Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 833 fois
  • 85 J'aime
  • 4 Commentaires

Comment je suis passé de youtuber à youporner

Chapitre 5

Une vie finalement bien réglée

Hétéro
85
5

Moi et Kate, on vivait ensemble, on couchait ensemble (devant ou hors champ de la caméra) et chacun apportait à l’autre ce qui lui manquait. Ce n’était pas toujours facile, des fois, on s’engueulait, mais c’était pour mieux se rabibocher sur l’oreiller. Tout ce qui était vie de couple était nouveau pour moi. J’étais patron de ma petite entreprise qui tournait pas mal ma foi. Je me versais un salaire fixe et à Manu aussi. Kate n’avait plus vraiment besoin de tourner, mais elle le faisait quand même pour le fun et moins souvent (mais toujours autant le soir au lit avec moi). Elle tenait à travailler quand même. Elle ne voulait pas rester à ne rien faire, donc elle continuait les petits boulots par-ci par-là. Notre vie sexuelle était animée. Quand elle m’appelait Maxou durant les rapports, c’était qu’elle voulait de la douceur et de la tendresse. Par contre, quand elle m’appelait Bob, là, elle voulait quelque chose de plus animal, de plus bestial, voire même violent.


J’avais presque l’impression de devenir schizophrène.


Au début, ça ne la dérangeait pas de savoir que j’allais en baiser une autre qu’elle. C’était Bob qui le faisait. Celui qu’elle aimait, c’était moi, Max. Cependant, après quelques mois, elle avait émis la possibilité que je délègue une partie du travail. Une autre chose qui l’a étonnée, c’est quand elle a appris pour ce que j’appelle « la vidéo gay du mois ». Je me souviens de la fois où elle l’a appris. Alors que je partais au boulot, elle m’a demandé « Alors, elle s’appelle comment celle que tu vas faire tourner ? » et quand je lui ai répondu « Ludovic », elle a failli s’étouffer.


Je lui ai expliqué que ce n’était qu’épisodique, que c’était un rôle de composition pour un certain type de public, et elle semblait avoir compris. Malgré tout, j’ai quand même senti qu’elle aimerait bien que j’arrête de passer devant la caméra pour ne coucher qu’avec elle, ce que je comprenais. Au départ, je n’étais pas trop pour, parce que j’aimais ça déjà, et puis finalement, j’ai bien compris que si je voulais la garder, il allait bien falloir. De toute façon, les choses ont fait que j’y ai été forcé. Premièrement, Manu voulait arrêter. Il avait trouvé un autre boulot. Du coup, j’allais endosser le rôle de cameraman. Même si Kate savait comment se servir de la camera, je me voyais mal lui demander de me filmer en train de baiser une autre qu’elle ...


Voir un autre. Le problème, c’était que je ne voyais pas comment recruter. Vous imaginez l’annonce Pôle emploi ? « Cherche mec costaud et bourru pour porno amateur gay et hétéro ». Autant pour les filles genre étudiantes qui se cherchaient un complément, ça passait (mes filaires utilisées jusque-là fonctionnant bien), autant pour se trouver un acteur, c’était plus compliqué ...


Surtout pour le côté gay en fait. Il me fallait quelqu’un de confiance, donc je préférais éviter de demander à mes abonnés ou à un inconnu. Aucune chance que ça aboutisse. Et puis un jour, j’ai eu un bol monstrueux. J’ai recroisé par hasard un ancien pote de l’école. Au collège, on était tous les deux dans le club des pestiférés, comprenez par-là qu’on était tous les deux martyrisés par la même bande de casse-pieds qui s’octroyait le droit de faire chier tous ceux qu’ils considéraient comme des Ploucs. Lui m’avait reconnu de suite, car, m’ayant vu sur YouTube, il m’avait suivi et aimait ce que je faisais.


Ce gars dont j’avais perdu la trace s’appelait Pascal et c’était un bon copain. Il était grand et costaud, il travaillait sur des chantiers de construction. Quand on s’est revu, c’était lors d’une convention Geek. Ça faisait plusieurs fois que je m’y rendais depuis mon retour sur YouTube. Un jour, je l’ai vu lors d’une séance de question-réponse. Il avait bataillé sec pour choper le micro, et quand je l’ai eu en face de moi, je l’ai reconnu. Je venais tout juste de me mettre en ménage avec Kate à ce moment-là et il ne savait rien de mon activité X. Quand il est venu manger à la maison, je lui ai présenté Kate, et là, il m’a dit que j’avais bien de la chance, et ça, j’en avais conscience, lui n’arrivant pas à se caser. On venait de retrouver notre relation comme elle était autrefois : une amitié sincère et réelle. Plus tard, il m’avoua que s’il n’arrivait pas à se caser, c’était parce qu’il naviguait « entre deux eaux » comme il disait.


Il finit alors par m’avouer que, même s’il aimait les femmes, ça lui arrivait parfois d’avoir des aventures avec des hommes (actif et passif). Au départ, je n’y ai pas prêté attention plus que ça, l’acceptant tel qu’il était, mais quand il a été question de laisser ma place devant la caméra, je me suis dit « eh, mais voilà le candidat idéal ! ». Par contre, comment le lui dire ?


Un jour, je l’ai invité à visiter mon studio. Il était fou comme un gosse quand il a vu ma pièce où je faisais mes enregistrements YouTube. Je lui avais préparé autre chose : la visite de ma salle de montage. Pour lui, c’était le Graal, mais j’avais sciemment laissé des accessoires de tournage X dans la pièce. Il a semblé gêné de voir un vibromasseur, des capotes et des porte-jarretelles. Il m’a même demandé ce que ça faisait là. C’est là que je lui ai dit pour mon autre activité. Quand il a su, j’ai cru qu’il avait buggé. Il ne m’a pas cru sur le moment. Je lui ai montré une de mes premières vidéos avec celle qui m’avait initié : celle où j’étais habillé en plombier. Il a hurlé de rire de me voir comme ça. Pour lui, c’était Super Mario qui abusait d’une jolie fille. Je l’ai mis devant plusieurs autres vidéos, dont une avec un mec. Lors de la dernière, je m’étais éclipsé pour me déguiser en Bob et me placer derrière lui.


Quand ça a été fini et qu’il m’a vu parler avec ma grosse voix, il a sursauté. Une fois la surprise passée, il m’a dit qu’il avait été bluffé de me voir comme ça. Il m’a dit que j’avais du bol de faire ça : coucher avec des filles et des mecs et surtout gagner ma vie avec ça. Je lui ai expliqué que, suite au départ de mon assistant-cameraman, je cherchais un remplaçant. Il m’a alors dit « Ah bah désolé mon pote, mais j’y connais rien en audiovisuel ». C’est là que je lui ai dit que le remplaçant n’était pas pour le poste de cameraman, mais pour celui d’acteur. J’ai continué en disant que j’allais sûrement essayer de recruter un autre acteur en plus, Kate voulant que j’arrête. J’ai aussi enchaîné en lui disant pêle-mêle que j’avais un peu pensé à lui.


Lui qui avait du mal à se trouver des partenaires, je lui offrais l’occasion de coucher en gagnant du fric. Au départ, il a cru à une caméra cachée. Je lui ai dit en montrant mon matériel « bah elle est mal cachée la caméra, elle est sur la table ». Il a mis du temps à me répondre, mais finalement il a accepté. Ainsi j’étais gérant de ma boîte et j’employais des acteurs et actrices amateurs pour du Porno, lui aussi amateur, sur internet. Je lui ai fait essayer la cagoule et malgré quelques centimètres en plus que moi, on ne voyait quasiment pas la différence. Il a essayé de prendre une grosse voix et ... C’était différent, mais convaincant. Du coup, j’ai voulu tester celle qui maintenant me connaissait sur le bout des doigts : Kate, ma copine.


Pascale, déguisé en Bob s’était positionné dans le studio face à la fenêtre. Quand Kate est arrivée, elle s’est dirigée vers lui en disant « t’as voulu que je vienne Maxou ? » et en lui faisant un bisou sur la bouche. Là, je suis sorti en lui disant « Bah alors on me fait des infidélités ? ». Elle est restée là, à se demander si elle n’avait pas la berlue. Il y avait deux Max, ou encore un Max et un Bob tous deux dissociés. Pascale a alors retiré sa cagoule et on a éclaté de rire. Je me suis rapproché d’elle et je lui ai dit « je te présente Bob 2, mon remplaçant ». Je l’avais écouté. Je m’étais trouvé un remplaçant. Elle était contente et elle me l’a bien fait comprendre en me faisant passer une des meilleures nuits que j’ai pu avoir.


Il y a eu l’histoire du remplaçant (même s’il m’est arrivé une fois de me faire sucer par une aspirante actrice lors de son casting, mais ça chut, faut pas le dire), mais ce qui m’a incité à arrêter le tournage, c’est ce qu’il s’est passé le jour de mon anniversaire, il y a huit mois de cela.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


On était allé au parc d’attractions Disney studio, celui sur les films de cinéma avec Marvel, mais surtout Starwars dont je suis un fan depuis toujours. J’ai fait connaître les films à Kate et elle aussi elle aime bien, mais pas pour les mêmes raisons. Moi j’aime ça pour le coté combats spatiaux et affrontement au sabre laser, et elle c’est plus sur le côté psychologique avec la tragédie familiale des skywalker. C’est pour sa vision et ses avis divergents des miens que j’ai eu l’idée de l’inclure dans mes critiques Cinémas YouTube et même toutes les autres vidéos. Du coup, j’en ai profité pour l’embaucher officiellement pour qu’elle n’aille plus bosser ailleurs. Ça donne un côté débat d’idée ainsi qu’une touche féminine sympa ..... Surtout quand sa grosse poitrine est plus que visible dans un T-shirt moulant et un poil trop petit ..... Enfin bref, revenons à nos moutons. Donc je savais qu’elle me préparait quelque chose, mais je n’imaginais pas un truc pareil.


On est arrivé à l’ouverture du parc. On s’est fait quelques attractions sympas et, notoriété YouTube oblige, j’ai croisé quelques un de mes fans. Je me suis vu signer des autographes. Puis à un moment, il y a eu un Show. C’était une exhibition de combat sur scène entre Dark Vador qu’on ne présente plus, Dark Maul, le méchant avec son sabre à double lame et Kylo Ren que beaucoup aimeraient oublier (les trois méchants iconiques de chacune des trilogies starwars). Les mecs qui se battaient sur scène étaient vraiment bons. Etant gamin avec Pascal, on avait fait des combats de manche à balai et je m’en sortais correctement. J’aurais presque pu faire de l’escrime. Parfois dans les conventions Geek, il y a une l’association « L’Académie Jedi » qui propose une initiation au combat de sabre laser. Bien sûr ce ne sont pas des vrais, mais plutôt des manches en résine avec des tubes lumineux en plastiques en guise de lame.


Les instructeurs présents habillés en Jedi me trouvaient avoir un bon niveau. Quant à la fin, Kate m’a emmené dans les coulisses, je ne m’imaginais pas ce qui m’attendait.


Pour ceux qui avaient un billet VIP comme nous, on avait droit à des photos avec les comédiens du show, mais en plus, et pour ceux qui s’en sentaient le courage, on pouvait espérer un combat amical avec l’un d’eux. J’étais fou comme un gosse. Kate avait sorti la caméra et voulait me filmer. Quand je suis monté sur scène et que je me suis mis à l’aise, j’ai remarqué deux ados qui m’avaient reconnu. Je les ai salués et j’ai choisi un sabre laser à lame simple. Ils n’en manquaient pas une miette. J’avais intérêt à ne pas me louper.


Depuis ce fameux jour du 31 octobre 1999, je rêve d’affronter Dark Maul. Ce combat chorégraphié entre lui et Obi Wan Kenobi dans Starwars 1 la menace fantôme m’a marqué. Certes, mon adversaire n’était pas le comédien d’origine, Rey Park, Cascadeur, chorégraphe de combat et expert en arts martiaux, mais j’allais m’en contenté. Déjà, il fut surpris de voir comment je bougeais et de l’agilité avec laquelle je maniais le sabre. Je me suis mis en position et il a bien compris que je n’étais pas un simple quidam. On s’est affronté et ... Bah j’ai perdu. Ce type m’a battu, mais je m’en suis sorti avec les honneurs. Je lui ai porté quelques coups bien placés, on a fait des passes d’armes dignes des films, mais ce ne fut pas suffisant. Le tout sous les flashes des appareils photo et des téléphones qui filmaient.


Quand j’ai eu fini le combat, on s’est rassemblé pour la photo. Kate avait confié la Gopro à une des organisatrices pour qu’elle nous filme en plus de la photo et ensuite, elle m’a tendu un sachet en me disant « tiens ton cadeau. Bon anniversaire ». J’étais surpris, car je croyais que le cadeau je venais de l’avoir. J’ai ouvert le sac et j’en ai sorti un T-shirt à ma taille. Je l’ai alors tenu à bout de bras, bras tendu pour lire ce qu’il y avait dessus et là j’ai cru me sentir mal. Je l’ai vu sur la vidéo de la Gopro, j’ai commencé par avoir les yeux écarquillés et j’ai changé de couleur. Après je suis passé par toutes les émotions. J’avais le souffle coupé et je me suis mis à chialer comme un môme dans le T-shirt à genoux sur le sol. Là, j’entends les organisatrices du show et les comédiens me dire « Félicitation Monsieur ». Kate m’a relevé en me disant « Tu ne vas pas me faire un malaise quand même ? ». Je me suis relevé, je l’ai pris dans mes bras et on s’est embrassé.


Parmi ceux qui regardaient la scène, j’ai vu des visages inquiets. J’ai alors demandé à Vador de me cacher avec sa cape et j’ai retiré mon Polo pour mettre le tee-shirt qu’on venait de m’offrir pour la photo. Quand je suis réapparu, j’ai eu droit à des applaudissements. Qu’y avait-il sur ce T-shirt pour que ça provoque tout ça ? Et bien je vais vous le dire. Tout d’abord, il y avait le casque de Vador, mais avec mon visage incrusté dedans. A côté, il y avait la reine Padmé Amidala, mais avec le visage de Kate. Enfin, en dessous, il y avait un texte rédigé à la manière du texte au début de chaque film :


Dans une ville pas très lointaine,

Un couple s’apprête à vivre une toute nouvelle aventure, car ils seront très bientôt trois mais, toutefois, une question reste à élucider :

Ce sera Luke ou Leïa ?


Pour ceux qui ne connaissent pas ou mal l’univers Starwars, Dark Vador et Padme Amidala sont les parents de Luke Skywalker, héros de Starwars, et de Leïa Organa, sa sœur jumelle. Kate venait de m’annoncer qu’elle était enceinte, que j’allais être Papa. Déjà que l’émotion était bien montée grâce à mon affrontement au sabre laser, mais là ..... J’étais loin de m’y attendre. On n’en avait jamais parlé. Pour moi, cette vie me convenait. Je ne m’étais jamais imaginé en train de pouponner, donner le biberon ou changer des couches. On a fait la photo et les comédiens qui jouaient les personnages en costume nous ont félicités. Quand Vador m’a serré la main, il m’a dit « Bienvenu au club ». Je lui ai répondu que j’espérais ne pas finir comme lui dans les films et il a éclaté de rire dans son masque.


Quand on est sorti, j’étais dans un autre monde, admirant mon nouveau T-shirt. Kate m’a proposé de faire une attraction qui s’appelait la « chute infernale ». Je lui ai alors répondu « même pas en rêve ! Pas dans ton état ». On a fini la journée en se faisant ce que j’appelle des « attractions papy ». Comprenez par là des balades en bateau en amoureux sur un cours d’eau, une balade en petit train autour du parc ..... Ça m’a permis de me demander « Comment j’ai fait pour ne rien voir ? » Et puis au bout d’un moment, c’est devenu limpide. Deux mois avant ça, je me suis souvenu qu’on avait regardé plein de films sur le sujet. Il y a eu « Allo Maman ici bébé » d’abord. Dans ce film, à un moment, le gynécologue dit à la future maman « n’oubliez pas que votre horloge biologique tourne ». Kate me l’a fait remarquer, mais ce n’est pas aller plus loin. Elle avait loué aussi sur le Net les films « 9 mois » et « 3 hommes et un couffin ». Je n’avais pas compris le message.


Ensuite, et c’est là que j’aurais dû tilter, je me suis souvenu qu’un soir où je travaillais sur des montages vidéo en retard, elle est arrivée pour me parler et, honnêtement, je ne l’écoutais même pas, trop absorbé que j’étais par mon travail à faire. Tout ce que je me souvenais, c’était qu’à la fin, elle m’avait annoncé que son toubib lui avait recommandé d’arrêter la pilule. Je l’écoutais à peine et pour qu’elle me laisse, je lui ai dit « ne rigole pas avec ta santé. Fais ce qu’il te dit ». Et après ça ... Bah on n’a rien changé à nos habitudes. Nos « activités nocturnes » sont restées les mêmes. Bon ...


Bah voilà ! Il allait falloir prévenir les grands-parents maintenant.


Quand on est allé chez mes parents et qu’on leur a montré le film, mon père a de suite compris. Il ne connaissait pas Starwars autant que moi, mais en savait suffisamment pour savoir que Vador était le père de Luke. Ma mère par contre ... Bah quand elle voit le Wookie Chewbaca avec sa fourrure, elle confond avec la planète des singes. Il a donc fallu lui faire un petit cours accéléré. Quand on lui a expliqué ... Une vraie fontaine, c’était Alerte inondation ! Pour les parents de Kate en Ukraine, c’était plus compliqué. Déjà, c’était loin, et en plus, ils ne s’entendaient pas vraiment. Pour eux, elle avait fait la pute en Europe de l’Ouest (ce qui était malheureusement vrai pour elle, à une époque), mais surtout, pour eux, en partant, ils l’avaient reniée. Moi j’ai eu peur qu’avec tout ça, elle ne perde le bébé, mais non, elle y était préparée. « Bon bah tant pis pour eux alors » m’a-t-elle dit en repartant.


Franchement la grossesse c’est génial ..... mais pas toujours. La libido et la poitrine de Kate avaient augmenté (de même que mon tour de taille, mais bon...). Au début, c’était carrément chaud et puis ça a diminué. Il faut dire que le ventre qui gonfle, c’est gênant. Il ne faut pas l’écraser. En plus, il y a les sautes d’humeur ..... Du coup, on baisait moins et autrement (exit Bob), mais quelque part, ça a fait des vacances. J’avais une maison qui suffisait pour accueillir le bébé, mais pour la voiture, il allait falloir en changer. J’ai donc contacté mon banquier et curieusement, il ne m’a pas accordé le prêt que je voulais. Quand je suis allé le voir, il m’a dit que la politique de la banque avait changé et qu’il me fallait plus de garanties. Plus de garantie ? Avec tous les revenus locatifs que je perçois en plus de mes revenus audiovisuels ? Il se fout de ma gueule lui ?


Eh bien oui, il s’est bien foutu de ma gueule, et ça pour une raison toute simple : il m’avait vu sur internet. Pas sur YouTube, non il m’avait vu sur des sites pour adultes en vidéo. Quand il m’a parlé de Bob, le grand costaud cagoulé, je lui ai dit que, des Bob, il y en avait des pages entières dans l’annuaire, essayant de noyer le poisson, et là, il m’a sorti, sur son PC, la vidéo de la fois où je venais de retirer ma cagoule.


Et merde ! Il comptait me faire du chantage. Après il m’a dit aussi qu’il pouvait dire à ma femme que je me tapais des mecs. Là je lui ai dit « Tiens c’est bizarre. Vous aimez ça les vidéos gay ? C’est votre femme qui serait contente de savoir ça. » Il m’a alors dit qu’il était divorcé. Et Remerde ! D’autant qu’une idée horrible me vint à l’esprit. S’il avait des tendances gays, peut-être avait-il envie de mon cul comme on pouvait le lire dans les commentaires de certains abonnés du site. Là-dessus, je me suis dit que Pascal pourrait peut-être me remplacer. Je l’ai vu se faire enculer par un gros poilu dans une vidéo carcérale sous les douches (tournée en réalité dans les vestiaires d’un gymnase) ... Ça peut le faire sauf si c’est sans la cagoule. Heureusement, tout ce qu’il voulait, c’était visiter mon studio et si possible lors d’un tournage. Il m’avoua aussi avoir regardé des vidéos gay uniquement par curiosité. Je ne le jugeais pas, moi je les avais tournées alors .....


Je comptais bien mettre ce moment à profit. Il m’avait dit que si j’acceptais qu’il se rince l’œil, il pourrait faire accepter mon dossier ...

OK, mais j’avais un autre plan. Ce petit bonhomme quinquagénaire, rondouillard, binoclard et avec sa petite moustache à la Dupont et Dupond de Tintin ne devait pas tirer son coup souvent. Du coup, j’ai voulu faire d’une pierre deux coups. Je cherchais un nouvel acteur justement ......


On s’est fait ça un soir. Il s’est pointé après le boulot, en costard, n’ayant pas pris le temps de se changer, car trop pressé de passer me voir. Quand il est arrivé, je lui ai servi un café. Je lui ai dit que ce soir, c’était la première fois d’un nouvel acteur que j’ai décrit comme un monsieur tout le monde physiquement. Ça l’avait intéressé. Il était curieux, mais aussi un peu déçu. Il s’attendait visiblement à voir une Vidéo avec Bob. Je lui ai dit que j’avais arrêté à cause de ma femme. Il m’a dit qu’il aurait voulu me voir en action « avec la petite Russe aux gros nénés » comme il a dit. J’ai tenu à mettre les choses au clair de suite. Je lui ai dit qu’elle n’était pas Russe, mais Ukrainienne, que c’était ma femme, qu’elle était enceinte et enfin qu’il était hors de question qu’elle fasse quoi que ce soit avec lui qui mate. Il a bien compris qu’il ne fallait pas trop insister sur ce sujet, alors il a lâché l’affaire.


L’actrice qui venait était une escorte. Elle s’appelait Cindy. C’était une amie qui participe souvent à mes vidéos et donc avec qui j’ai couché plusieurs fois avec ma cagoule. Je l’avais prévenue de ce qu’il allait se passer et ça l’a beaucoup amusé. Cindy est arrivée et on faisait semblant d’attendre l’acteur qui devait venir. Pendant l’attente, je le voyais qui n’arrêtait pas de mater la fille. Facile de deviner qu’elle lui plaisait. On le voyait avec une érection lui déformant le pantalon (merci le viagra dans le café !). Ensuite, j’ai simulé un appel sur mon téléphone en mode vibreur. Je faisais l’étonné puis le mec en colère, car finalement, je me retrouvais sans acteur. Maintenant, c’était à moi de jouer.


— Bordel de merde ! Je ne veux plus jamais entendre parler de lui.

— Que se passe-t-il ? me demanda alors mon banquier voyeur.

— Il nous a laissés en plan. Voilà ce qu’il s’est passé, ai-je répondu, simulant la colère.

— Bah alors ? Il va se passer quoi ?

— Bah rien sauf si ....... Eh bien ! elle vous plaît Cindy, on dirait, ai-je dit en le regardant.

— Euh comment ça ? demanda-t-il en tentant de cacher son entrejambe.

— Vous n’avez jamais pensé à faire du porno amateur ?

— Pourquoi vous me ..... Non, non je ne veux pas.

— Mais pourquoi ? Votre pantalon va exploser. Autant s’en servir.

— Mais on va me reconnaitre.

— Mais non, on ne va pas vous reconnaitre.

— Et comment vous pouvez en être sûr ?

— Parce qu’on avait vu avec le lâcheur, de filmer la scène à la première personne.

— Comment ça ?

— Un bandeau sur la tête avec une mini-caméra accrochée dessus et ça fera comme si on voyait par vos yeux. Donc, aucun risque qu’on voit votre visage.

— Euh ... Je ne sais pas là, répondit-il alors qu’il disait non, mais que son corps disait oui.

— Oh allons mon gros nounours ! T’es plutôt mignon, dit alors Cindy pour le motiver que j’avais convié à participer, qui s’était approché et qui commençait à sérieusement le chauffer.

— Ah... Vous... Vous trouvez ? dit-il alors avec un sourire, et intimidé.

— En plus, je suis sûr que tu as une belle bite bien juteuse, dit-elle alors en le chauffant vraiment.

— Euh ... Je ne sais pas si on peut dire ça AAAAhHH ! dit-il alors que Cindy venait d’introduire sa main dans son pantalon et commençait à lui malaxer le paquet.

— Ohhhh ! Mais ça m’a l’air pas mal ça. J’ai hâte de la sucer.

— ..... Ah bon ? ... C’est que ... Bon, OK je veux bien essayer alors.

— Super ! Je suis sûr que ça va aller. Vous savez, moi aussi j’ai été dans votre situation. C’est toujours la première fois qui est impressionnante, lui ai-je dit après sa réponse.

— ...... Et puis qui sait, on pourra sûrement remettre ça un autre jour, dit alors Cindy avec son air de petite allumeuse professionnelle.

— Ah bon ? Je pourrais ?

— Si vous vous démerdez bien, oui. Bon, venez par là, je vais vous préparer, lui ai-je dit en lui mettant la caméra sur la tête.



On s’est dirigé vers la pièce où on allait tourner. On l’avait aménagée avec un bureau et lui il devait jouer le patron qui embauche une secrétaire plus que salope. Il devait jouer le timide au début, mais sur la fin, c’est lui qui dirigeait. Dans le rôle du patron avec son costard, il était parfait. Il a eu peur quand il m’a vu prendre ma caméra, mais je lui ai dit que c’était pour prendre des prises de vue sous d’autres angles. J’ai cru qu’il allait tout faire foirer, tellement il s’est énervé. Je lui ai dit que c’était totalement débile pour moi de le filmer lui, car on le verrait avec sa caméra sur le front. Pas très esthétique visuellement. Il a compris que ce n’était pas dans mon intérêt de montrer son visage. Je lui ai dit qu’en cas de raté, il était facile de recadrer l’image au montage. Je lui ai fait une petite démo vite fait ... Il a été rassuré et s’est mis en place.


Le début de la vidéo s’est super bien passé. Il a joué le rôle du recruteur parfaitement. Cindy se montrait de plus en plus coquine et, je ne sais pas s’il jouait ou si c’était la nervosité, mais, il semblait perdre ses moyens. Il commençait à bégayer. Il faut dire que Cindy savait y faire. Elle m’a raconté qu’un jour, elle avait vécu cette même situation. Elle avait postulé à un poste d’hôtesse d’accueil, qu’elle avait excité le recruteur pour lui tailler une pipe sous le bureau, mais que le type lui avait dit « on n’embauche pas de Pute ici ». Honteuse de ce qu’elle avait fait et surtout du résultat, elle n’osa pas porter plainte. Enfin bref. Elle se montrait de plus en plus entreprenante. Quand elle voulut lui faire une démonstration de ses « talents personnels », elle contourna le bureau, ouvrit le pantalon, sortit l’engin à l’air libre encore dur à cause du viagra et commença à le sucer.


Je ne le sentais pas vraiment impliqué au départ, mon gros banquier. Pas à l’aise au début, il prit de plus en plus d’assurance. Finalement, alors qu’elle lui faisait une gorge profonde, il lui dit « Mademoiselle, si vous voulez le poste, il vous faudra faire bien plus. Mettez-vous sur le bureau ». ordonna-t-il sèchement. Il la fit s’allonger sur le bureau pour la pénétrer en levrette et en missionnaire ensuite.


Moi de mon côté, je monitorais ce que ce que filmait sa caméra frontale et je filmais Cindy en train de jouir ainsi que des gros plans sur les « parties importantes ». Curieusement, il faisait bien attention de ne pas tourner la tête. Comme on ne le voyait pas parler et qu’on pouvait retoucher la bande-son, je lui ai dit de me parler brièvement en cas de problème. D’ordinaire, je lui aurais dit « mets-la sur le côté », « va plus vite » ou encore « soulève-lui la jambe que je vois mieux », mais j’ai préféré le laisser faire pour qu’il prenne confiance. Avec sa bite encapuchonnée, je le voyais en train de détruire l’entrejambe de Cindy. Alors que je la filmais avec ses seins refaits en train de hurler de « Oh oui Monsieur le Directeur », je le voyais avec le visage rougeot, les yeux un peu dans le vague, un large sourire de joyeux avec le bout de sa langue qui pendait un peu.


Dans cette position, je l’imaginais se répéter à chaque coup de reins « Je baise, je baise, je baise » dans sa tête. On a continué jusqu’à ce qu’on l’entende pousser un cri comme un brame de cerf en rut. Après avoir repris son souffle, il s’est retiré du vagin de Cindy en lui disant, « C’est bon vous êtes embauchée ! Je vous veux lundi, ici, en jupe et sans culotte. Ce sera plus facile pour ce que nous aurons à faire ». J’ai alors terminé la vidéo sur le gros plan de Cindy avec un large sourire.


On s’est retrouvé moi et Cindy dans la salle qui nous sert de salle de pause. Mon nouvel acteur qui se prénommait Bertrand était déjà en train de se boire une bière. Quand il m’a vu entrer, il m’a lancé un « Franchement, je recommence quand vous voulez » en levant sa bière dans ma direction. Cindy est repartie avec sa petite enveloppe et on s’est mis à discuter.


Première chose qu’il m’a dit : « c’est bon, plus besoin d’aller aux Putes avec ça ». Je lui ai dit que je pouvais lui préparer des vidéos du genre professeur avec une étudiante qui veut des bonnes notes. Il m’a répondu « quand est-ce qu’on recommence ? ». Il était à fond dedans. « C’est bon, je l’ai ferré » me suis-je dit. C’est là que je lui ai dit « Au fait pour mon prêt, on fait comment ? ». Là, il m’a regardé d’un air résigné et souriant.


— Je commence à comprendre Monsieur Lantier. Tout ceci était un traquenard ?

— Un traquenard agréable non ?

— PFFFF ! oh oui. Je suppose que cette trique monstrueuse que j’ai eue c’était...

— Du viagra dans le café. Faut au moins ça pour ne pas finir en demi-molle.

— OK ... mais vous .....

— On peut se dire TU maintenant. Vu ce que va donner notre collaboration ...

— OK donc TU avais prévu quoi ? De me faire du chantage ?

— Non absolument pas. Je cherche vraiment un autre acteur et, ma foi, tu t’en es vraiment bien sorti.

— Vraiment ? OK ... Mais j’ai peur de montrer mon visage à la caméra.

— On peut te maquiller, faire en sorte que ton visage apparaisse le moins possible, c’est facile !

— Mouais ......

— Honnêtement, t’as pas envie de t’envoyer des petites étudiantes de vingt ans ? Des filles qui hurleraient ton prénom sous la jouissance ?

— C’est vrai que ça fait envie. Quand ma femme s’est barrée et qu’on a divorcé, c’était parce qu’elle m’avait chopé au lit avec ma secrétaire.

— Hehe, Monsieur a des antécédents ?

— Si on veut.

— Ici il n’y a pas de tabou. C’est du porno donc on laisse la pudeur au placard et on peut assouvir des fantasmes tranquillement devant la caméra. Du moment que tout le monde est d’accord ...

— OK. Pour l’instant, le visage caché, je préfère, mais je ne dis pas que peut-être un jour ...

— ... Qu’un jour tu puisses faire ça à visage découvert ? Parfait alors. On te laissera le temps. Et puis si tu veux parler de tout et de rien .....

— OK, sinon pour votre ... Pardon, pour ton prêt, je viens de décider que la commission d’évaluation, présidée par moi-même, venait de se décider à accepter votre dossier, dit-il alors sur un ton faussement solennel.

— Parfait ... AH ! Au fait, tiens c’est pour toi.

— C’est quoi ça ... Cent euros ? C’est avant qu’il faut me soudoyer pour ton prêt, pas après.

— Mais non gros nigaud. C’est ta paye pour le tournage.

— Ah parce que ... OK.

— Quoi, tu croyais que les acteurs faisaient ça gratos ? Bah non. Sinon ce serait de l’exploitation.

— Bon OK ..... Merci alors.



Bon bah voilà une affaire qui a été rondement menée ! Ainsi j’avais mon banquier dans la poche comme acteur secondaire. Et le pire, c’est qu’il s’est avéré bon en plus ce con. Il baise en arrondissant ses fins de mois. Que demander de plus ? Il a vraiment gagné en assurance et ..... Je le soupçonne de revoir une des actrices en cachette ... Peu importe après tout.


Après tout ça, ma petite boîte s’est bien développée. Je n’avais plus aucun problème avec ma banque ... On se demande pourquoi. Avec l’explosion d’internet, des web-séries et des vidéastes amateurs, certains m’ont contacté soit par les réseaux sociaux soit par le biais des conventions. J’en suis venu à faire de la location de matériel (payante, faut pas déconner ... mais à prix raisonnable). Je distille mes conseils pour les vidéos YouTube, j’aide et je participe aux tournages, je fais des vidéos promotionnelles pour des entreprises ... Bref tout se passe bien. Dans un autre registre, il y a quelques semaines avec Pascal (alias Bob 2) on a fait le salon de l’érotisme. J’ai échangé avec d’autres studios comme le mien dans un esprit de franche camaraderie ... pareil c’est sympa.


Pour le moment, ce qui me préoccupe le plus, c’est ma femme. On a arrêté toute activité à cause du confinement. Comme je paye mes acteurs à la prestation, je n’ai pas de salaire à avancer à part le nôtre ...


OUF. Après ça, je comprends les restaurateurs et leurs problèmes de trésorerie. Vivre H24 avec une femme enceinte dont les hormones lui donnent des sautes d’humeur ...

PFFF quel enfer ! On en vient à souhaiter vivement la sortie. Moi pour pouvoir reprendre nos galipettes et elle parce que ça commence à être lourd mine de rien. J’ai pu malgré tout préparer la chambre du petit autant que possible et ...


Ah oui je ne vous ai pas dit. Le bébé, c’est Luke, un petit gars. Bon on se dispute encore pour le prénom, mais il va falloir trouver un compromis ou alors laisser quelqu’un décider à notre place. L’échéance arrive à grands pas et .....


Enfin bref .....

Si jamais vous voulez des conseils pour vous lancer sur YouTube ou dans le porno, faites-moi signe. .....

Hein ? Qu’est-ce qu’il y a chérie ? Quoi, t’as perdu les os ? Ah non les eaux ? Oh bordel de merde ...

Mais c’est trop tôt. Il nous reste encore trois semaines ...

Bon bah désolé, mais faut que j’y aille, le petit est pressé de sortir.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder