Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 388 fois
  • 38 J'aime
  • 1 Commentaire

La Coloc’

Chapitre 29

Gay

Le lundi suivant je conviens par sms avec Manuel de le retrouver en bas de l’immeuble pour aller ensemble au studio de Marc dont je connais l’adresse mais qui est un peu difficile à trouver dans une zone urbaine de la périphérie en pleine réhabilitation.

Nous bavardons de tout et de rien dans le métro et je sens une certaine tension chez Manuel. 


— Ca va ?

— Oui

— Un peu tendu ?

— Oui un peu…

— Tu as changé d’avis ? Tu peux le dire à Marc, il n’y a pas de problème, il est cool.

— Nnnnonnnnn…. j’ai envie de le faire…..c’est juste que je sais pas comment ça se passe….

— Moi non plus mais avec lui tu ne crains rien….

— Oui…ll a l’air gentil

— Oui c’est un mec bien

— Vous êtes…..amis ?

— Tu veux dire….amis ou est-ce qu’on couche ensemble ?

— ….Oui….

— Oui ça arrive….et j’espère que ça arrivera encore…. 


Je dis ça à Manuel pour détendre l’atmosphère mais je comprends que j’en ai probablement très envie.

Nous arrivons à destination à l’heure prévue. Je sonne et Marc vient nous ouvrir, tout sourire.


— Salut Manuel, salut Julien

Nous entrons et remercions Marc pour son accueil. Nous montons à l’étage du loft où se trouve une cuisine à coté du studio à proprement parler.

— Un café ?

— Oui….volontiers

— J’ai renvoyé mon stagiaire ce soir, comme ça nous serons plus tranquilles.


Manuel nous regarde mais semble indécis. Marc s’inquiète de lui.


— Ca va Manuel ? Tu veux toujours faire des photos ?

— Oui oui…

— OK. Ce que je propose c’est que l’on commence avec des photos “normales”….je veux dire…habillées, comme tu es là….et puis tu me diras comment tu veux poursuivre le shooting éventuellement.

— OK…ça me va…

Nous buvons notre café tranquillement puis Marc propose de commencer la séance. Le studio est prêt avec des éclairages réglés minutieusement.

Manuel semble se détendre.

— On va commencer par des poses debout

— OK

Manuel se laisse apprivoiser par l’appareil et tout naturellement suit les instructions de Marc. De temps en temps Marc fait une pause, nous montre les prises de vues et nous explique les qualités et les défauts que seul un oeil de professionnel peut repérer.

— Bon…on peut essayer torse nu ?

— OK


Manuel enlève son pull bleu marine et le polo vert qu’il porte en dessous. Il nous montre un superbe torse finement musclé, couvert d’une toison brune taillée assez court mais qui laisse admirer le tracé parfait de sa belle fourrure de mâle. Ses deux tétons pointent et je dois me retenir pour ne pas me jeter sur lui pour les lui lécher et mordiller pendant des heures. Sous les spots Manuel a chaud et semble avoir perdu la timidité du début de la séance.


Je suis fasciné par son corps et son visage. Il a une beauté un peu sauvage, pas l’image parfaite du mannequin mais quelque chose de plus vrai et de furieusement viril.

Marc prend plaisir à prendre cette nouvelle série de photos.


— On va faire une pause.


Nous nous retrouvons dans la cuisine et Marc prend l’initiative.


— Manuel, là on a déjà des photos intéressantes pour un book. Pour de la mode ou de la photo juste un peu érotique ça peut suffire. Est-ce que tu veux en rester là ou tu veux essayer le nu ?


Je ne sais pas ce que Manuel va répondre mais j’ai très envie qu’il continue la séance.


— Je veux essayer. En fait j’aime bien, je me sens bien avec vous. Ca me plait qu’on fasse les photos…après on verra ce qu’on en fait.

— OK.

Je suis comme…soulagé… Je regarde Manuel…et je ne veux pas m’imposer :

— Tu veux que je te laisse avec Marc ?

— Non non…j’aime bien que tu sois là

— Cool


Nous retournons dans le studio. Marc reprend la direction des opérations.

— Bon, si tu veux, maintenant, ouvre les deux premiers boutons de ton jean.


Je plonge mon regard vers le bas-ventre de Manuel et me régale de la forêt soyeuse qui apparait dans l’ouverture du tissu bleu délavé.

Marc fait défaire les boutons un à un et nous découvrons la ceinture du caleçon Aussiebum que Manuel a choisi pour la séance. Le jean ouvert je devine un volume impressionnant sous le tissu orange du caleçon.


Marc prend quelques photos de Manuel de dos, le jean abaissé au ras de son adorable petit cul moulé dans le coton. Je dois à nouveau faire des efforts pour me contrôler et ne pas me précipiter pour enfoncer ma langue dans sa petite raie que j’imagine touffue et douce à mourir.


— Tu peux enlever ton jean ?


Manuel se débarrasse de ses Nike, de ses chaussettes et de son jean. Il revient sur le set et nous fait face, juste habillé de son caleçon déformé par sa queue que j’imagine en érection.


Marc fait une série de photos. Manuel est toujours très à l’aise et je vois dans son regard une lueur qui n’y était pas au début de la séance.

— Ca va les gars ?

C’est lui maintenant qui joue avec nous.

— Ca vous plait ?

Marc et moi échangeons un regard.

— Beaucoup

— Cool.


Sans que Marc le lui demande il passe les mains sous l’élastique du caleçon et le descend de quelques centimètres. Nous découvrons à moitié sa queue démente encore entravée par le tissu. Marc ne sait plus quoi faire comme si les rôles s’étaient inversés. Il a du mal à avaler sa salive.


— Je peux ?

Il demande maintenant la permission à son modèle.

— Bien sur.


Je comprends que Manuel est totalement excité par la situation. Notre beau modèle prend sa queue de la main droite, la dégage du caleçon à moitié baissé et la laisse pendre, lourdement, entre ses cuisses divinement poilues.

Je manque de faire un arrêt cardiaque. Il ne bande même pas encore et pourtant son pénis est déjà un phénomène.

Marc semble tétanisé. Il reprend ses esprits et fixe dans la mémoire de son appareil cette image d’un beau brun poilu sublime, innocemment livré à nos regards, presque inconscient de l’admiration que nous vouons à sa sublime queue, parcourue de veines apparentes et protégée par un prépuce qui cache à nos yeux les dernières promesses de son sexe magique. Marc tente de reprendre le contrôle.


Il fait poser Manuel debout face à l’objectif, de profil, de dos, allongé sur le dos comme s’il était endormi. A chaque fois je bande plus fort. Son caleçon baissé à mi-cuisses me rend dingue.

´

— Tu….tu accepterais….à quatre pattes ?

— OK


Manuel se met en position, le cul tendu vers nous, les jambes écartées. Marc s’allonge sur le sol à plat ventre pour ne rien rater de ses grosses couilles et de sa queue qui pendent entre ses cuisses velues bien écartées. Ce genre d’images me rend fou. Il écarte un peu les fesses pour nous provoquer encore davantage et je devine, enfouie dans sa raie sombre les contours de son adorable petit anus rose.

Marc se relève. Il est en nage. Profondément troublé par ce qu’il vient de faire. Je m’approche et lui parle à l’oreille.


— Ca va ?

— Oui…mais c’est dingue….c’est comme si je découvrais un autre que moi… il me rend dingue alors que je me croyais encore un peu hétéro… enfin au moins un peu Bi…


— T’inquiète pas…tu découvres ta vérité…

Manuel s’est relevé et a totalement retiré son caleçon.


— Y’a un problème ?

— Non…non…c’est bon….


Je crois que nous devons une explication à Manuel.


— Autant te dire les choses…tu….tu est vraiment bandant…et….et ça nous trouble un peu…. On a pas l’habitude de faire des photos comme ça et là….c’est un peu étrange….je veux dire génial…

— Vous voulez dire que vous pensez que je peux intéresser un photographe ?

Marc donne son avis de professionnel.

— Je crois qu’il n’y a pas de doute là-dessus.


Manuel est touchant, après nous avoir offert les images les plus torrides que l’on puisse imaginer quand on aime les corps d’hommes, il conserve toute son innocence…ou en donne au moins l’impression….

Diffuse en direct !
Regarder son live