Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 411 fois
  • 13 J'aime
  • 3 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

La Coloc’

Chapitre 4

Gay

Le lendemain, Nicolas, Marc et moi avons rendez-vous à l’agence à 18H00 pour la signature du bail. Je suis à nouveau en costume, sans caleçon en dessous, et j’imagine toute la journée la queue et les belles couilles de Sébastien libres comme les miennes de balancer au gré de ses mouvements toute la journée.

Je décide d’arriver un peu en avance...


— Bonjour, je viens pour la signature d’un bail avec Sébastien Laugier.

— Oui, bonjour Monsieur, je le préviens, asseyez-vous.


L’hôtesse d’accueil est charmante. Au bout de deux minutes, Sébastien apparaît, sublime dans un costume bleu nuit qui lui va à ravir. Veste ouverte, je devine le volume de sa belle queue le long de sa cuisse droite. Il me regarde dans les yeux le temps de me dire bonjour, mais je vois bien que son regard plonge aussi sur le bas de mon ventre.


— Bonjour.

— Bonjour. Nous allons nous installer dans la salle de réunion à l’étage puisque nous sommes nombreux. Je vous montre le chemin.


Je suis Sébastien dans le couloir qui sépare les différents bureaux des conseillers commerciaux, puis nous montons un escalier assez raide qui me donne l’occasion de mâter le petit cul ferme de Sébastien. Arrivés sur le palier, je ne résiste pas à la tentation de prendre dans ma main sa fesse gauche dont je sens les muscles durs à travers le tissu de son costume chic.


— mmmm, c’est bon... Viens dans la salle, on sera plus tranquilles.


Je dépose ma sacoche sur une chaise en admirant la salle de réunion meublée de fauteuils design de différentes couleurs.

Sébastien vient vers moi et nous nous embrassons fougueusement. Je sens sa queue dure contre la mienne et quelques gouttes de precum humidifier mon gland. Je suis un peu contrarié pour mon costume, mais le plaisir que je ressens est incomparable.

Sébastien se retourne, se penche en s’appuyant sur la table, relève les pans de sa veste pour m’offrir une vue gourmande sur son petit cul moulé dans le super 100 gris perle de son costume de marque.

Je comprends l’invitation, m’agenouille derrière lui et commence à lui lécher la raie à travers l’étoffe si fine et douce que je l’oublie presque et pense avoir sur la langue le contact de la fourrure sublime et fournie de sa petite raie de mec viril.


— Oh oui, bouffe-moi bien la chatte.

— Mmmmm, tu aimes ?

— J’adore... vas-y, je sens ta langue... c’est trop bon...


Je joue plusieurs minutes à ce petit jeu puis, prenant une crampe, je me relève et viens frotter ma queue que j’ai libérée à travers ma braguette ouverte contre le cul de Sébastien. Je vois que mon gland laisse une trace mouillée sur son pantalon et mon désir est au paroxysme.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— J’ai envie de toi, là tout de suite.

— Moi aussi... mais tes copains vont arriver...

— Dommage...

— Continue à me chauffer la chatte...


Puis nous entendons du bruit dans l’escalier :


— M...

— Elle aurait pu appeler quand même...


Sébastien parle de l’hôtesse d’accueil censée le prévenir de l’arrivée des autres signataires du bail.

N’ayant pas le temps de cacher ma queue tendue, je m’assieds précipitamment pour la faire disparaître sous la table qui heureusement n’est pas en verre. Sébastien reprend une posture plus appropriée. Je vois entrer dans la salle un mec que je ne connais pas, la quarantaine, avec une belle gueule de militaire carrée, des cheveux courts blonds et des yeux bleus divins.


— Sébastien, je vous cherchais pour vous donner le dossier de Madame Blanc.

— Ah, OK, très bien.


Le mec viril se tourne vers moi :


— Bonjour Monsieur, vous venez pour une signature ?

— Oui c’est ça...

— Très bien. Je ne vous retarde pas alors...


Il me regarde dans les yeux plus longtemps que le voudrait usage. Et je crois déceler dans ses pupilles qui respirent l’intelligence, une lueur d’excitation...


— C’est vous qui organisez une colocation ?

— Oui. Nous sommes trois pour le moment et pensons être quatre en tout...

— C’est bien. Ca se fait beaucoup en ce moment...


Il y a dans sa voix grave quelque chose de séduisant et d’ambigu.


— Et vous Sébastien, vous ne voulez pas être le quatrième ? Je sais que vous pensiez à une colocation l’autre jour non ?

— Euhhhh, oui... mais... pour le moment, je sais pas trop.

— OK, je vous laisse... bonne réunion.

— Au revoir.


Le patron de l’agence, puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous quitte avec un sourire étrange sur les lèvres et j’admire les formes parfaites de son corps.


— Mignon le boss !

— Oui. Tu trouves aussi ?


Sébastien sourit avec un air lubrique...


— Tu l’as essayé ?

— Officiellement hétéro, marié, deux enfants, mais effectivement bandant...


Le téléphone sonne pour nous annoncer l’arrivée de Marc et Nicolas. Sébastien descend les accueillir pendant que je me rhabille. Je n’ai pas débandé pendant la conversation avec Eric, le boss de l’agence. Mon gland me brûle un peu. Le frottement contre le tissu du costume de Sébastien a échauffé la peau du frein de mon prépuce et je ressens une forme de chaleur et de fourmillement à l’extrémité de mon pénis qui n’est pas désagréable. J’étale les dernières gouttes de mon lubrifiant sur mon gland en pensant qu’il agira comme un calmant avant de reprendre une apparence convenable pour retrouver mes nouveaux amis.

Diffuse en direct !
Regarder son live