Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 838 fois
  • 139 J'aime
  • 0 Commentaire

Claire et moi

Chapitre 1

Hétéro

Note: Cette histoire peut être considérée comme une mise en situation

Nous étions en juillet 2011, je faisais mes études quand je rencontrais Claire, elle était dans la même classe que moi car nous faisions les mêmes études et voulions exercer le même travail. C’était une belle brune, taille parfaite pour son âge, fines jambes qu’elle mettait en valeur en portant des jeans slims. Nous avions quasiment les mêmes notes, tous les deux nous ne nous approchions pas dès le début de l’année, plutôt au fur et à mesure de plus en plus elle me demandait des solutions à des questions mais je ne me plaignais pas car je le faisais moi aussi. Claire était passionné d’automobile à mon plus grand étonnement, j’appris qu’elle venait d’une famille plutôt aisé, elle aimait le Bakara... Nous avions tellement de points communs.

Un jour elle m’interpella :


— On a une interrogation une maquette à faire pour aujourd’hui? demanda-t-elle l’air apeurée.

— Oui répondis-je.

— Mince je l’ai oubliée chez moi soupira-telle.

— J’ai une voiture, si tu veux je peux aller te la chercher chez toi si tu veux proposai-je.

— Ah bon? S’étonna-telle. Si ça ne te dérange pas, j’aimerais bien.

— D’accord il y a quelqu’un chez toi pour m’ouvrir la porte?

— Non voici mes clefs, dit-elle.


Elle me donnait ses clefs que je mis dans ma poche, je sortis de l’immeuble me dirigeais vers la parking et je rentrais dans ma voiture. Je mis le contact, passa le point D ( j’ai une boite automatique) et je sortis du parking et me dirigeais vers sa maison...

Je me rangeais juste devant le portail de sa maison, sortit et verrouilla ma voiture. Elle avait une très jolie maison qu’elle partageait pour la dernière année avec ses parents car elle allait devait bien faire 30 kilomètres (et les parents de Claire voulait qu’elle se cherche un appartement pour ses études) pour aller chez elle mais heureusement je pouvais y aller en prenant tout mon temps car nous n’avions pas cours pendant 3 heures puisque nos professeurs faisait grève malgré le fait que nous étions dans un lycée privé... Je m’avançais devant la porte d’entrée ouvris la porte, monta à l’étage, poussa la porte de la chambre. C’était une pièce assez grande avec un lit, un beau bureau de verre avec un ordinateur qui ronronnait. Elle m’avait indiquée que la maquette en question se trouvait dans son armoire, dans un sachet. J’ouvris son armoire, sortit un sachet, l’ouvris et à mon grand étonnement il y avait deux jouets pour femme : un canard et un gode rose. Je refermais le sachet en pensant Claire le soir se donnait du plaisir... Oh la coquine... Je prenais le bon sachet cette fois et je vis la maquette, refermais l’armoire, sortit de sa chambre et de sa maison en prenant bien soin de refermer la porte à clefs, remontais dans ma voiture et prit la direction du lycée.

Je trouvais Claire au foyer, je lui tendis le sachet.

— Merci beaucoup dit-elle.

— De rien répondis-je.

Alors elle s’approcha de moi, glissa un bout de papier plié et m’embrassa sur la joue... Je rougis alors comme une tomate et je sentis ma bite se dresser donc j’allais vers les toilettes en me branlant en repensant à tout ça...

Le lendemain nous avions nos examens finaux que nous réussissions tous les deux haut la main. Je repris en le bout de papier que Claire m’avait donné lorsque je lui avais apporté sa maquette. Il y avait marqué son numéro de téléphone dessus, je sortis mon portable et l’enregistra en contact. Dans une semaine les vacances arrivaient Claire et moi nous nous parlions de plus en plus, je remarquai aussi que sa tenue se dénudait au fur et à mesure de la fin de la dernière année au lycée : Lundi elle avait un short avec des tongs qui laissaient voir ses jolis pieds, bien soignés et pas de changement pour le haut : juste un t shirt… Elle me demanda si je faisais mes études à Paris, je lui répondis que oui et à mon grand étonnement elle me proposa de faire partager un appartement avec elle vu qu’on s’entendait bien… J’étais aux anges… Je rentrais chez moi en demandant l’autorisation à mes parents qui furent d’accord… Nous avions deux semaines de vacances. Je devais retrouver Claire à Paris, nous habitions à moins de 100 kilomètres mais j’avais gentiment proposé à Claire de venir la chercher et de la conduire à Paris pour voir l’appartement que nous allions occuper tous les deux… Je descendis de ma voiture pour ouvrir la portière et la saluer elle et ses parents… Nous montions en voiture.

-Tu roules prudemment d’accord ? Demanda-t-elle.

— Oui, assurai-je

Je mis le contact passa le levier de vitesse sur le point D et la voiture s’ébranla et avança.

— Comment vas – tu, demandais-je.

— Fort bien, répondit-elle.

— Pourquoi veux-tu faire de la colocation ? Demandais-je.

— Je ne veux pas être seule chez moi répondit-elle, Et toi, demanda-telle.

— Pareil répondis-je.

Le trajet se passa bien je m’arrêtais pour faire une pause et prendre un café et je demandais si Claire voulait prendre le volant, celle – ci était d’accord…

Nous arrivions vers midi à l’appartement que nous allions partager, nous signions le bail et nous allâmes acheter des meubles le plus drôles était que nous ne pouvions que mettre 5 cartons dans ma voiture ce qui fit pouffer Claire :

— Alors le coffre est petit dans ta voiture allemande, pouffa-t-elle.

— Oui comme dans la tienne, répondis-je

Nous dûmes faire plusieurs allers retours entre le magasin…

La semaine suivante nous faisions nos valises et nous partîmes de nos maisons respectives pour aller dans l’appartement, nous avions chacun prit notre voiture…

L’installation était faite nous partîmes nous promener quand soudain un jeune s’approcha de Claire mais heureusement celle-ci l’avait repérer et me demanda de faire semblant que j’étais son amoureux. J’acceptais

— Hé madame dis l’inconnu

Sans prévenir Claire m’embrassa sur la bouche (sans mettre la langue)…

Le soir dans notre appartement que je décorais Claire s’excusa pour ce qui s’était passé plus tôt dans la journée, je lui assurai que ce n’était pas grave.

Un jour je me masturbais en regardant un porno ou deux lesbiennes se doigtaient avec leurs pieds quand soudain Claire entra dans ma chambre :

— Où est-le ……

Alors elle vit que je me masturbais et ne fut pas surprise :

— Désolé, dis-je.

— C’est plutôt à moi de m’excuser, sourit-elle.

Alors elle s’approcha de l’écran de mon ordinateur portable, et regarda l’écran.

— Tu es fétichiste des pieds, demanda – telle ?

— Euh… Euh… Oui, répondis-je, un peu gêné.

Elle se dirigea vers la salle de bain, pris le shampoing, ouvrit la porte de ma chambre, se retourna me fit un joli sourire et partit …

Le lendemain je remarquais qu’elle se présenta pieds nus pour le petit déjeuner, alors que d’habitude elle avait des chaussettes, je jetai un regard furtif sur ses jolis pieds : soignés mais pas vernis. Nous partîmes vers la voiture elle mettait ses pantoufles.

— Tu pars en cours juste avec tes pantoufles ? Demandai-je.

— Non je changerais dans la bagnole, dit-elle, un sourire en coin.

Nous descendîmes au garage, j’ouvris le coffre de ma voiture avec la clé et tendis la main.

— Vos bagages mademoiselle ? Demandais-je, faisant mine d’être bagagiste.

— Certainement, répondit Claire, en me tendant son sac.

Nous entrâmes dans la voiture, j’attendais que Claire monte. Elle enleva ses pantoufles, je n’en pouvais plus je regardais avec passion ses pieds, elle dut s’en rendre compte car elle demanda :

— Tu aimes mes pieds ?

— Euh… … Enfin …. Euh … Ils sont très beaux oui, répondis-je gêné.

— Attend ce soir… Me dit-elle, un sourire en coin.

La journée fut interminable, mais heureusement elle m’envoya un MMS sur lequel je pouvais voir une bouteille de gel entre ses pieds nus…

Je sortis de mon cour, je courrais dans le couloir, je descendis vite les escaliers, montai dans ma voiture et mit le contact. Je me surpris même à faire du 65 en ville…

Je rentrais dans l’appartement.

— Je suis rentré, annonçais-je

— Viens, dit Claire.

Je la découvrais pieds nus à côté de son lit, aperçu un tube de gel sur le rebord de la fenêtre.

— Allonge-toi, me dit-elle.

Je m’adossais sur le mur, le corps sur le lit. Claire se couchait sur le dos, c’était un lis deux places mais Claire l’occupait seule. Elle enleva son jeans et son T-shirt, prit le lubrifiant.

— Je préfère sans, dis-je, en montrant le lubrifiant.

— Ok, dit-elle un sourire en coin.

Elle mit ses deux pieds sur mon jean et à mon grand étonnement réussi à ouvrir ma braguette.

— Comment t’as fait, demandais-je, un peu surpris.

— Je suis très habille des mains, sa doit être pareil pour les pieds.

Elle m’enlevait aussi mon boxer, je m’approchai d’elle la retournai sur le dos et je lui léchais les pieds. Quand j’arrêtais elle mit ses deux pieds et fit un mouvement de va et vient qui était trop bon.

— HAAAA c’est booooonnnnn roucoulais-je.

Je jouis et demandais comment faire plaisir.

— Lèche-moi la chatte si tu veux, dit-elle, tout sourire

Je m’avançai vers elle en léchant ses jolis pieds au passage, et je m’approchais de sa vulve en feu, titillai son clitoris et je la masturbai. Tout à coup elle jouit et je me pris tout sa mouille dans sa bouche et je l’avalais…

Si vous voulez une suite mettez un pouce vert.

Diffuse en direct !
Regarder son live