Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 178 fois
  • 83 J'aime
  • 8 Commentaires

De cocu ennuyeux à Sissy épanouie...

Chapitre 4

Travesti

Je travaillai le reste de la journée comme un automate, pressé de voir tout le monde partir. Ça devenait fou, mais j’étais comme drogué à cette adrénaline, à ce mélange d’interdit et d’excitation que me donnaient les ordres de Maîtresse_de_sissy. Lorsque je fus certain d’être seul, je visionnai les vidéos que Maîtresse_de_sissy m’avait envoyées, pour bien m’exciter. Puis, je me ruai vers les toilettes. J’enlevai mes chaussures, mon pantalon, ma cravate et ma chemise. J’étais en bas nylon, jusqu’à mi-cuisse, en string et en soutien bordeaux, je marchais dans les toilettes, regardant mon image dans le miroir. J’étais jolie quand même, mes longues jambes gainées de noir, mes cuisses à la peau claire, le string bordeaux avec la jolie bosse qui le déformait, mes fesses rondes, dommage que le soutien n’était pas plus rempli, et que mon visage soit si, viril ? Non, plutôt masculin, mais pas viril du tout...


Je fis quelques photos, de moi, de mon image dans le miroir, de profil, de dos, zoomant sur la bosse du string, sur mes fesses, soudain un bruit, je ne fus presque pas étonné lorsque la porte des toilettes s’ouvrit, et qu’André entra, le visage toujours marqué de son sourire et de ses yeux de prédateurs.


— Ah, ah, ah, sacré Alex, toujours occupé à te travestir et à fort joliment enfreindre les règles du bureau ? Mmmm, plus un poil, sous-vêtements assortis, tu es de plus en plus jolie, dis-moi !


Je ne pus m’empêcher de rougir à son compliment, même si le fait qu’il parle de moi au féminin m’énervait au plus haut point ! Je repensais alors au message de Maîtresse_de_sissy...


— Je vois bien que tu ne sais plus te passer de moi non plus, tu restes jamais si tard au bureau, enfin, tu, tu voudrais m’aider au moins, plutôt que de dire des bêtises ? Tu peux t’occuper des photos ? Les faire, hein, pas les envoyer par SMS !

— Ah, ah, ah quel taquin ! Mais oui ma jolie, je vais t’aider !


Comme la dernière fois, il prit mon téléphone, me fit prendre des poses de plus en plus osées, et me photographia, il fit même une courte vidéo. Et je dois avouer que comme la fois passée, cela m’excita énormément. Je bandais comme un fou. Mon cœur battait la chamade, à la fois des poses qu’il me faisait prendre, aussi parce que je me trouvais tellement sexy en me regardant dans le miroir, et enfin parce que je sentais ses yeux sur moi, sur mes jambes, sur mes fesses, des yeux d’hommes, avec comme une pointe de désir. Pour les dernières photos, André me fit m’accouder au lavabo, et venant près de moi, il souleva la ficelle du string pour faire des photos, il en profita pour me caresser les fesses, ses mains chaudes et viriles me firent frissonner, il était tellement fort, et entreprenant, tout ce que je n’étais pas ! Mais je me repris...


— André... ça... ça suffit, qu’est-ce que tu fais ?

— Hé, ça fait plus de vingt minutes que je prends ton joli cul en photo, j’en ai un peu assez, j’ai quoi moi, comme récompense dans cette histoire ?

— Heu, le fait de, de regarder mon joli cul ?


Je rougissais de la phrase que je venais d’oser prononcer... étais-je prêt à m’exhiber contre un service rendu ? Soudain, il se colla à moi, j’étais toujours accoudé au lavabo, et je sentis la bosse qui déformait son pantalon ! Ce pervers bandait dur de m’avoir photographié !


— Ce n’est pas assez ! Sens dans quel état ça m’a mis !


Bon sang, il devait en avoir une énorme ! Je sentais cette bosse qui se collait à mes fesses, cela me faisait à la fois peur, mais aussi cela m’excitait terriblement ! Je pouvais faire bander un vrai homme, comme André ! J’en avais de petits papillonnements dans le bas-ventre, mon sexe battait comme un fou dans mon string bordeaux, il lui suffisait d’abaisser mon string, de sortir son, non ! Je me redressais d’un coup, apeuré par mon propre fantasme...


— Non, écoute André, désolé, je, je ne peux pas...

— Ah ! Je pensais que les sissy étaient obéissantes, et étaient gentilles avec les vrais mâles qui les aidaient !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Heu, oui, mais...


Je repensai au message de Maîtresse_de_sissy... « n’oublie pas de remercier celui qui t’a aidé, comme une gentille et bonne sissy ! » Je ne savais plus que faire...


— Surtout que je te couvre, en plus ! Si le patron savait ce que tu fais ici, ou qu’il recevait certaines de ces photos...


Je déglutis, vaincu, mes joues rouges et brûlantes, je m’entendis lui demander...


— D’accord, André, j’ai, j’ai compris, que, que veux-tu que je fasse ?

— Ah, tu vois que tu es une bonne sissy ! Excellent ! Mets-toi à genoux, et demande-le-moi gentiment !


Je soupirais, et me mis à genoux. Levant ma tête vers lui, je me forçais à sourire, lui demandant...


— Comment la bonne sissy que je suis pourrait te remercier de l’aide que tu m’as donnée, André ?


Il s’approcha et me caressa la tête, gentiment, virilement, sa main passa sur ma joue, son pouce effleura mes lèvres...


— Tu es une bonne sissy, et comme tu es au début de ce chemin, je vais être gentil avec toi, pour cette fois...


A ma plus grande horreur, il ouvrit sa braguette, et sortit son sexe bandé de son pantalon, sa verge était deux fois plus grande, et une fois et demie plus large que la mienne !


— Donne-moi ta main !


Je la lui donnais, et il la posa sur son membre...


— Branle-moi ma jolie sissy !


Son membre était si chaud, si dur, j’étais comme en pilote automatique, fasciné par la taille de son membre, je tirais doucement sur la peau sensible, décalottant complètement son gland, rouge, gonflé, lui aussi était tellement plus gros que le mien, ma main commença à doucement aller et venir le long de sa hampe, tandis que je ne pouvais quitter ce membre dur des yeux, c’était comme ces sexes bandés dans mes vidéos, ces verges d’alpha mâle, mais ici en vrai, je sentais sa chaleur et sa dureté sous ma main, je sentais la peau et les veines sous mes paumes, et cette odeur, ce musc enivrant...


— Oui comme ça, pas trop vite, mmmm, j’avais déjà vu comment tu l’avais regardé la première fois, lorsque j’étais entré pour pisser à l’urinoir, j’ai tout de suite su que t’étais attiré par les bites...


Etant un homme, je savais comment branler une verge, je m’appliquais donc à le faire le mieux possible, pour qu’il ait le plus de plaisir, heu non, pour que tout ça soit vite fini, mes pensées se mélangeaient dans ma tête tandis que j’étais toujours fasciné par cette verge palpitante, car André semblait aimer ça...


— Tu l’aimes ma grosse bite, hein ? Elle t’attire si fort !

— Non, je...

— Ah ! Regarde donc dans le miroir !


Il y avait un grand miroir sur le côté, près de la porte. On y voyait un homme, debout face aux lavabos, et agenouillé par terre, une sissy, en bas noir et en string et soutien bordeaux, qui le branlait, avec une certaine passion, mais ce membre si dur, qui palpitait entre mes mains, ça me faisait quelque chose, je le sentais vibrer, vivre sous mes mains, c’était, c’était magique !


— Rien à faire, je vois dans tes yeux que tu aimes ma bite ! Et tu sais y faire. Mmmm. C’est bon, oui, accélère, branle-moi plus vite sissy !


Ma seconde main vint doucement caresser ses testicules velus, gros, remplis, tandis que ma main sur sa hampe dure et chaude accéléra son mouvement de va-et-vient. Soudain, je le sentis se cabrer, durcir, gonfler, je le caressais plus sensuellement, plus vite, et André jouit, de longs traits de crème blanche sortirent de son gland, atterrissant sur mon visage, sur mon épaule, dans le lavabo. Il caressait mes cheveux plus intensément, plus, sexuellement, mon propre sexe tressautait dans le string bordeaux, maculant sa face avant de présperme. André éjacula encore deux fois, il y en avait tant ! Je n’éjaculais pas le tiers de ça ! Du sperme chaud coulait le long de ma joue, son odeur devint forte dans la pièce, me faisant légèrement tourner la tête...


André me fit me relever, j’avais les jambes qui tremblaient un peu, et je m’accrochais à lui, il sourit, et sa main vint me caresser les fesses. Virilement. Puis il prit de son doigt un peu de sperme qui était sur ma joue, et porta son doigt à mes lèvres...


— Il y en a beaucoup, hein, tu rêves de le goûter, je le vois à tes yeux...


J’hésitais, la main sur mes fesses se retira avant de revenir se poser plus fortement, me donnant une petite fessée...


— N’ose surtout pas me dire non, sissy !


J’ouvris les lèvres, et son doigt entra, venant caresser ma langue, y déposant le sperme qu’il avait pris, le doigt ressortit, reprit du sperme, puis revint...


— Suce !


Je suçais son doigt, le goût salé et âcre me remplissant toute la bouche, il fit aller et venir son doigt entre mes lèvres, de façon obscène, avant d’aller rechercher du sperme, et de recommencer ! Il me dominait totalement, m’humiliait, mais pourquoi je bandais comme un fou ? Je suçais de plus en plus avidement ce doigt, à mon propre étonnement...


Son GSM sonna, ce qui me fit revenir à la réalité. Je m’éloignais un peu de lui, de son emprise, du goût fort de son sperme...


— Je dois y aller, au plaisir de t’aider la prochaine fois, sissy ! Et tu ferais mieux de nettoyer le lavabo, il ne faudrait pas que d’autres collègues devinent ce que tu fais ici !


En passant, il me caressa encore les fesses, virilement, j’en restais tétanisé, puis il sortit, le sourire aux lèvres...


Dans un état second, je mis ma main sur mon propre sexe bandé, et trempé de présperme. Je jouis en quelques secondes à peine, et amer, je me rendis compte que cette éjaculation m’excita moins que ce qu’André m’avait fait subir ! Ensuite, je dus nettoyer le lavabo – ah l’odeur du sperme d’André, pourquoi était-elle si entêtante ? – puis je me lavais les mains et me rhabillais, avant de retourner à mon bureau, de downloader les photos pour Maîtresse_de_Sissy et de rentrer dare-dare chez moi.


Tout était noir, ma femme n’était pas là. Sur la table, il y avait une petite culotte blanche, style shorty avec des dentelles, les mêmes bas blancs que la veille, de petites sandales avec de petits talons, noires, et un petit tablier blanc, avec des bords en dentelles lui aussi. A côté un mot : « Mets tout cela, puis fais le dîner ! » J’obéis, enlevant mes vêtements, mettant mes sous-vêtements souillés dans le bac à linge sale, et enfilant ce que ma femme avait préparé pour moi. Puis j’allais dans la cuisine, me demandant ce que j’allais préparer : macaroni au jambon, ou macaroni au jambon ? (oui, je n’avais jamais été très imaginatif en cuisine...). Mais ma femme avait tout prévu : tous des ingrédients étaient posés sur la table de la cuisine, et à côté, une feuille avec la recette à suivre, je n’étais pas imaginatif, mais me rendis compte que j’étais vraiment très bon pour suivre des instructions ! Obéir, c’était tout de même tellement plus facile !


Je réussis à préparer le plat, et dressais la table quand mon épouse rentra.


— Oh que tu es mignonne comme ça !


Elle me caressa les fesses, les pinça coquinement, m’embrassa. Elle était vêtue d’une robe noire, très courte, avec un décolleté plongeant, et portait des escarpins à talon, je devinais d’où elle venait, mais ce n’était pas grave, je la sentais tellement proche de moi ! Cela faisait des années que je ne m’étais pas senti aussi complice avec elle ! Nous mangeâmes dans une ambiance des plus agréables, et à la fin du dîner, elle me fit passer sous la table, à genoux entre ses jambes grandes ouvertes, elle déplaça l’avant de son string noir, me donnant accès à son sexe, rouge, humide, odorant...


— J’ai ramené ton dessert favori, sissy !


Je passai ma tête entre ses cuisses, elle avança sur la chaise pour m’y aider, et je la léchai avec application. Elle revenait bien de chez son amant, et je la nettoyai avec application, lapant le sperme qu’il avait laissé en elle, et sa mouille. Il avait laissé moins de crème que la fois précédente, mais ma langue lapait avec gourmandise, tournoyait, s’enfonçait, jusqu’à ce que mon épouse jouisse, j’étais tellement excité qu’en la léchant, je frottais mon entrejambe contre sa jambe, et je jouis dans ma culotte, contre elle, ce qu’elle sentit...


— Il faudra vraiment résoudre ce problème de ton clito désobéissant. Demain, on va faire du shopping ! Toi et moi !


Main dans la main, nous montâmes à l’étage, prîmes une douche ensemble, puis allâmes nous coucher, l’un contre l’autre, comme au début de notre mariage...


Le lendemain, je fus éveillé par une bonne odeur : café et pain grillé ! Elle avait fait le petit-déjeuner, et venait d’entrer dans la chambre avec un plateau déjeuner... ça aussi il y avait longtemps qu’elle n’avait plus fait ! Après le petit-déjeuner, elle me donna un string et un soutien-gorge blanc, tous deux pour le sport, et le legging, T-shirt et basket rose du week-end passé. Elle s’habilla d’un jeans assez moulant, d’un top échancré et de petites bottines noires.


Une fois habillés, nous sortîmes tous les deux. Elle m’accompagna à la séance de sport, me regarda faire les exercices abdominaux et autres squats, j’étais de nouveau en nage et essoufflé à la fin de la séance, écroulé sur mon tapis de gym.


— Eh bien, tu en avais bien besoin de cette gym, par contre, quand tu fais les squats, qu’est-ce que le legging met ton cul en valeur ! Je n’avais jamais remarqué que tu avais un si joli cul !


Je ne pus m’empêcher de rougir à sa remarque ! Après une bonne douche, nous sortîmes et elle m’accompagna à la seconde séance d’épilation laser ou électrolyse ou je ne savais quoi. A la fin de la séance, l’infirmière me confirma qu’il ne fallait plus qu’une seule séance et je serais débarrassé pour de bon de tous ces vilains poils !


Nous sortîmes main dans la main de la clinique, et prîmes le bus pour aller au plus grand centre commercial de la ville. Ce que je ne raffolais pas ! Six étages de magasins, un monde bête, pour moi, ça ressemblait assez à l’antichambre de l’enfer ! Mais Julie était tellement contente de passer ce temps avec moi, et moi tellement heureux de nous retrouver si bien, si complice, que je pris sur moi, et l’accompagnai en souriant.


Mon sourire devint moins large quand je compris que le shopping n’était pas pour elle, mais pour moi ! Elle m’acheta plusieurs ensembles de slips, strings, et soutiens assortis, une ou deux nuisettes, un jeans fuseau féminin très moulant, quelques tops, quelques jupes, quelques sandales ou escarpins avec des talons variables, de 2 centimètres à certainement 6 ou 8 ! Elle acheta aussi un kit de maquillage pour débutant. Alors que nous faisions la file devant la caisse, je ne pus cacher mon inquiétude par rapport à ces achats...


— Ecoute Julie, je suis vraiment content de ce temps qu’on passe ensemble, mais, tu es certaine pour les achats ? Tu sais, je ne compte pas me travestir complètement, c’est, c’est un peu trop...

— Chuuuuut, fais-moi confiance ! Tu vas a-do-rer ! On va d’abord s’amuser à te déguiser à la maison. Juste à la maison. J’adorais jouer à la poupée quand j’étais petite, tu seras ma poupée grandeur nature ! Et je suis sûre qu’un jour, ce sera toi qui demanderas à sortir travesti !

— Ouais, ben ça, ça m’étonnerait...


Elle me fit un clin d’œil complice, histoire de dire « on verra... » Arrivés à la caisse, je regardais l’employée, qui avait de longs cheveux blonds cascadant sur ses épaules, un bronzage non naturel, une poitrine gonflée et mise en valeur, lèvre gonflée et colorée d’un rouge cerise, de faux-cils, de faux-ongles rouges de la même couleur que ses lèvres et longs de 5 centimètres, la Bimbo quoi ! Mais pourquoi ressentais-je une pointe de jalousie en la regardant ??? Elle scannait les codes-barres sur nos achats, puis s’arrêta en plein milieu de son travail, regardant Julie...


— Madame, j’ai l’impression que vous n’avez pas acheté la bonne taille. Tous ces articles seront trop grands pour vous, j’ai l’impression. Avez-vous besoin de l’aide d’une de nos conseillères ? Je m’en voudrais de vous vendre des articles qui ne vous iraient pas...

— Non, non, il n’y a pas de problème ! Ce n’est pas pour moi, c’est pour mon mari !



Julie le dit d’une voix assurée. Et forte. L’employée resta quelques secondes la bouche entrouverte, le temps que l’idée percole jusqu’à son cerveau. Puis me lança un de ces regards dédaigneux, avant de continuer à scanner les articles. Deux autres dames, dans les files à côté de nous, me regardaient comme si j’étais un alien, tandis que le monsieur derrière nous me regardait d’un air goguenard. J’étais rouge dans le visage, honteux, n’ayant qu’une envie : que le sol s’ouvre sous mes pieds pour m’avaler, et me cacher de ces regards. Julie souriait, jubilant de mon humiliation. L’employée avait terminé d’empaqueter nos achats.


— Voilà Mesdames, ça fera 486€, par carte ou en liquide ?


Elle appuya méchamment sur le « mesdames », me regardant droit dans les yeux. Je sortis ma carte de banque, essayant de garder mes moyens, alors que je faisais mon code, elle me murmura...


— Surtout, ne vous cassez pas un ongle en faisant votre code !


Quelle salope ! Je pris les paquets et sortis en trombe du magasin, sous les regards amusés ou dégoutés de ceux qui avaient tout entendu. Julie prit ma main dans la sienne.


— Bienvenue dans le monde impitoyable des femmes, ma chérie !



Elle avait un sourire goguenard aux lèvres, et j’avoue que je boudais un peu...


— Ah, ah, ah, très drôle. On rentre maintenant ?

— Pas encore, on doit juste trouver un dernier magasin...


Elle m’amena au dernier étage du centre commercial, où il y avait quelques fast-foods, un cinéma, et tout au fond de l’allée la moins fréquentée du centre commercial, après deux magasins en travaux, un sex-shop. Vers lequel elle m’emmena. Je n’osais pas lui dire non, mais j’étais plus que mal à l’aise !


Nous entrâmes dans le magasin, où une fille avec de longs cheveux noirs, habillée mode gothique, avec beaucoup de tatouages, et une poitrine tout aussi impressionnante que la blonde du magasin de vêtements, nous accueillit d’un « bonjour » commercial, mais sans quitter son GSM des yeux. Tout autour de moi, des rayons remplis de sex-toys divers et variés, de poupées gonflables, de masturbateurs aux formes diverses, de menottes et autres accessoires, de vêtements sexy en cuir, en spandex ou de déguisement sexy. Derrière le comptoir, il y avait un couloir avec ce qui ressemblait à des cabines d’essayage.


— Hum, Julie, tu es sûre que...

— Oui, oui, Maîtresse_de_sissy m’a indiqué cet endroit. Ainsi que les articles que je dois acheter pour toi. Mais je préfère que tu me laisses faire, tu vois là-bas, près des cabines, il y a une télé. Va regarder, pendant que je m’occupe des achats.


Je n’aimais pas être mis de côté et me demandais ce qu’on venait acheter ici. Mais le ton de Julie n’attendait pas de réponse, j’obéis donc. J’allais à la TV et regardais. Je compris que l’écran montrait ce qui se passait dans les cabines, qui n’étaient pas des cabines d’essayage, mais des glory-holes. Une seule cabine était occupée, une fille, un peu ronde, mais avec un très joli visage, en sous-vêtement, attendait. Soudain, du trou dans le mur, apparut une verge. Noire. Gonflée. Encore plus grosse que celle d’André ! La fille s’agenouilla devant ce sexe sortant du trou, et la branla doucement.


Le gland, qui me semblait énorme, laissa apparaître une perle de pré-sperme, la langue de la fille alla cueillir cette perle, avant de lécher le gland, au-dessus, en dessous, tout autour, puis le gland pénétra sa bouche, puis la hampe, elle suça cette énorme verge avec un plaisir évident sur son visage, je me demandais quelle sensation ça devait faire d’avoir une verge dure, chaude, dans la bouche, sa tête allait et venait sur les trois quarts du mandrin, puis elle se retira, la verge était mouillée de sa salive, mais semblait encore plus grosse, plus forte, tellement glorieuse, est-ce que je salivais ? La fille parlait, mais il n’y avait pas le son, tout en branlant cette énorme verge, puis elle recommença sa fellation, et soudain, elle le prit tout entier dans sa bouche, son front contre la paroi de la cabine...


Comment pouvait-elle prendre l’entièreté de cette bite dans sa bouche ? Elle était si grosse, si longue ??? Son visage devint rouge, elle se retira, des filets de salive la reliant à cette verge palpitante, elle recommença une seconde fois, tout entière dans sa bouche, je restais la bouche entrouverte devant ce spectacle, mon sexe tout dur dans mon string blanc...


— Tu as l’air d’apprécier, tu veux essayer ?


La fille tint encore un peu plus longtemps avec ce mandrin au fonds de sa gorge, puis se retira, rouge et sans doute avec la tête qui devait lui tourner à cause du manque d’oxygène, pourtant son visage semblait extatique, la verge gonflée battait de plus en plus vite, elle le branla et de longs jets blancs sortirent du gland, maculant les cheveux et le visage de la fille de sperme, il y en avait beaucoup, quelle éjaculation ! La fille se pourléchait les lèvres, essayant d’attraper le plus de sperme qu’elle pouvait, quel spectacle érotique, qu’est-ce que j’aimerais...


— Allô la lune ? Ici la terre !


Je me rendis compte que Julie était à côté de moi, un paquet à la main. Je ne l’avais pas entendue, tellement j’étais fasciné par ce spectacle. Par cette bite. Par ce sperme. Sentant mon sexe se cabrer, proche de la jouissance dans le string blanc, j’attrapais la main de Julie...


— Rentrons !



Je me frayais un chemin avec elle vers la sortie du Centre commercial.


— Calme-toi Alex, c’est normal que tu aimes ça...


Je la regardais, un peu étonné par ses paroles. Il n’y avait aucune ironie dans sa voix.


— Tu es une sissy, c’est normal que tu sois attirée par les verges dures, bandées. Que tu te demandes quel goût ça, quelle sensation elles font dans la bouche, ou ailleurs, c’est ta nature de sissy, c’est normal, c’est dans l’ordre des choses, tu dois juste l’accepter, tu y viendras, tu sais...


Pâle, je plongeais dans ses yeux. Elle lisait en moi comme dans un livre ouvert. Était-ce à cause de ces vidéos ? De Maîtresse_de_sissy ? Oui, l’espace d’un cours instant, j’avais eu envie d’essayer, envie de sentir la fermeté d’une verge dans la bouche, l’envie d’avoir le goût du sperme sur ma langue, sentant mon sexe se raidir à nouveau à ces idées, je compris que Julie avait raison. Et si c’était simplement ma nature ?


— Tu seras tellement plus heureux quand tu accepteras ta vraie nature, et je vais t’y aider. Nous serons plus heureux alors...


Je lui souris, rassuré par ses paroles. Nous allâmes d’un pas plus tranquille vers le bus. Qui était bondé, c’était la fin de la journée. Super ! Moi et Julie étions l’un à côté de l’autre, face à la fenêtre, plein de monde à côté de nous, derrière nous, et ça se poussait pour entrer dans le bus, et ça se poussait pour sortir du bus, pfffff, soudain, je crus sentir une main effleurer mon derrière. Le legging rose mettait mes fesses en valeur, mais de là à, pas d’erreur cette fois, la main venait de se poser sur ma fesse ! Il y avait plein de monde autour de moi, je ne savais pas trop bouger...


La main caressa sans vergogne ma fesse, la palpa, avant qu’un doigt ne suive le sillon fessier, je sentis un coup de chaleur monter en moi, tandis que mon sexe bandait au max...

Quelqu’un me pelotait dans le bus, et ça m’excitait ? Mais qu’est-ce que, je me rappelais alors les paroles de Julie : « Tu seras tellement plus heureux quand tu accepteras ta vraie nature », et si ma vraie nature était d’être une sissy dépravée et soumise ? Les images des vidéos me revinrent en tête, et je n’eus plus qu’une idée en tête : me laisser aller au plaisir, sentant que je ne protestais ni ne bougeais, la main s’enhardit, passa sur l’autre fesse, la caressant, la tâtonnant, suivit à nouveau le sillon fessier, passa par-dessus l’élastique du legging pour remonter le haut du string blanc par-dessus le bord du legging, mon souffle s’accéléra au fur et à mesure que mon excitation montait, soudain, le bus s’arrêta, pas mal de monde descendit, et la main disparut, et ne revint pas. Le rouge aux joues, je me sentais un peu humilié, mais beaucoup frustré...


Rentré à la maison, je prétextais la fatigue pour monter à la salle de bain, et me masturber comme un fou, les événements de cette journée, c’était trop ! Il ne me fallut pas longtemps pour jouir ! Puis je me douchais, et allais directement dormir, complètement vidé...


Le lendemain, je me réveillais tôt, en meilleure forme. Mais toujours partagé dans ma tête. J’avoue que ces derniers jours passés avec Julie avaient été tellement merveilleux ! Je l’avais retrouvée ! Mais en même temps, la voir prendre tant à cœur mon côté soumis, sissy, et cette phrase qui tournait en boucle dans ma tête « Tu seras tellement plus heureux quand tu accepteras ta vraie nature », et si elle avait raison ? N’était-ce pas aussi ce que Maîtresse_de_Sissy avait dit ?


— Bonjour ma sissy, bien dormi ?


Julie entra dans la chambre, en nuisette rouge transparente, avec un petit string rouge sur ses fesses généreuses, elle était tellement jolie. Elle se lova contre moi et m’embrassa avec une passion renouvelée...


— J’ai hâte qu’on essaye tout ce qu’on a acheté hier !


Elle vit mon visage s’assombrir...


— Oh, ne t’en fais pas, je suis sûr que tu vas adorer !


Elle m’embrassa encore, nos langues se mêlèrent, tandis que sa main caressa mon torse, tout à fait glabre, passant sous les couvertures, descendant encore, attrapant mon sexe bandé, mes yeux s’écarquillèrent de surprise, elle rejeta d’un coup la couverture, et se lova contre moi, sa main me masturbant très lentement...


— Tu aimes, hein, quand je fais ça ?


Je sentais son souffle dans mon cou, son sein contre mon épaule, sa jambe douce lovée à la mienne, tout d’un coup, je sentis mon pathétique clito battre, merde, non, pas si vite, je tentais de retenir, mais rien à faire, je jouissais déjà dans sa main, je l’entendis soupirer...


— C’est vrai, il m’arrive d’oublier à quel point tu es un pathétique looser en homme...


Elle approcha sa main souillée de mon sperme, au niveau de ma bouche...


— Lèche ! Nettoie !


Je léchais mon sperme, tandis que son autre main me caressait tendrement les cheveux, la joue, je m’habituais de plus en plus au goût de mon sperme, j’avoue que ça me faisait même tourner un peu la tête. Lorsque sa main fut nettoyée par ma langue de toute trace de sperme, elle se redressa, enleva le string rouge, et vint s’asseoir sur mon visage...


— Puisque tu es un pathétique looser en tant qu’homme, rattrape-toi en tant que sissy ! Fais-moi jouir ma chérie !


Elle posa son sexe humide sur ma bouche, ses jambes repliées de chaque côté de ma tête, ses mains posées près de mon nombril, et elle se frotta contre mon visage, mon nez glissant au fur et à mesure de ses mouvements entre ses fesses rondes, ma langue léchant son clito ses petites lèvres, avant de s’enfoncer dans son sexe humide d’envie. Je léchais, tournoyais, enivrés par son odeur de femme, son souffle s’accéléra, elle se frottait de plus en plus impudiquement contre moi, jusqu’à finalement jouir, mouillant le bas de mon visage de sa mouille...


— Mmmmm ouiiiiii, continue, encore ma chérie, lèche mon sexe, lèche mon cul...


Enivré de plaisir, je continuais de lécher son sexe mouillé de sa jouissance, elle se pencha sur moi, offrant une vue imprenable sur sa rondelle, entre son sillon fessier, confiant en son hygiène toujours irréprochable, ma langue parcourut son sillon fessier, s’attardant sur sa rondelle, penchée comme elle était, elle attrapa doucement mon pénis, qui avait déjà joui et donc n’arrivait pas encore à rebander, je la sentis chipoter à mon sexe, tandis que ma longue tournoyait contre sa rondelle, s’immisçant petit à petit en elle, j’étais excité comme un fou par ce jeu, mais je sentis des choses étranges au niveau de mon pénis, et je sentais bien qu’elle n’était plus à nos jeux amoureux, l’excitation retomba, un peu de raisonnement revint à mon cerveau. Arrêtant de lécher ses fesses pourtant divines, j’essayais de voir ce qu’elle faisait à mon pénis, mais je n’y arrivais pas, et comme elle était sur moi, je ne voyais rien ni n’arrivais à bouger...


— Heu Julie, tu, tu fais quoi ?

— Attends, bouge pas, j’ai presque fini !


Je sentis des choses rigides entourer mon sexe, et une sensation déplaisante à ce niveau, je voulus bouger, elle pinça alors un de mes testicules. Que c’était douloureux !


— Bouge pas, j’ai dit ! J’ai presque fini de toute façon...


Et j’entendis un ‘click’ bien sonore avant qu’elle ne se redresse, fièrement...


— Et voilà ! Le problème de ton désespérant clito est résolu !


Elle roula sur le lit, et je pus enfin voir mon entrejambe. Une sorte de cage en plastique, rose, entourait complètement ma verge. Un petit anneau en plastique rose entourait et serrait la base de ma hampe, tandis que le reste de la hampe et le gland étaient complètement entourés de plastique rose. Il y avait juste une fente sur le bout pour pouvoir uriner, et sur le côté, un cadenas qui fermait le tout. Je vis que Julie mit la clé du cadenas à sa chaîne qu’elle avait toujours autour du cou...



(à suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live