Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 595 fois
  • 98 J'aime
  • 10 Commentaires

Ca commencait bien pourtant.

Chapitre 1

En route pour Strasbourg

Erotique

Bonjour à vous, lectrices et lecteurs.

Avant toute chose, je tenais à vous prévenir que ce premier chapitre est une mise en place. Il n’y a donc même pas une main baladeuse.

Je vous souhaite bonne lecture et n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Merci à vous.


Cela fait presque deux mois que je suis avec Annie, deux mois depuis notre week end en Normandie. Nous sommes de plus en plus complice, on se demande même parfois pourquoi nous nous entendons aussi bien. Durant ces deux mois, nous avons gardé notre relation secrète vis à vis de nos amis en commun car nous n’avons pas envie de répondre à leurs questions, à leurs remarques graveleuses et surtout parce que ça nous amuse quelque part.


Un soir, sur le groupe de discussion, un de nos amis propose de passer un week end à Strasbourg. Avec l’approche de Noël et son fameux marché, l’idée est assez plaisante. A part deux irréductibles, tout le monde accepte. Chacun ayant ses propres exigences, nous réservons une chambre d’hôtel chacun de notre coté. Je demande subtilement dans quel hôtel ils vont tous aller, puis je resserve une chambre dans un hôtel à l’opposé de la ville. Annie, qui suivait la discussion, m’envoyait aussi quelques messages en privé...


— Tu crois que je ne te vois pas venir ?:)

— Quoi ? Je me renseigne juste sur leur choix...

— Fais attention car je vais aussi devoir trouver une excuse pour mon choix d’hôtel...

— Ils viennent tous en famille, avec les enfants...ils ne sortiront pas le soir.

— Tu crois ?

— Va falloir la jouer fine car j’ai pas envie de voyager au milieu des couches..

— Ha oui ? =)

— Je préfère voyager avec toi.

— Moi aussi je préfère voyager avec moi. Hahaha. Mais je veux bien que tu montes dans ma voiture.

— Mademoiselle est bien trop aimable.

— Mais tout a un prix. ^^

— Je règle toujours mes dettes en nature.

— Enfin je veux dire avec toi. Je ne règle rien en nature avec.. tu vas me faire ramer longtemps ?

— J’adore te voir t’enfoncer. Et pas seulement quand tu parles.

— Ne me déconcentre pas stp.

— Oh comme si c’était mon genre.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Je me vengerai.

— Des paroles... des paroles... toujours que des paroles hahaha.


La discussion sur le groupe principal se poursuit et en effet, femmes et enfants vont se joindre à nous, à mon grand plaisir car du coup, personne ne propose de partager une chambre. Par contre, l’idée de partir en convoie est vite acceptée à la majorité.


— Ils veulent former un convoie ??

— L’autoroute juste à coté est directe pour Strasbourg !!!

— Encore une idée de vieux...

— On se fera semer, ou alors on s’arrêtera au dernier moment sur une aire de repos.

— Tu n’es pas assez vieux pour avoir une incontinence hahaha.

— On leur dira que tu as une petite vessie.

— Même si c’est vrai, tu n’as pas intérêt de le dire.


Étant malheureusement le plus proche de l’entrée de l’autoroute, le point de départ est chez moi. Le matin du départ, pendant que je me prépare, j’envoie un message à Annie : « Si tu n’arrives pas avant tout le monde, on va devoir se checker du poing...et je préfère tes lèvres ». Pas de réponse, je suppose qu’elle se prépare aussi ou alors qu’elle soit déjà au volant.


Quelqu’un sonne à ma porte, je m’empresse d’aller ouvrir et lorsque la porte s’ouvre je me dis que je n’aurait pas le droit à ses lèvres... Le couple entre chez moi avec leurs deux enfants. Quelques minutes après, la sonnette retentit à nouveau. J’ouvre la porte et je vois enfin Annie. Elle est essoufflée par les deux étages qu’elle a sûrement grimpé à toute hâte. Une mèche lui recouvre un œil et d’un souffle, elle essaie de la déplacer. Elle me sourit car elle sait que ce me fait craquer quand elle est comme ça. Elle fait un pas vers moi pour m’embrasser mais je lui tends mon poing fermé. Une seconde d’hésitation puis elle me tend aussi son poing pour checker.


— Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas vu, me dit elle.

— Ca doit faire six ou sept mois... (je lui fais un clin d’œil)


Je la fais entrer, on discute tous ensemble en attendant les autres. Une fois tout le monde arrivé, le fameux « convoie » prend forme. Nos portières se ferment, Annie met le contact.


— J’étais à deux doigts de t’embrasser quand tu m’as ouvert la porte.

— J’ai toujours envie de t’embrasser. Limite, je suis frustré.


On arrive sur l’autoroute mais le convoie roule tellement lentement qu’Annie n’arrive pas à se faire semer. Les kilomètres défilent et après avoir élaboré des plans aussi fantaisistes les uns que les autres, je vois un panneau d’aire de repos avec station service. Je me tourne avec Annie pour lui montrer le panneau.


— Si personne n’y sort, tu la prends. Tiens toi prête.

— Ca va être sportif !!

— Regarde !! la première voiture ne sort pas... La seconde non plus... Celle de devant ne met pas son clignotant... Tiens toi prête....Tu as la clé ?

— Hein ? Quelle clé ? Me demande t’elle en restant concentrée sur la route.

— Sors !!! Sors !!! Sors !!!


On se met à rire alors qu’on entre dans l’aire de repos. Je prends mon téléphone et passe un appel au groupe.


— Désole, pause pipi. C’est urgent !! On vous rattrapera.


On entend quelqu’un s’énerver « Fallait nous prévenir avant, on se serait tous arrêté !!! »


— Détresse un coup, on est au milieu de nul part et j’avais pas de réseau. D’ailleurs, j’en ai plus.


Je raccroche au nez. Annie me regarde avec de gros yeux.


— Il ne va pas aimer, me dit elle.

— Pas grave, on est passé sous un tunnel....invisible..


On rigole à nouveau, fiers de notre bêtise digne de jeunes de la moitié de notre age. Une fois la voiture garée, nous nous embrassons tendrement. Nous avons du mal à séparer nos lèvres mais autant profiter de l’aire de repos pour la fameuse pause pipi et pour se prendre une boisson chaude...et surtout pour leur laisser beaucoup d’avance.


La pause a duré vingt minutes, durant laquelle nous avons flâné à l’extérieur, nous sommes même passés sur la passerelle au dessus de l’autoroute. Malheureusement, il y a bien trop de monde pour faire quoique ce soit et je sens que quelque chose ne tourne pas rond pour Annie. Je la questionne mais elle me répond que tout va bien. Nous retournons à la voiture en passant par la station service, avec notre masque sur la bouche.


Une fois en voiture, je retire mon masque, Annie démarre et nous reprenons la route. Je regarde l’heure et j’annonce en me tournant vers ma conductrice :


— Nous avons vingt minutes de retard sur les autres.

— Tu devrais remettre ton masque... (elle ouvre sa fenêtre)

— Personne ne t’a appeler. Que se passe t il ?

— Je n’ai pas eu le goût du thé tout à l’heure, remets ton masque s’il te plaît.

— Peut être que le thé n’était pas assez... (j’essaie de la réconforter)

— On s’est embrassé...Je te l’ai refilé.


Le silence s’installe dans la voiture, puis je retire mon masque.


— Remets le !!

— On s’est embrassé. Si tu l’as alors je l’ai. Si tu ne l’as pas, je ne l’ai pas. Dans les deux cas, je ne passe pas le week end sans toi.

— Ça sort d’où ce raisonnement ?

— Écoutes, on arrive bientôt sur Strasbourg, on se trouve une pharmacie, on fait le test et on improvisera.


Après deux heures de route, nous voilà enfin en ville. Son test se révèle positif. On lui donne alors une adresse d’un logement dans lequel elle devra s’isoler durant dix jours . Quant à moi, je suis « libre » de repartir mais on me demande aussi de m’isoler.


En voiture, dans le parking, nous restons sans rien dire un bon bout de temps puis finalement nous prenons la route du logement. Arrivés sur place, nous prenons nos affaires dans le coffre.


— Non, toi, tu repars. Tu prends le train et tu rentres chez toi/ (je vois les yeux d’Annie remplis de larmes)

— Alors déjà, si je prends le train, ça ne serait pas très raisonnable. Ensuite, je reste avec toi.


Je me rapproche d’elle et lui prends son sac, puis je me dirige vers le logement.


— Non négociable. Tu vas devoir me supporter durant dix jours.


Une fois les formalités administratives réglées, nous entrons dans le logement, relativement simple, avec de la chance, on aura du wifi... J’en profite pour annuler l’hôtel et aussi pour avertir nos amis que suite à un décès, nous avons du faire marche arrière. Ce n’était pas nécessaire de leur dire la vérité, bien au contraire.


Le soir arrive. Après un repas pris sans trop envie, nous allons nous coucher. Je me colle à elle, derrière son dos et l’enlace.


— Tu aurais du repartir, me dit elle.

— Et t’abandonner ici ? Au milieu de tous ces strasbourgeois ? Et puis, dix jours ensemble, on pourra s’occuper.


Je dépose un baisé sur son épaule, je la sens attraper son bras et se blottir contre moi.


— Tu aurais du repartir. Merci d’être resté.

Diffuse en direct !
Regarder son live