Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 531 fois
  • 101 J'aime
  • 6 Commentaires

Le con, la Belle et le voisin

Chapitre 1

Hétéro

Cette histoire c’est déroulée il y a quelques années. J’avais 42 ans, divorcé, informaticien en chômage. Le héros moderne dans toute sa splendeur.


J’habitais, depuis mon divorce, un petit pavillon dans un quartier populaire. Vous savez, ces lotissements de maison en location avec un minuscule terrain, et un propriétaire que vous ne voyez jamais.


Bref. Début Juin, de nouveaux voisins s’installèrent. Lui, 30 ans environ, caricature vivante du commercial, il travaillait dans une boite de photocopieur. Parlant fort, grande gueule, un avis sur tout et toujours raison, il traitait sa femme comme une bonne.


Elle, 24 ans, je le su plus tard, brune, mince un corps superbe, avec des formes là où il faut, un joli visage malheureusement orné d’une cicatrice qui lui déformait un peu la lèvre, et remontais jusqu’au nez. Écrasée par son mari, on la sentait résignée.


Elle était seule toute les journées de la semaine, et, en bon voisin, j’ai commencé à lui parler…comme un voisin. Bonjour Bonsoir, vous allez bien ? Si vous avez besoin de quelque chose n’hésitez pas.. ce genre de banalités.


Très vite, elle entreprit de rendre la maison plus à son gout. Voyant ça, je lui proposais une machine a décoller le papier peint, qui trainait dans mon garage. Aussitôt dit, aussitôt fait, je me retrouve chez elle, à lui montrer le fonctionnement de la dite machine et à lui donner un coup de main.


Au fur et à mesure que le travail avance je me mets à plaisanter et à la faire rire. Il faut l’imaginer. Un débardeur, qui laisse deviner un soutien-gorge, un short en coton, plutôt moulant et de vielle baskets. Au bout d’une heure, nous rions franchement, et, dans l’euphorie du moment, je lui met la main aux fesses. Pas le genre frôlement excusez-moi j’ai pas fait exprès, non, une belle main aux fesses genre j’ai envie de te sauter.


Nous sommes donc passé, en 1 seconde, d’une ambiance décontractée et riante à un silence de mort et un climat de gêne.


« Je suis désolée Marc, que vous ayez pu penser que… »


Et voilà, je me retrouve tout con. Je bafouille une excuse à la noix et file chez moi, comme on dit, la queue entre les jambes. Ce qui tout compte fait est une bonne nouvelle pour un homme.


Une bonne semaine se passe. On a repris nos Bonjour Bonsoir. J’ai récupéré ma machine à décoller. Bref la routine.


Mercredi 15 heure, je suis à l’ordinateur pour ma recherche de travail quand on sonne. Je suis en short et t-shirt, et quelle surprise ma voisine est là, devant ma porte dans une petite robe d’été.


« Heu bonjour Isabelle… que se passe-t-il ?


« Je peux entrer ?


Je vous passe les banalités suivantes, mais nous nous retrouvons dans le salon devant un café.


« Tu es informaticien n’est-ce pas ? me dit-elle.


« Heu oui…


« Voilà, j’ai besoin de toi. Je crois que Kevin me trompe, qu’il a des aventures.


Ça c’est sûr que, bourrin comme il est, il ne doit pas se gêner, me dis-je in petto.


« et comme tu es informaticien, je me demandais si… tu pouvais pas… me faire lire ses e-mails.


Après un instant de surprise, et pour être sincère après avoir entrevu diverses possibilités, je joue les vierges effarouchées.


« Tu n’y penses pas. C’est illégal, puni de 1500 ans de prisons…


Un instant de franchise, c’est ce que j’avais fait pour mon ex, et c’est là que j’ai découvert qu’elle se tapait le mari de sa meilleure copine.


« Allez marc, tu sais le faire non ?


« Ben oui, mais je ne vais pas enfreindre la loi pour te faire plaisir. C’est trop dangereux.


Un ange passe.


« J’ai cru comprendre que tu me trouvais à ton gout … et si mes soupçons se confirment, j’aurais surement envie de lui rendre la pareille avec le premier homme qui sera là.


Comment résister à une femme qui vous regarde avec un air de Droopi , vous promettant une bonne baise ? Je sais pas vous, mais moi je résiste à tout, sauf à la tentation.


Bref, 5 minutes après, je suis dans son salon devant l’ordinateur, avec un petit logiciel maison. Elle est à côté de moi. Mon logiciel tourne, et ma main se pose sur sa cuisse. Un acompte en quelque sorte.


Son compte Yahoo s’ouvre très rapidement et on ne trouve rien d’intéressant. Je fouille un peu le disque dur et trouve d’autres comptes plus discrets… Msn et Gmail.


« Çà doit être ça !


« Ah ben oui mais c’est beaucoup plus dur à craquer ces comptes la !!


Elle me regarde….


« Besoin d’un peu de motivation ??


Tout en parlant, elle commence à déboutonner sa robe, le logiciel tourne, je la regarde et je sens la vie naitre dans mon short…


En trente secondes, elle est en shorty et soutient- gorge juste à côté de moi, superbe, attirante. Et moi je commence à être tendu. Ma main se fait plus aventureuse, je frôle le shorty, caresse les cuisses qui s’ouvrent un peu ; Sa peau est douce et chaude. Et le compte G-mail s’ouvre. On commence à lire la correspondance qui est déjà plus explicite. Rien de définitivement probant, mais un début de preuve, des contacts plus ambiguës.


« Faudrait allez voir dans sa correspondance effacée…


« Tu peux le faire ??


« C’est assez compliqué….


« Mais je suis sure que contre une pipe …


Voilà une femme qui sait motiver pas de doute.


Je branche un disque dur externe, fais un cinéma pas possible pour bien lui montrer la difficulté de la chose, et laisse tourner un autre logiciel.


Je tourne ma chaise vers elle.


« Allez voyons ça…


Elle me regarde, passe ses mains dans son dos et dégrafe son soutien-gorge, libérant deux magnifiques seins, ronds, fermes, avec des tétons déjà bien durs. Je baisse mon short, mon sexe se dresse, et frémis au contact de sa main.


Elle se penche, je sens ses seins qui s’écrasent sur mes cuisses, son souffle sur mon gland, la chaleur de sa bouche, ses cheveux qui caressent mes cuisses. Je sens sa bouche qui monte et descend, sa langue qui tourne autour de mon gland. Visiblement elle y prend autant de plaisir que moi. A d’imperceptibles mouvements de sa main « libre » je devine qu’elle se donne du plaisir tout en me suçant, et croyez-moi elle fait ça divinement. Les archives s’ouvrent, je sens un picotement dans mes reins, ma main se pose sur sa tête et j’éclate dans sa bouche en poussant un gémissement de plaisir. Ses joues se creusent, elle aspire mon foutre, sa langue tourne autour de mon gland, me lançant des ondes électriques dans tout le corps.


Doucement elle retire ma queue de sa bouche, lapant les dernières gouttes de foutre tout en me regardant. Elle regarde aussi l’écran et commence à lire. Pour plus de commodité, elle s’est assise sur mes genoux et j’en profite pour laisser mes mains se promener sur son corps. Sur ses seins, bien fermes, je joue avec ses tétons, les faisant rouler entre mes doigts. Je les embrasse, les lèche.


Sa lecture dure quelques minutes, puis elle se tourne vers moi.


« Viens j’ai envie de toi. »


Diffuse en direct !
Regarder son live