Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 54 826 fois
  • 207 J'aime
  • 4 Commentaires

Ma copine et sa mère sont très ouvertes

Chapitre 2

Inceste

Après cette expérience extrêmement excitante et pour le moins inattendue, je rentrai avec ma copine et sa mère chez eux pour y passer la nuit comme il était prévu initialement.


L’ambiance lors du dîner fut assez spéciale:

Lisa et sa mère Sandrine me jetaient régulièrement et discrètement des regards coquins pendant qu’Éric nous racontait sa journée de pêche entre amis. Sandrine, qui se trouvait en face de moi, trouva alors le moment adapté pour passer son pied entre mes cuisses et commencer à me masser l’entrejambe à travers mon pantalon.

Je sentais l’excitation remonter très fort en moi quand Eric lança :


— Et vous alors, c’était comment ce massage ?


Je revins alors à la conversation et m’apprêtais à baragouiner quelque chose quand Lisa, ayant compris la situation, intervint:


— C’était super cool ! Je crois que ça a beaucoup plu à Lucas je pense qu’on fera ça plus régulièrement si on peut, hein Lucas ?

— Euh... hm... Oui c’était vraiment bien, on fera ça oui...


J’étais sûrement aussi rouge qu’une tomate, d’autant plus que Sandrine n’avait pas cessé voire même intensifié son mouvement.


— Ah je savais que ça vous plairait, Sandrine est très douée, répondit Éric.

— C’est le moins que l’on puisse dire, pensai-je très très mais j’acquiesçai simplement. La fin du repas se déroula normalement, Sandrine ayant cessé son petit manège. J’aidai rapidement à débarrasser puis fis signe à Lisa pour qu’on monte dans sa chambre il me semblait qu’une conversation s’imposait suite à ce qu’il s’était passé dans la journée.


Une fois dans sa chambre, je lance:


— Est-ce que tu peux m’expliquer ce qu’il s’est passé aujourd’hui ?


Elle répondit avec un sourire taquin:


— Pourquoi ? Tu n’as pas aimé ?

— Euh... Alors déjà arrête de faire comme si c’était normal.

— Je t’avais dit qu’avec ma mère on était très, très proche... Et la façon dont je lui ai parlé de notre nuit lui a donné envie de voir ça de plus près.

— C’était assez inattendu on va dire...

— Hum, laisse ta morale de côté, je sais l’effet que ça t’a fait. Bon allez, on va prendre une douche, il me semble que tu as besoin d’être un peu soulagé après ce que ma mère t’a fait sous la table, dit-elle avec un clin d’œil. Vas-y je te rejoins tout de suite.


J’allai alors à la salle de bain, la situation m’ayant en effet excité durant toute la soirée. La salle de bain était grande avec une douche à l’italienne ouverte sur le reste de la pièce. Après avoir allumé la douche, je me déshabillai et constatai déjà mon érection bien prononcée.

Dès que l’eau fut chaude, je me mis sous le jet laissant l’eau chaude couler sur ma tête et sur mon visage. J’entendis la porte s’ouvrir, et quelques secondes après je sentis Lisa venir se coller derrière moi et commencer à me masturber. Je soupirai de plaisir et elle se serra plus fort contre moi. À leur contact dans mon dos, ses seins me parurent plus gros que d’habitude.


— Un autre petit massage peut-être ?


C’était non pas la voix de Lisa mais bien celle de sa mère que je venais d’entendre à mon oreille. Je me retournai pour finalement voir Sandrine nue et visiblement très excitée.


— Mais, Lisa...

— Elle arrive ne t’inquiète pas, et Eric est parti chercher Adrien à la sortie du concert qu’il est allé voir. Ça nous laisse une bonne heure devant nous.


Elle se baissa alors et commença une fellation qui m’arracha un grognement de plaisir presque instantanément.

Lisa entra alors à son tour, nue elle aussi. J’étais encore décontenancé par la situation mais incapable de faire ou dire quoi que ce soit, figé par le plaisir de cette fellation exquise.

Lisa ne dit pas un mot et, au lieu de nous rejoindre sous la douche comme j’aurais pu m’y attendre, elle rapprocha le tabouret de la douche, s’y assit jambes écartées, et commença à se caresser en regardant sa mère me gâter. Mon excitation n’en fit que s’amplifier.

Sandrine se releva alors et me lança :


— A ton tour maintenant avec un regard plein d’envie.


Elle m’appuya légèrement sur l’épaule pour me faire signe de me baisser. Elle se tourna dos à moi, les jambes légèrement écartées, et se cambra en s’appuyant sur le mur. À la vue de ces belles lèvres luisantes, je me mis immédiatement à déguster ce fruit juteux. Je titillai son clitoris avec ma langue tout en aspirant ses lèvres, elle commença à gémir de plus en plus fort, suivie rapidement par Lisa. Je tournai les yeux vers elle pour constater que sa deuxième main avait maintenant deux doigts qui allaient et venaient en elle alors que la première s’occupait de son petit bouton. Elle se tortillait de plaisir sur son tabouret, ses tétons se dressaient bien droit sur ses jolis seins ronds légèrement secoués par ses convulsions. Elle nous fixait toujours avec un regard sulfureux.


Je me reconcentrai alors sur mon cunnilingus et la vue de ces fesses écartées et de ce petit trou à quelques centimètres de mon visage attira mon désir, ma langue se dirigea alors vers son anus pendant que j’introduisais un doigt dans sa vulve plus humide que jamais. Sandrine gémit de plus belle et se mit à onduler fortement du bassin. Peu après, elle se retourna et nous emmena moi et Lisa dans notre chambre. Lisa s’allongea sur le lit. Sa mère vint se placer en 69 au-dessus d’elle et m’invita à me placer derrière elle. Elle saisit mon sexe et caressa sa vulve humide avec mon gland puis plaça ce dernier à l’entrée de son petit trou, elle appuya quelque seconde et mon gland fut aspiré dans ce conduit étroit. C’était la première fois que j’expérimentais la sodomie et c’était divin. J’entamais des va-et-vient de plus en plus rapides et amples tandis que Lisa et sa mère s’entredévoraient avec passion, elles jouissaient toutes les deux.


Les mains de Lisa écartaient les fesses charnues de sa mère, que je culbutais maintenant à grands coups de reins. Ne tenant plus, je m’apprêtais à jouir, Sandrine s’en rendit compte et m’attrapa la hanche avec une main pour que jouisse au plus profond d’elle. J’éjaculai alors avec puissance, l’orgasme me secoua tout le corps et fut accompagné d’un fort râle. Je retirai, m’affalai sur le lit et contemplai ces deux femmes continuer leur 69 toujours plus intense. Du sperme dégoulinait maintenant de l’anus de Sandrine, descendant directement sur sa vulve, et Lisa n’en perdait pas une goutte. Elles eurent finalement un puissant orgasme simultané, leurs deux corps se raidirent en même temps. Sandrine s’allongea finalement à côté de sa fille, toutes deux épuisées et haletantes.

Diffuse en direct !
Regarder son live