Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 31 483 fois
  • 238 J'aime
  • 14 Commentaires

Comment j'ai manipulé ma famille entière pour en faire mon bordel personnel.

Chapitre 2

Chapitre 2: Fabienne

Inceste

Chapitre 2 : Fabienne



Mon père venait de partir en voyage pour le boulot, et il n’allait pas être de retour avant Noël, ce qui me laissait un bon mois pour faire ce que je voulais de ma pute de mère. J’étais assis dans le salon, les yeux rivés sur l’écran, la télécommande ont la main. Pour tout dire, je m’ennuyais pas mal. J’ai entendu la porte d’entrée s’ouvrir et j’ai tourné la tête, espérant que ma mère venait de rentrer, mais c’était ma sur, Fabienne. Elle est passée devant la porte du salon sans dire mot et est partie directement dans sa chambre. J’en ai profité pour mater son cul qui était franchement incroyablement sexy. Je me suis imaginé en train de le claquer alors que je la baisais, et j’ai senti ma bite se dresser dans mon caleçon. A ce moment précis, Helene est rentrée. Elle a tout de suite vu que j’étais en train de la regarder depuis le salon, et elle a commencé à marcher dans ma direction.


J’ai eu un autre éclair de génie. J’ai claqué des doigts. Entre nous, c’était devenu un signal pour lui ordonner de retirer ses vêtements et venir s’occuper de moi. Par chance, elle a cru que nous étions seuls à la maison, et a commencé à enlever son haut avant de laisser tomber sa jupe sur le sol. Depuis qu’elle était devenue mon esclave sexuelle, elle n’avait plus le droit de porter de sous-vêtements, et elle devait toujours avoir un plug anal. Elle s’est approchée de moi sans un mot et s’est mise à genoux pour me servir. Elle a voulu commencer doucement en me léchant et en suçant mes boules, mais j’ai pris ses cheveux et je lui ai fait gober ma bite en entier avant de commencer à lui bouger la tête sur tout le long de ma verge gorgée de sang. A chaque fois que ma queue tapait le fond de sa gorge, elle laissait échapper un son qui aurait rendu certaines pornstars jalouses.


Ah ouaaais... Vas-y, suce bien la bite de ton fils, salope... T’aimes ça quand je te traite comme une pute que je viens de ramasser sur le bord de la route, hein ? Toutes ces années à m’apprendre le respect pour que je te traite comme ça, c’est quand même un comble, non, ma petite chienne de maman ?



Alors que je lui parlais en lui baisant la gorge, elle a levé les yeux pour planter son regard dans le mien. Elle me regardait comme si elle me mettait au défi d’être encore plus sale avec elle. Sans hésiter, j’ai commencé à bouger mes hanches, accompagnant le va-et-vient que je la forçais à effectuer sur ma queue. Je lui ai craché dans la gueule et distribué deux claques sèches sur la joue droite. Ma salive a atterri sur son il, et elle a laissé échapper un petit cri de surprise mêlée à du plaisir, étouffé par ma queue, et a commencé à sucer sur ma bite encore plus fort.


A ce moment, j’ai entendu la porte de la chambre de ma sur s’ouvrir. C’était ce que j’avais attendu depuis que Fabienne était rentrée. Helene m’a regardé, une expression horrifiée sur son visage alors que mes couilles reposaient sur son menton, mon gland enterré dans sa gorge.


Maman ? Tu peux m’emmener en ville, s’il te plaît ? Camille m’attend pour aller au magasin !



Ma mère a voulu recracher ma bite pour lui répondre, mais j’ai bloqué son mouvement. Elle a commencé à gesticuler et bouger ses bras alors que Fabienne descendait les marches. Au moment où elle est arrivée dans l’embrasure de la porte, elle s’est figée face au spectacle que je lui offrais. Son grand frère, la regardant droit dans les yeux avec un grand sourire, alors que sa mère était à genoux devant lui, complètement nue, en train d’avaler sa queue. Je lui ai fait un signe de la main.


Coucou Fab, ça va ? J’ai pensé que tu méritais de savoir. Notre chère petite maman est devenue ma pute, et elle est à mon service.

Tu te fous de moi, Roger ? Et Papa, dans tout ça ? T’as pensé à notre famille ?!

Oh crois-moi, ma petite sur chérie. Notre chienne de mère fait ça pour sauver ce qui reste de son couple et sauvegarder sa famille ! Hein, sale pute ?



J’ai regardé ma mère, qui avait maintenant des larmes qui coulaient le long de ses joues. Je l’ai laissée respirer alors que je marchais vers ma sur, la salive de ma mère coulant le long de ma bite alors qu’elle était en train de tousser derrière moi. Je suis arrivé devant ma sur, et j’ai bien cru qu’elle allait essayer de me frapper ou bien d’appeler la police, mais son regard a changé. Elle a regardé notre mère, puis moi, puis ma bite. Elle s’est avancée vers Helene en saisissant ma bite au passage. Surpris, je l’ai suivie alors qu’elle me menait littéralement par le bout de la queue. Elle s’est assise sur le fauteuil que je venais de quitter, les yeux rivés sur notre mère. Elle m’a regardé, avant de me demander :


Est-ce que tu peux la baiser, s’il te plaît ? Devant moi. Je veux voir à quel point tu la domines.

QUOI ?! Non, Fabienne, je t’en supplie, pas toi aussi !



Elle n’avait encore rien dit jusque-là. Cependant, j’ai été rapide à la faire taire. Je me suis glissé derrière ma mère en choppant ses hanches, lui claquant le cul de toutes mes forces, laissant une marque bien rouge sur sa fesse. Fabienne a laissé échapper un petit rire en regardant le visage de notre mère se tordre de douleur. C’est sans cérémonie que j’ai enfoncé ma queue dans sa chatte qui était plus humide encore que la première fois. J’ai levé les yeux vers ma sur.


Surette, je crois que cette pute aime cette situation ! Je ne l’ai jamais sentie aussi mouillée !



J’ai commencé à la baiser brutalement, et elle fut très rapide à se décoincer. En quelques coups de reins, elle est passée de silencieuse et vaincue à chienne en chaleur qui couinait avec chaque mouvement de ma bite en elle. En levant les yeux, j’ai vu Fabienne, la main dans sa culotte, en train de nous regarder.


Fab, ça ne va pas la tête ? Enlève cette main de ta culotte tout de suite !

Quoi ? T’es pas le seul à prendre du plaisir quand même ?!

C’est pas ça que je voulais dire. On a une pute de service et toi tu veux te doigter ? Enlève donc ta culotte, et toi, esclave, tu vas lui bouffer la chatte.



Fabienne a compris et a enlevé sa culotte. Sa chatte était mouillée et rasée de près. Helene a voulu protester, mais j’ai poussé son visage entre les jambes de ma sur. Fabienne a saisi son visage pour la tenir contre sa vulve alors que je saisissais une poignée de ses cheveux pour tirer dessus. La pièce était remplie avec les sons de mes couilles tapant contre la peau de ma mère, les sons qu’elle produisait en léchant la chatte de ma sur, et les gémissements de ma sur. Helene a joui sur ma bite alors que Fabienne était en train de juter sur son visage en criant de plaisir. Une fois que sa chatte s’est relaxée et que j’ai pu sortir ma bite, je me suis levé pour présenter ma verge devant Fabienne. Elle m’a regardée, un air surpris affiché sur le visage.


Tu ne penses tout de même pas que je vais te sucer, Roger ?

Bien sûr que tu vas me sucer, Fab ! Tu t’es servie de mon esclave pour jouir, la moindre des choses serait de payer le maître !



Elle m’a regardé, incrédule. Puis elle a regardé notre mère, le visage plein de mouille contre le sol, le cul en l’air, puis ses yeux étaient sur ma bite. Avant même que j’ai eu le temps de plaisanter ou de réfléchir à comment la faire chanter, elle a pris ma bite entière dans sa bouche. J’ai éclaté de rire en la regardant.


Telle mère, telle fille, hein ? Toutes des putes, à ce que je vois !



J’ai saisi l’arrière de sa tête et je lui ai baisé la gorge. J’étais en train de ravager ce visage qui m’avait fait fantasmer tant de fois avec ma bite couverte de la cyprine de notre mère. Alors que j’étouffais ma sur avec ma bite, notre mère s’est approchée en rampant et a recommencé à lui bouffer la chatte. Fabienne a laissé échapper un petit cri de surprise autour de ma queue.


T’en fais pas, salope. Elle prépare ta chatte pour ma queue.



Fabienne a eu l’air de vouloir protester, mais ma bite ne lui permettait pas de parler. J’ai tiré ma queue de sa bouche.


T’allais dire quelque chose, Fab ?



Elle a ouvert la bouche pour parler, et j’ai enfoncé ma queue de plus belle dans sa gorge, riant aux éclats alors qu’elle s’étouffait dessus. Après quelques coups de reins dans sa bouche, j’ai tiré ma queue à nouveau avant de la soulever pour la coucher sur la table basse. Sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit, j’ai enfoncé ma bite dans sa chatte et j’ai commencé mes va-et-vient. Elle a commencé à gémir presque tout de suite, et j’ai compris qu’elle était tout aussi folle que moi. Soudain, j’ai senti une chaleur au niveau de mon cul. J’ai regardé, surpris, pour voir ma mère en train de me lécher le cul. Devant moi, ma sur a commencé à crier.


Baise ma chatte, Roger ! Défonce-moi le trou, putain !


Entre les provocations de ma sur et ma mère en train de me lécher l’anus, j’ai cru devenir fou. J’ai commencé à ravager ma sur, la baisant contre la table comme si je voulais la casser à coups de reins. J’ai senti que j’aillais jouir alors que la chatte de Fabienne se resserrait autour de ma bite. J’ai voulu sortir, car j’avais peur de la mettre enceinte, mais elle a croisé les jambes dans mon dos, me tirant vers elle aussi fort qu’elle pouvait.


Remplis ma chatte, Roger ! Je suis ta pute, tout autant que cette salope qui nous sert de mère ! BAISE-MOIII.



J’ai joui en même temps qu’elle, crachant plusieurs jets épais de sperme fertile dans l’utérus de ma sur. Les jambes tremblantes, je suis ressorti et je me suis laissé tomber sur le fauteuil alors que ma mère se précipitait pour me nettoyer la queue. Elle m’a léché et sucé jusqu’à ce que je sois propre, avant de commencer à nettoyer la chatte de Fabienne avec sa langue. Je pouvais voir les jambes de ma sur avoir des spasmes de plaisir avec chacun de ses coups de langue. J’ai lentement fermé les yeux et je me suis endormi face à ce spectacle paradisiaque, exténué après tout ça.


Suite à venir dans le chapitre 3 ! Merci beaucoup pour vos retours, je lis tous les commentaires et je réponds à vos messages avec grand plaisir !

Diffuse en direct !
Regarder son live