Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 583 fois
  • 57 J'aime
  • 5 Commentaires

De cocu ennuyeux à Sissy épanouie...

Chapitre 5

Travesti

— Mais... mais... c’est quoi ce truc ?

— C’est ce que m’a conseillé Maîtresse_de_sissy pour t’aider à accepter ta vraie nature ! C’est peut-être un peu inconfortable au début, mais tu vas voir, tu vas vite t’y faire ! C’est indolore, mignon comme tout, et ça va t’aider à contrôler ton clito, l’empêcher de se redresser bêtement tout le temps, l’éviter de jouir bêtement au bout de quelques secondes... ce sera un vrai plus pour toi !

— Et... comment je vais...


J’allais dire « me branler », mais je ne préférais pas trop parler à Julie de mon accoutumance quotidienne à la masturbation... fallait que je tourne ça autrement...


— ... comment je vais... jouir ?

— Autrement ! Mais il faut préparer cela pas à pas... tu vas voir que ça va t’ouvrir d’autres horizons, et que tu vas connaître un aspect de jouissance et de plaisir que tu ne connaissais pas avant, que tu n’imagines même pas !


Elle tira un peu plus la couverture, et je vis ce qu’elle y avait caché... ses achats de la veille au sex-shop ! La cage de chasteté devait être cachée là aussi... elle avait tout préparé ! Il y avait un sex-toy en forme de pénis humain, un peu plus grand que le mien, je dirais d’une taille modeste, un petit plug anal en argent, dont le bout était en forme de cœur, un cœur en cristal rose, et un drôle de truc avec des courbures, noir. Dans mes recherches pornos et fantasmes, j’avais parcouru des sites de sex-toys et je savais que c’était un truc pour masser la prostate...


— Il y a tout ce qu’il faut pour transformer ton cul en boypussy, tu vas découvrir un nouveau pan de ta sexualité... et un plaisir que tu n’imagines même pas !

— Heu... tu es sûre que... vraiment...


Elle roula contre moi et m’embrassa avec passion...


— Chuuut, de toute façon tu n’as pas le choix ! Tu as oublié ? Tu es une sissy, tu obéis, et moi je prends toutes les décisions, je prends toutes les choses en main... et crois-moi, au final, tu ne le regretteras pas !


Elle sourit, puis me prit par la main et m’emmena vers la salle de bain... nous primes une douche ensemble, puis elle me montra une douchette ‘spéciale’ qu’elle avait acheté au sex-shop... pour me laver l’anus et le rectum... j’étais gêné de nettoyer ces endroits-là devant elle, et l’insertion de la douchette (qui avait une forme de de fusée fine et allongée, avec des trous en haut pour l’eau) ne fut pas facile dans mon anus étroit... mais elle tenait à bien me montrer comment ça fonctionnait, car je devais toujours veiller à être propre à ce niveau-là !


Puis, tous les deux nus, elle me ramena à la chambre, me fit mettre à quatre pattes sur le lit... tête vers le bas, fesses vers le haut... elle me caressa les fesses, l’anus, enduisit son doigt de lubrifiant, me caressa la rondelle, son doigt se fit plus pressant, plus pénétrant... et passa la porte serrée de mon anus... mon sexe tentait de se redresser, mais ne pouvait pas à cause de la cage... j’étais obligé de me concentrer sur les sensations qui venaient de mon anus, et c’était à la fois terriblement étrange et terriblement plaisant... son doigt allait et venait en moi, doucement, lentement, puis, grâce au lubrifiant, elle réussit à en introduire un second... la pénétration était à la fois douloureuse et plaisante, à la fois étrange et excitante... soudain, elle toucha quelque chose, et un choc de plaisir parcourut tout mon corps...


— Je pense que j’ai trouvé ton point G, ma chérie...


Ses doigts massèrent doucement cet endroit, c’était délirant tellement c’était bon ! Le pré-sperme coulait sans interruption de la petite cage en plastique...

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— Tu mouilles comme une folle, tu dois aimer ça ! Si on essayait avec un de nos nouveaux jouets ?


Lorsque ses doigts quittèrent mon cul, je sentis à la fois une sorte de soulagement, comme une gêne qui disparaissait, et en même temps une sorte de vide, une sorte de manque... mais qu’est-ce qu’elle me faisait ? Elle prit le masseur de prostate, plus fin, qui entra doucement en moi... elle retrouva mon « point G » qu’elle stimula avec le jouet... mes aïeux, quel plaisir ! Jamais je ne connus un tel plaisir, de telles sensations parcourant tout mon corps... c’était différent de la branlette, et bien plus plaisant ! Mon sexe coulait toujours plus, un liquide transparent plus abondant que le pré-sperme... au bout d’un moment, elle arrêta, et je sentis à mon grand désarroi le jouet quitter mon anus...


— Dommage, pas d’orgasme anal aujourd’hui ! Mais c’est normal, c’est ta première fois ! Ça viendra, et tu verras, tu ne pourras plus t’en passer !


Elle prit ensuite le plug argenté, qu’elle recouvrit de lubrifiant, avant de le pousser contre mon anus... le bout plus fin s’introduisit en moi, le reste fut plus douloureux... jusqu’au moment où mon anus goba le jouet, le cœur rose restant dehors, fermant la petite porte...


— Trop mignon ! En journée, moi et Maîtresse_de_sissy voulons que tu le portes en permanence. Ça va préparer ton sexe à ce qui suit... Mais assez parlé de ton cul, testons ton autre orifice ma sissy !


Je me mis sur mes genoux, toujours sur le lit, à côté de Julie. Le plug dans mon derrière me donnait des sensations bizarres, toujours ce mélange gêne-plaisir... et mon sexe qui n’arrêtait pas de couler...


— Bon regarde bien comment on fait !


Elle prit le sex-toy qui avait la forme et la couleur d’un pénis de taille moyenne. Elle en lécha le gland, lécha la hampe, de façon tellement sensuelle ! Je ne savais pas que ma femme était si douée en fellation ! Surtout quand je la vis faire passer le gland, puis la hampe dans sa bouche... elle l’avala jusqu’à la garde ! Puis elle le fit aller et venir dans sa bouche, toujours jusqu’à la garde ! Quelle pro ! Elle le retira, et vit que je la regardais avec des yeux ronds.


— Celui-ci n’est pas trop grand c’est facile ! La taille au-dessus est déjà plus ardue... soit, à ton tour !


Elle me tendit le jouet, luisant de sa salive. Je le pris, et tenta de le lécher comme elle...


— Mais non, pas comme un cornet de glace ! Plus lent, plus sensuel... ta langue, tourne autour... voilà... sens chaque aspérité, chaque veine... ferme les yeux, et rien qu’avec le toucher de ta langue, essaye d’imaginer à quoi il peut ressembler... voilà, sensuel... gourmand... quand tu lèches et suces une bite, n’oublie jamais que tu donnes, tu donnes du plaisir, des sensations, tu dois être au diapason du plaisir de l’autre, et uniquement à ça... bon, maintenant avec ta langue, essaye de l’attirer dans ta bouche... pousse-le lentement... sens-le passer tes lèvres, sens le gland caresser ton palais... mmmm... je mouille en m’écoutant... si tu savais comme c’est excitant et plaisant de donner du plaisir à une vraie bite avec sa bouche... y a rien de comparable à ça... vas-y enfonce-là encore, tu n’as pris qu’un tiers de la hampe...


Mais je déglutis, et ma bouche ou ma gorge repoussèrent l’intrus...


— Pas de soucis, calme-toi... Entraîne-toi jusqu’au tiers de la hampe, fait-le aller et venir lentement, serre les lèvres, rentre les dents, de nouveau focalise-toi sur les sensations, ce que sentent tes lèvres, ta langue, ton palais... toute ta bouche devient un organe sexuel, caressant, suçant, mouillant... bien, continue... cette semaine, tu t’entraîneras jusqu’au tiers, puis tu essayeras d’en avaler plus, et chaque jour un peu plus, jusqu’à ce qu’il entre entièrement dans ta bouche...


Je me concentrais sur ce qu’elle disait, essayant au mieux de faire une fellation sur ce pénis en plastique... et j’avoue que ça m’excitait, les images des vidéos flashaient dans ma tête, je voyais ces jolies sissy, ces jolies trans, qui suçaient des sex-toys bien plus grands que celui-là, qui suçaient de vrais pénis bandés, et ça m’excitait terriblement... je m’entraînais sur le jouet en plastique jusqu’à ce que ma mâchoire me fasse mal...


Je laissais tomber alors le jouet sur le lit, mouillé de ma salive...


— Déjà fatigué ? Je sais comment te motiver !


Elle se coucha sur le dos, face à moi, les jambes écartées, j’avais une vue parfaite sur son sexe épilé, mouillé, je vois que tout ça l’excitait terriblement... De ses doigts, elle joua avec son clito, tout en suçant de sa bouche le jouet en plastique, puis ses doigts ouvrirent impudiquement ses lèvres intimes, je voyais son sexe tout rose et trempé... et elle y plongea le jouet en plastique, en une fois, jusqu’à la garde... je la vis trembler de plaisir... elle joua avec le jouet, le faisant aller et venir dans son sexe, de plus en plus vite...


— Mmmmm c’est bon, si bon... dommage qu’il soit si petit... chérie, viens me lécher le clito pendant que je me branle avec ce jouet...


J’obéis, lui léchant le clito, entendant ce bruit érotique du gode qui s’enfonçait dans son sexe trempé, sentant ces odeurs de femme excitée... mon sexe me faisait un peu mal à tenter de se dresser dans sa cage en plastique, et coulait comme un foui... soudain elle sortit complètement le pénis en plastique de son sexe et le présenta à ma bouche... je le suçais et l’avalais du mieux que je pouvais... il était rempli de son goût, c’était délicieux... Elle le fit aller et venir dans ma bouche, quelques minutes, puis revint à son sexe... puis à ma bouche... puis à son sexe... jusqu’à ce qu’elle jouisse, un orgasme puissant...


Elle prit quelques minutes, pour revenir à elle, calmer les battements de son cœur... elle avait les jambes qui tremblaient...


— Quel orgasme ! Wouah... merci, ma chérie, c’est grâce à toi ! Je te l’avais dit qu’en acceptant ta vraie nature, nous serions plus heureux ! Et je te promets que bientôt tu connaîtras des orgasmes puissants comme cela !


Je hochais la tête... j’étais tellement heureux de voir Julie enfin heureuse et satisfaite ! J’étais satisfait et dans une sorte d’état euphorique d’avoir satisfait les besoins de Julie... de ma maîtresse... c’était si bon d’obéir et d’être soumis... tout allait tellement mieux... content, je me lovais contre elle et nous nous endormîmes... le reste de la journée, je l’aidais pour faire la cuisine, les tâches ménagères, et nous finîmes ce week-end de rêve en regardant notre série préférée...


Le lendemain, au travail, j’eus difficile à me concentrer sur les tâches à faire. Mon sexe encagé, et le plug dans mon derrière me donnaient des sensations toujours aussi étranges et aussi plaisantes, et me faisaient uniquement penser à ce week-end terriblement érotique... Sur l’heure de table, seul au bureau, j’allais voir sur le blog et trouvais un message de « Maîtresse_de_sissy »...


« Bonjour ma sissy !

Alors, il paraît que tu as eu un super week-end ! Franchement, qui avait raison ? Est-ce que tu n’es pas plus heureux en acceptant ta nature de sissy soumise ? Est-ce que les choses ne s’arrangent pas ? J’avais raison, mais c’est normal, vu que je suis une alpha, une dominante. Les alphas ont toujours raison, et les bêtas sont là pour les servir. C’est la nature des choses, et si chacun respecte son rôle, tout le monde y trouve du contentement, du plaisir. Ainsi vont les choses !


Puisque je sais que ta femme a suivi mes conseils et t’a fourni les accessoires essentiels à une sissy, je veux aussi que tu fasses encore des photos de toi, en sous-vêtement, pas de vêtement autre, et pas dans une cabine w.c.... bon, tu sauras pas te branler, évidemment, alors il faut qu’on voie ta cage et ton plug... et si tu es surpris encore une fois, je veux que tu te fasses aider, et n’oublie pas de remercier celui qui t’a aidé, comme une gentille et bonne sissy ! Comme la dernière fois quoi !


J’attends avec impatience les photos... comme d’habitude !

Bises, xXx »

Je devais reconnaître qu’elle avait raison. Je croyais que son intrusion dans ma vie était un cauchemar, la fin de tout, et finalement c’était une renaissance... Tout allait tellement mieux quand j’obéissais, quand j’acceptais ma nature de sissy soumise. Si j’étais un bêta, je devais l’accepter et obéir aux alphas. Ainsi allaient les choses.


Je travaillais mieux l’après-midi, attendant comme d’habitude que tout le monde ait quitté le bureau pour obéir aux ordres de Maîtresse_de_sissy. Comme les autres soirs, une fois seul au bureau, je visionnais les vidéos d’hypno, pour m’exciter et me donner du courage... puis je me dirigeais vers les toilettes. Là, j’enlevais chaussures, pantalon, chemise et cravate... je portais des bas nylon noirs, qui montaient jusqu’à mi-cuisse, un string rose et blanc rayé, et un soutien assorti. Julie avait acheté la plus petite taille, il avait l’air moins ridicule sur moi que ceux de Julie, même s’il me semblait tellement vide ! Je voyais que grâce à la cage de chasteté, au fait que je ne savais plus bander, le string tombait beaucoup mieux. Je m’admirais dans le grand miroir, c’est vrai que j’étais mignonne... je regardais vers la porte aussi, m’attendant à voir entrer André... mais non !


Il ne venait pas... je m’admirais encore dans le miroir, mes longues jambes gainées de noire, mes cuisses pâles et douces, le string qui mettait en valeur mon joli derrière... nouveau regard vers la porte...


Pas d’André... bon, j’allais devoir faire les photos moi-même...


Je pris mon GSM, et me photographiais à travers le miroir... pas si facile... pour le plum j’allais devoir me pencher, baisser mon string et...


— Toc toc me voilà !


Je sursautais, laissant presque tomber mon GSM par terre...


— André tu es fou ou quoi ? Arriver comme ça sans bruit... et puis qu’est-ce que tu fais là encore ?


Je feignais d’être fâché, mais au fond de moi, je devais bien m’avouer que j’étais content qu’il soit là. C’était plus facile pour les photos. Et puis... sa présence d’alpha mâle me sécurisait... m’excitait un peu aussi... mais à quoi pensais-je ? C’était André !


— Mais, mais, mais, qu’avons-nous là ?


Il s’avança vers moi, j’avais toujours le string à moitié roulé sur mes cuisses... ses grandes mains viriles et fortes vinrent caresser mes fesses, les palper, avant de se poser sur le cœur du plug... il le fit tourner doucement, fit semblant de le tirer, avant de le relâcher, ce qui me fit pousser un petit gémissement...


— Mais tu deviens une vraie petite coquine Alex ? Un plug anal... et une cage ! Quelle jolie sissy !

— André... pourrais-tu... m’aider pour les photos ?

— Encore ? Mais j’en ai déjà fait plein la dernière fois !

— Si... si tu m’aides, je... je te récompenserai, comme la fois passée !

— Ah, ah, ah, qui aurait cru qu’une telle petite pute se cachait en toi ! Sacré Alex ! Je suis un peu pressé, mais tu es tellement mignonne que je veux bien faire ça pour toi !


Je lui tendis mon GSM, remis mon string en place, puis il fit des photos de moi avec le string, il me fit prendre des poses coquines, me fit descendre le string petit à petit... tandis qu’il photographiait la cage et le plug qui apparaissait au fur et à mesure...


— Accoude-toi au lavabo, je vais prendre des photos de ton superbe cul...


Il avait dit superbe cul ? A ce point ? Je lui obéis, il fit des photos... je sentis ses mains contre mes fesses, il fit des photos en les écartant... puis il sortit le plug, lentement, prit des photos de mon anus béant, fermé, puis il remit le string... tout ça était trop excitant, je coulais comme un fou...


— Ah, ah, ah et tu mouilles comme une vraie salope en plus ! Tout ça t’excite, hein ! Tant mieux, parce que c’est l’heure de ma récompense...


Honteux, mais terriblement excité, je m’agenouillais devant lui, ouvrit sa braguette, et allais chercher son sexe bandé dans son caleçon...

Bon sang, je ne me souvenais pas qu’il était aussi imposant !

Une de mes mains se posa sur sa hampe... mmm si dure, si chaude... quelle sensation... mon autre main alla se perdre dans ses grosses testicules, lourdes, si virile... je le branlais avec passion, changeant le rythme, arrêtant, reprenant, caressant doucement ses testicules... son sexe étant à quelques centimètres de mon visage, je sentais son odeur virile... tellement virile... il était un alpha mâle et je devais le servir... mes yeux ne quittaient pas sa verge, si forte, si belle, de plus en plus dure au fur et à mesure qu’il s’approchait de l’orgasme, et son gland, si rouge, si gonflé, mouillé de pré-sperme... ce gland me fascinait... j’approchais mon visage, le branlant à deux mains, sentant son odeur de plus près... puis je ralentis la masturbation, et posais mes lèvres sur son gland, l’embrassais, ma langue lapant le pré-sperme, sa petite fente, avant de lécher le gland, tout en reprenant ma branlette à deux mains... pris de frénésie, d’excitation, je le branlais tout en léchant son gland comme un fou...


— Oh c’est bon... bon sang, quelle cochonne... oh oui continue... continue... ah... ahhhh... Ouvre la bouche, vite !


Je sentais son membre battre comme un fou... tout en continuant à le branler, j’ouvris la bouche bien grande, la visant de son gland... il poussa un feulement, je sentis toute sa grosse verge vibrer, et un jet chaud atterrit dans le fond de ma gorge... un second sur ma langue... le troisième sur ma joue... j’avalais son sperme, trouvant le goût fort, à la fois étrange, mais pas désagréable ! Je vis qu’il y avait encore un peu de sperme sur le bout de son gland, je le léchais donc, avalant les derniers petits filets de sperme...


— Oh oui, ma petite salope, nettoie bien... nettoie le tout... mmmm... Alex, tu deviens vraiment bonne ! Il me tarde que tu saches prendre ma queue dans ta bouche ! Mais pour ça, il te faudra encore un peu d’entraînement ! Wouah, quel orgasme ! Merci vieux ! Désolé, mais faut vraiment que je file !


Et il remballa le matériel, me rendit mon téléphone, et sortit...


Je restais à genoux, sur le carrelage des w.c., mon cœur battant la chamade, mes jambes tremblantes, mon string trempé de mon pré-sperme, et le goût du sperme d’un vrai homme dans la bouche... qu’avais-je fait ? Il ne m’avait rein demandé, et j’ai pris son gland en bouche, comme une sissy en manque ! Était-ce à cause de ces vidéos ? Mais je ne pouvais pas dire que c’était forcé, tout cela était tellement excitant ! J’avais honte de moi, mais en même temps, j’avais adoré faire ça !


Il me fallut quelques minutes pour me remettre, puis je me rhabillais, retournais à mon pc, téléchargeais les photos de mon GSM (et je vis qu’André avait fait des photos de sa branlette, et de moi léchant son gland, et de moi avec son sperme dans la bouche), j’envoyais le tout à Maîtresse_de_sissy, puis rentrais chez moi.


Nous eûmes un agréable dîner avec mon épouse, puis elle m’emmena dans la chambre, pour m’exercer sur le sex-toy... comme pendant le week-end, elle se branla avec, puis me le fit sucer, encore et encore, et un peu plus loin...


Le lendemain, au bureau, André faisait semblant de rien, me traitant comme il le faisait tous les jours. Comment faisait-il ? Moi, je rougissais à chaque fois que je le regardais, ne voyant dans ma tête que sa belle bite bandée...


Le midi, je pus lire un message de « Maîtresse_de_sissy » :


« Bonjour ma sissy !

Super les photos d’hier ! Ton regard devant cette bite ! Wouah ! Y en a une qui a pris son pied hier ! Et j’ai l’impression que ton collègue a un petit quelque chose pour la petite sissy du bureau ! Pour aujourd’hui, je veux que tu fasses encore des photos de toi, en sous-vêtement, avec ta cage et ton plug... mais je veux que ce soit une excuse... s’il vient, et vu le pied qu’il a pris, il reviendra, je veux que tu le tease, que tu l’excites, que tu le séduises... et pour changer... fais-le jouir avec tes pieds gainés de nylon...

J’attends avec impatience les photos !

Bises, xXx »

Holàlà, ça devenait de plus en plus excitant... heu de plus en plus troublant... aaah je ne savais plus quel mot employer, je ne savais plus que penser... juste suivre le flot, c’est ça...


J’attendis, avec trop d’impatience à mon goût, qu’il n’y ait plus personne au bureau... puis, comme chaque soir, une tournée de vidéo d’hypnose... puis, j’allais aux w.c., enlevant mes vêtements masculins, tellement pas beaux, pour me retrouver en bas nylon noir, string noir semi-transparent, et soutien noir... je m’admirais dans le miroir, et pris quelques photos de moi... c’est le cœur battant que j’attendis qu’André arrive... et « Maîtresse_de_sissy » avait raison (comme d’habitude !), il devait avoir un petit quelque chose pour moi, car au bout de quelques minutes, j’entendis son pas dans le couloir... je mis mon GSM en mode caméra à un endroit où il pouvait filmer la scène... puis m’accoudais au lavabo, fesses vers la porte... André entra...


— Toc, toc, devine qui c’est...


Ses mots moururent sur ses lèvres. Il avait une vue sur mes jambes pâles, sans un poil, sur mes fesses rondes, dont le milieu était parcouru par la dentelle noire du string, avec le cœur du plug qui se voyait clairement... à son entrée, je bougeais lentement les fesses, lascivement... puis ma main passa sur mes fesses, les caressant, les malaxant, les écartant... je voyais son visage dans le miroir, et sourit, tellement il semblait hypnotisé, fasciné par mes fesses...


— Bon sang, Alex, quel show ! Wouaw !


Il s’approcha de moi, et le sentant tout près, je reculais un peu, mes fesses venant buter sur son entrejambe, qui se marquait déjà d’une bosse caractéristique, bosse que je caressais le plus sensuellement possible de mes fesses... il soufflait de plus en plus fort, excité, et posa sa main sur mes hanches, me prenant si virilement, se frottant plus fort contre mes fesses... très excité, il se recula pour ouvrir sa braguette, et sans sortir son membre tendu de désir... me rappelant des instructions de « Maîtresse_de_sissy », je me tournais et m’assis sur le rebord du lavabo...


André s’approcha... je posais mes pieds gainés de nylon sur son sexe, le caressant... ce n’était pas aussi facile que je le croyais, et la position faisait jouer le plug dans mon derrière de façon tellement excitante... comprenant ce que je voulais faire, André m’aida... avec ses mains, il enserra son sexe entre mes pieds, puis il les fit aller de bas en haut... son sexe puissant allait et venait entre le nylon noir de mes pieds, c’était joli à voir, presque hypnotisant, même si je ne sentais pas grand-chose... à part le plug, qui me donnait à chaque mouvement de petites sensations plaisantes...


André au contraire semblait aimer ça, il donnait même des coups de bassin, se branlant avec mes pieds !


Soudain, je sentis distinctement son sexe battre entre mes pieds, et un jet blanc gicla, avant d’atterrir sur le nylon noir... puis un autre, et encore un... c’était tellement joli ces traînées blanches sur le nylon noir ! Et je sentais la chaleur de son jus contre mes pieds... ça, c’était plus excitant, et je ne pus m’empêcher de me mordiller les lèvres...


— Tu as aimé ?


Au lieu de me répondre, André écarta mes jambes, et se colla à moi. Ses mains se posèrent sur mes fesses, pour m’attirer tout contre lui, son sexe à demi débandé et mouillé de sperme se posa sur mon sexe encagé... son visage se rapprocha du mien. Ses lèvres se posèrent sur les miennes. Il m’embrassa, brutalement, et sans me laisser le temps de le voir venir... un baiser de désir, un baiser de mâle dominant...


Une bouffée de chaleur et d’excitation m’envahit, et lorsque sa langue se présenta contre mes lèvres, je les desserrais presque automatiquement, sans réfléchir, tétanisé et enivré par le désir que je créais chez lui... sa langue prit virilement possession de ma bouche, vint au contact de la mienne, dans un baiser passionné et fougueux... puis il s’écarta, et je restais sans voix, excité, et le cœur battant... sa main vint se poser sur ma nuque, et il me fit m’agenouiller face à lui... il voulait que je nettoie son membre, ce que je fis. Je léchais son sexe débandé, le prenant facilement en bouche... je sentis qu’il voulait que je le fasse rebander, pour un second round. Il y avait une telle électricité érotique dans la pièce que je lui obéissais, j’étais sa femelle, totalement soumise, et s’il voulait me prendre maintenant, je lui donnerais tout ce qu’il exigerait de moi... il commençait doucement à rebander...


Soudain son téléphone sonna... sa si jolie verge quitta ma bouche et il se recula, voyant qui l’appelait...


— Merde ! Je dois y aller... quel show, je dois avouer que tu m’as mis dans tous mes états. Mais tu ne perds rien pour attendre ma jolie !


Il quitta la pièce, et je restais agenouillé au sol, du sperme sur mes pieds, l’odeur du sperme tout autour de moi, le goût de sa verge en bouche, et l’envie d’en avoir plus. J’en avais très envie, j’étais excité à mort, mon sexe coulait dans sa cage en plastique rose... je voulais tellement jouir ! Il me fallut plusieurs minutes pour reprendre mes esprits, nettoyer les traces de ce coup de passion, retourner à mon pc pour regarder la vidéo, qui était sensas, flouter les visages, et l’envoyer à « Maîtresse_de_sissy »


Ce soir-là, j’avais un nouvel ensemble sous-vêtement tablier qui m’attendait à la maison, une nouvelle recette de repas à faire, et le sex-toy pour m’entraîner en attendant que mon épouse rentre. Nous dinâmes dans une excellente ambiance, et à la fin du repas, elle me fit prendre mon dessert préféré entre ses jambes, la crème de son amant mélangé à sa mouille...


Je m’enfonçais de plus en plus dans cette spirale d’humiliation, d’obéissance et de plaisir, et je ressentais de plus en plus que plus j’étais utilisé, abaissé, plus je ressentais un plaisir intense à faire plaisir, à elle, comme j’avais fait plaisir à André, comme si leurs jouissances me donnaient un plaisir nouveau, diffus, mais tellement apaisant... La nuit, je rêvais de sexes bandés qui me faisaient saliver, je rêvais que je les suçais, puis que je m’offrais à eux comme une nympho en chaleur...


Chaque matin (et chaque soir aussi d’ailleurs), après avoir été à la toilette, je prenais également l’habitude d’utiliser la douchette pour me nettoyer le rectum, et j’avoue que j’aimais cette sensation de l’eau tiède en moi... je remarquais que grâce aux médicaments que je continuais à prendre, sans doute à base hormonale, mes seins devenaient plus gonflés, ou boursoufflés, les tétons grossissant doucement. Julie les caressait, appliquant une crème sensée les faire gonfler et leur donner plus de sensibilités... puis elle me taquinait en les léchant, en les pinçant doucement, et j’avoue que ça aussi ça me procurait de nouvelles sensations, minimes pour le moment, mais pas désagréables du tout...


Arrivé au bureau, je fus étonné de me sentir aussi déçu de voir qu’André n’était pas présent ce jour-là. Une mission à l’extérieur. Je n’arrivais pas à sortir de ma mémoire, et de mon corps aussi, l’électricité érotique, l’excitation sexuelle de la veille. Et je dus reconnaître que j’en avais encore envie. Dans tout mon corps. Ce désir, cette excitation, cette électricité qui parcourent tout le corps, ce plaisir d’être dominé. Je n’eus pas non plus de message de « Maîtresse_de_Sissy ». Et là, je sentis un vrai manque. Terrible. Je me rendis compte à quel point j’avais pris l’habitude d’obéir à ses ordres humiliants. A quel point j’avais aimé ça. Resté seul au bureau, je me gavais de vidéos d’hypno, puis je rentrais à la maison, nerveux, comme en état de manque. Mon épouse était rentrée plus tôt et avait déjà fait le dîner. Après avoir mangé, elle me fit me mettre en nuisette rose transparente, avec un string assorti, me maquilla, j’avais l’air tellement féminine avec ce maquillage !


Et le rouge à lèvres ! Puis elle me fit sucer le sex-toy, et j’étais si fier de constater que j’avais fait des progrès énormes ! Je savais le prendre entièrement, ayant réussi à vaincre et à maîtriser le réflexe de déglutition ! J’étais tellement fier de moi !


La nuit, je me surpris à rêver d’André, et de son sexe dur. Je mouillais les draps comme une ado !


(à suivre...)

Diffuse en direct !
Regarder son live