Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 228 fois
  • 158 J'aime
  • 0 Commentaire

Consulation chez la sexologue

Chapitre 1

le cas qui confirme la règle

Voyeur / Exhibition

La sexologue.


Petit retour en arrière...


Je m’appelle Emilie, l’épouse de Patrick, vous vous souvenez ? Le harem de Patrick. Il faut que je vous raconte :


Après ma recherche sur le Net. J’ai réussi à convaincre Patrick d’aller consulter un sexologue. Nous nous retrouvons donc dans la salle d’attente du docteur Clairvoy. La secrétaire nous dit que c’est notre tour et nous conduit à la salle de consultation, elle frappe à la porte et une voix féminine nous dit d’entrer.

Notre docteur sexologue est une belle femme d’une quarantaine d’années, elle nous fait asseoir et nous demande le but de notre visite.

Comme Patrick ne dit mot, je prends la parole :


— Mon mari est un homme qui n’est jamais rassasié coté sexe, à moi toute seule, je n’arrive pas à le contenter. Heureusement que je ne suis pas d’un caractère jaloux et qu’il ne me cache rien de ses frasques amoureuses, je vous passe les détails. J’ai peur qu’à la fin, ça porte préjudice à sa santé (et à notre couple).



La sexologue tourne son visage vers mon mari et lui demande :


— Et vous Monsieur. Que pensez-vous des peurs de votre femme ? A quand remonte cette frénésie de sexe ?

— J’ai eu une puberté précoce, lui répond-il, et une bonne éducatrice. C’est elle qui déjà m’a informé que je n’étais pas comme les autres, et depuis, il faut dire que j’ai eu la chance de toujours attirer les femmes comme un aimant. J’aime mon épouse et lui suis reconnaissant de me permettre d’assouvir ma fringale de sexe. Il faut dire que le bouche-à-oreille fonctionne bien et que ma réputation n’est plus à faire.

— Votre réputation ? L’interroge la sexologue, qu’entendez-vous par là ?

— Eh bien, reprend Patrick, je suis doté d’un sexe d’une taille largement au-dessus de la moyenne et surtout d’une épaisseur peu commune pour mon physique. Et pour ce qui est du coït, si je puis dire, je peux répéter la chose de nombreuses fois de suite, presque à la demande. En plus, j’ai des éjaculations très puissantes.



La sexologue sourit, incrédule à cet auto-éloge, puis lui demande :


— Bien, bien. On va voir ça, vous pouvez vous déshabiller que je vous examine !



Patrick retire son tee-shirt et tombe pantalon et slip sur ses chevilles.


— Hum, hum, oui, on dirait que la nature a été généreuse avec vous. Vous pouvez vous étendre sur la table d’auscultation ?



Patrick est couché sur la table, la sexologue s’approche de lui, lui prend sa tension, ses réflexes, pour finir par prendre sa verge en main qu’elle examine consciencieusement ainsi que ses couilles.


— Tout a l’air normal du côté de vos bourses, je ne sens pas de kyste, elles sont fermes sous mes doigts, du côté de la verge, une bonne texture, et pour le gland, le prépuce se décalotte correctement, pas de mycoses apparentes. Je vais vous faire entrer en érection pour voir si tout se passe bien de ce côté-là.



Elle branle avec douceur et professionnalisme la verge de Patrick encore flasque en gardant en main et massant le sac contenant ses bourses. Le résultat est immédiat, il se retrouve très vite le sabre au clair.


— Hum ! Je vois que la réponse est vraiment rapide, bonne santé mentale et érectile. Et vous avez raison, Madame, votre mari est très bien monté, je suis même frappée qu’avec un engin d’un diamètre si imposant, il puisse arriver à un tel degré de fermeté, c’est assez rare.



Elle prend un mètre ruban et en encercle sa queue :


— C’est assez exceptionnel, la circonférence atteint 17 centimètres, c’est très peu courant et dépasse de loin la moyenne. Voyons pour la longueur (en posant une règle rigide qu’elle appuie fortement sur son pubis), 22 centimètres, un sacré beau morceau il est vrai, vous avez de la chance d’avoir un tel étalon, Madame ! Je vais vous demander de le conduire jusqu’à l’éjaculation pour voir si la mécanique fonctionne bien. Vous pouvez vous asseoir sur le bord de la table, Monsieur !



Je prends donc le relais et demande à Patrick de ne pas faire durer la chose, cela surprend la sexologue qui me demande :


— Que voulez-vous dire par là, Madame ?

— C’est aussi une particularité de Patrick, s’il le veut, il peut se retenir très longtemps ou à la demande arriver très vite à l’orgasme.

— Il y a peu d’hommes qui arrivent à un tel contrôle de sa libido, s’extasie-t-elle, personnellement, je n’ai pas encore rencontré un tel cas.



Je le branle à peine une minute que Patrick m’avertit : « Top départ ». Je lâche sa lance dressée vers le ciel et comme d’habitude, des jets de sperme s’envolent très haut et retombent à plus d’un mètre sur le parquet du cabinet d’examens.


— Putaiiin ! Euh... Excusez-moi, messieurs-dames, vous avez raison Madame, l’éjaculat de votre mari est... plutôt exceptionnel. Je voulais mesurer le volume produit, mais j’ai été prise de cours. Ce volume peut varier dans le temps, notamment en fonction de la durée d’abstinence sexuelle qui en augmente à la fois le volume et la concentration en spermatozoïdes dans l’éjaculat. Le volume moyen éjaculé varie de 2mL à 8mL, et peut atteindre 15mL en cas de stimulation prolongée. Je suis surprise, car je constate que votre mari est toujours en pleine érection. Ça lui arrive souvent ?

— Souvent ? Non. Toujours, oui ! Il lui faut au moins jouir trois fois avant que sa verge ne consente à baisser la tête, je lui confirme.

— Ah ? Bien, bien. Je vais faire plus attention cette fois-ci pour récupérer son sperme que je ferai examiner par ma laborantine.



Je reprends donc mon ouvrage jusqu’à obtenir de la part de Patrick sa deuxième contribution et passe la main, si je puis dire, à la sexologue qui tient la teub d’une main ferme et doit lui faire baisser la tête pour recueillir la deuxième offrande tout aussi puissante que la première. Elle monte à hauteur de ses yeux le récipient gradué, relâchant la verge qui vient claquer sur le bas-ventre de Patrik et s’extasie presque :


— 18mL ! Et à la deuxième éjaculation qui plus est ! Votre mari est un sacré reproducteur, Madame, si ses spermatozoïdes sont aussi efficaces, il repeuplerait à lui tout seul tout un continent.

— Je n’en doute pas docteur, il a déjà commencé. Je lui rétorque.



A son regard perplexe, je vois bien qu’elle n’a pas bien compris ce que je veux dire par là, mais je ne peux pas lui raconter décemment par le détail la déjà nombreuse progéniture de Patrick. Et quand elle constate la raideur toujours présente de sa pine, elle n’en revient pas.


— Je ne croyais pas à votre affirmation de tout à l’heure, mais je suis bien obligée de constater la véracité de vos dires. Sans indiscrétion, il peut, euh, « remettre le couvert » combien de fois ?

— Plus que ne peut en supporter une femme, je lui confirme, et pour lui vider les burnes, excusez-moi du terme, il faut s’y prendre de bonne heure.



La laborantine qu’elle a bipée est venue prendre le récipient. Son regard passe alternativement de la teub fièrement dressée au bocal anormalement rempli. La doctoresse répond à ses doutes.


— Jeanne, vous avez devant vous un cas hors du commun, la production spermique de cet homme est largement supérieure à la moyenne, et ce que vous ne savez pas, c’est que c’est sa deuxième éjaculation. Et vous pouvez constater qu’il est déjà prêt à recommencer. J’attends vos résultats du spermogramme au plus vite.



Il faut un temps avant que la laborantine reprenne ses esprits et quitte la pièce. La sexologue demande à Patrick de se rhabiller, l’aidant même à ranger son chibre pour ne pas le blesser en fermant son pantalon. Les résultats reviennent, la qualité des spermatozoïdes de mon mari est au top, mais ça, je le savais déjà...


La doctoresse nous fait asseoir à son bureau et nous fait un petit récapitulatif de cet examen.


— Votre mari est frappé d’un priapisme léger qui lui permet s’il le désire de pouvoir rester en érection pratiquement aussi longtemps qu’il le veut.


Sa deuxième particularité s’appelle l’hyper-spermatogénèse, une production débridée de semence qui lui permet des éjaculations très rapprochées et nombreuses avec un volume de sperme énorme et de très bonne qualité. A cela, si vous ajoutez les dimensions peu courantes de sa verge, sa raideur, la probabilité de tomber sur un cas comme le sien est égale à celle de gagner le gros lot au loto deux fois de suite. Vous avez de la chance Madame... Ou pas !

Et vous Monsieur. J’ai un collègue qui organise un colloque international dans un mois avec comme sujet ; -Tout ce qu’il faut savoir sur le sexe de l’homme-. Il cherche quelques volontaires pour étayer son discours. Vous feriez un excellent objet d’étude. Seriez-vous partant ? Avec l’accord de votre dame bien sûr.


Patrick me regarde, je cligne des yeux, complice. Il tourne la tête vers la sexologue et lui annonce :


— Si je peux apporter ma pierre pour faire progresser la science, je vous donne mon accord.



A suivre : Professeur NIMBUS.

Diffuse en direct !
Regarder son live