Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 101 fois
  • 66 J'aime
  • 0 Commentaire

[Concours de Noël] une soirée de Noël

Chapitre 1

Hétéro

Ce récit se passe un soir de Noël, ce soir là j’avais prévu de ruminer chez moi dans ma solitude, mais un appel changea mes plans. Une soirée sur le thème de Noël était organisée chez un aubergiste et tous les amis des amis dont je faisais parti étaient conviés.

Assez peu emballé, je me motivais malgré tout, une douche rapidement prise, je m’habillais puis je me mis en route à bord de ma voiture.

Peu après j’arrivais sur les lieux, c’était une grosse soirée vu le nombre de voitures déjà présentes.

Je fis un rapide tour de salle pour rejoindre l’ami qui m’avait invité à la soirée.

Nombre de personnes étaient habillées en pères-Noël, certains même en rennes, plus surprenant encore pour moi, il y avait aussi des mères-Noël, dont l’un sur laquelle mon regard se posa pour ne quasiment plus en décrocher: une jeune femme habillée en mère Noël, entourées de ses amies dans le même accoutrement, un bonnet rouge, une robe magnifiquement décolletée et s’arrêtant à mi cuisses bordée de fourrure blanche et une paire de bottes noires. Elle devait avoir dans les 27 ou 28 ans, brune assez petite, des yeux noisettes à ravir et un corps de rêve… Immédiatement me vint une chose à la tête, si je devais avoir un genre de femme, ce serait elle !


La soirée était bien engagée, les gens se servaient au banquet, la musique monta en intensité tout au long du repas, puis peu à peu quelques personnes se mirent à danser, je regardais toujours la mère Noël, je voyais ses amies danser avec ce que j’imaginais être leur petit ami, mais elle restait à l’écart.

Je me décidais à abandonner mon ami à sa discussion pour tenter ma chance, aussi minime soit-elle, mais après tout c‘était Noël et s’il devait y avoir un miracle c’était bien ce soir là !

Elle me vit m’approcher et me fixa, comprenant ma démarche, me tendit la main sans que je n’ai rien à demander, on était passé au dessus du stade du miracle à ce point…

Je l’attirais sur la piste de danse nous nous amusions bien, mêlés à la foule en mouvement, deux, trois chansons, puis vint une chanson plus calme, incitant au rapprochement, ce que je fis, je passais mes mains derrière son dos, guettant une réaction hostile qui ne vint pas.

Nous avons dansé tout le long de la chanson comme ça, à la fin nos lèvres s’approchèrent simultanément et se touchèrent.

Nous quittions la piste après ce court baiser pour prendre l’air dehors, Nous avons brièvement parlé, sans que je ne puisse m’empêcher d’admirer son corps.

Elle me demanda de la raccompagner chez elle au terme de notre promenade. Sans dire au revoir nous nous sommes éclipsés de la fête, pendant le trajet jusqu’à chez elle, je sentais ses regards et elle devait forcément sentir les miens également.

Une fois arrivés, je n’eu même pas à attendre pendant un de ces longs moments avant de se quitter, que l’un dise ou tente quelque chose, elle ouvrit la porte, se tourna vers moi et me dit :


-« Allez viens ! »

-« Ok »


Balbutiais-je à peine de plus en plus surpris de la tournure de la soirée, je la suivais jusqu’à son immeuble, puis dans les escaliers qui montaient jusqu’à chez elle, montée pendant laquelle je pus apercevoir son string noir sous sa robe.

Une fois entrés, je refermais la porte, en me retournant elle vint poser ses lèvres sur les miennes et m’embrassa fougueusement, puis elle m’attira jusqu’à sa chambre.

Je l’embrassais à mon tour, sur les lèvres où nos langues se mêlèrent puis dans le cou.

Après de longs baisers dans le cou je descendais sur sa poitrine embrassant le haut de ses seins laissés nus par le décolleté. Je m’attardais dessus, libérant l’un de ses seins pour m’occuper de son téton, le prendre en bouche, le mordiller…

Dans le même temps, mes mains caressaient ses cuisses, remontant jusqu’à ses fesses, je les passais sous sa robe et lui fis glisser son string sur ses cuisses. Elle s’assit sur le lit, ce qui me permit de lui ôter complètement son sous-vêtement, puis je pris une jambe pour lui retirer sa botte, en profitant pour déposer un baiser sur son pied, puis en réitérant la même opération avec son autre jambe.

Je remontais, pour arrêter mon regard entre ses cuisses, sur sa chatte fraîchement épilée, je m’approchais afin de lui prodiguer un cunnilingus qui la fit gémir ma langue titillant son clito, s’introduisant sur sa fente et entre ses lèvres. Je m’appliquais de longues minutes à lui donner du plaisir, sentant le goût agréable de sa cyprine sur ma langue.

Elle se redressa pour me déshabiller en me lançant un regard, avec son bonnet de mère Noël sur la tête, tellement coquin que je ne pourrais jamais l’oublier, mes habits vite retirés elle me fit asseoir sur le lit et s’agenouilla.

Je fus parcouru instantanément d’une vague de plaisir intense lorsqu’elle entra mon sexe dans sa bouche chaude. Quel drôle d’effet ça me faisait, jamais je n’avais ressenti une telle intensité de plaisir, ses lèvres montaient et descendaient, elle me lécha également la tige de haut en bas, puis de bas en haut avant d’aspirer à nouveau mon gland dans sa cavité buccale.

C’en était trop, je fus rapidement tiraillé entre l’envie de la laisser finir et celle de lui signifier qu’elle allait me donner le plus grand plaisir que je n’ai jamais ressenti, finalement je tentais de la prévenir par quelques signes désespérés, mais elle continua malgré tout !

La jouissance fut un moment indescriptible, une sorte de rassemblement de toutes les émotions positives en même temps, je lâchais tout dans sa bouche, ce qui ne l’empêcha pas de continuer encore quelques secondes.

Lorsque je repris mes esprits , je la vis, finissant d’avaler le tout, et d’essuyer ses lèvres avec son index qu’elle lécha…

Elle vint au dessus de moi, à genoux, son visage face au mien, nos lèvres se touchèrent à nouveau, je lui ôtais sa robe, ainsi que son bonnet de mère Noël, juste assez de temps pour que mon érection reparte. Ni une ni deux, elle attrapa mon sexe de sa main, et le glissa dans sa chatte. Elle mit ses mains sur mes épaules et commença à se dandiner, accélérant peu à peu.

Mon sexe coulissa dans le sien un long moment, je voyais son visage qui se crispait, elle se mordillait les lèvres en poussant de petits râles de plaisir.

Elle se leva ensuite et vint se positionner à quatre pattes sur le lit en me faisant comprendre du regard d’approcher.

Je me mis derrière elle, positionnant mes mains sur ses hanches et dirigea mon sexe entre ses grande lèvres. Je la pénétrais d’un coup elle poussa un grand « aaaaahhhh » de plaisir, je ressortais de son antre pour y revenir à nouveau, donnant de vifs coups de reins d’avant en arrière.

Je la prenais sans ménagement, encouragé par ses bruits de plaisir, la voyant serrer la couverture entre ses doigts. Je souhaitais que ce moment dure à l’infini, mais je du me résoudre rapidement, je n’allais plus tenir, je me retirais de son sexe, juste à temps, j’éjaculais immédiatement après, mon liquide vint gicler abondamment sur ses fesses et sur sa vulve.

Elle s’allongea sur le lit toute essoufflée et le tendit la main pour que je la rejoigne, je me couchais à mon tour la prenant dans mes bras.


Cette nuit fut la première d’une longue série inachevée, puisque c’est miss-Noël deviendra officiellement ma femme peu après ce Noël…

Diffuse en direct !
Regarder son live