Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 084 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Confidences

Chapitre 1

Divers

La semaine dernière nous avons été invités en banlieue parisienne chez nos amis sénégalais...


La semaine dernière nous avons été invités en banlieue parisienne chez nos amis sénégalais, nous les connaissons depuis 1990, année ou Gérard a travaillé 6 mois à Dakar et a rencontré des gens très sympa qui avaient de la famille en France. Résultat en revenant en France il avait des cadeaux du pays pour Abdoulaye et Mame-Madior le frère et la belle soeur des nouveaux amis sénégalais. La famille Dianko est installée à Bourg la reine dans un joli pavillon. Ils ont 4 enfants et vivent à l’européenne tout en conservant une joie de vivre et un enthousiasme africain. Nous avons souvent participé à des fêtes chez eux et il arrive que nous leur rendions visite lors de nos escapades parisiennes. La semaine dernière donc nous sommes arrivé chez eux, comme toujours l’accueil est délirant il y a une ambiance folle (je plains leurs voisins) mais ils sont si gentils et si sympathique qu’on ne saurait pas leur tenir rancoeur. Abdou présente les nouvelles tête et je remarque une jeune femme qui dévore Gérard des yeux : Maye la plus jeune soeur de Mame . Elle est en boubou multicolore fendu haut sur la cuisse et ne semble pas avoir froid aux yeux. Gérard la connaît de son voyage à Dakar elle avait 16 ans à l’époque et il ne l’avait pas reconnue. A priori elle oui, Elle ne le lâche pas, le prenant par la main, par le cou, s’asseyant sur ses genoux. Le repas se passe en longue palabre mais je ne perds pas mon homme de vue, je me sens un peu délaissée. Lui toujours si attentif est captivé par la jeune femme noire qui a jeté son dévolu sur lui...

J’essaie de garder le sourire et de ne pas gâcher cette jolie fête, pourtant j’ai une boule d’inquiétude et de jalousie dans la poitrine. Mame qui a repéré la scène, houspille sa soeur et l’envoie passer son énergie dans la cuisine. Gérard me revient enfin et lui ballot ne s’est rendu compte de rien... Elle est sympa, mais ne t’inquiète pas elle est jeune... Que les hommes sont bêtes. Je repas se termine et les danses commencent principalement des danses affricaine mais aussi antillaises (Zouk etc?) bref tout ce qui balance et devine qui invite mon Gérard dès la première danse : Maye, elle a décidé d’apprendre une danse tribale à Gérard qui petit à petit perd son air godiche et emprunté pour une certaine aisance, c’est vrai qu’elle explique bien et qu’elle ne ménage pas le exemples, Je reste méfiante mais ils sont beaux tous les deux et Gérard danse comme un nègre avec Maye, ils sont très sensuels et je ne suis pas indifférente, les autres aussi commencent à s’intéresser à ce drôle de couple. Heureusement le souffle commence à leur manqué et ils me reviennent tout en nage. Gérard s’assied à coté de moi at Maye sur ses genoux, sans complexe, elle me passe la main dans les cheveux, tu vois Mireille, Quand il était à Dakar, je le voulais ton Gérard me dit elle avec son super accent chantant. Mais il m’a tellement parlé de toi que je n’ai pas voulu te faire de tord, pourtant tu sais je le faisais envoûter et il me venait tout seul... J’ai un ami sorcier vaudou et il me fait tout ce que je veux. Tout à l’heure j’ai voulu voir si tu l’aimais et tu l’aimes car tu as préférer souffrir toute seule et qu’il s’amuse, c’est bien Mireille tu me plais. J’avais une furieuse envie de la gifler ou de la griffer. Mais bon je garde mon calme...

Gérard lui est aux anges cette jolie poulette sur les genoux qui dandine du croupion et lui hilare. Sainte patience priez pour moi... La musique a changé et après une période plus reggae voici les slow. Comme je m’y attendais Maye s’est accaparé Gérard et se frotte en se déhanchant contre Gérard qui pour une fois ce soir me regarde. Il a l’air plutôt gêné. Après plusieurs long slow enfin ils reviennent, et Gérard m’invite ! Oups ! Heureusement qu’elle ne l’a pas envoûté en tout cas elle lui a fait de l’effet je sens son sexe contre mon ventre dur comme une barre de bois et d’une taille très appréciable... Prête à exploser, je me contiens et avec un sourire jaune je lui demande si c’est Maye qui lui a fait tant d’effet ? Oh je croyais qu’elle allait me rendre fou avoue-t-il un peu confus. Je profite pour le maintenir en érection en me frottant sur lui et en l’embrassant dans le cou. Elle te plais Maye, je suis certaine que si je n’étais pas là tu te la faisais ? Il nie maladroitement et finit par avouer qu’elle lui plait bien et qu’elle est très excitante. Une petite idée coquine commence à me faire sourire malgré ma jalousie, si je poussais Maye dans les bras de Gérard, je n’ai jamais voulu faire l’amour avec un noir car leur odeur forte coupe mon excitation. Mais Maye sent très bon et l’effet est différent pour une femme. Gérard a toujours tout fait pour mon plaisir, pourquoi pas dans l’autre sens pour une fois...

Sitôt revenu à notre place %Maye se lève pour laisser sa place à Gérard et se rassoie sur ses genoux. Mame intervient une fois de plus ’ Maye arrête un peu avec Gérard, tu l’ennuies et tu ennuies Mireille ’ Mais non Mame, laisse là, elle est gentille, et Gérard est sérieu xj’ai confiance... En plus elle ne fait rien de mal. Mame reste interloquée et gromelle que si Maye faisait le quart du huitième à son mari son scalp ne serait plus sur sa tête !

Maye est toute surprise de ma remarque et me sourit gentiment, nous commençons a papoter entre femme et notre conversation devient de plus en plus intime Gérard penché en arrière se désintéresse de notre conversation et regarde les danseur tout en tenant les hanches de Maye. Maye est la dernière d’une famille de 12 enfants et elle est très indépendante profitant de sa position de petite dernière, du vieillissement de ses parents, d’une libéralisation de la femme africaine surtout dans les grandes villes, de sa soeur vivant en France, bref, elle est plus libérée que beaucoup d’européenne.

La soirée touchant à sa fin, je me décide à attaquer de front ; Dit moi Maye est-ce que tu aimerais faire l’amour avec Gérard ? Elle ouvre des grands yeux surpris, et méfiante cherchant le piège me répond bien sur, il est doux, il est monté comme un black et il a du savoir vivre... Et je ne suis pas contre le mélange des couleurs...

Je souris, elle est franche et je le suis aussi, je lui explique que nous aimons pimenté nos rapports et que nous faisons parfois l’amour à trois ou à quatre et que la faire participé pourrait être sympathique. Gérard qui n’a pas écouté notre conversation nous demande si tout va bien, nous éclatons de rire et Maye se lève en le prenant par la main. Vient danser la nuit n’est pas fini. Elle nous fait une démonstration de Zouk collé serré comme on dit en Guadeloupe tous les mâles présents doivent ressentir quelque chose dans le bas ventre en voyant ce spectacle. Après quelques danses plus traditionnelles, nous décidons de rentrer à l’hôtel (nous avons réservé pour deux nuits au Campanile ). Tout naturellement Maye se lève et nous accompagne, nous saluons nos hôtes avec effusions. Lorsque Gérard se rend compte que Maye nous accompagne, il semble surpris et même un peu inquiet. Très discrètement, il me demande ce qu’elle vient faire avec nous. Mais l’amour chéri bien sur ! Tu as dit toi même que tu en avais envie... Je me sens sure de moi calme et excitée à la fois. Le jalousie s’efface pour laisser place à un plaisir sensuel . Nous tenons toutes les deux Gérard par le bras, nous ne parlons pas jusqu’à la voiture, je sens la tension de Gérard, c’est la première fois que c’est lui qui se trouve au centre. Avec Eric, les deux hommes étaient pour moi, avec Carole, c’est par moi que le plaisir à commencé et Carole me fait plus l’amour qu’à Gérard, là nous somme toutes les deux pour lui et il le sent. Arrivés à la voiture naturellement Maye prend place à l’arrière, le conventions sont respectées (ma place à coté du chauffeur me revient et montre mon rang par rapport à Gérard)... Sitôt démarrés, Maye enlace Gérard et l’embrasse dans le cou, je pose ma main sur sa cuisse et le caresse le plus près de l’aine. Gérard nous demande quel est ce plan et ce que nous avons combiné... Nous n’avons rien combiné (j’ai simplement dit à Maye ’ tu viens avec nous ? ’ lorsque nous nous sommes levés et elle a répondu ’ oui ’ ) difficile de faire moins.

Il reste perplexe et regardant Maye dans le rétroviseur, il lui demande ’ Et toi qu’à tu dans la tête ’ ’ Plein de plaisirs très canailles, tu m’as fait couler de plaisir quand tu dansais avec moi, il faut maintenant assumer et Mireille est d’accord. ’ ... Gérard me regarde ’ Tu es d’accord et vous n’avez rien combiné ? ’ Et pourtant c’est vrai, j’ai été jalouse, puis j’ai senti le désir que cette petite effrontée avait provoqué, j’ai senti que cela ne me retirait rien au contraire, Gérard était tout prêt à me faire profiter de son désir. Et puis j’ai eu très envi de lui faire plaisir, de le surprendre, de l’étonner. Et pour l’instant c’est réussi, il ne dit plus rien, il réfléchi, je le sens inquiet.

Nous arrivons très vite au Campanile, je suis contente que ce genre d’hôtel permet de rentrer directement dans la chambre sans passer par l’accueil. Je n’aurais pas aimé le regard du veilleur de nuit. Chacune crochée à un bras nous montons vers la chambre qui va abriter nos turpitudes... la tension est palpable. Une fois rentrés dans la chambre, je récupère les manteaux, il fait très chaud (j’avais essayé de mettre le chauffage lorsque nous avons pris la clé et posé les valises) Gérard nous sert à boire (du thé chaud qui aurait du être glacé...).

Il s’occupe et parle pour combler le silence. Maye s’est assise sur le lit et semble calme à part ses yeux qui pétillent de malice, j’empile les choses dans le coin penderie comme si il allait nous falloir toute la place à vrais dire je ne sais pas trop comment commencer, Gérard n’a pas l’air plus à l’aise et Maye s’amuse de notre gène et attend sagement que l’un de nous commence. Je ne trouve rien de mieux que de les abandonner pour prendre une douche. Sitôt la porte fermée, je m’active car je ne voudrais pas qu’ils commencent sans moi. La douche prise se pose la question est-ce que je me rhabille, est que je sorts nue, j’opte pour la serviette autour du corps. Les serviettes Campanile ne sont pas très grandes, je l’entoure à hauteur des seins mais en longueur je peux constater dans le miroir que le moindre mouvement laisse apparaître mon sexe. Cela me va et je sorts. Maye et Gérard papotent sagement, Gérard assis sur la chaise et Maye en tailleur sur le lit dévoilant un slip de dentelle noire. Sitôt que j’apparais, elle prend la suite dans la salle de bains. Gérard se lève et m’enlace pour m’embrasser, son baiser est délicieux, il me remue à l’intérieur, sans le savoir, il me donne le courage qui commençait à me manquer. Je lui ouvre la chemise il a déjà retiré ses chaussures et ses chaussettes, je lui retire et caresse sa poitrine douce, j’apprécie sa peau, je sens que son sexe se tend contre mon ventre, il essaie de me toucher mais la serviette a tendance à tomber et je la retiens, Maye ne devrait pas tarder à sortir l’eau ne coule plus et je ne voudrais pas être nue tout de suite...

Maye sort de la salle de bain une petite serviette sur les hanches, ouverte sur sa cuisse, sa peau noire paraît encore plus noire en contraste avec le serviette, et ses seins, ils sont superbes, ferme, fier, bien gonflés, pas rond pas poire entre les deux mais un véritable défi à l’apesanteur et la serviette met en valeur une taille d’une minceur exceptionnelle. Elle sait qu’elle est belle mais avec simplicité, je suis toujours contre Gérard qui n’a plus que sont pantalon, Maye vient vers nous, elle ne marche pas, elle glisse, ses pas sont une danse légère, elle pose sa main sur la poitrine de Gérard et le caresse délicatement sans s’approcher plus, Je sens la main de Gérard sur ma hanche ma serrer un peu plus, je pose ma main moi aussi sur la poitrine de Gérard, nos caresses se croisent comme dans un ballet, elle est près de lui et lui dépose des baisers légers sur l’épaule. Gérard a fermé les yeux et apprécie nos mains et nos langues qui maintenant effleurent chacune de ses épaules. Nos mains ont tendance à glisser de plus en plus sous sa ceinture à tour de rôle. Maye me respecte comme première femme à moi de mener le jeux. Elle suit et respecte. Le pantalon de Gérard est déformé par la bosse de son sexe, ma serviette est détachée et ne tient que par nos deux corps collés la main de Gérard en profite pour me caresser le flan et remonter jusqu’au sein, de l’autre main il caresse doucement le dos de Maye, j’ai eu un pincement envoyant sa main sur la peau noire de Maye... Je suis très attentive, vais- je supporter la suite ? Je surmonte cette question en attaquant la ceinture de Gérard d’une main... Pourquoi est ce que ces boucles sont toujours coincées quand il ne faut pas ? Je viens à bout et dans la foulée j’ouvre les boutons et baisse la fermeture, le pantalon fin en tas sur les talons et Gérard le repousse vers l’arrière.

Le slip est gonflé et ne contient plus tout ce qu’il a à contenir, la verge de Gérard dépasse de l’élastique vers moi et tout naturellement ma main caresse doucement ce qui dépasse ce qui a pour effet de faire couler au creux de ma main quelques gouttes de plaisir... ma main semble cacher et protéger le gland des caresses de Maye dont la main a tendance à s’approcher de plus en plus, comme si je lui donnais, je prends ce beau sexe tendu, le redresse à la verticale et baisse l’élastique du slip la main de Maye caresse le ventre et le bout des doigts griffe doucement le sexe. Je pousse un peu plus le sexe de Gérard contre la main de Maye qui le prend aussi nos deux mains se concentre sur ce sexe qui me paraît encore plus gros et plus long que d’ordinaire. Je suis heureuse du désir de Gérard, cette érection est comme un remerciement. Maye s’est accroupie et prend le gland dans sa bouche. Je le branle doucement, il y a la place pour nos deux mains et la langue lèche et pénètre dans le méat. L’image que me donne le sexe pale de Gérard entre les lèvres sombres de Maye est d’un érotisme torride, je fonds mon sexe est liquide. Gérard me caresse les fesses glissant ses doigts de plus en plus loin entre me cuisses, l’autre main caresse l’épaule de Maye. Soudain il se contracte et relève Maye pour l’embrasser, je connais bien Gérard il ne voulait pas jouir trop vite. Ce geste déclenche le début des choses sérieuses, pendant qu’il embrasse Maye à pleine bouche, il a entré ses doigts dans mon sexe, je ne sais pas combien il en a mis mais je me sens très ouverte.

Nous sommes toujours debout face à l’entrée mais nos corps balancent comme un bateau dans la tempête et nous nous retrouvons tous les trois dos au lit, je ne sais pas si c’est Gérard qui nous a entraîné ou nous qui avons poussé mais nous nous laissons tomber en arrière sur le lit Gérard sur le dos et nous deux penchées sur lui je remarque au passage les fesses de Maye... Superbes, fermes, petites, rondes, elle paraissent douces, un très léger duvet donne un aspect un peu velouté? Je me retiens car j’ignore si une caresse féminine ne la choquerait pas. Nous embrassons Gérard à tour de rôle et il doit regretter de n’avoir que deux mains .

Diffuse en direct !
Regarder son live