Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 33 551 fois
  • 48 J'aime
  • 0 Commentaire

La collégue de maman

Chapitre 1

Trash

Je m’apelle Mathieu, j’ai 18 ans, et cette histoire ce passe un jour vraiment très particulier pour moi, un matin alors que j’allais voir ma mère au travail, il y avais sa collégue Nathalie, femme de 38 ans une brune d’un mètre soixante-dix, des seins magnifique du 105c, ce matin a elle portait une mini jupe, sous cette mini jupe elle portait un string rouge, comment le sais-je ? C’est simple, cette femme est la pire des allumeuses, alors qu’elle allait photocopier des documents, elle souleva sa jupe par dérière, moi qui mattais son cul bien entendus, elle ecarta son petit string rouge en se mordant les lévres, je pouvais apercevoir sa magnifique chatte, alors que ma mère revenait, elle se reméttais dans une position déscente. Je dois avouer que Nathalie à un fils qui est aussi un de mes amis, un peux plus tard alors que j’allais chercher mon pote, j’allais frappé, et surprise, nathalie m’ouvrit la porte, je luis dis :


Moi : Michael est la ?

Elle : Non mais tu peux entrer si tu veux, il reviendra d’ici une bonne heure et demi !

Moi qui avais un super barraux entre les jambes, en effet sa fais plaisire de voir la mère de son pote ouvrir la porte avec une jupe ras la chatte. Je fus pris par une dose d’adrenaline, et alors qu’elle s’assit dans le salon, j’y aller tel une fusé, sortit ma bite du pantalon, et pris sa tête et lui faisait avalé ma queue, elle la suca tel une chienne qui n’avais jamais manger une bite de sa vie.


Moi : Fallais le dire suceuse, que tu voulais te faire sauter, je t’aurais fourré ma bite plus tôt dans la journée

Elle : J’étais au travail, et me faire démonté la chatte par le fils de ma patrone dans les toilettes c’est pas super, même si apparament avec la belle bite que j’ai en bouche sa vallait le coup d’attendre.

Moi : attend que je te la fourre, tu verras


J’enlevais sa mini jupe, lui déscendus son string en lui léchant délicatement la chatte et l’anus, elle se tortillé comme une salope. Je ne voulais pas perdre d’avantage de temps, une chose pour la quelle j’étais doué c’étais défoncé le cul des nana?


Moi: Prendre une bite dans le cul sa te donne envie hein salope ?

Elle : Nan s’il te plais tout sauf sa.

Moi: ta gueul


Je lui enfilé ma bite d’une telle rapidité dans l’anus qu’elle hurlait, elle pleurait contre le coussin du canapé quasiment. Je lui limé le cul d’une telle facon, elle me traitais d’enculé, je mettais des coups de reins plus fort pour que cette salope sente que c’étais elle qui se faisait enculé, je me fini par éjaculé dans son anus.


Je me suis rabillé et je suis sortie, le lendemain, même topo, je vais au boulo de ma mère sauf que ce coup ci, quand elle photocopia j’étais a coté d’elle, et j’en profité pour lui glissé quelques doigts dans l’anus et sa petite chatte, elle partie au toilette, je la suivis sans quelle s’en rende compten une fois qu’elle étais assis sur la cuvette, je lui fis sucer ma bite, je dois avouer que cette femme je peux l’utiliser quand j’ai envie de me vidé les couilles, je sais ou la trouver et on baise toujours, je la pris contre le mur, même topo encore une fois, ma bite dans le cul, ce coup ci elle eu moin mal, je pense qu’elle s’étais habitué. elle me demandais si ce soir je voulais aller dans une boite de libertin, j’ai di oui sans hésité, surprise, dans la toilettes, un trou surprise, je glissé ma queue, et je sentis des lévres de femmes (oui je vous rassure c’étais une femme) sur le bout de mon gland, au bout de quelques minutes de sucage intense, j’entendais la femme qui me disait et si on baisait ici maintenant ?


Moi : ok, rejoins moi

J’ouvris la porte, je vus ma mère, je m’étais fais sucé la bite par ma mère, mais une pipe comme sa c’étais du jamais sentis, ma mère fut téllement surprise.

Elle : Je suis désolé mon chérie, je ne savais pas, tu as une grosse bite dis moi, ma mère depuis longtemps me branlai ou me sucé. j’adorais sa.


Moi: en tout cas tu dois souvent en tailler des pipes pour arriver a en faire des commes sa.

Elle: je dois en sucer 6 ou 7 par soirs.

Moi: jamais les orifices ?

Elle: non

Moi: rentre dans la cabine

Elle: alors tu veux me baisé ?

Moi: oh que oui


je la retournais, lui mis ma bite dans le cul elle me criais oh oui mon chérie, baise moi j’aime sa, montre moi que tu c’est te servir de ta queue, baise ta pute qui te sert de mère, je lui disais en même temps que j’avais sauté nathalie plutot dans la journée, elle me demandais pourquoi je faisait pratiquement que de l’anal, je répondis, y a que les putes et les chiennes qui méritent de se faire fourré le cul.


Prochaine histoire : Nathalie ma mère et moi


Mathieu

Diffuse en direct !
Regarder son live