Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 602 fois
  • 7 J'aime
  • 0 Commentaire

Confession d'un obsédé

Chapitre 1

Hétéro

Bonjour à tous et toutes.

Les récits que je vais vous écrire sont tous authentiques et ne relèvent pas du fantasme.

Il s’agit donc de confessions et non le résultat d’une imagination débordante ...


Les histoires seront publiées dans le désordre pour des questions de facilité...



*********************


Ma belle-mère :


Je me suis marié en mai 2006 avec Isabelle.

De notre union sont nés deux enfants.

Depuis le jour de notre mariage j’ai flashé sur la mère de ma femme.

Sylvie à maintenant une soixantaine d’année, un corps avec de jolies formes,elle est blonde cheveux courts, des yeux bleu/gris...

Elle est divorcée depuis le milieu des années 80 et a élevé seule trois enfants. Elle réside en région parisienne.

Habitant Marseille, nous ne nous voyons pas régulièrement mais il ne se passe pas un jour sans que mon épouse ne téléphone à sa mère.

Et cette dernière essaie de venir nous voir quand elle le peut.

Etant seule il est en effet plus facile pour elle de se déplacer.


Les faits que je vais vous raconter se sont passés en Janvier 2012.

Sylvie est venue passer une semaine à la maison.

Comme chaque fois, nous lui laissons notre chambre à coucher et mon épouse et moi utilisons le convertible se trouvant dans le salon.

Les deux premiers jours se passent normalement, mais Sylvie a des douleurs au dos qui ne passent pas malgré les médicaments.

Ce mercredi matin, mon épouse doit amener nos enfants chez le médecin pour une visite de contrôle.

Travaillant de nuit, je rentre à la maison vers 7h00. Tout le monde est debout, en train de déjeuner et/ou de se préparer.

Ma belle-mère est assise dans un fauteuil, vêtue de son peignoir blanc à liseré vert clair.

Mon épouse à déjà pris sa douche, les enfants aussi et sont prêt à partir pour le rendez-vous chez le médecin.

Sylvie, à cause des douleurs, préfère rester à la maison.

Ma femme et les enfants partent vers 8h00.

Je suis donc en tête à tête avec Sylvie.

Elle bouquine une revue dans le fauteuil.

Moi je vais à la salle de bain.

Notre salle de bain se trouve à côté des chambres à coucher.

Face à la porte de la salle de bain se trouve la porte de la chambre des enfants.

Sur la gauche, la porte de la chambre occupée par Sylvie.

Donc pour aller dans sa chambre, il faut passe devant la salle de bain.

Une fois dans le salle de bain, me vient une idée, une envie de m’exhiber devant Sylvie.

Je ne ferme pas la porte, je la laisse entrebaillée donnant ainsi la possibilité pour la personne passant devant cette porte à ce moment là de ne voir qu’une partie de la pièce.

Je me mets nu, et commence à me masturber en pensant à Sylvie, à son peignoir et à ce qui s’y trouve ne dessous...

A ce moment là, j’entends Sylvie se lever et je comprends au bruit des pas qu’elle se dirige vers sa chambre.

A son passage, elle ne remarque pas que la porte est légèrement entre-ouverte et entre dans sa chambre...

Mon rythme cardiaque augmente, j’ai l’impression que mon coeur va sortir de mon corps tellement la peur et l’excitation se confondent en moi .

Des pas, Sylvie va sortir de la chambre.

A cause de la peur, mon sexe n’est plus aussi raide qu’au début, mais il garde encore une belle dimension.

Je me passe la tête sous le jet d’eau, prends une serviette pour m’essuyer la tête tout en me plaçant dans l’ouverture de la porte de façon à ce que Sylvie ne puisse pas me rater, si la curiosité naturelle et commune à tout être humain lui fait tourner la tête pour regarder par la porte légèrement entre-ouverte.

A ce moment là, toujours avec ma tête sous la serviette faisant mine de me sécher, j’entends un "OOOOHHH" de surprise.

Mon piège à fonctionner, Sylvie, ma belle-mère vient de me voir, le sexe en semi érection.

Je m’habille d’un bas de survêtement et d’un tee-shit.

Je sors de la salle de bain et regagne le salon où se trouve Sylvie, comme si je n’avais rien entendu lors de son passage.

La matiné se passe normalement, aucune allusion de sa part.

Elle se plaind toujours de douleurs au dos et se dirige vers la chambre s’allonger un petit instant.

10 minutes plus tard je vais taper à sa porte.

Elle est allongée sur le dos, toujours dans son peignoir et je lui propose un massage afin de la soulager.

Arpès une brève hésittion elle accepte en disant que ça va peut-être plus l’aider que les médicaments.

Elle se retourne pour s’allonger sur le ventre.

Je lui demande de retirer son peignoir, ce qu’elle refuse disant qu’elle ne peut se dévêtir devant le mari de sa fille.

A quoi je lui réponds que masser sur un peignoir ne va pas faire énormément d’effet.

Tout en restant allongée sur le ventre, elle fait glisser son peignoir jusqu’au bas du dos cachant ainsi ses fesses.

Je prends de l’huile d’amande douce et commence à lui masser le dos, partant des reins et remontant jusqu’aux épaules.

Je redescends sur ses reins et mes doigts vont un peu plus sous le peignoir, à la naissance de ses fesses.

Petit à petit, je commence à malaxer les fesses pour compléter mon massage.

Sylvie est génée et me dit que ce n’est pas forcément très convenable de se faire passer les fesses par son gendre.

Je continue mon massage sous le peingoir, puis je lui enlève ce dernier.

Surprise, elle pousse un petit "OOOHHH" de stupéfaction, tout comme lors de son passage devant la salle de bain.

Je ne lui laisse pas le temps de bouger, et plaque mes mains sur ses fesses que je malaxe de plus belle.

Pour ne pas faire l’obsédé, je remonte sur les reins et jusqu’aux épaules, puis redescends sur les reins et les fesses.

Maintenant, lorsque je malaxe ses fesses, je vois apparaître devant moi, son petit trou puis la naissance de sa chatte.

Mes mains passent des fesses aux cuisses que je masse.

Mes mouvements font en sorte de pouvoir les écarter afin de mieux observer cette chatte qui m’attire tant.

Mais Sylvie résiste, suis-je démasqué ? Elle comprends ce que je suis en train d’essayer de faire, ce n’est plus une gamine et elle doit me voir arriver depuis un moment avec mes gros sabots !

Quelle ne fut pas mon étonnement, alors que je malaxais ses fesses, de constater que sa chatte me semblait plus qu’humide !!

Dans ma tête tout se mélangeait, Sylvie était-elle excitée ?

A ce moment là, j’écarte ses fesses et plonge mon visage, ma langue fouille sa raie et lèche son anus, puis je descends sur sa chatte !

Sylvie est surprise, elle serre presque immédiatement ses fesses et ses cuisses encore plus fort m’empêchant l’accès à ses trésors .

Dans ma tête je me dit, soit je m’arrête et je suis mort, soit j’insiste.

Toujours en la bloquant avec une partie de mon poids de corps, j’embrasse ses fesses, ses cuisses, mouille un de mes doigts et essaie de le lui enfoncer dans la chatte.

Sylvie essaie de bouger mais entre mon poids et son mal de dos, elle ne peut se dégager, elle m’insulte, me dit que je ne dois pas lui faire se genre de chose, que je pourai être son fils etc ...

Rien ne m’arrête, je continue mes baisers et fais passer ma langue sur ses fesses ...

Puis contre toute attente, sa pression se relache, elle écarte légèrement ses cuisses me permettant de commencer les fouilles à l’aide de ma langue.

Un doigt pénètre son anus, ses cuisses sont ouvertes et ma langue fouille sa chatte trempée, le gouts de sa lliqueur est merveilleux.

Sylvie pousse de petits cris et soupirs de plaisir, moi j’ai relaché mon étreinte pour la laisser plus librre de bouger.

Son corps ondule sous mes coups de langue et mes doigts qui se font de plus en plus explorateur.

Une main de Sylvie, vient toucher la bosse qui déforme mon bas de survêtement.

Elle me malaxe le sexe à travers le jogging.

Sylvie, d’une seule main, baisse mon pantalon de survêtement faisant jaillir mon sexe tendu comme jamais !

Elle s’en saisi et comme un tendre va et vient tout en douceur .

Elle désire se retourner, et se mets sur son côté droit, et m’attire à elle après avoir pris en main mon sexe bandant.

Sylvie me prend en bouche avant ma queue jusqu’à la garde, puis le ressort et donne de petits coups de langue sur mon gland, qui disparaît aussitôt dans sa bouche.

C’est magique, ma femme n’aime pas me faire de fellation, elle n’aime pas ça, je faisais avec, mais là, c’est comme si Sylvie me faisait découvrir ça !

Sylvie, sort mon sexe de sa bouche, me regarde avec des yeux comme je ne l’avais jamais vu, son regard envers moi, n’était plus le même, ce n’était plus celui qu’une belle-même regardant son gendre ... il y avait autre chose dans son regard.

Sylvie, me regarde et me dit que nous sommes complètement idiots de faire ça, mais elle aime ce que je lui fais, que ça fait longtemps qu’elle n’avait plus été touchée de la sorte, caressée et léchée de la sorte.

Elle s’allonge complètement sur le dos, écarte les cuisses au maximum et me demande de venir la prendre, elle me dit vouloir sentir mon sexe en elle.

Je m’exécute en me plaçant entre ses cuisses, place mon gland à l’entrée de son sexe tempé et ouvert.

Je la pénètre sans difficulté sous ses soupirs de plaisir !

Sylvie me demande de jouir en elle et au moment où mon sperme se répand en elle, elle ressere ses cuisses sur moi, elle prise de spasmes, elle jouit en même temps que moi !!

Je reste en elle, puis me retire pour m’allonger à ses côtés.

Nous restons un petit moment comme ça, Sylvie me regarde, me dévisage pour être exacte, et me dit qu’elle n’en revient pas de ce qu’il vient de se passer.

Je lui demande si elle regrete. Ce à quoi elle me répond ne pas du tout regreter et avoir pris du plaisir comme elle n’en avait plus pris depuis très longtemps.

Nous nous sommes douchés ensemble, occasion pour s’embrasser encore et encore.

Nous nous sommes habillés et mon épouse est rentrée avec les enfants peu de temps après.

Je n’ai plus eu de nouvelles de Sylvie pendant un moment.

Puis un jour elle est revenue passer quelques jours à la maison...

Et depuis tout ce temps, aucune allusion, aucun message ...

Je n’ai jamais osé recommencer, ne sachant pas si elle le désirait encore ou pas ...

Lorsqu’elle est à la maison, Sylvie se comprte avec moi comme si de rien n’était ...



Elle se

Diffuse en direct !
Regarder son live