Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 170 J'aime
  • 39 Commentaires

Confessions Intimes !

Chapitre 1

Présentation

Erotique
Confessions Intimes !!

Chapitre I : Présentation avant d’écrire

Avant de vous proposer mon récit autobiographique, dans lequel je m’apprête à vous dévoiler l’alcôve de mon intimité, il me semble important de me présenter plus en détail, afin que vous puissiez mieux connaître votre dévouée auteure.
Pour ce faire, j’ai opté pour une présentation sous forme de questions – réponses. Bien évidemment, je ne traite que quelques sujets. Si vous me le permettez, étant donné la nature du site, j’aimerais vous parler sans langue de bois, sans filtre.
Qui suis-je ?Un de mes prénoms est Perrine, je suis née le 04/11/1995, sous le signe du scorpion, dans le département du Var. Je suis la cadette d’une fratrie de deux enfants.
Mes études ?Après un cursus dans une voie générale jusqu’au baccalauréat, j’ai opté pour un B. T. S. en alternance dans le domaine des ressources humaines afin de me familiariser avec le monde du travail. Embauchée comme apprentie dans une banque privée, je me suis orientée après mon B. T. S., vers un bachelor en management des ressources humaines. Ce qui me permet, à ce jour, d’occuper dans l’entreprise de mon chéri, un poste à responsabilités avec tout un panel de compétences diverses à mon actif.
Vie sentimentale ?Je suis en couple avec mon chéri, âgé de 32 ans, depuis cinq ans et nous sommes pacsés depuis un an.
Côté cul ?C’est ici que je me lâche !Je suis une femme qui aime le cul. C’est une vérité vraie et c’est ainsi. Oui j’aime la bonne baise bien rugueuse, oui j’aime entendre des mots crus selon l’excitation du moment, oui j’aime ma condition de femme soumise aux envies et désirs de mon homme, oui je suis une femme qui aime l’échangisme.
La femme entreprenante à la sexualité active que je suis aujourd’hui s’est construite avec le temps et la patience de mon chéri.
Mais avant de poursuivre, faisons un petit retour vers le passé !
A l’adolescence, je suis partie à la découverte de mon corps, seule. Même si dans ma famille nous pouvions discuter de tout sans tabous, il m’était difficile d’exprimer le changement qui s’opérait en moi. Pour répondre à ce petit quelque chose qui frémissait en moi, je me permettais, le soir, dans ma chambre d’explorer mon corps.
Je me suis offerte pour la première fois à mes 18 ans à mon petit copain de l’époque. Visiblement plus axé sur le fait d’accrocher une pucelle à son tableau de chasse, en me perçant le coquillage et en me bourrinant la minette comme si j’étais une actrice porno de renom, que de me procurer le grand frisson de ma première fois, j’ai gardé en moi le « c’est ça de faire l’amour ».
Après cet acte manqué, je suis passée de mec en mec, dans des relations éphémères d’un soir, d’une nuit ou de quelques semaines tout au plus. J’avais en moi ce sentiment perpétuel de manque, de relation inachevée, non aboutie, au goût amer. Je voulais quelque chose de plus fun, de plus pimenté, de plus épique. Ne sachant mettre un nom sur mon désir profond, je me suis renfermée, recroquevillée sur moi-même.
Retour vers le futur !
Puis j’ai rencontré Pascal, l’homme avec qui je vis aujourd’hui. Même si notre première fois ensemble fût classique, je venais de découvrir le Graal, le plaisir intense (celui qui fait briller les yeux), la jouissance torride (celle qui vous creuse le ventre par de spasmes) et l’orgasme profond (celui qui vous fait passer du rire aux larmes, celui qui vous fait afficher un sourire idiot).
La révélation de ma recherche, je l’ai obtenue lors d’un de nos petits rendez-vous coquins que nous organisons de temps en temps pour échapper à la routine.
Ce jour-là, je devais le rejoindre au sous-sol de la société, dans le local de la salle des archives pour 12h30. Dans la pénombre de ce lieu, il m’a plaquée contre le mur. La jupe relevée, le string écarté sur le lobe de mon cul, il m’a prise, sans autre priorité que son plaisir, avec l’unique envie de se vider les couilles bien profondément en moi. Baisée avec bestialité, sans ménagement, j’ai joui intensément, profondément.
Alors oui aujourd’hui je suis une femme qui switch entre le sexe classique, celui que l’on pratique avec tout l’amour que l’on éprouve pour son partenaire et le sexe brutal, bestial, celui où l’on se donne, celui où l’on s’offre, celui où l’on lâche prise.
Mon univers ?
Je reconnais sans honte ma soumission à sa queue, à sa bite, qui, peut importe le lieu, le contexte et la façon, m’apporte plaisir, jouissance et orgasme.
Chemin faisant, j’ai voulu découvrir son monde, ce qui le faisait vibrer jadis et qui pourrait le faire vibrer à nouveau. Sans faux semblant, nous en avons discuté ouvertement, sans retenue, sans jugement. Je prenais en pleine tronche (en plus de son foutre) des mots comme échangisme, mélangisme, pluralité, candaulisme, orgie et bien d’autres encore.
Mes pratiques ?
Hormis le crade comme la scatophilie, la zoophilie, l’hyper-violent comme le SM (celui qui laisse des traces), je dirais que je suis pratiquement sans tabous. Je reste ouverte aux propositions indécentes de mon mec.
Je ne saurais vous dire si je suis plus du matin ou bien du soir. Tout ce que je peux affirmer, c’est que quelle que soit l’heure, l’endroit, si une envie nous prend soit à l’un ou à l’autre et que nos obligations nous le permettent, alors nous assouvissons cette pulsion, cette envie. Cela peut se faire sur notre lieu de travail, dans le parking de la société, dans son bureau ou le mien, dans un hôtel entre midi et deux, dans une cabine d’essayage...
La soumission !Oui je suis soumise à mon homme, à sa queue et à ses désirs. Même si je suis pour l’égalité des sexes en entreprise, j’aime être le jouet sexuel de l’homme. Quand je parle de soumission, il faut bien comprendre que cela n’est pas une condition permanente, que cela se manifeste dans le cadre d’un jeu de rôle consenti entre adultes. Je ne parle pas non plus de l’abnégation totale de son corps ni de l’abandon de ses principes. Je parle du fait d’être attachée, bâillonnée, ligotée, entravée par des cordes, des liens, des menottes, des fers, par une barre d’écartement, par un carcan. Je ne suis et ne serais jamais dans l’abandon de mon corps et de mon esprit dans une relation dominant / soumise.
L’échangisme !Avant toute chose, l’échangisme me permet de me sentir désirable, désirée. Etroitement lié à l’exhibitionnisme et au voyeurisme, l’échangisme c’est de la consommation de sexe avec des limites, des barrières, des interdits à ne pas franchir.
Mes goûts et positions ?J’aime sentir son foutre en moi et sur moi. Le summum ! Quand il balance son premier jet sur ma chatte et mon clito et qu’il me replante sa queue/ au fond du vagin pour finir de se vider.
J’aime me sentir souillée de son jus que cela soit sur mon ventre, mes seins, mon visage, mes fesses mon dos, sur mon cul, j’aime en avoir partout dedans comme dehors.
En ce qui concerne mes postions, j’apprécie particulièrement la levrette pour le côté profondeur de la pénétration, le missionnaire pour le côté intime et visuel du plaisir prit par mon conjoint, l’Andromaque pour garder le contrôle de son et de mon plaisir et la cuillère pour le contact peau à peau prolongé.
Fantasmes ?Comme beaucoup de personnes, oui j’ai des fantasmes. Certains sont réalisables et d’autres ne le seront jamais (nous sommes d’accord que pour aller se faire tringler sur la lune et pas dans la lune cela risque d’être légèrement difficile)
Conclusion !Pour terminer sur une note insoutenable de suspens torride, sachez que dans mes récits classés fantasmes, il y aura toujours une infime partie de moi. A vous de trouver...
A suivre...
Diffuse en direct !
Regarder son live