Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 296 fois
  • 298 J'aime
  • 14 Commentaires

Corinne la future salope

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Corinne la future salope

Chapitre 1

Corinne et Daniel sont un jeune couple, elle 28 ans, lui 37 ans. Sept ans de mariage. Daniel est d’un physique agréable, un peu enveloppé, mais assez grand pour que ça ne voit pas trop. Corinne petite et menue est une jolie brune aux yeux bleus, de petits seins en poire, et des charmantes fesses rondes et fermes. Elle plait beaucoup aux hommes, c’est une femme avec un corps d’ado. Ce qui excite beaucoup de ses collègues mâles et femelles. Bien qu’elle aime le sexe, elle n’a jamais trompé son mari. Pourtant, les occasions ne manquent pas.Souvent prête à céder, mais elle a résisté, parfois avec regrets. Un soir après avoir fêté la promotion de Daniel, le couple quelque peu éméché rentre à la maison en taxi. Après une toilette un peu coquine faite de tripotage, ils sont bien excités. Daniel pose alors une question à sa femme, tout en lui caressant son adorable minou orné d’une fine toison brune bien entretenue.


— As-tu déjà pensé à un autre homme pendant que je te baisais ?


Corinne de nature franche et en plus un peu grise lui avoue.


— Oui plusieurs fois, je pensais à ton ancien copain Frédéric, le beau mec avec qui tu jouais au tennis. Je l’imaginais qui me tripotait la chatte dans les douches pendant que tu continuais de jouer. et puis quelques autres du bureau. Et, toi, as-tu déjà pensé à d’autres femmes en me baisant ?


Vu que Corinne lui a répondu franchement, il lui répond.


— Aussi, ta sœur Amandine, elle me fait toujours bander quand elle se baigne seins nus et ta collègue Solange, avec ses gros seins, je m’imagine me masturber entre et lui jouir dessus.


Le couple se raconte ses fantasmes et en rit. Il s’avoue que pendant ces fantasmes, ils ont eu plus de plaisir qu’à l’ordinaire. Et, à brûle-pourpoint Daniel demande à sa femme.


— Et, si maintenant je te demandais de faire l’amour avec quelqu’un serais-tu d’accord ? Daniel vient de poser cette question à sa femme. Corinne surprise par cette question réfléchit un instant, et lui répond.

— Cela te fera plaisir de voir un autre me baiser, demande Corinne ?


Elle est un peu dubitative sur la soudaine envie de son mari de la faire prendre par un autre homme, elle qui le pense jaloux.


— Si tu en as envie aussi, j’aimerais bien te voir te faire enfiler ta petite chatte, cela me plaira bien de te voir jouir avec un autre.


À son grand étonnement Corinne lui répond.


— Si tu es sûr de toi, c’est d’accord. Surtout quand c’est en route on va jusqu’au bout, et tu t’occupes d’organiser, mais je ne veux aucun reproche ensuite.


Daniel se demande si sa femme est vraiment d’accord ou si elle le fait marcher. Pour être sûr, il poursuit.

je peux choisir qui inviter ?

Corinne hésite un peu et accepte que son mari choisisse quel sera l’heureux élu qui profitera de ses charmes. Après avoir celé leur accord, Daniel déjà excité de savoir que sa femme est partante pour coucher avec un autre homme, lui fait l’amour comme il ne l’avait pas fait depuis un moment. Corinne, a pris son pied trois fois sous les assauts de son mari, et se dit qu’elle a bien fait de dire oui au désir de son homme. Le samedi suivant Daniel lui annonce que deux copains de bureau viendront prendre l’apéritif le soir à la maison. Elle s’insurge et lui dit.


— Tu m’as dit un homme pas deux, là tu me prends pour une pute.


Daniel la rassure et pour arrondir les angles lui promet.


— Ma chérie, j’en ai invité deux pour que tu choisisses lequel te plait le plus, tu ne seras pas obligée de coucher avec les deux.


Corinne n’est pas dupe et comprend que son mari a envie de la voir se faire partouzer avec plusieurs hommes. Elle bougonne un peu bien que l’idée la séduise et lui procure une petite boule au ventre qu’elle connait quand l’envie de queue la taraude.

Corinne lui assure que tout sera prêt, mais qu’il ne se fasse pas de fausses idées.

Le soir Daniel rentre avec ses deux amis. L’un qui s’appelle Paul, petit et gros. Avec une moustache et l’autre qu’elle avait déjà aperçu au bureau de son mari et auquel elle n’a pas paru déplaire s’appelle Eric. Lui est assez grand et plutôt mignon.


— Tu nous sers l’apéritif chérie, questionne Daniel.


Corinne s’aperçoit qu’ils ont dû déjà boire un peu, car ils paraissent bien joyeux. Elle leur amène à boire et prend un verre avec eux, puis elle en reprend un deuxième. Question de se désinhiber un tantinet. alors qu’ils en sont au quatrième verre, l’ambiance devient vite grivoise voir égrillarde.


— Voulez-vous des glaçons propose-t-elle ?


La réponse est affirmative, Corinne se lève pour se rendre à la cuisine


— Je vais t’aider déclare Daniel. Il fait un clin d’œil à ses amis dans le dos de Corinne. Il l’accompagne à la cuisine et lui demande.

— Alors chérie comment les trouves-tu ?


Corinne comprend tout de suite.


— Tu as amené les deux pour me baiser, questionne-t-elle ? ne mens pas.

— Pourquoi ils ne te plaisent pas ?


Corinne fait semblant de réfléchir.

Je n’ai pas dit ça, mais je suis un peu embarrassée. Il m’est difficile de dire oui à l’un et refuser l’autre, ce serait humiliant pour lui.

Daniel pense voir une ouverture et fourbement lui suggère.


— Tu penses que deux hommes sont au-dessus de tes capacités sexuelles ?

— Et ça ne te choquerait pas de voir deux hommes baiser ta femme dans le lit conjugal ?


Daniel qui commence à voir son plan se réaliser, lui réplique.


— Non, c’est une expérience plaisante, si tu en as envie, moi pour te voir heureuse, je suis ouvert à tout.


Corinne conciliante admet que ce serait nouveau pour elle de découvrir l’amour avec deux hommes, mais pose une condition.


— Je préférerai un par un pour commencer et les deux ensemble après avec toi, vous serez trois à me faire l’amour.


Daniel triomphant lui propose de commencer par Paul le petit gros.


— Il n’est pas top ton copain, mais tu te débrouilles de la façon d’aborder la chose, je ne vais pas leur sauter dessus.


Daniel qui a tout manigancé, lui expose son plan.


— Ça ne te gêne pas si je te tripote un peu devant eux pour les exciter, après quand je te le dirai, tu vas dans la salle de bains de notre chambre et tu attends, tu ne seras pas seule longtemps.


Pour Corinne le plan lui parait parfait, elle accepte.


— D’accord chéri, on va passer une bonne soirée, j’espère ne pas te décevoir, il est difficile de se donner à des inconnus.


Daniel s’il osait sauterait de joie

Ils regagnent le salon ou leurs deux amis ont fait honneur à la bouteille de whisky, ils reprennent la conversation et Daniel fait assoir sa femme sur ses genoux, il lui attrape un sein qu’il se met à caresser. Les deux autres restent bouches bées, de voir Corinne se faire tripoter les seins, ils la trouvent mignonne et ce n’est pas l’envie de la baiser qui leur manque, Daniel délaisse les seins puis en continuant de leur parler il fait descendre sa main sur les genoux de sa femme et la remonte sous sa jupe, Corinne un peu gênée devant des inconnus même si elle sait qu’ils vont la baiser fait l’autruche en cachant son visage dans le cou de son mari, il atteint la petite culotte et de son autre main il soulève la jupe laissant voir à ses invités les belles cuisses de sa femme ainsi que sa petite culotte blanche. Les deux amis ne disent plus rien, ils admirent le spectacle sans oser dire un mot de peur d’interrompre ce moment magique, devant leur mutisme Daniel leur dit.


— Ça ne vous gêne pas que je caresse ma petite femme. Pas du tout, répondent-ils en chœur, c’est même plutôt excitant, dit Paul congestionné.


Daniel se dit que sa femme va en prendre un bon coup.


— Ça te plait chérie que je te caresse la chatte devant mes amis.


Corinne fait oui d’un mouvement de tête sans regarder les deux compères. Daniel lui met la main dans la culotte et les deux hommes devinent vu le mouvement qu’il a introduit un doigt et qu’il la masturbe, Corinne sous la caresse de son mari écarte davantage les cuisses laissant bien voir le mouvement de va-et-vient, bientôt elle commence à soupirer puis à gémir.


— Chéri arrête ou je vais jouir.


Daniel harangue ses amis.


— Que fais-je les amis, je m’arrête ou je continue vote à la Romaine ?


Sans se concerter les deux mâles en rut lève le pouce et se disent pour que Daniel continue.

Non, tu continues, on a envie de la voir jouir.

Daniel continue à la plus grande joie de ses invités et de Corinne qui n’a pas envie que ça s’arrête.


— Vous savez quand je la masturbe et qu’elle jouit après il lui faut du sexe.


Les amis de Daniel rétorquent.


— Ne t’en fais pas, si tu le veux, on te donnera un coup de main, si Corinne en a envie dit Eric.


Corinne ose enfin regarder Paul et Eric dans les yeux, elle a les joues rouges, mais ce n’est pas de honte, plutôt de l’excitation.


— II n’y a pas de problèmes là-dessus, n’est-ce pas chérie que tu veux bien que Paul et Eric te fassent l’amour.


Dans un souffle, Corinne leur répond.


— Oh oui, je suis partante, mais je n’ai pas l’habitude soyez patients.


Dans un râle, elle libère un jet de liquide chaud dans la main de son mari mouillant sa culotte en même temps. Elle reprend doucement ses esprits et relève la tête elle voit les deux hommes la regarder rouges comme des tomates, elle ne doute pas un instant qu’ils n’ont qu’une envie, celle de la baiser, rien qu’à leurs regards, elle le devine, ils ont les yeux qui leur sortent de la tête. Corinne se lève et leur annonce qu’elle va prendre une douche pour se rafraichir. Sa jupe n’est pas redescendue et la vue de ses petites fesses bien rondes enveloppées dans son fin tissu blanc fini d’exciter les deux gaillards. Cécile partie, Paul demande à Daniel.


— Tu crois qu’elle va être d’accord pour faire l’amour à trois.


Ce à quoi Daniel lui expose les conditions de Corinne.

Au début, il vaut mieux y aller un par un. C’est la première fois, qu’elle est partante, mieux vaut ne pas la brusquer, on va tirer au sort celui qui ira le premier, de toute façon on a la nuit entière. Et, il y en aura pour tous.

Les deux hommes acquiescent et trouvent normales les exigences de Corinne.

Évidemment Daniel triche, les deux papiers sont avec le nom de Paul, il a envie de voir sa femme se faire prendre par un homme pas très séduisant. Ce dernier en voyant qu’il a gagné pousse un grand "Yes" de victoire puis il demande à Daniel comment il doit procéder. Va l’attendre dans la chambre et attaque franchement, elle va regimber un peu, mais tu ne t’en préoccupes pas. Tu la caresses, puis, dès qu’elle s’excite, tu passes à l’action.


— Mais si elle me repousse ?


Paul a très envie de Corinne, mais n’est pas un homme sûr de lui, il n’a pas beaucoup de succès avec les femmes, à cause de sa timidité et de son physique ingrat.

Elle ne résistera pas longtemps je l’ai bien excitée. Paul se dirige vers la chambre. Pendant ce temps Daniel explique à Eric déçu que Corinne sera encore plus excitée après et qu’il en profitera, puis voyant Paul entrer dans la chambre, ils le suivent et entrouvrent la porte, comme le lit est placé, ils peuvent voir sans être vu. Corinne sort de la salle de bains et voit Paul complétement nu qui l’attend. Paul est limite obèse, il est velu, mais son sexe en érection est de bonne dimension.


— Paul que fais-tu là à poil ?


Paul est émerveillé devant la nudité de la jeune femme, seule une petite culotte cache son intimité.


— Tu as dit que tu voulais bien faire l’amour tout à l’heure alors me voilà, j’ai gagné au tirage au sort.


Corinne se dit que son mari est un vrai salop, elle est sûre qu’il a triché pour que Paul, le médiocre soit le premier à lui passer dessus. Elle ne s’est jamais trouvée dans une telle situation et ne sait que faire. Paul suit les conseils de Daniel et la prend dans ses bras puissants et l’embrasse sur la bouche, Corinne se laisse faire entrouvrant les lèvres pour laisser la langue de Paul s’enfiler dans sa bouche. Il ne lui plait pas du tout, mais comme décidé, elle ne reculera pas. Paul transpire, son corps tout moite colle à celui de Corinne. Elle se dégage et se met dans le lit se recouvrant pudiquement avec les draps


Paul se jette sur le lit et l’embrasse. Corinne fait semblant de résister, alors que de nouveau la langue s’enroule autour de la sienne, elle se débat faiblement, Paul repousse les draps, il continue de l’embrasser attrape un sein, petit, mais ferme, le bourgeon déjà érigé ce qui montre à Paul qu’elle est excitée. Corinne pense qu’il n’a pas baisé depuis un moment, car il parait très pressé, elle soulève les fesses pour l’aider à lui ôter sa culotte, lui faisant apprécier sa toison brune, il lui met un doigt dans la chatte et la branle maladroitement. Il va trop vite. Ce qui devait arriver arriva Cécile pousse un oh ! de dépit, il vient d’éjaculer sur le ventre de la jeune femme. Elle ne veut pas le vexer.


— Ce n’est pas grave, prends ton temps.


Un peu honteux de son éjaculation précoce, il se met à l’embrasser de nouveau, et il descend sa main dans l’entrecuisse de Corinne cette fois, il la masturbe bien, glissant son doigt dans la fente humide et chaude. Corinne à sa plus grande joie le sent déjà rebander. Elle est rassurée pour la suite, il arrête de la chatouiller et met sa tête entre les cuisses de la jeune femme qui les ouvre le plus largement possible, elle reçoit la douce caresse de la langue avec un.


— C’est bon chéri, tu me lèches bien. Rassuré Paul se met à dévorer la petite moule passant sa langue entre les lèvres du sexe puis lui enfilant un doigt dedans il la masturbe tout en lui mordillant le clitoris érigé, elle accepte avec plaisir un autre doigt dans son anus, elle en profite pour s’enduire les doigts du sperme qu’elle a sur le ventre et les porter à sa bouche afin de le déguster comme une friandise. Daniel et Eric n’en perdent pas une miette, Daniel de voir sa femme aussi hardie sait que désormais ils ne vont pas s’ennuyer, que de faire des partouzes et bien d’autres choses ne pourront que plaire à sa petite femme, Eric sort sa bite et se caresse, Daniel se dit que Corinne sera ravie par la suite. Il a une queue d’au moins vingt-cinq centimètres, c’est impressionnant. Pendant ce temps. Corinne se fait manger la minette et pétrir les seins, elle y va de petits coups de reins, comme pour faire pénétrer davantage la langue et les doigts qui la fouillent, et exprime son plaisir.

— Que c’est bon mon amour, viens me prendre enfile-toi dans ma chatte, elle a envie de ta queue.


Paul ne se fait pas prier, il s’allonge sur elle prend sa bite pour la faire glisser entre les lèvres de la moule trempée, agace le clito avec son gland qui déjà libère les premières gouttes lubrifiantes sur la grotte trempée. Corinne n’y tient plus.

"Oh oui, oh que c’est bon, vas-y ne t’arrête pas, enfile-moi mon chéri, baise-moi bien, enfonce-la fort. N’aie pas peur enfile-moi à fond.

Corinne alors qu’il commence seulement à la pénétrer jouit déjà. Il est laid, mais le fait d’avoir un inconnu sur elle l’excite. Malgré le poids de Paul qui l’écrase, elle s’arcboute et parvient à le soulever comme pour mieux le faire pénétrer en elle. Paul lui donne de violents coups de boutoirs la reclouant sur le lit, Corinne écrasée est à sa merci, il la fait jouir elle balance sa tête de tous les côtés. Elle accepte la domination de son amant vaincue par le plaisir, elle s’abandonne totalement à lui.


— Ah mon chéri, je jouis vas-y mon amour jouis-moi dans la chatte, elle est à toi.


Paul se sent soudain dominant, il a sous lui une jolie femme qui le supplie de jouir en elle.


— Tu aimes ma queue salope, prends ça dans ta moule ma chérie et il éjacule une seconde fois. Cette décharge remplit la chatte de Corinne qui n’en peut plus de jouir, au bord de l’orgasme elle se détend d’un coup et demeure inerte sous le corps massif qui l’écrase. Ils restent ainsi cinq minutes puis Paul se lève lui pose un baiser sur les lèvres et sort, en s’adressant à Daniel le nouveau cocu volontaire.

— Dit donc c’est une sacrée femelle que tu as, une vraie bombe ! je boirai bien un coup, elle m’a tué.


Daniel dit à Eric qui est pressé de baiser Corinne d’attendre un peu qu’elle fasse un brin de toilette, Eric attend tout en continuant d’entretenir son érection. Il perd patience et prévient Daniel.


— J’y vais, j’en ai trop envie, il entre dans la chambre alors que Corinne s’essuie, elle a une serviette autour de la taille, Eric lui arrache Corinne sait qu’il n’y aura pas de préliminaires de toute façon, elle est pressée d’être baisée par Eric, Paul l’a bien mise en appétit. La queue dressée Eric s’avance vers elle, il est musclé et mignon. il la jette sur le lit, et s’abat sur elle, inquiète, elle lui dit.

— Vas-y doucement chéri, elle est drôlement grosse.


Eric la prévient.

Tu vas tout prendre dans ta fente, ma salope, tu m’as trop excité.

Corinne sent l’impatience d’Eric. Il met son gland entre les grandes lèvres et cherche l’entrée du petit coquillage. Corinne lui saisit la verge, ses doigts n’en font même pas le tour. elle le promène dans sa fente afin de la lubrifier au maximum, puis elle pose le gland à l’entrée de l’orifice. Eric se met à pousser.Corinne crie.


— Ouille, tu me fais mal, vas-y doucement sans cela, tu vas me déchirer le vagin. Et, l’on ne pourra pas faire l’amour.


les paroles de la jeune femme tempèrent les ardeurs d’Eric. Il dit à sa jeune maitresse


— Viens dessus, tu vas t’enfiler toi-même. Corinne enjambe son deuxième amant de la nuit et présente sa moule au pieux qui n’attend que de l’empaler. Elle met le bout du vit à l’entrée de son con et lentement elle s’enfonce centimètre par centimètre. Elle éprouve la sensation qu’on la fend en deux. les chairs se distendent. Elle espère que sa chatte supporte cette énorme effraction. Après avoir éprouvé de la souffrance, il est complètement en elle. Corinne marque une pose en attendant que sa chatte s’adapte au rouleau de chair qui est en elle. Sa chatte se dilate lentement. Corinne commence d’onduler du bassin, puis au bout de quelques rotations, elle amorce un monté descendre. L’énorme chose bute au fond de son ventre.

— Ah ça fait du bien, je suis remplie de toi, chéri, tu peux y aller maintenant, baise-moi comme tu as envie. Tu me remplis bien.


Eric la prend par les fesses et la retourne sur le dos. Son sexe démesuré, se met à lui pilonner la chatte. Corinne participe, en donnant de violents coups de rein pour annexer toute la queue de son amant en elle. Eric lui enserre les poignets et pèse de tout son poids sur elle. Il se met à la besogner à grands coups de reins. Il ressort complètement son membre de la jeune femme pour replonger dans le trou devenu béant par l’introduction de ce chibre hors norme. Corinne n’en peut plus de sentir cette chose la quitter pour la re-pénétrer de sa longueur interminable.


— Ah oui, finis-moi, mon amour, tu vas me faire jouir, oh. C’est superbe, je meurs, je t’aime vide tes couilles dans mon ventre, inonde ma chatte, Corinne défaille de bonheur. Eric en éructant des insanités se vide dans le sexe comblé de la jeune femme qui s’évanouit presque en recevant ce flot de sperme qui jaillit au plus profond d’elle, Eric se retire et vient se mettre à cheval sur le ventre de Corinne en continuant d’éjaculer sur sa petite poitrine, atteignant les seins et le visage tant les jets sont puissants. Puis, il l’embrasse en lui disant.

— Tu es drôlement bonne, qu’est-ce qu’on est bien dans ta chatte. Tu es vraiment un super coup. La meilleure et plus jolie salope que je me sois tapé.


  Corinne à demi évanouie, ne fait pas attention au compliment. Son ventre toujours brûlant est encore agité de spasmes provoqués par l’immense plaisir qu’elle vient de connaitre. Revenant à la réalité elle va à la salle de bains, après avoir fait sa toilette, sans oublier avant de lécher le sperme qu’elle avait sur le visage et celui qu’elle retrouve avec ses doigts dans sa minette. Elle rejoint son mari qui la mate depuis le début de sa prestation

Alors c’était bon ma chérie, je ne t’ai jamais vu jouir comme ça ? Tu leur as même dit que tu les aimais.

Corinne lui répond d’une voix sensuelle.

Je sais que tu as regardé, tu dois bien savoir que je n’aime que toi. En revanche, quand je jouis, je ne me rappelle même pas ce que je dis. Je sais. et, là tu peux me croire, ils m’ont fait prendre un sacré pied, même Paul.

Ils les rejoignent au salon ou les deux hommes nus boivent un verre.


— Alors les garçons vous vous êtes régalés, avec ma petite femme ?


Paul et Eric confirment que c’était excellent. Paul surenchérit.


— Sûr que Corinne est une femme formidable. Je reconnais que je recommencerai bien. dit Paul et Eric approuve.

— Elle en veut sûrement encore, n’est-ce pas ma chérie.


Corinne émet une condition.


— Je n’ai rien contre mais cette fois-ci c’est vous trois ensemble.


Daniel la fait mettre à genoux et lui présente sa queue, elle happe le sexe avec sa bouche et commence une fellation classique. Bientôt les deux autres les rejoignent, et Corinne se retrouve avec trois bites à pomper, celle d’Eric, vu sa grosseur lui pose des problèmes, seule la moitié rentre dans sa bouche. Et, elle doit l’ouvrir vraiment grande pour en absorber une partie. Elle les suce un bon moment, Eric est le premier à se libérer dans sa bouche. Corinne reçoit la même quantité qu’elle a reçue dans le vagin. Elle avale, puis finit son mari qui lui en envoie une bonne ration. Quel régal. Alors qu’elle veut faire subir le même sort à Paul, il se retire de la bouche remplie de sperme de la jeune femme et la fait s’allonger sur la moquette, et lui demande d’écarter les cuisses.


Docile la jeune femme s’exécute, ouvrant grand les jambes, elle les replie offrant son mont de Vénus orné d’un joli triangle finement découpé de poils noirs recouvrant un abricot fendu en son milieu par le sillon que forment les grandes lèvres de son intimité


au regard de Paul qui exige.


— Caresse-toi la fente et les seins salope. Paul prend une assurance qu’il ne se connaissait pas, le fait d’avoir baisé une aussi jolie femme n’y est pas étranger.


Comme quoi il ne faut pas grand-chose pour transformer un timide en dominant.

Corinne d’une main saisit un de ses nichons et tout en le caressant se roule le mamelon dans ses doigts, puis elle passe ainsi de l’un à l’autre. Paul la bouche sèche voit Cécile glisser son autre main entre ses cuisses. Elle la promène sur le bord de la fente afin d’écarter les poils. Ensuite, elle insinue son majeur entre les lèvres et le remonte séparant celles-ci. Le coquillage rosé est bien en vue. De deux doigts, elle les tient écartées et du majeur amorce une lente caresse clitoridienne. Tandis qu’il enfonce un autre doigt pour se masturber. Elle le fait tourner sur son clitoris, le pince puis replonge deux doigts dans son intimité. Alternant vite et lentement. Elle ferme les yeux, respire de plus en plus vite elle se met à gémir, se trémousse. Son ventre se soulève. Les trois hommes se masturbent en assistant à ce magnifique spectacle.


Corinne pousse un râle d’agonie et libère un flot de cyprine, qui jaillit de son sexe comme un geyser, cela gicle en l’air et s’écoule entre ses fesses, pour finir sur la moquette. Elle jouit sans retenue devant les trois hommes, qui bandent dur devant le superbe tableau d’une femme qui jouit. Paul qui lui n’a pas déchargé dans la bouche de la jeune femme, la retourne sur le ventre, lui écarte les fesses et se met à lui embrasser sa petite rondelle. Il la fait mettre à genoux le cul en arrière, il lui passe la langue dans sa rosace, et y enfile un doigt, déplissant l’anus serré de Corinne. Cette dernière qui sort tout juste de sa jouissance, Comprend le désir de Paul de la sodomiser. Elle tend son cul le plus possible afin de faciliter la caresse plus qu’intime. Le doigt s’active dans son rectum. Paul ne s’attarde pas à la préparation.


Corinne est très excitée par l’idée de se faire prendre par-derrière car Paul pointant son sexe sur la pastille anale pousse déjà son gland sur le petit orifice, le forçant, il dilate le petit cercle et le gland passé. Il fait pénétrer le reste de son membre dans l’anus de la jeune femme qui malgré l’intrusion précipitée accueille la queue avec plaisir. Paul ravi de voir que Corinne se laisse enculer sans protester, se met à bourrer le cul de la jeune femme avec énergie, son sexe comprimé par l’étroitesse du passage s’épanouit encore plus. Corinne le sent bien, et elle sait qu’il ne mettra pas trop de temps pour éjaculer dans cet endroit que les hommes semblent presque préférer à sa chatte. C’est vrai que sans le savoir elle est magnifiquement sensuelle dans cette position. Ses nichons bien raides tendus vers le sol, son petit postérieur relevé en arrière, aucun homme ne peut résister au plaisir de l’enculer.


Paul lui annonce qu’il va jouir, Corinne pas du tout surprise reçoit de grands jets de sperme dans les boyaux la laissant insatisfaite de cette rapidité. Paul se retire avec un bruit de succion, Corinne n’a pas le temps d’être déçue. Eric se met à la place de Paul et pose son gros gland sur le trou élargi par la pénétration précédente, mais bien qu’elle vienne de se faire sodomiser, le calibre n’est pas le même. Corinne s’offre le plus possible à l’agresseur de son anus. Bien que très ouvert l’orifice cette fois résiste à l’agression dont il était l’objet.Corinne supplie Eric.


— Sois gentil chéri, rentre-la doucement.


Daniel n’en revient pas, sa femme qui lui donne son cul en renaudant quand il veut la sodomiser, offre ses fesses sans aucune retenue à deux inconnus. Il pense que s’il n’avait pas organisé cette soirée, Corinne l’aurait fait cocu un jour ou l’autre.

Eric tient compte des recommandations de sa jeune amante et la pénètre avec beaucoup de patience et de douceur. Son gros mandrin s’installe délicatement en elle. Corinne inquiète sent le pénis lui écarteler son endroit le plus secret. Mais, la douceur s’avère payante, l’anus se dilate et miracle de la nature, les vingt-cinq centimètres prennent position dans le cul de la jeune femme, Bien installé, Eric peut commencer le barattage des fesses de Corinne. Chaque fois qu’il bute son ventre contre les fesses de la jeune femme, celle-ci a la tête qui cogne dans ses bras croisés. Paul qui est de nouveau en érection dit à Eric.


— On va la baiser à deux la petite chienne.


Il s’allonge sur le sol, et Corinne sans que le sexe d’Eric ne quitte son anus, vient se mettre à quatre pattes au-dessus de Paul. Elle s’empale sur la queue tendue, faisant pénétrer celle-ci dans sa chatte dégoulinante. Ainsi placée, elle se fait posséder par les deux hommes. Ils se déchaînent en elle. La jeune femme plaquée entre les corps trempés de sueur de ses deux amants, prend du plaisir et leur en donne, ils jouissent simultanément, lui inondant ses deux orifices. Elle se démène, sentant la jouissance la gagner. Elle donne de grands coups de ventre et de cul pour atteindre enfin l’extase.


— Oui que c’est bon, je jouis, encore, encore défoncez-moi mes amours encourage-t-elle ses amants. Bien qu’ils aient déjà joui eux-mêmes, ils continuent de la bourrer. Leurs queues encore biens raides font éclater la jeune femme en sanglots, elle pleure tellement le plaisir est grand, elle n’a jamais autant joui. Elle n’en peut plus. Elle est secouée comme une épileptique en pleine crise. Anéantie, elle s’écroule sur le côté faisant sortir les sexes de ses amants de sa chatte et de son cul. Le sperme se met à s’écouler avec son abondante liqueur à elle. L’entrecuisse est luisant. Ses poils noirs, couverts d’une mousse blanchâtre. Elle geint telle une biche blessée. Cette fois le plaisir l’a conduite à un immense orgasme. Elle met près de dix minutes avant de retrouver ses esprits. Elle se relève, aperçoit son mari et les deux autres la regardent nue, l’entre-jambe suintant de foutre et de cyprine. Le corps brillant de sa sueur et celle de ceux qui l’ont possédée. Elle marche comme si elle était saoule.

— Tu as l’air fatiguée chérie ? chambre son mari.

— Bien sûr, vous êtes trois contre moi. Répond-elle avec humour.


Elle est vraiment belle. Même dans cet état.


— Je vais me doucher, y a-t-il quelqu’un pour me frotter le dos ?

— Tu es sûre que c’est le dos ? lui dit son mari en rigolant. Corinne hausse les épaules et monte se doucher.


Corinne revigorée par la douche, provoque elle-même les trois hommes. Assise dans un fauteuil, alors qu’ils ne prêtent pas attention à elle. Corinne va se servir un verre. Passant devant eux, les fesses cachées d’une petite culotte bleue. elle se frotte les seins contre Eric. S’asseyant dans le fauteuil, cuisses écartées, elle glisse sa main dans sa culotte et se caresse lentement la minette. Eric ne résiste pas longtemps. Il approche d’elle, lui met son sexe devant le visage et la bifle avec sa queue semi-bandée. Quelques marques rouges apparaissent sur les joues de la jeune femme amusée par cette pratique.


Il se penche et murmure quelques mots à l’oreille de Corinne, elle lui répond de la même façon. Daniel a vu leur petit manège. Corinne prend Eric par la main et fait un petit signe à son mari et Paul genre au revoir. Ils montent l’escalier menant à la chambre, Eric derrière Corinne lui pelote son petit cul pendant l’ascension. Corinne accentue le tortillement de son postérieur pour le mettre en valeur. Arrivés dans la chambre Eric pousse Corinne sur le lit. Elle choit les cuisses ouvertes sur l’autel du plaisir. Eric se jette sur elle. Corinne a un faible pour Eric et est heureuse de se retrouver seule avec lui. La main de son amant fouille dans sa petite culotte, de son côté, elle le masturbe, sa bite est déjà bien dure. Eric met sa main sur la fente de l’abricot joliment mûr. C’est très juteux. Eric lui écarte sa petite culotte.


Les yeux fermés Corinne savoure cet instant d’intimité, elle sent le sexe d’Eric s’insinuer dans son nid d’amour, Corinne apprécie l’initiative de son amant, la prendre sans lui ôter sa culotte. Elle n’est pas déçue par son audace. le chibre bien dur s’enfile sans difficulté. Sa chatte déjà mouillée par la caresse qu’il lui a pratiquée. Quoique toujours aussi gros le membre se met à astiquer le vagin, qui largement dilaté n’a aucune peine à accueillir, la bite que Corinne désire se faire mettre. Cela ne dure pas une éternité, Corinne jouit assez rapidement en s’exprimant bruyamment.


— Oh oui, ho oui, encore vas-y plus fort, je pars chéri, tu me fais jouir, oh mon salop qu’est-ce que c’est bon que tu baises bien ma chatte, oh oui. Et, elle s’écroule alors qu’il se répand en elle. À peine se retire-t-il, que Paul qui est arrivé sur la pointe des pieds se saisit de Cécile la met sur le dos et lui ôtant sa culotte lui écarte les jambes et sans se soucier du sperme qui coule du sexe entrebâillé de la jeune femme. Il se couche sur elle et la pénètre. Corinne sent aussitôt le plaisir renaitre. Son vagin encore sensible est réactif aux frottements rapides que lui impose le sexe durcit de Paul, elle soulève ses petites fesses afin qu’il la besogne encore plus fort. Corinne défaille de bonheur, elle hurle.

— Que c’est bon, mon amour jouis-moi dedans, je t’aime. Oh mon amour, je n’ai jamais autant joui qu’avec toi. Paul heureux d’entendre la jeune femme le féliciter, et lui dit.

— Tiens prends ça dans ta moule salope, elle te fait du bien ma bite n’est-ce pas petite pute, tu jouis t’aimes ça en prendre plein ta chatte ?


Corinne ne répond pas, bien que la réponse soit affirmative, elle est partie dans les étoiles. Il lui décharge dans la chatte qui accueille ces jets puissants et chauds avec délice. Il reste un moment enfoncé dans la femelle détruite par le plaisir qui n’en finit plus de la submerger. Lorsqu’il se retire.Cécile git cuisses ouvertes le sexe béant, laissant bien voir l’intérieur qui dégouline de sperme. Repue la jeune femme s’endort dans cette position, et ne se réveille même pas quand les trois hommes se branlent sur son visage, couvrant celui-ci de sperme, sur les yeux, le nez, les lèvres, le menton, sa figure n’est plus qu’une flaque de semence masculine. Lorsqu’elle se réveille Corinne voit son mari avec un air amusé qui la regarde. elle s’aperçoit de sa position, et bien que n’étant pas prude avec son mari, elle resserre les jambes. Ensuite, elle s’aperçoit que son visage est couvert de sperme.


— Vous êtes des salops, vous vous êtes branlés sur moi en douce. Tu devrais avoir honte.


Si tu avais été réveillée. Cela aurait été dans ta bouche et tu n’aurais rien dit. Tu n’as qu’à lécher. Lui rétorque Daniel.

Corinne rigole et s’exécute. Elle se tartine les doigts du foutre qui lui macule le visage et les lèche avec gourmandise, telle une petite fille qui aurait mis les doigts dans un pot de confiture.


— La soirée t’as plu chérie, je ne pensais pas que tu serais aussi salope avec deux hommes. Je ne t’ai jamais vu jouir autant tu étais incontrôlable.

— Je dois reconnaître que je n’ai pas été déçue. Eric à vraiment une queue superbe.


Daniel perturbé par l’intérêt que sa femme porte à la queue d’Eric lui demande.


— Ça te plairait de la reprendre tans tes petites miches en solo avec lui un après-midi ?


Corinne ne sachant que répondre joue la vérité.


— Je n’aurai rien contre, mais je suppose que tu as d’autres choses en vue pour moi ?


Daniel apprécie la franchise de sa femme.


— Je te réserve la surprise, on va se coucher.


Corinne lui répond avec humour.

J’ai été couchée toute la nuit.

Après une bonne douche. Ils se couchent, et s’endorment. Corinne les fesses nues collées contre le sexe de son mari au repos.

Diffuse en direct !
Regarder son live