Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 900 fois
  • 12 J'aime
  • 2 Commentaires

Confinement en chaleur

Chapitre 1

Gay

Confinement, mars 2020. La France est bouclée chez elle et moi je suis confiné avec mon colocataire dans notre cinquante mètres carrés en centre-ville. Les journées sont rythmées par les cours en visio, les parties de FIFA, et les apéros avec Jean. Une semaine, deux semaines puis trois ; les jours passent et se ressemblent.


Il faut que je vous parle de moi. Je m’appelle Marc, j’ai vingt-cinq ans à l’époque et je prépare un concours important pour mon évolution de carrière. Tout va bien dans ma vie, si ce n’est que je n’ai pas encore de femme à mes côtés. Je suis de taille moyenne, d’un poids moyen et avec un niveau sportif très moyen. Un gars lambda en fait. Sexuellement, c’est assez calme. J’enchaîne les histoires foireuses avec des femmes peu intéressantes. Peu importe, l’essentiel c’est le concours, les cours et le taf. A la maison, tout va bien. Je suis en coloc avec un bon pote depuis deux ans. Lui bosse dans une entreprise de développement web. Si je devais le décrire, je dirais que c’est le cliché du sportif ; beau gosse qui fait attention à sa santé, mais qui sait se faire plaisir, comme avec les femmes d’ailleurs. Entre nous, les relations sont très simples, on se croise le soir, on fait des soirées, on joue à la console ; la vie de deux potes en coloc.


L’ennui arrive assez rapidement durant ce confinement. Les soirées deviennent de plus en plus longues et on commence à traîner dans l’appartement...


Il y a du relâchement. J’ai oublié de vous préciser quelque chose. A cette époque, j’ai rencontré une fille sur Tinder ; on commence à partager notre intimité. Et pour Jean, sa dame est malheureusement confinée chez sa famille loin de nous. Pour lui comme pour moi, la misère sexuelle est présente.


Un soir, alors que je suis enfermé dans ma chambre à textoter avec Marie, la discussion dérape et se sexualise. On se chauffe et on commence à se dévoiler. Une photo après l’autre, je découvre la femme avec qui je discute. Et elle aussi me découvre, mon torse puis mon ventre puis... Assoiffé par la conversation, je dois me rendre dans la cuisine, de l’autre côté de l’appart, pour me servir un verre de coca. Pas de soucis, je remets un tee-shirt, mon jogging et me voilà parti. J’arrive dans le salon et j’y trouve Jean en train de terminer son match sur FIFA. Je ne sais pas si ce mec est doté d’un radar, mais à peine entré dans la salle qu’il fixe son regard sur mon entrejambe.


— Ben dis donc ta Marie, elle te fait de l’effet ! me lance-t-il sans gêne.

— C’est sûr que c’est pas Aurore qui te met dans cet état !


Je continue ma route dans la cuisine, me sers un verre et le bois rapidement pour retourner à mes affaires. En repassant par le salon, je regarde Jean et le contact des yeux se crée.


— Qu’est-ce qu’il y a ? je lui demande.

— En vrai c’est pas Aurore qui me fout la gaule... c’est toi ! me répond-il.

— PARDON ? T’es con mec ! je lui lance, offusqué.

— Non vas-y approche et regarde ! me dit-il.


Curieux, je fais un pas vers lui et je vois son short bien gonflé. Vous imaginez mon niveau de gêne. Je tourne les talons, mais pas assez vite, car il me rattrape aussitôt.


— Aurore est loin et ta Marie, tu ne la connais pas. Moi tu me connais, non ? me lance-t-il sauvagement.

— Attends mec, tu fais quoi là ?

— J’ai envie que tu t’occupes de moi, voilà ce que je fais, me dit-il en me fixant.


Je me défais de lui, mais rapidement il me plaque au mur. Je sens son sexe contre ma jambe et effectivement il est en forme. Je vous avoue que la panique me gagne et mon corps décide de bouger tout seul. Mes genoux se plient, mon corps s’abaisse et je me retrouve au niveau de son engin. Instinctivement, il baisse tout et je me retrouve en face de son énorme chibre veineux. Mes gestes sont maladroits, mais je pense que je fais de l’effet. Ma langue est baladeuse, mes mains douces et ma gorge profonde pour l’accueillir. L’affaire dure cinq à dix minutes pour se terminer dans un mouchoir pour lui. La soirée se termine chacun de notre côté, paisible de son côté, mais plein de doutes du mien. Quoi qu’il en soit, c’est ma première expérience avec un sexe masculin et pas la dernière avec le sien.

Diffuse en direct !
Regarder son live