Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 374 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Cité U

Chapitre 1

Divers

A cette époque, j’étais étudiant à l’université. Habitant relativement loin de la fac, j’ai loué une chambre de cité universitaire. Ce Dimanche, comme tous les Dimanches soir, je rentrais à la cité U. Mais ce soir là, j’avais décidé de faire une surprise à une copine qui habitait dans un petit appartement qu’elle partageait avec une autre étudiante. La copine s’appelait Céline. Une brune aux yeux bleu. Physiquement, elle était assez costaud mais pas dénuée de charme. Son tour de poitrine devait avoisiné le 95C pour 1,70m. Ce Dimanche, j’étais donc parti un peu plus tôt de chez mes parents et j’arrivais donc en vue de son appartement vers les 16H. Je sonnais. Il se passa plusieurs secondes avant que j’entende une réaction. - Oui, j’arrive. Elle ouvrit la porte avec un large sourire visiblement pas mécontente de me voir. Elle était vêtue d’un survêtement tout ce qu’il y a plus ordinaire ainsi que d’un Tee shirt. Je l’interrogeais sur son occupation du moment. Elle me répondit qu’elle lisait. Je me dirigeais vers son salon pendant qu’elle passait dans la cuisine pour boire un verre d’eau. J’ai trouvé le magnétoscope allumé. Je mets en lecture le magnétoscope. Je découvre qu’il s’agit d’un film porno. Céline apparaît dans la pièces toute gênée de constater que j’ai découvert son occupation. Je prends sa main droite et la porte à mon nez de façon à conforter les soupçons que j’avais maintenant sérieusement. Effectivement, ses doigts avaient le doux parfum de son intimité. Je lui propose donc de poursuivre la séance qu’elle avait due interrompre à cause de ma visite. Nous nous installons par terre face à la télé. J’étais malgré tout un peu gêné car pas habitué à me masturber devant une copine. Elle semblait, pour sa part, ne pas avoir d’état d’âme. Elle avait déjà remis sa main dans son survêtement et s’activait furieusement. Je prenait le soin de desserrer ma ceinture de façon à faciliter le passage de ma main. Je commençais à mon tour à effectuer quelques mouvements de va et vient dans mon slip. Compte tenu que mon jean était relativement serré, la man?uvre n’était pas aisée. Céline se rendit vite compte à quel point je me débattait. Elle me proposa de me mettre plus à l’aise en enlevant mon pantalon complètement, m’indiquant qu’elle avait une certaine habitude de voir des pénis. Pour me détendre, elle prit l’initiative en enlevant son propre pantalon ainsi que son slip. Je découvris une toison très noire et relativement fournie bien qu’épilée au niveau des lèvres ceci afin probablement de faciliter les cuni lingus. Après s’être installée de nouveau, elle reprit sa besogne et introduit largement son majeur dans son vagin. A mon tour, je baissais mon pantalon et retirais mon slip que je descendais jusqu’au cheville. Elle regardait avec intérêt ma queue bien bandée. Je repris également ma masturbation. Je sentais le plaisir monté. L’éjaculation n’était pas loin. Il est vrai que de ce côté là, je n’avais pas une grande résistance, étant fortement sujet à l’éjaculation précoce malheureusement pour moi et mes partenaires. Céline me proposa alors que chacun s’occupe de l’autre à tour de rôle plutôt que de rester chacun dans son coin. Je l’acceptais volontiers, lui proposant même de commencer, me permettant ainsi de retarder mon orgasme. Je m’installais donc entre ses jambes largement écartées. Pendant qu’elle continuait à suivre le film, j’entrepris de lui lécher le sexe. Il était déjà largement ouvert et détrempé. Je goûtais avec délectation le liquide qui s’en échappait. J’insistais particulièrement sur son clitoris ce qui la conduit à l’orgasme au bout de quelques minutes. C’était maintenant à son tour de me faire jouir. Elle se mis donc en position de façon à pouvoir engloutir ma queue dans sa bouche. Je n’avais pas eu souvent l’occasion d’avoir des relations avec des filles qui aimaient pratiquer la fellation. J’en pris d’autant plus de plaisir. Il me fallut assez peu de temps pour parvenir à l’orgasme. Ne m’étant pas masturbé depuis plusieurs jours, je la gratifiais de 4 à 5 giclées bien épaisses qu’elle avala avec délectation. On avait maintenant totalement oublié le film qui continuait à se dérouler. Je lui proposais de s’allonger après qu’elle retirait ce qui lui restait de vêtements. Elle avait une poitrine superbe. J’entrepris de téter ses mamelons. Cela semblait la faire jouir au moins autant que mon cuni lingus de tout à l’heure. Tout en poursuivant , je me plaçais entre ses jambes et approchais mon pénis de l’entrée de son sexe. La pénétration était complète. Je commençais mes mouvements de va et vient d’abord lentement puis plus rapidement. La sentant proche de l’orgasme, je sortis ma queue de son vagin, ce qui la fit protester. Je voulais faire durer le plaisir. Je lui demandais donc de se mettre à quatre pattes pour que je puisse la prendre en levrette. Je repris mes mouvements de va et vient ce qui la conduisit à l’orgasme en quelques courtes minutes. Je lui demandais de ne pas changer de position car j’envisageais, avec son accord, de la sodomiser. Elle accepta sans rechigner. J’étais satisfait car c’était la première fois que j’allais pouvoir réaliser ce fantasme courant chez les hommes mais pas toujours du goût des femmes. Je commençais d’abord par lécher son anus pour le lubrifier avant la pénétration. Elle y prenait visiblement un grand plaisir et moi aussi. Elle gémissait de plus en plus fortement. Je sentais que le moment était venu d’y aller. J’approchais donc ma queue de son trou du cul. Je poussais lentement. Ma bitte était maintenant absorbée par son cul visiblement entraînait à recevoir des engins bien plus volumineux que le miens. Je poursuivais ce va et vient pendant cinq minutes avant que je ne sente la sauce montée. J’ai alors sorti ma queue et j’ai déversé plusieurs giclées sur ses fesses rembourrées. Je fis un plaisir d’étaler le tout avec mon gland barbouillant ainsi la totalité de ses fesses. A la suite de cela, elle s’est retournée et a passé quelques coups de langue sur mon gland sur lequel luisait encore une belle quantité de sperme. Je me suis alors allongé sur le dos et lui ai proposé de venir s’empaler sur ma queue à nouveau raide. Je dois dire que je suis assez fier de la vitesse avec laquelle je connais une nouvelle érection après une éjaculation. Ceci dit, ce n’est qu’une juste compensation à mon éjaculation précoce. Elle vint alors s’installer sur ma queue en descendant assez rapidement. Je la laissais conduire le mouvement. Elle poursuivait pendant une dizaine de minutes avant d’atteindre un nouvel orgasme assez puissant. Je commençais à la sentir éssoufflé par ces exercices à répétition. L’orgasme suivant devait être pour moi. Je lui proposais donc des s’allonger sur le dos de façon à me faire une branlette espagnole avec ses gros seins. Je me plaçais donc sur son torse, ma queue entre ses seins. Elle les maintenait bien serrée autour de ma bitte. Je continuais les mouvements de va et vient pendant cinq minutes jusqu’à ce que je sente que l’éjaculation s’approchait. J’ai alors repris mon engin en main en me finissant avec une branlette. J’aspergeais alors ses seins, son visage, ses cheveux de ma semence laiteuse. Tout le sperme à proximité de sa bouche était happé par sa langue tandis que je venais essuyer mon gland encore couvert de sperme sur ses joues. J’étalais également, avec mes mains, le jus que j’avais déposé sur ses seins. Je ne pouvais me satisfaire de ce galop d’essais. Je lui demandais alors de s’installer sur le canapé se trouvant dans la pièce. Elle s’y installa jambes bien écartées pour me donner libre accès à sa chatte. Je vins donc me placer entre ses jambes et je la pénétrais alors vigoureusement. Je m’activais encore avec force malgré l’énergie déjà dépensée. Nous gémissions en c?ur prenant tous les deux un plaisir sans limite. Notre jouissance montait conjointement. Elle parvint à l’orgasme. Je la suivais quelques secondes plus tard et lui déposais une bonne quantité de sperme sur sa toison noires. Elle l’étala aussi tôt tout en s’introduisant le majeur couvert de mes sécrétions dans le vagin. Il commençait à devenir difficile d’obtenir un érection après déjà quatre éjaculations. Malgré tout, elle revenait lentement. Cette fois, je souhaitais à nouveau la sodomiser mais dans une position différente de tout à l’heure. Je la remplaçais sur le canapé et elle vint empaler son petit trou sur ma queue tout en me tournant le dos. Là encore, c’était elle qui assurait le mouvement tandis que j’en profitais pour lui caresser les seins. Cela glissait parfaitement du fait de la l’abondante lubrification de mon pénis. Cette fois, elle dut prolonger les va et vient avant de me faire atteindre l’orgasme. Lorsque je sentis la fin venir, nous nous sommes levés tous les deux, moi toujours pénétré dans son cul. Je finis avec quelques mouvements afin d’achever le travail. Mais cette fois, je choisis de lâcher ma purée dans son intestin. Les deux ou trois giclées ne furent probablement pas très abondantes. J’étais maintenant totalement achevé. Nous avons alors décider de nous en tenir là pour aujourd’hui. Je me rhabillais rapidement en lui conseillant de prendre une douche complète compte tenu de la quantité de sperme que j’avais déposé partout sur son corps et notamment dans ses cheveux. Les traces blanches se voyaient d’ailleurs très bien sur son abondante chevelure noire. L’histoire ne termine évidemment pas là. Je vous raconterais peut être la suite plus tard.


FRED

Diffuse en direct !
Regarder son live