Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 5 203 fois
  • 25 J'aime
  • 0 Commentaire

club

Chapitre 2

Avec plusieurs hommes

Son décolleté laissait apparaître une bonne partie du galbe de sa poitrine qui restait haute et ferme même sans soutien gorge sous l’action moulante de la veste, on aurait pu penser qu’elle portait un bustier.

Mais même sans cela, Isa avait naturellement une poitrine assez haute et ferme, j’avais énormément de chance à ce niveau.


Je n’ai pas pu m’empêcher de l’embrasser et de laisser mes mains vagabonder sur son corps, ce qui déclencha chez moi une érection monumentale.


Eh, doucement… Je suis toute propre, tu pourras profiter de moi ce soir, sois patient… Si elle savait…


De mon coté, j’enfilai un costume et ma plus belle chemise.


Nous sommes arrivés au restaurant vers 19h30 : c’était un petit restaurant italien, j’avais réservé une table à l’écart.


Le serveur qui nous accueilli a littéralement bloqué sur ma femme, il la dévisageait de haut en bas alors que nous nous dirigions vers lui.

Il devait avoir la quarantaine, il n’était pas très grand et bedonnant et avait des cheveux noir corbeau.

Et il ne fût pas le seul, un bon nombre des clients hommes présents se retournaient sur son passage.


L’ambiance était feutrée, la table somptueuse illuminée par la lueur de quelques chandelles.


Le serveur vint nous demander si nous souhaitions un apéritif, nous avons commandé du champagne.

Alors qu’il tendait la carte des plats à Isa, je voyais ses yeux plonger dans le décolleté de ma femme qui s’en rendit tout de suite compte, mais qui fît mine de ne rien remarquer.


Nous avons pris une coupe de champagne en apéritif que nous avons dégusté, et il était tellement savoureux que nous en avons repris une seconde.


Le garçon tournait autour de nous comme une mouche autour d’un pot de miel.


Je crois que tu as fait une touche ma chérie.


Oui, j’ai remarqué… Apparemment, il semble apprécier mon décolleté. Cela ne te gêne pas que cet homme me regarde comme çà.


Non, au contraire, c’est ce que je veux ce soir. Que tu fasses envie, que les autres aient envie de toi. Tu es si belle, je pense que tu vas rencontrer un franc succès.


Elle me prît la main et me sourit, tout en lançant des œillades au serveur à chaque fois qu’elle le pouvait.


Nous avons commandé un plat de pâte et pour son anniversaire, je décidais de manger au champagne, elle adorait cela. J’ai donc commandé une bouteille.


Isa avait croisé les jambes ce qui ouvrait considérablement la fente de sa jupe, pour le plus grand bonheur de notre ami le serveur qui se rinçait l’œil à chaque passage.


Nous n’avons pas commandé de dessert car l’heure avançait et il fallait nous rendre chez Lionel.


Nous sommes partis du restaurant vers 22h30, au grand désespoir du serveur qui lança à ma femme :


Au plaisir de vous revoir….


Nous sommes arrivés chez Lionel à 23h pile, Lionel nous attendait.

Il était lui aussi sur son 31 et il était seul chez lui.


Il est resté scotchée en voyant Isa, et inspecta avec attention toutes les parties de son corps.

Ses yeux oscillaient entre ses jambes et son décolleté.


Tu es absolument splendide, lança-t-il à Isa.


Merci, je te plais au moins, lui demanda-t-elle avec son petit sourire coquin.


Il faudrait être fou pour répondre non, lui dit Lionel. C’est ton mari qui a de la chance d’avoir une femme comme toi.


Il nous invita à s’asseoir dans le salon pour prendre un verre avant de partir.

Il avait sorti le grand jeu, une bouteille de champagne nous attendait au frais.


Il fallait absolument que j’essaie de lui parler seul à seul sans qu’Isa soit là.


Pendant que nous dégustions notre verre, Isa demanda à Lionel pour aller aux toilettes, c’était l’occasion rêvée.


Tu veux que je t’accompagne, dit-il à Isa en plaisantant.


Oh, pas la peine, je devrais trouver le chemin toute seule. Je n’aurais pas du boire autant de champagne au restaurant… J’ai un besoin pressant et il faut que je le soulage !!


Je pense que sa demande était une invitation déguisée, car si elle avait répondu oui, je pense qu’il ne se serait pas gêné pour la coincer dans un couloir ou dans les toilettes.


Très bien, dit Lionel, pour l’instant tu as respecté ta part du contrat, ta femme est un véritable appel au viol. Ce tailleur est comme une seconde peau et lui colle au corps en mettant en valeur se formes, c’est parfait. Et comme convenue, elle n’a rien sous sa veste, il va falloir que je me contrôle pour ne pas lui sauter dessus tout de suite.


Je te demanderai de me laisser « l’amorcer », elle semble être dans de bonnes dispositions ce soir, mais ne la brusque pas trop. Tu peux m’en dire plus sur le déroulement de la soirée ?


J’ai vu avec mon pote : une table nous attend au rez de chaussée de la boite et ce soir c’est champagne à volonté pour nous. Si les choses se passent bien, une chambre nous attend à l’étage. J’ai un ami qui doit normalement nous rejoindre là bas. Pour le reste, ce sera de l’improvisation totale. Je ne sais pas encore à quelle sauce on va la manger !!


De toute façon, je pense que même si elle est réticente, les coupes de champagnes devraient avoir raison d’elle rapidement, c’est une grande amatrice de champagne. Surtout que nous en avons déjà bu au restaurant et que nous avons vidé une bouteille à nous deux.


Nous avons du stopper notre conversation car Isa est revenue dans l’entrefaite.


La bouteille de champagne y est passée, nous avons pris chacun deux coupes tout en discutant.


Nous avons décidé d’y aller car il était déjà minuit.

La boite était située à environ un quart d’heure de route.


Nous avons pris place dans le 4X4 de Lionel, Isa monta avec moi à l’arrière.


Alors que nous faisions route vers le club, l’ambiance dans la voiture était plutôt calme.

Isa regardait le paysage défiler par la fenêtre, et Lionel était concentré sur la route.


Enfin pas si concentré que cela, car au bout d’un moment, je le vis régler son rétroviseur intérieur en direction d’Isa pour pouvoir bien se rincer l’œil.


Je profitais de cette occasion pour poser ma main sur le genou d’Isa et je commençais à lui caresser la jambe.

Elle se pencha vers moi offrant son superbe décolleté à ma vue, mais également à celle de Lionel qui n’en perdait pas une miette dans son rétroviseur.


— J’ai un peu trop abusé sur le champagne ce soir, je commence à avoir très chaud, me chuchota-t-elle à l’oreille.


Isa et Lionel se regardaient de temps à autres, de longs regards intenses qui semblaient en dire long…


Pas de cochonneries dans ma voiture s’il vous plait, dit Lionel d’un air coquin.


De quoi te pleins tu, lui répondit ma femme, tu serais aux premières loges pour te rincer l’œil et profiter du spectacle.


Ben le souci, c’est que je suis plus actif que passif…


Des promesses, lui dit Isa en riant, toujours des promesses….


Je ne demande qu’à te prouver le contraire, lui répondit Lionel sur un ton ironique.


Isa se colla à moi, je l’ai enlacée et elle m’embrassa à pleine bouche.


J’en profitai pour passer ma main sous sa jupe en la remontant, découvrant ainsi une bonne partie de ses cuisses, histoire que Lionel en profite un max par l’intermédiaire de son rétroviseur.


Je pense que l’on va passer une bonne soirée, lança Lionel.


C’est à ce moment que nous sommes arrivés devant le club.


Lionel gara son véhicule et passa un coup de fil pour prévenir de notre arrivée.


Il y avait une longue file d’attente devant la porte d’entrée principale, mais l’ami de Lionel nous attendait à l’arrière et nous sommes entrés par une porte dérobée.


Il nous a salués en prenant bien soin de déshabiller Isa du regard et nous l’avons suivi.


L’ambiance était feutrée à l’intérieur, assez mal éclairée ce qui parait normal pour une boite, et il y avait énormément de monde.


Toutes les classes d’âge était représentées, de 20 à 60 ans, je fus d’ailleurs surpris de voir autant de jeunes et je ne me doutais pas que les clubs échangistes attiraient autant de monde et ce dans toutes les tranches d’âge.


L’ami de Lionel nous indiqua la table qui nous était réservée, tout au fond de la boite.


La banquette était circulaire, de couleur noire et au milieu se trouvait une table basse éclairée par une unique lampe.


Un homme était déjà assis, c’était l’ami de Lionel qui était là.

Ce dernier fît les présentations, et nous nous sommes tous installés.


Isa était installée à coté de moi, Lionel et son ami nous faisaient face afin que l’on puisse discuter.


Le patron nous rejoignit avec une bouteille de champagne placée dans un seau en cuivre rempli de glaçons pour la maintenir au frais.


Il ouvrit la bouteille et avons commencé à prendre un verre tout en discutant.


Il prit un verre avec nous et discuta un moment.


Je voyais bien les regards lubriques et envieux de ces trois hommes se poser sur ma femme.


Je comprenais maintenant mieux pourquoi ils s’étaient assis devant nous : Isa avait les jambes croisées et la fente de sa jupe dévoilait une bonne partie de ses cuisses. Et ils devaient également avoir une vue magnifique lorsqu’elle se penchait pour poser ou prendre son verre sur la table.


De son côté, Isa ne faisait rien non plus pour cacher ses charmes, et pour être tout à fait franc, je pense qu’elle le faisait consciemment.


Le patron nous a resservi une coupe puis s’est absenté.


— Excusez moi, je repasserai vous voir un peu plus tard.


Tout en buvant notre deuxième verre, nous commencions à regarder autour de nous.


De nombreux couples étaient déjà entrain de s’embrasser ou de se toucher, couples illégitimes surement car ils devaient s’adonner à l’échange.


Certains autres étaient sur la piste de danse, mais que ce soient des femmes seules ou des hommes seuls, chacun se cherchait un partenaire.


J’ai une folle envie de danser, me dit Isa.


Vas y, fais toi plaisir, je vais rester ici à siroter du champagne, lui répondis-je.


Surveille moi tout de même, car je pense que je vais attirer les hommes comme un pot de miel attirerait les mouches, me glissa-t-elle en vidant sa coupe.


Je la regardais se diriger vers la piste, et j’admirais son corps parfait.

Et je n’étais pas le seul, une grande partie des hommes présents se tournaient la tête pour la suivre du regard.


Effectivement, à peine avait-elle commencé à se déhancher qu’un homme d’une cinquantaine d’années s’approcha d’elle.


Je le surnommerai Sean, car il ressemblait comme deux gouttes d’eau à l’acteur Sean Connery tant dans la carrure que dans le physique: légèrement dégarni, petite moustache et regard malicieux.


Il se mit d’abord face à elle en la dévisageant, et en laissant glisser son regard dans son décolleté.


Je vis qu’il lui adressa quelques mots à l’oreille et Isa lui répondit en me pointant du doigt.

L’homme me fit un sourire et glissa quelques mots à l’oreille de ma femme.

Je vis qu’elle lui répondit, et j’aurais bien voulu entendre de quoi ils pouvaient parler.


Ils se remirent à danser et l’homme passa derrière Isa.


Sans ménagement, il la saisit par les hanches et se colla à elle en enserrant sa taille avec l’un des ses bras pour garder une main libre.

Son autre main se baladait sur le corps de ma femme, il commença par lui caresser les fesses pour doucement remonter vers ses seins.

Et il n’y alla pas par quatre chemins, car après avoir caressé sa poitrine au travers du tissu, il laissa sa main plonger dans son décolleté pour mieux en profiter.


Isa me jeta un regard intense accompagné de son petit sourire coquin que je lui connaissais si bien… Elle jouait à la salope et elle y jouait très bien.


J’acquiesçais d’un clin d’œil et en répondant à son sourire.


Elle qui était si prude, limite coincée quand nous nous sommes connus… Même lors de nos rapports sexuels, elle refusait la fellation et la sodomie au début de notre histoire.

J’avais réussi à la transformer en une chienne toujours prête à se donner à quiconque voulait d’elle, en un véritable instrument à donner du plaisir.


Elle est chaude ta femme, me lança Lionel.


Oui, je pense qu’elle va être dans d’excellentes conditions ce soir, lui répondis-je.


Isa poussa le vice encore plus loin en passant une main derrière son dos et en caressant le sexe de son courtisan au travers du pantalon, et tout cela en me regardant pendant qu’elle se faisait tripoter.


Elle s’abandonnait à lui et avait basculé la tête sur son épaule, et je pouvais voir qu’il lui parlait entre deux baisers fougueux dans le cou.


Ce manège dura quelques minutes, puis Isa s’adressa à l’homme durant quelques secondes.


Il lâcha son étreinte avant de lui répondre, et leur chemin se séparèrent.


Isa vint nous rejoindre à table.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live