Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 169 fois
  • 86 J'aime
  • 5 Commentaires

Chroniques pénitentiaires d'une rebelle 1

Chapitre 8

Lesbienne

8 L’ordre et la morale

 

Samedi 16 juillet, le vague à l’âme s’invite, ma frangine en est déjà à deux semaines de vacances. On devrait être ensemble en train de déjeuner au bord de la piscine dans le jardin, elle m’aurait demandé de planter une toile de tente à quelques pas de la maison, un domicile éphémère rien qu’à nous, pour passer les nuits à compter les étoiles, et on se doucherait sous l’arrosage automatique pour faire hurler maman. Mon dévouement à la cause révolutionnaire a exigé un terrible sacrifice, Manon est une victime indirecte de ce combat amorcé dans l’espoir de lui offrir la possibilité de choisir son avenir, un droit qui nous a été confisqué.

Je me secoue, interdiction d’afficher un coup de blues en public. La rouquine qui bossait à l’infirmerie est au mitard depuis ce matin ; d’après « Radio prison », elle serait à l’origine de la fuite du dossier médical de Gaby. Le problème de la copine a été résolu la semaine dernière dans l’indifférence générale, sauf de l’équipe de la buanderie où ses talents de comique nous manquent. Petite consolation, l’administration a organisé son transfert dans une taule au régime moins sévère, elle y a retrouvé une autre trans. L’information de première qualité vient de la surveillante en chef, je connais maintenant la source de Christelle. Encore un secret entre nous qui disparaît.

Son départ a ravivé le délicieux souvenir de la journée passée en sa compagnie dans le bâtiment administratif. Gaby est bien une femme, physiquement, mentalement et pour le reste aussi. J’espère que ça l’aidera à surmonter les moments difficiles, quel que soit l’endroit où elle se trouve. Qui sait, nos exploits se retrouvent peut-être immortalisés sur une clé USB classée parmi des milliers d’autres dans la salle des archives. J’imagine la tête des contrôleurs du département de la justice dans le cadre d’une enquête interne approfondie. Ça vaudrait presque le coup de se faire une connerie pour voir des hommes s’étrangler de rage devant le spectacle.

C’est la canicule, les heures de promenade ont été aménagées en conséquence. Le réchauffement climatique ne fait plus débat nulle part, on est en plein dedans. Même diminuée, la banquise résiste aux pôles, la forêt amazonienne tient le coup. Les animaux s’adaptent à une nature hostile, comme les mammifères marins et les poissons, aucune espèce n’a disparu contrairement aux prévisions pessimistes du début du siècle. Finie l’utilisation des énergies fossiles, place au dessalement d’eau de mer, à la généralisation des cultures OGM, à la climatisation sans rejets de fluides frigorigènes, au recyclage des eaux usées, l’humanité se débrouille pour survivre, nous aussi.

 

♀♀
 

On a enfin perçu les combinaisons d’été, manches courtes et jambes coupées au-dessus du genou. Le port du short obligatoire dans un pénitencier, voici une révolution à laquelle je ne m’attendais pas. Ça ne change pas grand chose tellement l’air est chaud dehors, mais tout ce qui nous sort de la routine est bienvenu. Certaines prennent la pose devant le réfectoire, on croirait des mannequins rassemblés pour un défilé de mode sous le regard agacé des matonnes. L’administration n’a pas prévu d’uniformes légers pour elles, je les plains. Il n’y a que Laval qui ne m’inspire aucune pitié.

L’exposition de ces corps en partie dénudés est une véritable incitation au fantasme, comme la peau de ces bras et de ces jambes doit être douce à caresser. C’est plus fort que moi, j’essaie d’imaginer ce qui se cache encore sous le tissu, d’avoir une idée plus précise du physique de certaines, de véritables canons qui me font saliver. Le mien me satisfait enfin, il était temps. Christelle a fait de moi une sportive accomplie ; mon mental aussi en sort raffermi.

On dirait que l’enfermement est en train d’avoir raison de ma période hétéro. Qu’en sera-t-il à ma sortie ? C’est loin, j’y penserai plus tard. Dimanche dernier après le repas du soir, j’ai passé un moment en belle compagnie. C’était juste un peu de bon temps, pas question de m’attacher ni de briser des cœurs, encore moins de taper l’incruste dans une relation déjà établie. En rentrant, j’ai tout raconté à ma codétenue. Les détails l’ont amusée, rassurée aussi. J’imagine que ça la soulage un peu de me voir cavaler après d’autres fesses que les siennes, même si je reste à sa disposition.

– Eh !

– Pousse-toi, j’ai la dalle.

La nana devant nous chancelle sous le coup d’épaule de la nouvelle, une teigne à la face cramoisie, fière d’exhiber un tatouage de gang au bras gauche. Sa doctrine tient en cinq mots : « Je veux donc je prends », pas la plus cool des philosophies. Christelle l’a repérée hier soir au réfectoire, aussitôt classée dans la catégorie caïd, dangereuse car imprévisible, un poids lourd dans tous les sens du terme. Silencieuses mais attentives, conscientes de la menace qui pèse désormais sur la tranquillité de toutes les détenues du bloc A, on fait une place à la fille. Il va nous falloir ouvrir l’œil.

– Allez mesdames, avancez, souffle la surveillante pressée de se réfugier dans la fraîcheur du bâtiment climatisé.

– Ta gueule.

Le conseil murmuré de Christelle me retient. Pourquoi faut-il que je prenne toujours la défense des faibles ?

 

♀♀
 

De retour à la buanderie en début d’après-midi, mes pensées se tournent vers demain, un autre dimanche chez la surveillante en chef nous attend, loin de la cellule, des bruits de coursive, des coups de sifflet qui rythment le quotidien, des regards suspicieux des matonnes, des larmes déguisées en sourires des détenues au retour de la visite d’un proche, de la fausse indifférence de celles qui restent seules, obligées de planquer leur déception derrière un paravent d’occupations plus ou moins grotesques jusqu’au clic sinistre du verrouillage des portes après le repas du soir.

Nous pendant ce temps ? On s’habitue aux bières, aux bons petits plats, surtout à la considération. Jouer au professeur me replonge dans l’univers de la fac, de l’histoire avec un grand H, celle dont les humains refusent de tirer les leçons, persuadés qu’ils sont de faire mieux que leurs prédécesseurs. Des premiers embryons de civilisation datant de plusieurs millénaires aux sondes dans l’espace du milieu du 21ème siècle, on tourne en rond, les mêmes mauvais choix entraînent les mêmes maux. La nature va se libérer des pauvres virus que nous sommes un de ces jours, elle aura bien raison.

– Arrête de gamberger, ça fume.

Le blague de Christelle sur le point de s’enfermer aux toilettes traduit l’ambiance, tout va bien, le travail allège les pensées les plus morbides. Après, j’ai rendez-vous avec Cat, une idée impensable à mon arrivée tant le cercle intime de Laval me paraissait dangereux. Ça fait longtemps qu’il n’y a plus de prédatrice au bloc A, aucune détenue n’a envie de rétablir le règne de la peur, tant mieux. Perso, je ne cherche que le plaisir synonyme d’évasion temporaire, les autres me respectent car je donne autant que je reçois. La tranquillité incite les matonnes à fermer les yeux sur mes débordements dignes du Kamasutra lesbien.

– Toi ! file-moi une culotte pour mes règles, ça urge.

La nouvelle vient de faire irruption dans la buanderie, la brute ignore la notion de politesse ; non en fait, elle s’en moque royalement. La pauvre Gaby était plus féminine que ce tas de muscles sorti d’un magazine pour culturistes. On la regarde s’avancer en roulant des épaules vers la table où trônent les restes appétissants de la pause café, la vieille surveillante lui coupe l’herbe sous le pied en faisant disparaître les gâteaux. La femme de Cro-Magnon fulmine.

– Quelle taille ? demande Virginie sur le qui-vive.

– Extralarge, connasse. Dépêche-toi !

La matonne qui accompagne la nouvelle, jusque-là adossée en simple spectatrice au chambranle de la porte, décide enfin d’intervenir pour éviter que les évènements ne dégénèrent vraiment. Je ne serai pas mécontente de savoir cette brute épaisse au mitard à défaut de la voir transférée ; certains individus inaptes à la vie en communauté doivent être écartés pour le bien du plus grand nombre. Jamais je ne serais crue capable d’une telle pensée.

– Dis donc, Vallin, tu vas te calmer un peu...

– Oh toi, la vache, ta gueule !

Dans l’ancien temps, les surveillants pénitentiaires étaient couramment appelés des peaux de vache, j’ai lu ça quelque part. Vache est un raccourci.

 

♀♀
 

Merde ! Après avoir assommé sa gardienne d’un violent coup de coude à la tempe, l’éléphante veut étrangler la nôtre pour l’empêcher de donner l’alerte, Léa se retrouve coincée avec Virginie contre le séchoir, de toutes façons impuissantes face à une pro de la bagarre aussi déterminée. Qui sait quels dégâts ce monstre va faire ensuite, chercher à nous éliminer toutes ? Et Christelle encore enfermée aux chiottes ; le moment est mal choisi d’avoir la courante.

Tant pis ! Je parviens à lui faire lâcher prise d’un violent coup de genou dans les reins. N’importe qui aurait hurlé, pas Vallin qui se retourne, le visage déformé par une grimace, à moins que ce ne soit par un rictus. Je m’interrogerai plus tard sur le bien-fondé de mon intervention.

– Tu veux jouer, salope.

Oh putain ! Elle est rapide, une gifle manque de me déboîter la mâchoire, je vacille comme la flamme d’une bougie. Encore une, et je serai complètement éteinte. Un coup au ventre me plie en deux ; pourtant, j’ai réussi à l’esquiver en partie. Mon dos s’écrase contre la table, nouvelle douleur.

Par chance, Vallin ne tire pas profit de son avantage, le jeu l’amuse, elle cherche le corps-à-corps dans lequel mes chances seront réduites à néant. J’évite l’étreinte mortelle une fois, deux fois. Les conseils de Christelle tournent en boucle dans mon cerveau. Une grosse main glisse sur mon avant-bras, des ongles s’incrustent dans ma peau. La transpiration vient de me sauver.

Une idée farfelue éclot dans mon cerveau en ébullition, je fais des moulinets avec mes mains histoire d’accaparer l’attention de Vallin, ça la distrait. Rit tant que tu peux, ma grande, laisse-moi seulement la moindre ouverture. L’occasion se présente enfin, je lui balance un coup de pied dans l’entrejambe, de toutes mes forces, quitte à la détruire, c’est elle ou moi.

Homme ou femme, résultat garanti, la grosse tombe à genoux, les mains crispées à l’endroit douloureux de son anatomie. Je ne veux pas lui laisser la moindre chance de se remettre, deux coups de poings devraient la mettre K.O. pour de bon. Oh non ! Elle se relève, prête à remettre ça. À mon cou de morfler, griffé par la patte d’ours.

En reculant, mon bras heurte la bouilloire électrique sur la table. Putain c’est chaud ! Tant pis pour la beauté du geste, rien ne compte que survivre. Un coup à la tête la sonne cette fois, du sang coule de son nez déformé, elle s’écroule. Je reste comme une conne avec l’anse cassée à la main.

Enfin sortie des toilettes, Christelle se précipite, son premier réflexe est d’appuyer sur le bouton d’alarme, puis de ranimer notre gardienne encore sans voix, les cordes vocales maltraitées un instant plus tôt par l’étranglement. Sa collègue gémit, elle aussi devrait s’en tirer plutôt bien avec une belle bosse.

 

♀♀
 

La porte à commande vocale se referme, le timbre un peu gêné de la matonne est le dernier son qu’il m’est donné d’entendre, le silence devient aussitôt lourd, lugubre. Une seule couchette, une douche plus petite, le miroir au-dessus du lavabo a disparu ou n’a jamais été installé, aucune lucarne, ni table ni chaise, encore moins de télé, c’est propre mais le mobilier de la cellule au sous-sol est réduit au strict minimum. Je me retrouve au mitard, ainsi en a décidé le directeur malgré les témoignages en ma faveur des deux surveillantes présentes à la buanderie.

On m’a retiré mes fringues, des fois que je voudrais me pendre avec la combinaison ou m’étouffer avec la culotte ; mais non, l’heure n’est pas encore à la déprime, de plus, le suicide est un manque de savoir vivre. Tant que je pourrai rire de mes jeux de mots débiles, ma combativité restera intacte, celle d’une révolutionnaire prête à défendre ses idées, à se défendre au passage, ma réaction dans l’après-midi le prouve. M’asseoir pour gamberger ou m’allonger et essayer de dormir ? La deuxième option semble préférable, tous mes muscles endoloris réclament du repos.

Ouille... Le tas de sacs de linge à la buanderie serait plus confortable, mes mains me font un mal de chien, mon cou et mon bras me brûlent, mon dos me lance. Pendant ce temps, l’autre cinglée se fait peut-être dorloter à l’infirmerie. Si c’est le cas, j’espère que la toubib l’a bien sanglée avant, ce n’est plus mon problème. Dormir, éviter de penser, récupérer physiquement et mentalement, le moral suivra. Ma petite sœur chérie, qu’est-ce que ce monde pourri a fait de moi ? Tiens le coup pour nous deux, je t’en prie, écris-moi que tu vas bien.

 

♀♀
 

– Merde ! T’étais où ? Elle a fait fort, la garce. T’as mangé au moins ?

Oui Christelle, moi aussi je suis heureuse de te revoir. Laisse-moi m’asseoir s’il te plait, ce n’est pas la grande forme ce soir, ça m’apprendra à me mesurer à King Kong. Pas sûr que ma codétenue connaisse cette référence cinématographique d’un autre âge.

– On en parlera là-haut.

J’entends par là dans le luxe de notre cellule au 1er étage, pour l’heure, on est toutes réunies au rez-de-chaussée jusqu’à 20 h 30. La promenade du soir se fait désormais après le repas, canicule oblige ; d’ailleurs, bien peu osent franchir la porte ouverte sur la cour transformée en four sous le soleil implacable. Il suffirait de bâcher pour bénéficier d’une ombre bienvenue. Inutile de fantasmer, on échapperait à la vigilance des gardes sur les miradors.

Toutes me dévisagent avec bienveillance, je suis l’attraction du moment, la sauveuse du bloc A tant Vallin inspirait la terreur depuis son irruption au réfectoire la veille. Il y a les regards soulagés, amicaux, pleins de gratitude, certains ambigus laissent entrevoir de possibles rapprochements, même de la part des saintes nitouches. Toutefois, j’en sens un plus insistant que les autres à la porte des toilettes. Cat, notre rencard m’est sorti de la tête, pas de la sienne apparemment.

– Tu devrais la rejoindre, pouffe Christelle à mon oreille. Premier devoir d’une super-héroïne : ne jamais décevoir son fan club. En plus, elle à l’air plutôt bien foutue, on dirait toi à ton arrivée.

Exact, les rondeurs dont je voulais me débarrasser paraissent plus attrayantes chez les autres, la marque d’une féminité accomplie. Malheureusement, je ne suis pas certaine d’être en état de satisfaire qui que ce soit ce soir.

– T’as tort, baiser libère des endorphines, littéralement de la morphine endogène. Les endorphines de synthèse sont utilisées en médecine pour soulager la douleur.

– J’ignorais que tu avais un diplôme de chimie.

Ça explique peut-être le comportement de la toubib, elle se tape les détenues dans un but thérapeutique.

 

♀♀
 

La porte du chiotte verrouillée, Cat me fait asseoir sur la cuvette avant de m’offrir un strip-tease. La belle sait ce qu’elle veut, aussi comment l’obtenir, preuve que sa naïveté n’est qu’apparente. Elle joue avec le zip de sa combinaison jusqu’à dévoiler deux petits seins tendus tournés vers l’extérieur et... hummm ! les jolies aréoles roses boursoufflées, de l’insolence pure.

La plupart des poitrines se ressemblent sous la combinaison, exceptée chez certaines dotés d’arguments très volumineux. Celles-là doivent regretter leur soutien-gorge. C’est ce qui m’attire en premier, le symbole de la féminité. Toucher des seins, en apprécier la texture singulière, les caresser, me régaler de faire bander un téton entre mes doigts, ou mieux, le sentir durcir dans ma bouche, il n’y a pas mieux. J’ai envie de ceux de Cat.

La coquine me repousse, joueuse, une étrange lueur dans le regard brillant m’incite à la patience. La combinaison glisse, ses rondeurs se dévoilent, j’examine la peau hâlée, le nombril profond entre les hanches larges. Elle se tourne pour m’offrir la vision de ses fesses rebondies puis, me sentant hypnotisée, se retourne ; la fente nue de l’abricot dodu sous le pubis glabre me laisse sans voix, la bouche ouverte sur un compliment muet.

Pourquoi une nana de 20 ou 21 ans s’évertue-t-elle à cultiver une apparence de nymphette dans un endroit où la maturité est synonyme de force de caractère ? Mystère, sa réputation de simplette découle sans doute de là. Et à la prudente réserve des autres à son égard, sa stratégie fonctionne. En tout cas, ça lui va merveilleusement bien. J’ai envie de ce corps neuf, je l’enlace. Mon initiative ne rencontre aucune opposition cette fois, tant mieux.

– Laisse-moi faire.

Cat plonge une main dans l’échancrure de ma combinaison, jusqu’au bout maîtresse de la situation, manipulatrice dans l’âme ou par la force des choses, la caresse imposée me fait frémir. À bien y réfléchir, c’est elle qui a provoqué la situation, qui va mener la danse à sa guise. La jolie garce lèche les traces de griffure dans mon cou tandis qu’elle me déshabille. J’ai chaud.

 

♀♀
 

– Waouh, ça marche on dirait.

J’ai moins mal, c’est vrai, par contre, je ne m’attendais pas à ce que Cat me laisse sur ma faim, la manipulatrice a vite montré ses limites, ou ses intentions de m’en donner le moins possible. Un baiser sans saveur, les lèvres pincées pour interdire l’accès de sa bouche à ma langue, quelques attouchements malhabiles sur mes seins qu’on ne peut pas qualifier de caresses, en évitant soigneusement mes tétons, une manipulation hâtive de mon clitoris, puis plus rien. J’aurais eu davantage de plaisir à me masturber en regardant sa photo. Pourquoi m’avoir allumée dans ce cas ?

– C’est le bordel dans ma tête, Christelle. Je deviens tout ce dont j’avais horreur dans ma vie d’avant, j’ai l’impression de penser comme un connard de macho des quartiers populaires, ça me fiche vraiment la trouille, tu sais.

Ma complice m’aide à tomber la combinaison pour éviter de réveiller des douleurs sous-jacentes, attentive aux bleus, aux griffures et autres témoignages de la violence de la confrontation sur mon corps meurtri. Un sourire contrit traduit l’amertume de ne pas avoir été là pour moi au moment critique.

– Mécanisme d’autodéfense, ma belle. Comment tu crois qu’une lionne survit dans la nature ? En se montrant aussi sauvage qu’un mâle, parfois davantage. Vallin a perdu car elle raisonne en mec, toi, t’as eu le courage d’une lionne, le comportement d’une lionne pour défendre les personnes qui te sont proches. Je peux t’assurer que t’es une nana, une jolie nana en plus.

Ô Christelle ! Tu me cherches ? On n’a pas baisé depuis quatre semaines, enfin elle, parce que moi... Pourtant, la plus lesbienne du bloc A ne me donne pas autant de plaisir, sans doute une question de confiance. Je l’attire dans la salle de bain, une idée bien arrêtée derrière la tête, on a le temps avant l’extinction des lumières.

– Qu’est-ce que tu veux ?

– Chut, fais-moi plaisir.

Je badigeonne son intimité de cire liquide si maladroitement que la toison pubienne va morfler. Tant pis, ce sera une épilation intégrale. Le jeu réveille une excitation en sommeil, le besoin de chasser cette maudite frustration. Le meilleur moyen de retrouver mon âme de nana est de me comporter comme telle, de réinitialiser le processus de l’étrange complicité qui pousse les filles à se découvrir entre elles, quitte à développer une aversion pour les bites. J’aurais peut-être dû m’appliquer un peu plus quand j’en avais l’occasion à l’extérieur.

– Et maintenant ? glousse la copine étonnée.

On attend puis on rince. Après, on vérifie la théorie des endorphines, j’ai envie de prolonger les essais thérapeutiques.

 

♀♀
 

Le sommeil me fuit, faire une sieste de trois heures au mitard n’était pas une bonne idée. La matonne, étrangement respectueuse, m’a réveillée avec un copieux plateau repas accompagné d’un jus d’orange délicieux, un gage de reconnaissance pour avoir volé au secours de ses collègues, une largesse autorisée par l’absence de caméras au mitard. J’ai agi par réflexe, merci Christelle d’avoir développé certains automatismes de défense, merci aussi à la vieille surveillante en charge de la buanderie d’avoir fermé les yeux au risque de perdre sa place.

J’ai apprécié l’intention autant que la boisson, c’était presque aussi jouissif que de casser la gueule à l’autre folle. Coupable de rébellion, de violence à l’encontre des agents de la force pénitentiaire, Vallin finira en centre disciplinaire de très haute sécurité le temps de sa peine, auquel s’ajouteront trente ans pour tentative de meurtre, mais pas avant d’avoir subi un traitement spécial entre ces murs. On ne la reverra plus au bloc A, elle ne manquera à personne.

Je retrouve Christelle sur sa couche, son sourire dans la pénombre à travers la lucarne brille davantage que la lune. Elle attire ma tête contre sa poitrine, porte un sein contre ma bouche comme le ferait une mère prête à allaiter. J’ai envie de la caresser, la copine m’en empêche. Une main m’étreint, l’autre couvre ma conque. Contrairement à Cat, elle ne me laissera pas en plan.

– Tout va bien, ma belle.

Le comportement maternel me rassure tandis que je tête goulument ce sein auquel je me cramponne, ma vie en dépend. Christelle titille ma vulve d’un doigt charitable. Mère ou grande sœur, elle refuse de me voir souffrir. Je commence à mouiller, ce qui l’incite à une exploration plus poussée. Un deuxième doigt rejoint le premier, les deux trouvent mon vagin lubrifié. Oui... elle va soigner mes blessures.

Dans le flou de l’étreinte, le soupir singulier de Christelle dénonce un malaise. Je change de sein, elle reprend son manège. Les « floc, floc » du va-et-vient des phalanges dans ma mouille couvrent le silence, le bruit exacerbe mon désir. Je n’ai plus mal. Son pouce effleure mon clito, le plaisir monte.

Diffuse en direct !
Regarder son live