Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 898 fois
  • 87 J'aime
  • 10 Commentaires

comment je me suis découverte

Chapitre 1

Travesti / Trans

Comment je me suis découvert(e)

Voici mon histoire légèrement romancée


Nous sommes en septembre 2015 et je viens de passer un été pourri. Avec ma femme c’est la fin de notre histoire après 20 ans de haut et de bas.

Je craque et lui dis que je demande le divorce, hystérie, crie, menace et j’en passe ; je dois quitter le domicile conjugal et mes enfants ne veulent plus me voir.


Me voilà seul à 45 ans dans une petite ville de province où je ne connais personne, mais qui me permet d’être à 15 minutes de mon boulot.

Cela va me rappeler ma vie de célibataire quand je vivais seul en appartement dans ma ville de naissance où j’avais tous mes amis, où je sortais en boite, où j’allais au resto.....


Il a fallu trouver un appartement et déménager. J’ai trouvé un duplex (un rêve d’ado) dans un vieil immeuble du centre-ville. Une grande pièce à vivre avec cuisien et un escalier pour accéder au coin nuit.

J’ai déménagé le 25 septembre avec une camionnette louée pour l’occasions et j’ai dit adieu à mon ancienne vie. Je ne pensais pas que cette expression serait aussi totale.

Pendant le déménagement je n’ai croisé qu’une personne de l’immeuble qui m’a gentiment tenue la porte. C’est un homme dans la cinquantaine. Il est plus petit que mois 1m80, moi je mesure 1m90 mais sans doute plus lourds que moi, je ne fais que 85 kg. Il était en tenue de sport. Il avait l’air très musclé et on voyait qu’il prenait soin de son corps. Il était souriant et aimable. Son regard était perçant, j’ai eu l’impression de passer un scanner.


-bonjour, bienvenue dans l’immeuble, je m’appelle Patrick

-merci moi c’est Alain

-vous êtes dans quel appartement ?

-au 3ème étage à gauche

-moi je suis au dernier étage, l’appartement terrasse.

-çà doit être sympa comme appart ?

-passez me voir à l’occasion je vous ferais visiter.


Et voilà je suis installé. On est le 12 décembre, pas de sortie, pas de resto, je suis seul tous les soirs dans mon appart, je m’ennuis ferme. Heureusement qu’il y a internet et la télé.

Je pensais pouvoir refaire ma vie, rencontrer des gens, m’amuser, profiter de la vie quoi !

Ma libido est en berne ; heureusement qu’il y a les films pornos sur mon pc et à la télé, cela me permet de me masturber, mais cela ne remplace pas une femme


A part les personnes du boulot, je ne vois que les locataires de l’immeuble, et encore avec mes horaires c’est exceptionnel. C’est la journée des courses hebdomadaires et le frigo est très vide. Je prends mon courage à deux mains et je pars à la superette près de chez moi.

-tiens, bonjour vous allez bien

Je me retourne et me retrouve en face de Patrick, mon voisin du premier jour.

-bonjour, oui merci et vous

-bien, au fait vous ne deviez pas venir visiter mon appart ?

-si effectivement, mais l’occasion ne s’est jamais présentée.

-pourquoi pas ce soir, venez prendre l’apéritif.

-je ne veux pas déranger

-pas de soucis de toute façon je suis seul.

-ok je peux amener quelque chose

-amenez de quoi grignoter, à ce soir 20h


Et il est repartis avec son chariot dans les allées du magasin. Super une soirée de samedi où je ferais autre chose que regarder la télé en vrac dans mon canapé. J’achète une pizza, je finis mes courses et je rentre chez moi.

19h55, je sors de chez moi et monte le pallier qui me sépare de premier apéro depuis 4 mois.je sonne, il m’ouvre.


-bonsoir, bienvenus entrez.

-merci


J’entre dans ce magnifique appartement, le mien c’est un placard (65 m²). il me précède dans une immense pièce qui sert de salon, salle à manger et cuisine américaine.


-vous avez un très bel appartement

-merci, c’est vrai qu’il est bien, j’ai 120 m², avec une terrasse panoramique. L’immeuble m’appartiens et je me suis réservé le plus beau lot.

-donc mon loyer vous revient après être passé par l’agence.

-en effet...je vous fait visitez

-oui bien sûr


Et me voilà partis pour la visite, immense pièce, plusieurs chambres avec salles de bain attenantes et une terrasse qui fait le tour complet de l’immeuble et qui donne une vue sympa de la ville

Je remarque qu’en guise de tableau, il a des photos en noir et blanc de corps de femme en lingerie, un peu comme les photos des publicités d’une grande marque de lingerie. Cela donne une atmosphère chaude à son appartement


30 minutes plus tard nous sommes revenus au salon et nous commençons l’apéro.


-whisky ?

-oui merci

-on vas faire plus amples connaissances, parlez-moi de vous !


Je commence alors à raconter ma situation, ma vie, mon ennui et lui m’écoute avec un regard de compréhension et bienveillant qui me rassure et me permets de vider mon sac


-et bien on dirait que vous êtes en pleine déprime ?

-vous croyez ? je ne sais pas ! c’est vrai que je suis assez seul mais de là à parler de déprime.

-allez changeons de sujets, dites-moi ce que vous aimez, ce que vous faites, ce que vous voulez faire ?


Et c’est reparti, je parle de moi et il m’écoute. Il me ressert à boire et m’écoute. Je crois que je commence à être un peu bourré car mon élocution devient hésitante. Je me ressaisie et lui demande de me parler de lui.

J’apprends qu’il est rentier, que l’argent que sa famille a mis dans des biens immobiliers lui permet de ne pas travailler et que donc il profite de la vie. Il a été marié, a des enfants qu’il ne voit pratiquement pas, sauf quand ils ont besoin d’argent. Je reprends un peu mes esprits :


-vous avez une jolie décoration, j’aime beaucoup les photos. Elles sont tirées du calendrier "AUBADE"

-oui, vous avez le coup d’œil, vous connaissez ? vous aimez ?

-oh oui je suis un grand fan de lingerie, mais mon ex n’aimait pas cela. Elle était dans le "pratique et confortable".

-c’est dommage c’est tellement beau

-je dis souvent que c’est le plus bel emballage pour un corps de femme avec les chaussures à talon


Nous avions trouvé un point commun qui nous as permis d’échanger, sur les couleurs, les matières, les formes. Nous avons beaucoup parlé de la hauteur des talons, de leur forme.

Je ne pensais pas qu’un autre homme en connaissait autant que moi sur ces sujets. Je lui racontais que j’essayais de deviner quand je croisais une femme qu’elle type de lingerie elle portait ? Est-ce des bas ? Un collant ? puis notre conversation repris une forme plus banale.


-vous connaissez beaucoup des locataires de l’immeubles ?

-non ils ne m’intéressent pas

-alors pourquoi m’avoir invité ce soir ?

-parce que vous, vous m’intéressez !


Sa réponse me laissait perplexe, mais nous embrayons sur un autre sujet, nos conquêtes respectives. J’apprenais qu’il avait eu de nombreuse femme dans sa vie, alors que moi je n’avais eu qu’une. Mais que depuis quelque moi il était seul et heureux de l’être, tout l’inverse de moi.


-vous croisez toujours les jambes comme cela ?


La question était très surprenante et je me sentis mal à l’aise. Il le vit. J’ai dû rougir et il a souris.


-je n’y ai jamais fait attention

C’est vrai que j’ai l’habitude de croiser les jambes dès que je suis assis en serrant fort mes jambes lui contre l’autre. Lui par contre les avait très écartés avec les coudes appuyés dessus.

-vous voyez, c’est pour cela que je m’intéresse à vous. Quand je vous ai vus la première fois lors de votre déménagement je me suis dit que vous ne vous connaissiez pas.

-et pourquoi vous pensez cela ?

-je ne sais pas une impression.


Je ne me sentais pas très à l’aise et je me demandais où il voulait en venir. Je m’y fin à notre soirée.

-merci pour cette soirée, je dois rentrer, je suis fatigué et un peu bourré.

— ok je vous raccompagne

Il m’ouvrit, je sortis et j’entendis dans mon dos

-à bientôt "Belle Plante"

Je rentrais chez moi dans un état second. Je ne sais pas si c’est à cause de l’alcool ou des remarques que Patrick m’a fait. Je me suis endormis très vite. Toute la journée du dimanche je m’interrogeais sur le mot belle plante, l’avais-je imaginé, l’avait-il dit ? Pourquoi une remarque sur ma façon de croiser mes jambes ?


Dans ma tête s’était le feu. Je cherchais toujours des réponses à cette soirée de samedi. Quelque jour plus tard je reçu dans ma boite au lettre une invitation de Patrick pour le vendredi suivant à une soirée chez lui pour son anniversaire. Je ne savais pas si je devais m’y rendre. J’ai hésité toute la semaine et puis finalement je me suis dit que je pourrais rencontrer d’autre personne.

Le vendredi soir je sonnais donc à son appartement. Quand je le vis j’eu une bouffée de chaleur et j’ai rougis. Il m’a accueilli en m’embrassant sur les joues. Je n’ai pas réagi car trop surpris par le geste. Il me présenta aux autres invités.

Je rencontrais beaucoup d’homme et de femme, la musique était sympa, le traiteur très bon et le champagne excellent. Je ne le vis pas beaucoup de la soirée et ça m’a arrangé car ses remarques étaient toujours dans ma tête et me perturbait toujours autant.

En fin ce fut l’heure des cadeaux. Connaissant ces goûts je lui ai acheté le calendrier AUBADE 2016. En le déballant, il me chercha du regard et me fis un clin d’œil qui me mis encore mal à l’aise. Pourquoi j’étais si mal à l’aise de ses remarques, de ses gestes, de le voir tout simplement. C’est un mec, je suis un mec...pourquoi cela me donne chaud.....

Je pris congés vers 1h du matin en allant le saluer ; j’étais contant car j’ai fait de belle rencontre et je pensais que cela allait me donner l’opportunité de me faire des amis sur la ville. Il me raccompagna à la porte :

-merci pour le cadeau, moi aussi j’ai quelque chose pour toi. Tiens prend cela (tiens il me tutoyait maintenant). Il me donna une grosse enveloppe.

-c’est quoi ?

-tu verras bien

Il m’embrassa et en passant près de mon oreille me dit :

-bonne nuit Belle Plante, à très bientôt

Je rentrais chez moi avec son sac de sport. Je n’étais plus dans un état second mais dans un état tertiaire ou quaternaire. Je ne savais plus qui j’étais. Je la posais en rentrant et l’oubliais. C’est le lendemain au réveil que je m’en suis souvenus et j’ai été la prendre pour l’examiner.

Je l’ouvre avec beaucoup d’anxiété et d’excitation. Je découvre une lettre et surtout un tanga, un soutien gorge et un paquet de dim up. L’ensemble de lingerie est en dentelle noir et les bas sont noirs. Je ne bouge pas pendant 5 minutes en regardant ces "choses". Je sens une chaleur irradier mon corps, j’ai très chaud.

J’ouvre la lettre :

"Bonjour Belle Plante,

Tu as donc ouvert l’enveloppe et découvert son contenu. Cela t’a sans doute surprise ma belle, mais je sais que cela t’excite et te fait envie. Quand tu m’as parlé de ton amour pour la lingerie et les talons j’ai sentis que ton envie profonde n’était pas de les voir porté, mais de les porter. Cela a confirmé la première impression que j’ai eu de toi quand je t’ai croisé à ton arrivée, très grande, élancée, classe avec des gestes fins.

Notre premier rendez-vous m’a donné envie de te donner ce que tu recherches. J’ai envie que tu deviennes  ma FEMELLE.

Je suis sûr que pendant que tu lis ces lignes tu me prends pour un fou, mais je suis certain aussi que tu bandes."

Il avait raison j’étais en train de bander comme cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps. J’étais comme hypnotisé par ce que je lisais.

"alors voilà tu as 1 choix à faire entre 2 possibilités :

Tu oublies ce courrier et ce qu’il y a dans le paquet et on continu nos vie comme avant

Tu acceptes de devenir ma FEMELLE, de te plier à mes exigences, de te soumettre à ma volonté et d’obéir à mes ordres comme tu en as très envie, même si tu ne le sais pas encore, pour ton plaisir et le mien.

Si tu choisi la deuxième possibilité tu viens ce soir à 22h chez moi avec la lingerie du paquet.

Tu mets dessus ton grand manteau que tu portes sur tes costumes et tu ne mets pas de chaussures.

ATTENTION : je veux que tu sois épilée comme une femme !"


Je repose le courrier. Je suis sonné. Je suis bourré. J’en ai presque mal au cœur tellement les sensations sont fortes. Je mets plusieurs minutes à reprendre mes esprits. Je regarde la magnifique lingerie et je déballe les bas.


Je suis devant le plus grand dilemme que ma vie m’est offert jusqu’à maintenant.

J’ai envie de jouer, mais j’ai peur. Je suis un MEC bordel, mais cette lingerie me fait envie. Il entend quoi par femelle,ces mots m’excite.

Je suis dans un tourbillon, il faut que je me décide, ce soir 22h vas arriver vite.

Diffuse en direct !
Regarder son live