petite trentaine d’années au visage avenant ; il suffirait de dénouer le chignon, et de tomber l’affreux gilet de protection estampillé « Service Pénitentiaire ». Le courage paie, la rumeur s’estompe.

Beaucoup ici seraient contentes d’avoir un mec sous la main, avec ses attributs virils en état ; en revanche, aller aux chiottes ou à la douche devant une transgenre, même moi je trouverais ça un peu angoissant. On a eu de la chance sur ce coup-là, il ou elle, la communauté doit le déterminer, profite d’une cellule à part pendant que l’administration décide de son sort. Malheureusement, comme personne ne veut l’accepter, il ou elle se retrouve au fond du réfectoire entre le groupe de Laval et nous. Je fixe Christelle afin de ne pas être tentée de regarder de côté.

– Girard !

La main du phénomène se lève au ralenti, il ou elle a appris sa leçon, la surveillante va lui indiquer son poste de travail selon la coutume. L’atelier de couture ? Ça pourrait ralentir la production, avec un impact sur le chiffre d’affaire. Il reste l’entretien, tout le monde retient son souffle. Il ou elle serait plus tranquille avec nous, c’est une certitude ; pourvu que la cheffe prenne la bonne décision.

– Tu es dans l’équipe de Maillard.

L’absence de réaction de Christelle tranche avec le soupir de soulagement de Laval, si ça ne tenait qu’à moi, je lui demanderais d’approcher son plateau. « Ferme ta gueule, Louise, t’as plus à perdre qu’à gagner dans l’histoire. » La voix de ma conscience n’a rien à opposer à la voix de la raison sur ce coup, alors j’obéis sagement, à contrecœur.

– Allons mesdames, fin du petit-déjeuner dans cinq minutes.

La retenue de la surveillante en chef nous change de la violence habituelle du coup de sifflet suivi d’un aboiement intempestif de sa sous-fifre. On s’habituerait facilement aux marques de respect.

 

♀♀
 

Le tambour du sèche-linge ronronne, deux mains supplémentaires au tri du linge font du bien, on est en avance sur l’horaire malgré le retard pris au petit-déj. Alors Christelle a rallongé un peu la séance d’entraînement, elle prend un malin plaisir à me torturer, celle-là. Le souffle encore court, je range à part les culottes à usage unique pour les détenues qui ont leurs règles ou les auront demain matin, vachement pratique.

– T’as pas ce problème, toi.

Oups ! Ce n’est pas la blague du siècle vu les circonstances ; le rire de Gaby résonne, un tantinet plus grave que le mien.

– J’en ai d’autres, la prise d’hormones par exemple.

L’humour de la nouvelle, j’ai décidé de voir en elle une femme, semble intact malgré le dernier affront subi quelques heures plus tôt, son courage mérite le respect. Virginie et Léa, les deux autres du groupe, imitent la bienveillante neutralité de Christelle encore une fois ; la matonne ne manquera pas de souligner notre comportement exemplaire sur son rapport journalier. Le talkie posé sur la table grésille.

– Faites semblant de travailler, mesdames, inspection surprise.

Sauf qu’on vient de nous prévenir. C’est vraiment la planque à la buanderie ; la vielle tourne la tête pendant mon entraînement sportif tous les matins, elle nous donne du jus de fruit à la pause, parfois des gâteaux secs, elle nous laisse discuter en paix. Alors on s’applique au boulot histoire de la remercier, surtout pour nous assurer que la direction la gardera à son poste le plus longtemps possible, notre tranquillité est à ce prix.

Les bruits de pas enflent dans le couloir, rien de commun avec le chuintement feutré des bottines des matonnes. Des voix nous parviennent à travers la porte une poignée de secondes, puis le groupe d’inspection s’invite dans la place, le directeur du pénitencier et un autre homme en tête suivis par deux vieilles en tailleur à l’équilibre précaire. On ne les a pas prévenues que le carrelage s’accordait mal avec les talons aiguilles ? Je me retiens de rire, le ridicule a toujours cet effet sur moi.

Les visiteurs discutent à voix basses, les regards fixés sur la pauvre Gaby, on dirait des examinateurs évaluant un animal inconnu au salon de l’Agriculture, une institution depuis 1964, un siècle dans trois ans. Putain de merde ! C’est un être humain, comment vous voulez qu’on vous respecte quand vous nous traitez comme des moins que rien ! Le départ du groupe d’inspection met un terme provisoire à mes envies de meurtres, une conséquence inattendue de l’enfermement.

– C’est bon, mesdames, relax. Laissons cinq minutes d’avance aux ronds de cuir, puis on va prendre l’air dans la cour. Il reste quoi à faire ?

– Pliage des draps et préparation des chariots pour demain matin, répond Christelle d’un haussement des épaules.

– Ça ira vite. Marvault, vous accompagnerez Girard à l’infirmerie après le déjeuner, puis retour en cellule quand la toubib aura fini, on se passera de vous.

 

♀♀
 

La tension est retombée au réfectoire, le calme de la surveillante en chef rassure les détenues, les renforts ont disparu avec les casques anti émeute. Gaby a l’intelligence de poser son plateau près de celui de Christelle, le dos tourné à l’assistance pour éviter de provoquer. Les regards dans notre direction se lassent bientôt, il serait dommage de laisser refroidir les délicieuses côtelettes d’agneau servies avec des frites bien grasses. Le calme en échange d’un repas de luxe, la recette a déjà fait ses preuves.

– T’es tombée pour quoi ?

Tout ce remue-ménage a occulté la question primordiale, celle qu’on pose à chacune des arrivées, l’intégration dépend souvent de la réponse. Ma codétenue, que rien ne peut démonter, tient à se faire sa propre opinion au lieu de se fier aux rumeurs. Beaucoup feraient bien de suivre son exemple ; malheureusement, en taule comme dehors, il est plus amusant d’imiter les mauvais sujets. J’aurais dû choisir psycho à la fac. Pourquoi ai-je l’impression d’avoir déjà pensé à ça ?

– Cambriolages de pharmacies. Tout mon fric est passé dans l’opération, je n’ai plus rien. Les hormones coûtent trop cher, et je dois en prendre tous les jours à vie.

Evidemment, un traitement aussi lourd demande des rentrées d’argent régulières.

– C’était quoi ton boulot ?

– Soudeuse à l’usine de montage Renault-Electrique de Saint-Nazaire.

Les ouvriers servent souvent de variable d’ajustement pour répondre aux exigences du marché, un ou deux mois de travail mal payé, puis un ou deux mois de chômage technique à 50 % du salaire de base ; c’est plus facile que de demander aux actionnaires de renoncer à une partie de leurs dividendes. Il y a encore moins de cinquante ans, avec une prise en charge partielle par la sécurité sociale, Gaby aurait payé son traitement sans devoir se mettre hors-la-loi. Combien ici sont victimes du système dévoyé ?

– Ton prénom c’est Gabrièle ?

La question lui rend un vague sourire, tant mieux. Nos problèmes sont désormais les siens, c’est la règle dans l’équipe de Christelle, sauf que nous, on n’a aucune idée de la détresse morale des transgenres en taule.

– Sans E à ma naissance. Mes parents se doutaient peut-être de quelque chose, va savoir, ça a facilité le changement d’état civil. J’ai passé la visite médicale hier soir, elle veut quoi la toubib à votre avis ? Sans doute ajuster mon traitement.

Christelle se retient de se marrer à cause de son image de dure, il s’agit d’une histoire d’hormones en effet, mais pas dans le sens où Gaby l’entend, il serait dommage de lui gâcher la surprise. Je me demande quel spectacle la toubib va nous jouer aujourd’hui, le coup du broute-minou avec la rouquine entre les cuisses dans le rôle principal ?

– On le saura bientôt.

Le pied de ma complice taquine le mien sous la table en guise d’avertissement. Du calme, Christelle, tu devrais avoir confiance en ma capacité à fermer ma gueule depuis le temps qu’on se connaît.

– J’espère qu’il n’y a rien de grave, ajoute l’excellente comédienne, tu me raconteras ça ce soir.

– J’espère aussi, soupire Gaby sans y croire vraiment.

 

♀♀
 

La matonne de service nous indique nos chaises puis disparaît, il y a de la complicité dans l’air, c’est plus évident encore que lors de ma dernière visite. La toubib a décidé d’en mettre plein la vue aux patientes par un nouveau jeu de miroir, plein les oreilles aussi, la table d’examen rapprochée de la porte ouverte à 90°, on entend tout ce qui se passe et se dit. Gaby, interloquée, me bouscule d’un léger coup d’épaule au cas où je n’aurai rien remarqué.

– C’est normal ? susurre-t-elle à mon oreille par souci de discrétion.

– J’en sais rien.

Autant faire l’innocente où elle m’assommera de questions. Une trans doit montrer un entêtement typiquement féminin pour oser la vaginoplastie. La présence de Margaux dans la salle d’examen m’étonne à peine ; la blondinette a compris l’intérêt qu’une jolie nana un peu timide peut susciter dans un endroit pareil, pas seulement auprès des détenues en manque d’affection. Elle recherche désespérément une protectrice capable d’améliorer sa situation en bas de l’échelle, on dirait que la place d’assistante médicale lui plaît. Une blonde et une rousse, la vieille a l’embarras du choix.

– Détendez-vous. Comment était votre vie sexuelle avant l’incarcération ?

– Normale, je crois. Je n’ai jamais eu beaucoup d’envie de ce côté-là.

Menteuse, ses intentions étaient claires dans ma cellule l’autre jour.

– Voyons cela, il y a souvent une cause psychosomatique au manque de libido. Vous êtes gay ou hétéro ?

– Euh... hétéro, enfin j’ai eu un copain, un seul.

Mouais, ça ne t’empêche pas de te jeter au coup d’une nana que tu ne connais pas. À voile ou à vapeur, tout dépend des circonstances.

– Des problèmes à la pénétration, des douleurs, de la gêne ?

Le jargon médical ne change rien à la situation, la toubib s’excite à l’idée d’entendre Margaux lui révéler ses secrets intimes.

– De la gêne, oui c’est ça.

– Comment se passaient les préliminaires, fellation, cunnilingus ?

– Fellation, jamais l’autre.

Même moi, ça me donne envie de l’écouter. Par contre, Gaby commence à paniquer, son tour viendra ensuite.

– Personne n’a voulu vous lécher le minou ici ? C’est une pratique habituelle dans un univers clos comme une prison, qui n’a rien de malsain.

– Certaines ont essayé, j’ai vu faire mes camarades de cellule.

Putain de merde, on la croirait sur parole tant Margaux y met du cœur.

– Déshabillez-vous, un examen gynécologique révèlera d’éventuels problèmes.

La combinaison tombe par terre, suivie de la culotte. La toubib prend une paire de ciseaux sur l’étagère des instruments, Gaby tremble contre mon bras.

– Détendez-vous, je vais seulement dégager la fente pour faciliter l’examen. Je peux tailler la toison pubienne si vous le souhaitez, ce sera plus mignon.

J’aimerais qu’on me le fasse aussi ; malheureusement, jamais une matonne ne nous filera un objet coupant quel qu’il soit.

 

♀♀
 

– Installez-vous. Une bière, un verre de vin ?

Où est le piège ? Il doit y en avoir un. La surveillante en chef est venue me chercher à l’infirmerie avant le départ de la blondinette, direction le petit appartement de fonction au premier étage du bâtiment administratif. Tant pis, je prends le risque d’accepter. La préventive plus deux mois et demi au pénitencier, ça en fait trois sans boire une goutte d’alcool, la tentation est trop forte.

– Une bière, merci.

– J’ai étudié votre dossier, étudiante en 3ème année d’histoire contemporaine à la fac d’Angers, vous prépariez une thèse sur les conditions de vie en milieu carcéral en 2015. Le début du siècle vous fascine ?

– Plutôt les raisons de la transition entre la société d’avant et celle d’aujourd’hui.

Je me retiens avec peine de dénoncer le capitalisme outrancier au mépris des libertés individuelles, la pauvreté galopante de la classe ouvrière, l’insécurité liée à la faillite du système éducatif, les droits des citoyens bafoués sans que le Conseil constitutionnel trouve à y redire, les mensonges orchestrés au plus haut niveau de l’État. Une gorgée de bière renforce le besoin de parler. Fais gaffe, Louise, tu avances en terrain glissant. La surveillante s’installe près de moi sur le canapé moelleux.

– La crise sanitaire des années 2020, tout ce qui en a découlé, une sale époque, mes grands-parents en parlent encore. On en subit les conséquences, les détenues pourraient se cultiver un peu, se donner la chance d’un avenir meilleur à leur sortie, mais la plupart ne font aucun effort personnel, elles attendent que l’administration prenne les décisions à leur place, il y a forcément des drames. C’est un cercle infernal, mais la direction générale pénitentiaire ne prend aucune mesure.

Un tel discours dans la bouche d’une matonne a de quoi surprendre, l’idée d’un piège se précise. J’ai appris à me méfier à mes dépens depuis mon arrestation, rien ne garantit qu’elle n’essaie pas de m’amener en douceur à dénoncer des camardes révolutionnaires, un juge a tenté le coup au cours de l’instruction de mon affaire.

– Bon ! Parlons peu, parlons bien. Votre codétenue vous tient en haute estime, et je lui fais confiance. Vous savez qu’elle m’aide à préparer le concours d’entrée à l’école de police judiciaire, j’ai besoin de vous pour les devoirs d’histoire.

Ah oui ! Rien en échange de ma collaboration à part une bière, aucune promesse ? Ça me rassure dans un sens, quand c’est trop beau pour être vrai, c’est faux en général. Et pourquoi préciser « police judiciaire » ? C’est évident, cette femme est au courant de mes échanges avec Christelle.

– Qu’en dîtes-vous ?

La surveillante en chef respecte toutes les détenues, elle a désamorcé la situation de crise ce matin sans donner de la matraque, alors pourquoi ne pas lui faire confiance. Je comprends l’empressement de Christelle à passer du temps ici.

– Comment on fait ?

– Vous viendrez le dimanche avec Maillard, on travaillera au calme. Autrement, tout se passe bien ? Pas de souci particulier ?

La scène à l’infirmerie me revient en mémoire.

– Je pense à l’hygiène intime, les femmes en ont besoin, la cire épilatoire ne fait pas tout. La coiffeuse pourrait tailler aussi les toison pubiennes avec sa tondeuse, beaucoup apprécieraient le confort, surtout avec l’arrivée des grandes chaleurs de l’été.

– Le bien-être a un effet bénéfique sur le moral. Excellente idée, Louise, je vais faire mon possible. Vous voulez rester dîner avec moi ? Je peux passer un coup de fil au bloc A, on discutera du bon vieux temps comme disent mes grands-parents. 

J’apprécie que ce soit une question, non un ordre. Gaby a sans aucun doute prévenu Christelle que je suis avec la surveillante en chef, elle ne s’inquiètera pas.

 

♀♀
 

On a discuté devant une deuxième bière, puis encore une autre, j’ai eu le bonheur de couper mon steak avec un vrai couteau, de boire du vin rouge aussi ; c’était retrouver les goûts de la liberté. La surveillante ne semblait pas pressée de me raccompagner malgré l’heure avancée, aucune raison de paniquer, elle garantissait que je serais rentrée avant l’extinction de la lumière. Dommage, une nuit dans un bon lit n’aurait pas été pour me déplaire, même dans celui d’une matonne... très attirante.

– Te voici professeur d’Histoire, pouffe Christelle devant le lavabo de la salle de bain, ensuite, vous avez arrosé ta promotion.

– Heureusement qu’on n’a croisé personne, j’étais bonne pour le mitard.

Ma codétenue rince sa bouche pleine de dentifrice, souriante.

– Elle a dégagé la voie, c’est le privilège de la cheffe. Maintenant, évite de dégueuler devant les caméras. Besoin d’un coup de main ?

Oh oui, cette maudite combinaison fait de la résistance ce soir, mes mains ne savent plus où se trouve la fermeture éclair.

– Tu crois qu’elle en est aussi ?

– De quoi tu parles ?

– La surveillante, elle goûte de la chatte ?

Punaise, je n’ai plus employé ce vocabulaire de macho lesbophobe depuis un bail, c’est l’alcool. Je ne suis pas vraiment saoule, plutôt rattrapée par le manque d’habitude. Ma complice se marre en faisant glisser ma culotte. De nouveau le souffle tiède, sur mon minou cette fois.

– Ça y est, les femmes t’attirent maintenant. Tu deviens une véritable lesbienne ou un mec t’attend à la sortie ?

– Je lui dirais d’aller se faire voir. Je ne peux plus regarder une nana sans penser à m’envoyer en l’air, je jouis presque à tous les coups avec toi. C’est un signe, non !

Christelle m’accompagne à la douche, son calme cache ses émotions.

– Là, c’est l’alcool qui parle. J’ai connu ça aussi peu de temps après mon arrivée. La toubib m’a expliqué que l’esprit se protège dans un univers exclusivement féminin. On peut être une obsédée et avoir un diplôme de phycologie, sourit-elle au sujet de la vieille qui officie à l’infirmerie. Certaines ont sans aucun doute viré de bord, je te l’accorde, mais la plupart ont retrouvé leur vie d’avant, du moins en ce qui concerne le sexe.

Redevenir la gentille petite Louise trop complexée pour refuser du plaisir aux mecs au lieu de penser au sien ? Oh non ! Le temps de la soumission est derrière moi.

 

♀♀
 

Raz le bol des discussions sérieuses ce soir, même des discussions tout court. L’alcool a réveillé le démon, j’attire Christelle sous la douche. Sa bouche s’ouvre sous la poussée de ma langue, son haleine mentholée m’enivre. Elle me rend mon baiser avant de se dégager en riant.

– Doucement, ma belle, laisse-moi faire.

D’accord, j’ai une envie pressante de me faire baiser, de jouir, les évènements passés de l’infirmerie à l’appartement de la matonne ont servi de préliminaires qui s’éternisent trop à mon goût, mon corps réclame sa part d’exubérance.

– Attends !

Christelle me coince contre la cloison, elle investit mon minou d’un doigt.

– La vache, qu’est-ce que tu mouilles.

– Un autre...

Le souffle court, je n’arrive plus à parler. Ma complice m’enfile un deuxième doigt, je me sens enfin comblée. Elle me baise tout debout dans la douche, sans cinéma, ça me plait au-delà de mes espérances. Je suis trop occupée à m’accrocher à n’importe quoi pour lui rendre ses caresses. Pourquoi, quand c’est si bon, je ne pense qu’à éviter de me casser la gueule, ça m’agace.

– Chut, laisse-toi aller.

Christelle ressent la crispation qui m’empêche de profiter pleinement de l’instant. J’ai besoin de sa force. Elle se colle à moi puis passe l’autre main sous mes fesses, ça va mieux, le plaisir revient, furieux. Sa bouche se colle à la mienne, nos langues se mêlent dans un baiser baveux. Je vais exploser.

La main s’anime entre mes fesses, un doigt taquine mon trou du cul, la crispation ne dure qu’une seconde de surprise. Qu’elle fasse ce qu’elle veut, qu’elle m’encule si ça lui fait plaisir, je ne m’appartiens plus. Non, Christelle se contente de jouer avec mon œillet tandis qu’elle me baise. Douceur d’un côté, brutalité de l’autre, je suis aux anges.

La garce stimule mon clito du pouce, je gémis. Elle crochète ses doigts en moi, c’est le bonheur total. Dans la nébuleuse de la jouissance, je sens la phalange percer mon cul, mon corps accepte sans souci, quant à mon esprit...

 

♀♀
 

On a eu le temps d’arriver aux couchettes avant l’extinction de la lumière. Christelle est tombée sur ma couche, emportée par mon élan. Un sein lourd frémit, je trouve le téton, l’enrobe de ma langue ; aucun homme ne peut m’offrir le bonheur de prodiguer cette caresse. Quant à la pipe, je lui préfère le cunni.

– Pas ce soir, ma belle.

Dommage, brouter son minou me procure beaucoup de plaisir, j’adore me régaler de sa mouille. Je m’endors en pensant comme une véritable gouine.

 

♀♀
 

La nuit s’estompe par la lucarne, on doit approcher des 6 heures du matin. Christelle dort paisiblement étendue sur le dos, désirable dans l’inconscience, peut-être à rêver de liberté. Le drap a glissé, laissant son corps nu, une invite à un réveil coquin. Je me glisse entre ses cuisses avec précaution, ce serait trop bête qu’elle ouvre les yeux à cause d’un geste précipité. Je veux la faire s’évader par le plaisir, j’en ai désormais le pouvoir.

Diffuse en direct !
Regarder son live