Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 39 517 fois
  • 136 J'aime
  • 10 Commentaires

Comment j'ai dévergondé ma mère

Chapitre unique

Inceste

Je m’appelle Ludovic et je vais vous raconter l’histoire incroyable qui m’est arrivée l’été avant que je quitte ma ville natale pour commencer mon école d’ingénieur. A cette époque, j’avais vingt ans et je venais de finir deux années de prépa très éprouvantes. J’étais admis aux Mines de Paris et je comptais me détendre un maximum avant la rentrée. Suite au divorce de mes parents quatre ans plus tôt, je vivais seul avec ma mère, Céline, dans la maison de mon enfance à Blois. Céline avait toujours vécu en couple ou au sein de sa famille et devait donc apprendre à vivre en célibataire depuis son récent divorce. Je désirais que ma mère se trouve un mec avant mon départ en septembre, car je n’aimais pas la savoir seule. Mais hélas, trop d’années avec le même homme lui avaient fait prendre de mauvaises habitudes et elle ne faisait plus d’effort pour séduire. Cantonnée à son rôle de mère au foyer, elle ne sortait presque pas et c’était donc dur pour elle de trouver l’âme sœur.


Ainsi je décidais de mettre les choses au clair avec elle. Je lui dis qu’il fallait se remuer un peu, car sinon, elle risquait de se finir seule. En parlant avec elle, je compris qu’elle se rendait compte de la situation, mais qu’à quarante-cinq ans passés, elle se voyait mal dans un rôle de séductrice. Elle avait essayé le Net, mais avait vite compris les princes charmants étaient rares par les temps qui courent. Céline ne savait que faire et commençait à désespérer. Alors, une fois de plus, je pris les choses en main. Il suffisait de la regarder pour comprendre pourquoi les hommes ne voulaient pas d’elle. Elle était plutôt jolie pour son âge, mais c’était son look qui péchait : trop sobre et pantouflard. Je décidais donc de l’aider à se relooker pour lui donner confiance en elle. Au début, ce ne fut pas gagné, car elle refusait les trucs trop courts, trop osés. Elle était complètement inhibée. Je commençais à désespérer, mais à force d’insister et de la rassurer, elle se prêta au jeu.


Elle s’aperçut qu’elle était loin d’être moche. Certes, elle n’avait plus la silhouette de ses vingt ans, mais elle était encore très attirante. Elle mesurait 1m60 pour 55 kilos. Un peu ronde, mais bien proportionnée. De plus, ses énormes seins et son cul rebondi étaient des atouts sérieux pour séduire les hommes. Elle me demanda conseil en tant que confident. C’était dur pour moi, car je ne connaissais que des filles du lycée, je n’avais aucune idée de ce que porte une femme mûre afin de séduire. Elle essaya plusieurs minijupes et me demanda mon avis. Pour mettre toutes les chances de son côté, je l’incitais à acheter la plus courte. Nous fîmes des boutiques et elle voulut à tout prix s’acheter des chaussures à talon. Comme elle avait de gros seins, je lui suggérai de mettre en valeur cet atout non négligeable. Elle dégota une tunique noire avec un gros décolleté. On rentra afin qu’elle essaye toute la panoplie.


Je lui dis de se maquiller aussi pour voir l’effet que cela aurait avec l’ensemble. Après plusieurs minutes, elle sortit de sa salle de bain. Le verdict tomba, j’étais épouvantablement gêné, mais satisfait du résultat. Céline m’avoua s’être vue dans la glace.


— J’ai l’impression de faire un peu putain ! me déclara-t-elle sèchement.

— Mais pas du tout maman, répondis-je avec un air angélique (en n’en pensant pas moins intérieurement). D’ailleurs, tu sais ce qui serait cool ? Que tu m’accompagnes en boîte vendredi prochain. J’avais prévu d’y aller avec Antoine et Mohamed.

— Ca ne te fait pas honte que ta vieille mère t’accompagne en boîte ?

— Arrête de dire des bêtises maman ! Pour commencer, tu n’es pas vieille. Et puis, ça te donnera l’occasion de rencontrer des gens plus jeunes que ceux que tu croises dans tes associations.


Vendredi soir était arrivé. J’invitais deux potes, Mohamed et Antoine, et leur expliquais la situation. Au début, ils n’étaient pas très enthousiastes et voyaient en ma mère un boulet à traîner toute la soirée, mais quand ils la virent descendre les escaliers, ils changèrent d’avis. Elle était parfaitement coiffée et maquillée. Sa tunique mettait en valeur ses énormes seins et elle avait mis un soutien-gorge qui les remonte un peu pour éviter l’effet de la pesanteur. Ses jambes paraissaient plus longues, car la minijupe était courte. Elle avait mis des bas résille noirs et grâce à ses talons aiguilles, elle paraissait un peu plus grande. Elle faisait un peu vulgaire, mais au moins elle ne passerait pas inaperçue. En tout cas, elle semblait très contente de l’effet produit et se sentit flattée d’être reluquée par des jeunots de l’âge de son fils. J’étais assez fier devant l’effet produit par son nouveau look, elle paraissait rajeunie de vingt ans.


Elle nous entraîna dans le salon pour boire un petit quelque chose avant de partir. De temps en temps, je surprenais les regards lubriques de mes potes sur elle. Ses jambes étaient, je l’avoue, très agréables à regarder. Sa minijupe était vraiment trop courte et ça faisait très vulgaire, de même que son décolleté. Mais c’était trop tard maintenant. Elle se pencha pour s’asseoir et nous offrit une vue plongeante sur ses deux grosses mamelles. Ce fut magnifique et bref. C’était dur à dire, mais elle commençait à m’exciter.


Nous partîmes en boîte vers minuit. Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais déjà, je sentais les regards des mecs sur elle. On décida de se séparer pour ne pas se gêner. Les heures passèrent et je m’amusais bien même si je n’avais pas un succès retentissant vis-à-vis de la gent féminine. Je me rassurais un peu en me disant que mes potes ne s’en sortaient pas beaucoup mieux que moi. Régulièrement, je cherchais ma mère du regard pour voir comment elle s’en sortait. Et il faut bien avouer que Céline avait beaucoup plus de succès que nous. Elle s’éclatait sur la piste de danse en se frottant de façon explicite avec plusieurs gars qui la draguaient. Certains étaient beaucoup plus jeunes qu’elle, ce qui ne semblait pas la gêner outre mesure. L’alcool l’aidait à surmonter ses inhibitions. Elle eut de nombreuses propositions et prit quelques numéros de téléphone. Vers deux heures du matin, après avoir claqué tout notre fric en alcool et essuyé pas mal de râteaux, on dut se résoudre à partir.


C’est moi qui dus jouer le rôle du relou de service qui veut mettre fin à la soirée, car ma mère était en pleine forme et aurait pu continuer à danser sans problème jusqu’au petit matin. Sur le chemin du retour, Céline insista pour boire un dernier verre avec nous trois à la maison pour terminer la soirée. On s’installa dans le large canapé du salon, ma mère sortit une bouteille de vodka et nous servit de généreux verres. Je pris le verre de trop et ma tête se mit à tourner. Ma mère et mes copains rirent de bon cœur quand je leur annonçais que j’étais HS et que j’allais me coucher. Je montais dans ma chambre et m’affalais sur le lit sans prêter attention à leurs moqueries sur ma faible résistance à l’alcool.


Un rire aigu me réveilla. Un peu groggy, je consultais ma montre et réalisais qu’il était trois heures et demie du matin. J’avais comaté un peu plus de quarante minutes et visiblement la soirée continuait toujours sans moi en bas. Je me levais doucement pour ne pas empirer mon mal de tête et avançais en direction de l’escalier qui descendait directement dans le salon lorsque j’entendis Antoine prononcer une phrase qui me fit m’arrêter net.


— Allez, fais pas ta timide, montre-nous tes seins  !


Ce n’est pas possible. Jamais mes potes n’auraient pu dire une chose pareille à ma mère ! J’avais forcément mal compris. Décidé à en avoir le cœur net, je restais caché quelques instants à l’angle du couloir de l’étage. Depuis ma cachette en hauteur, j’avais une vue imprenable sur le salon tout en restant discret. Mais mes oreilles ne m’avaient manifestement pas joué de tour, puisque Mohammed ajouta bientôt :


— J’aurais jamais cru que la mère de mon ami d’enfance était aussi bien foutue !


Céline était assise mollement sur la table basse. Elle était complètement saoule et riait de façon idiote. Mes deux potes étaient debout à côté d’elle, vraiment très proches d’elle. Ils riaient un peu bêtement, comme des personnes qui ont trop bu. Mais l’alcool n’expliquait pas tout, il s’agissait quand même de ma mère ! Mais au lieu de réagir et de les recadrer, cette dernière riait bêtement. Comment était-ce possible ? Il y avait forcément une explication pour leur comportement aberrant ! Antoine lui enlevait ses talons aiguilles. Je sus immédiatement ce qui allait se passer, mais je n’osais pas intervenir. Je sentais que Céline s’excitait, car je voyais par l’échancrure de son corsage sa grosse poitrine se soulever et se baisser rapidement. Elle s’assit sur le rebord de la table et dit d’une façon hypocrite :


— Bande de petits salauds, vous voulez profiter de moi, hein ?

— On t’a accompagnée en boîte alors on a bien droit à une petite récompense maintenant.

— Bon, d’accord. Mais vous partez après et vous ne direz rien à Ludo.

— Non non, on ne dira rien ! répondirent-ils avec un sourire lubrique au coin du visage.


Ma mère désinhibée par l’alcool enleva sa tunique. Vu qu’elle avait du mal, Antoine l’aida. Sa poitrine jaillit dans toute sa splendeur. Ses nichons étaient vraiment énormes et le soutien-gorge en dentelle blanc qu’elle avait choisi les mettait vraiment en valeur. Et là, ce fut terrible, Antoine commença à rouler des pelles à ma mère en touchant son sein gauche tandis que Mohamed tripotait son sein droit d’une main et cherchait l’ouverture de son soutien-gorge de l’autre. Elle ne faisait rien pour les arrêter et palpait même leurs entrejambes pour les encourager dans leurs attouchements. Il ne fallut pas longtemps à mes potes pour venir à bout du soutien-gorge qui finit par tomber sur le tapis. La magnifique poitrine de ma mère se retrouva donc totalement exposée à leurs yeux (et aux miens par la même occasion). C’était la première fois que je voyais sa poitrine nue. Ses nichons étaient lourds, je n’en avais jamais vu de plus gros. Elle eut un léger réflexe en les cachant.


Mes deux potes la mataient sans vergogne. Ils avaient un regard complètement fou. Et il y avait de quoi, puisque l’opulente poitrine de ma mère valait le coup d’œil ! Moi-même, à ma grande honte, je commençais à sentir mon sexe se durcir à la vue de cette scène si excitante. Elle avait beau être ma mère, je la trouvais vraiment désirable dans cette tenue. Antoine attrapa ses seins et tira sur ses tétons. Elle ne fit rien pour l’en empêcher. Il les empoigna et les malaxa. Ses tétons se durcirent au milieu de ses larges aréoles brunes. Quelques rasades d’alcool avaient suffi à détruire ses dernières barrières morales. Elle était nue, ses seins volumineux et provocants dans les mains et la bouche des amis de son fils. Elle ne fit rien non plus quand Mohamed lui enleva sa minijupe, dévoilant une culotte en dentelle blanche assortie à son soutien-gorge et très sexy.


— Tu nous as bien caché ça, hein ? T’es une vraie pute !

— Oui, je sais que j’en suis une ! dit-elle en ricanant de façon stupide.


J’étais sidéré. Non seulement mes potes tripotaient ma mère, mais en plus ils lui parlaient comme à la dernière des putes, sans aucun respect. Ils n’arrêtaient pas de faire des commentaires sur son corps, sur la beauté de son cul ou sur ses gros seins, qui apparemment leur plaisaient beaucoup. Il fallait absolument que j’intervienne ! Mais je ne pouvais pas me résoudre à bouger d’un pas, et la bosse qui déformait mon pantalon avait maintenant atteint une taille démentielle. J’étais abasourdi. Je ne sais pas ce qui était le plus ahurissant : le comportement de mes potes ? La complicité tacite de ma mère ? Ou mon absence de réaction à moi ? Quoi qu’il en soit, la scène qui se déroulait sous mes yeux était irréelle à plus d’un titre. Je n’arrivais pas à comprendre les émotions qui se livraient bataille dans ma tête : j’étais à la fois très triste et très excité. Comment devais-je réagir ? Je n’en avais pas la moindre idée.


— Qu’est-ce que t’es bonne ! ajouta Antoine en la pelotant à pleines mains, me tirant de ma rêverie.


Comme au ralenti, je vis alors Mohamed caresser doucement le ventre de ma mère, puis descendre sa main plus bas encore, jusqu’à effleurer la minuscule lingerie qui couvrait son sexe. Encouragé par les gémissements de Céline, il ne s’arrêta pas là, et finit par glisser ses doigts à l’intérieur !


— Hmmm, t’es toute rasée  ! J’adore !


Je voyais ses doigts dans le string de ma mère, il lui caressait la chatte sans aucune honte.


— Mais c’est que t’es trempée en plus ? T’aimes ça, te faire tripoter par les copains de ton fils ?


Céline haussa les épaules en gloussant comme une gamine, comme si elle était trop timide pour répondre. Vu ce qu’elle subissait depuis plusieurs minutes sans rien dire, ça ne pouvait tromper personne ! Je commençais à sérieusement voir rouge, et pourtant je ne faisais toujours rien. Mais qu’aurais-je pu faire ? Si je m’étais avancé en pleine lumière, je serais passé pour un con de toute façon. Et à vrai dire, je n’étais pas sûr d’avoir envie que tout s’arrête...

Antoine a alors baissé son caleçon, exhibant fièrement un sexe d’une taille assez impressionnante à quelques centimètres du visage de ma mère.


— J’en peux plus, suce-moi ! a-t-il exigé en se postant devant elle.


Sans un mot, Céline s’est emparée de son pénis avec un large sourire et elle l’a pris en bouche. Elle a commencé à lui prodiguer une pipe profonde et intense. Antoine a rejeté la tête en arrière, tout en lâchant un râle de plaisir.


— Ah putain... tu suces comme une reine !


N’y tenant plus, j’ai enfin cédé à la pulsion sexuelle qui m’assaillait depuis de longues minutes. J’ai baissé mon caleçon, puis j’ai attrapé mon sexe tendu à l’extrême pour commencer à me masturber en les observant. Mohamed, de son côté, avait commencé à embrasser le ventre de Céline tout en faisant glisser sa culotte le long de ses jambes. Elle avait la bouche pleine et ne put donc pas exprimer son consentement, mais les mouvements de bassin qu’elle faisait pour aider mon pote à retirer sa culotte valaient toutes les paroles du monde. Son minou apparut en pleine lumière, entièrement glabre. J’étais sûr qu’elle était allée chez l’esthéticienne en prévision de cette soirée. Je ne sais pas pourquoi, mais cette idée m’excita encore plus. Mohamed était maintenant entre ses jambes et lui bouffait la chatte pendant qu’elle suçait Antoine à pleine bouche. Cette vision me rendait complètement dingue. Elle se mit à gémir de bonheur entre deux coups de langue sur le gland d’Antoine.


Cette situation dura seulement quelques minutes, mais elle resta gravée dans ma mémoire à tout jamais. Finalement, Céline eut un orgasme violent, resserrant ses jambes autour de la tête de Mohamed qui bouffait le minou avec un plaisir non dissimulé. Quand elle se relâcha complètement et glissa le long de la table basse.


— Allez, maintenant je vais te baiser comme la chienne que tu es !

— Oh oui, baisez-moi ! a-t-elle répondu à ma grande surprise.


Les insultes ne la gênaient pas, elle assumait complètement son rôle de salope lubrique. Mohamed la fit se mettre à quatre pattes sur la table basse. Il lui écarta les fesses pour mieux admirer son cul tandis qu’elle continuait de sucer Antoine. Puis, il retirera son pantalon. Lui aussi avait un sacré braquemart. J’avais l’impression que ce n’était plus mon innocente mère que j’avais sous les yeux, mais une actrice porno ! Je m’astiquais de plus en plus vite tout en tentant de déterminer si je passais le pire ou le meilleur moment de ma vie.


Céline lâcha un long gémissement lorsque Mohamed entra en elle d’un coup sec. Il commença à la pilonner sans tendresse, en tenant fermement ses cuisses à deux mains tout en la baisant. Il y avait un côté bestial dans ce coït. Antoine n’était pas en reste : il malaxait ses énormes mamelles tout en profitant de la pipe mémorable que ma mère lui offrait. Soudain, Mohamed la fit se redresser, puis il se retira d’elle pour se lever. Un peu surpris, Antoine arrêta la fellation qu’il imposait à ma mère.


— Tu veux qu’on échange ? demanda-t-il.

— Oui, je ne vais pas tenir longtemps à ce rythme. Occupe-toi de sa chatte pendant qu’elle me suce un peu.

— Oh oui, j’adore vos bites ! Défoncez-moi ! a répondu celle que je croyais être une prude mère au foyer.

— T’inquiète pas, on va bien s’occuper de toi pendant que ton fils dort à côté ! renchérit Mohamed, ce qui les fit éclater de rire tous les deux.


Et moi je fulminais... en continuant à me branler ! Quel looser ! Je vivais un des moments les plus douloureux et les plus excitants de ma vie ! Antoine s’est alors placé entre les fesses dodues de ma mère et a commencé à la besogner comme un animal en rut. Chacun de ses coups de reins résonnait bruyamment contre les cuisses de Céline qui de son côté se régalait du chibre de Mohammed. Au bout de quelques minutes à ce régime, ma mère n’en pouvait plus et les deux compères commencèrent à haleter de plus en plus fort. Ils ne tinrent pas très longtemps à ce rythme, comme il fallait s’y attendre. Antoine commença à crier son plaisir, avant de se vider abondamment sur les fesses de Céline. Presque au même moment, Mohamed jouit lui aussi, recouvrant le visage et les seins de ma mère de longs jets de sperme bien chaud. Jamais je n’avais vu autant de sperme. C’en était trop pour moi !


J’eus un orgasme intense au même moment que mes potes, aspergeant le mur et une partie de la moquette du couloir avec mon foutre brûlant. C’était tellement tabou et fort en même temps. Je restais un court moment sans réaction.


Le temps que je reprenne les esprits, mes deux potes avaient déjà fini de se rhabiller et sortaient prestement de la maison. Ils laissaient sans scrupule ma mère assoupie sur la table basse, nue à l’exception de ses bas, dans une position complètement indécente. Je descendis alors les escaliers, le regard brûlant et la bite à l’air. Je me rapprochais de ma maman doucement et lui fis une petite caresse sur le dos et les fesses. Elle ne réagit pas. J’étais indigné par ce que me potes venaient de lui faire subir... et jaloux en même temps. Moi aussi je voulais profiter de cette femme indécente qui m’avait excité au plus haut point. Et tant pis si c’était interdit ! Mes palpations se firent de plus en plus intenses et sexuelles. La vue et le contact de son corps souillé, si sexy et indécent m’excitèrent derechef. Je me remis à bander alors que je venais de tacher la moquette quelques minutes avant seulement.


Je recommençais à m’astiquer doucement tout en touchant ce corps défendu et pourtant si excitant. Céline ouvrit finalement les yeux alors que je malaxais l’une de ses énormes mamelles et tomba directement sur mon sexe dressé. A mon regard, elle comprit que je voulais participer. Dans un premier temps, elle ne sembla pas s’en offusquer outre mesure. Elle était trop saoule pour réaliser que c’était son propre fils qui en voulait à son cul à présent. Prenant son manque de réaction pour un consentement tacite, je ne pus taire mon désir plus longtemps :


— Maman, j’en peux plus. Tu me rends complètement dingue !


Cette réplique sembla raviver sa conscience et elle eut un mouvement de recul.


— Mon Dieu Ludovic, non ! Pas toi ! Je suis ta mère, on ne peut pas...


Je l’attrapais fermement par le bras, l’empêchant de s’enfuir. Je la catapultais sans ménagement dans le canapé et m’asseyais d’autorité à côté d’elle avant de me jeter sur son corps. Elle se débattait malhabilement, mais j’étais trop excité pour abandonner maintenant. Déjà mes mains parcouraient ses seins et titillaient ses tétons qui durcissaient à vue d’œil.


— Laisse-toi faire ! Je sais que tu n’attends que ça !

— Sale porc ! Tu es mon fils... laisse-moi.


Malgré ses protestations, je sentais sa résistance décliner de seconde en seconde. Je malaxais maintenant son sein gauche d’une main tandis que mes doigts s’introduisaient profondément dans son vagin. Ma queue était de nouveau droite comme un I.


— Regarde dans quel état tu me mets ! Tu m’as allumé toute la soirée et tu as couché avec mes potes !

— Non Ludovic ! Je ne voulais pas... je suis désolée... Je...


Céline était en train d’abandonner la lutte. Mes doigts titillaient son clitoris de plus en plus vite. Son bras se relâcha et son poignet vint heurter involontairement mon membre tendu. Elle le prit en main et commença à le caresser doucement. Je l’embrassais à pleine bouche tout en continuant de caresser sa chatte. Elle me rendit mon baiser de manière passionnée et son mouvement de poignet s’accéléra pour se caler sur le rythme de mes caresses. Je n’en croyais pas mes yeux. Ma propre mère répondait à mes avances et semblait même y prendre du plaisir. Je rompis un instant notre baiser pour admirer son corps. Elle ne cessa pas de me branler et me lança un regard plein de fougue. Elle avait définitivement cédé au désir. Je sentais que plus aucun tabou n’allait la retenir ce soir. Je la fis alors glisser le long du canapé et lui présentais ma verge. Sans un mot, elle s’en empara et commença à me sucer. Quelle sensation ! Je dois bien avouer qu’Antoine avait raison.


Malgré mon manque d’expérience, il m’apparut vite évident que maman était une véritable experte dans l’art de sucer des bites ! Sa langue caressait mon gland de manière incroyable, nettoyant au passage les restes de foutre qui le maculaient, vestiges de mon orgasme récent. Cela ne semblait pas la déranger, bien au contraire. Son visage était encore tout collant de foutre et elle ne parvenait pas à garder les yeux ouverts, mais qu’importe, j’étais au paradis.


Mais il m’en fallait plus !

Il fallait que je la possède ! A ce moment précis, ce n’était plus ma gentille maman, mais une femelle en chaleur qui avait éveillé en moi un désir violent, presque inédit. Je la couchais sur le tapis du salon, elle guida elle-même ma pine vers l’entrée de sa caverne et je la pénétrais avec violence. Elle m’accueillit volontiers, cuisses écartées. Son vagin était ample et brûlant de désir. C’était incroyable comme j’étais excité. Ses seins maculés de sperme s’agitaient au rythme de mes coups de reins de plus en plus violents. Elle fermait les yeux et se mordillait les lèvres tandis que je la baisais de façon bestiale. Je sentais qu’elle prenait son pied. Elle se mit à gémir de plus en plus fort alors que je mordillais doucement ses nichons sans jamais arrêter de la pilonner. Les gémissements se transformèrent petit à petit en cris de plaisir. Je sentis que j’allais jouir dans très peu de temps.


— Putain maman, c’est trop bon !

— Oh mon Dieu Ludovic. Je vais encore jouiiir !!!


Je sentis ses ongles lacérer mon dos et des spasmes violents agiter son vagin autour de mon sexe tandis qu’elle criait de plaisir au milieu du salon. Je ne pus résister bien longtemps et je sortis mon sexe du vagin maternel pour éjaculer longuement sur son ventre. Je me roulais ensuite sur le côté et m’endormis presque immédiatement dans ses bras.


Le lendemain, les explications furent longues et épouvantables. Elle osa prétendre qu’on l’avait presque violée et que c’était prémédité. Elle pleura et me dit qu’elle n’était qu’une putain. Je la consolai et lui disant que son corps était trop tentant et que l’alcool nous avait fait céder. Je la rassurai et lui dis ma fierté d’avoir une mère aussi sexy et que je ne regrettais pas ce qui était arrivé, bien au contraire. J’avais pris tellement de plaisir la nuit dernière que je laissais la porte ouverte à la possibilité de continuer notre relation incestueuse, même si je savais au fond de moi que c’était mal. Mais je compris vite qu’il en était hors de question pour elle. Elle considérait cet épisode comme une erreur due à la boisson qu’il fallait effacer de nos mémoires à tout jamais. Je la rassurai pour mon silence et celui de mes copains. Elle m’embrassa et on se réconcilia.


Voilà donc comment ma mère sortit de sa torpeur sexuelle et reprit goût à la vie. Cette expérience l’a profondément changée. Au niveau du look d’abord. Depuis, elle se maquille et s’habille sexy quand elle sort. Il lui arrive même d’aller au boulot en minijupe maintenant. Mais hélas pour moi, l’expérience a un peu trop réussi, car les week-ends à l’appart sont durs. Oui, chaque week-end, c’est le même rituel. Tandis que j’en suis réduit à traîner à la maison, car je ne parle plus trop avec mes potes suite à cet épisode, elle ramène un homme différent à chaque fois. Résultat, j’ai du mal à me reposer à cause des bruits et des cris de jouissances. J’en suis même réduit à me branler en l’écoutant se faire tringler par des inconnus. Vivement la fin des vacances.

Diffuse en direct !
Regarder son live