Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 25 586 fois
  • 55 J'aime
  • 0 Commentaire

Conséquences inattendues d'un carambolage

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Mes remerciements à ’ MM ’ qui est en fait comme qui dirait le véritable auteur de cette histoire.

Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé la semaine passée. Je suis VRP et j’étais à Besançon (Doubs) pour une semaine, pour voir quelques clients. Un soir en rentrant à mon hôtel, alors que je roulais sur la rocade, il y a eu un grand coup de frein, et plusieurs voitures sont entrées en collision. J’ai pu m’arrêter sans bobos, mais la voiture qui était sur ma gauche n’a pas eu cette chance. Elle avait percuté assez fort celle de devant et tout l’avant était enfoncé et le radiateur percé. Tout le monde est sorti pour examiner les dégâts et j’ai demandé au couple qui était dans la voiture de gauche s’ils n’avaient rien. Ils étaient un peu secoués, mais pas blessés.

Le temps que la police et les dépanneurs arrivent, je me suis présenté et leur ai proposé de les raccompagner chez eux s’ils le désiraient. Ils m’ont répondu qu’ils n’allaient pas chez eux mais qu’ils allaient passer la soirée dans un club privé. Ils ont quand même accepté que je les dépose devant le club si ça ne me dérangeait pas.

Ils devaient avoir une quarantaine d’années comme moi. Lui, 1m 75 environ ni gros ni mince un peu dégarni sur le front et très sympa. Elle, châtain clair, 1m 65 environ, des grands yeux bleus, assez mince avec une petite poitrine qui semblait ferme. Elle était vêtue d’un jean blanc et d’un petit pull de coton à manches courtes, très sage. A chaque fois que je lui parlais, elle me fixait droit dans les yeux et j’étais un peu gêné, mais nous avons pris le chemin qu’ils m’indiquaient vers le centre ville.

Arrivés devant le club, ils se chuchotèrent quelque chose à l’oreille et descendirent de ma voiture. Je descendis aussi pour les saluer et ils me demandèrent si je voulais entrer avec eux pour passer un moment. Je répondis un ’ pourquoi pas ’, je n’avais rien de prévu ce soir là. Ils me dirent :

— Oui, mais on doit vous prévenir que c’est un club anti-conformiste.

— Ah bon, c’est à dire ?

Ils m’expliquèrent que c’étais un club où les couples et les personnes seules pouvaient faire connaissance. Tenté, j’entrai avec eux. Une fois payé le droit d’entrée, une hôtesse nous dirigea chacun vers des vestiaires différents. En jetant un coup d’?il à l’intérieur, j’ai pu constater que tout le monde était en peignoir de bain. Je me déshabillai donc et enfilai un des peignoirs pendus sur les cintres. Nous nous sommes retrouvés dans un petit salon avec un bar et nous avons bu une boisson rafraîchissante. Autour de nous, deux autres couples étaient assis sur des banquettes. Un des couples s’embrassait et se caressait fougueusement sans gêne devant tout le monde. Mes nouveaux amis m’ont regardé en riant devant mon air surpris.

— Tu n’es jamais venu dans ce genre de club ? Au fait, on peux se tutoyer ?

— Bien sur, on se tutoie, et non je ne suis jamais entré dans un endroit comme celui-ci, mais ça semble fort agréable.

— Tu viens, on va se détendre dans le jacuzzi à coté.

Effectivement, dans la pièce attenante, il y avait un grand jacuzzi bouillonnant ou il y avait déjà deux couples et un homme seul. Guy et Sandra, c’était le prénom de mes nouveaux amis avaient déjà ôtés leur peignoir et entraient dans l’eau chaude du bain. J’en ai profité pour admirer le corps parfait de Sandra ainsi que son pubis bien taillé et blond comme ses cheveux. Un peu gêné par manque d’habitude, je les ai imités et suis entré à mon tour dans l’eau. Sandra était assise entre Guy et moi et nous nous laissions caresser par les bulles dans l’eau. Le couple en face de nous était en train de s’exciter. La femme, d’une trentaine d’années était à califourchon sur son mec et ils se caressaient sans retenue. Ce spectacle m’a échauffé l’esprit et j’ai senti ma queue se raidir sans pouvoir la contrôler. Il y avait à peine cinq minutes que nous étions entrés dans l’eau que je sentis la jambe de Sandra se coller à la mienne. Je n’osais pas bouger. Puis sa main droite vînt se poser sur ma cuisse et elle remonta doucement jusqu’à effleurer mon entre-jambe.

Je jette un coup d’?il vers son mari et je m’aperçois qu’il est en train de lui caresser les seins et qu’il nous regarde pour voir mes réactions. Je lui souris et il me fait un signe de la tête m’encourageant à accepter les caresses de sa femme. Du coup je fais comme elle et je pose ma main sur sa cuisse et remonte vers son pubis. A peine l’ai-je touché, qu’elle m’agrippe la queue en disant ’ oh , tu l’air d’apprécier le spectacle ’. Je lui caresse le clito et j’entre un doigt dans sa chatte. Elle se cambre et m’embrasse à pleine bouche puis elle embrasse de même Guy.

C’est l

ui qui propose de sortir de l’eau pour aller dans un coin plus tranquille. A peine sa proposition faite, Sandra sort de l’eau pour aller prendre son peignoir, suivie de Guy qui sort la queue pointée vers le plafond. Je suis gêné mais je sort moi aussi dans le même état que Guy.

Nous enfilons nos peignoirs et je les suis vers une pièce à la lumière tamisée, avec un immense lit recouvert de tissus et entouré de miroirs. Dans les murs, des trous un peu partout doivent permettre à d’autres de mater ou de passer leurs queues. Sandra enlève son peignoir et se couche sur le dos en nous faisant signe de la rejoindre. Pas besoin de le dire 2 fois. Guy lui présente sa queue et elle le suce goulûment . Je m’allonge à coté d’elle et commence à la caresser sur tout le corps. Elle se cambre de plaisir et écarte les cuisses pour m’encourager.

Je m’installe entre ses jambes et commence à lui manger la chatte. Ma langue fouille ses entrailles et je m’aperçois qu’elle mouille beaucoup. Je lui enfonce deux doigts dans la chatte et elle jouit très vite et criant assez fort. Guy me tend une capote que j’enfile rapidement. Je la pénètre très facilement tellement elle mouille. Je n’en revient pas, car 10 secondes après l’avoir pénétrée elle jouit encore une fois en criant. Chose étonnante, elle se reconnaîtra sûrement si elle lit mon histoire, à chaque fois qu’elle jouit, j’ai l’impression qu’elle éclate de rire, un rire incontrôlable. Je suis tellement excité de la voir jouir ainsi que j’explose en elle et rempli mon préservatif de sperme. Je me retire et son mari vient prendre ma place, sans capote lui.


Elle se place en levrette et en veux encore. Je me mets à coté d’elle pour la caresser. Et elle me prend la queue pour la sucer. Celle-ci est redevenue assez molle mais elle la suce avidement. Je me dis que je ne pourrai jamais rebander tout de suite car lorsque je fais l’amour avec ma femme, je ne peux jamais rebander, d’ailleurs je ne ai plus envie ni elle non plus. Mais oh surprise, cette garce sait y faire, car en quelques minutes elle me fait rebander de plus belle. Je suis penché en avant et je lui titille le clito pendant que Guy la baise. J’en profite de temps en temps pour lui caresser les couilles qui tapent sur ma main. Le résultat de ne fait pas attendre et il se vide dans la chatte de sa petite femme en chaleur. Il m’attrape par la queue et m’invite à revenir derrière Sandra qui réclame qu’on la baise encore. Je remets une capote et la pénètre sans douceur cette fois ci. Guy reste à coté de moi, et d’une main il me caresse les couilles et de l’autre il sodomise Sandra. Je sent ses doigts à travers la paroi du vagin. Il me dit, ’ vas-y prends-la par là. ’ Je comprend son désir et je sort de sa chatte pour lui défoncer la rosette. Elle crie des ’ Oh oui encore ’ à ameuter tout le quartier. Je ne pensait pas qu’une femme pouvait vraiment jouir par le cul mais là j’ai compris qu’elle avait autant de plaisir qu’avec sa chatte.

En deux heures de temps je l’ai baisé 4 fois par devant ou par derrière. Je ne pensait pas être capable de bander comme ça aussi longtemps, comme quoi le femme y est pour beaucoup. Au moment de partir, vers 1 heure du matin, alors que Guy était aux toilettes, je l’ai pris dans bras et elle m’a fixé dans les yeux. Nous nous caressions avec tendresse et incroyable mais vrai, j’ai senti ma queue rebander encore une fois. Quand Guy est sorti des toilettes il a vu Sandra avec ma queue gonflé dans sa main. Il a dit ’ encore, vous n’êtes pas fatigués ? ’. Sandra à répondu, ’ allez, encore une fois pour la route ’ et nous sommes repartis dans une autre pièce semblable à la première. Je lui ai rebouffé la chatte pendant qu’elle suçait Guy pour lui redonner du tonus. Il m’a tendu une capote et j’ai retourné Sandra sur le ventre pour la prendre en levrette. Je l’ai baisée pendant cinq bonnes minutes avant de me vider complètement en elle. Nous sommes restés collés comme ça encore quelques minutes car elle aurait bien voulu baiser encore des heures.

Nous nous sommes séparés sur le trottoir en se disant à une prochaine peut-être. Ils sont repartis vers Vesoul où ils habitaient et moi vers mon hôtel.


vardin_i@hotmail.com

Diffuse en direct !
Regarder son live