Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 312 fois
  • 165 J'aime
  • 15 Commentaires

Le Corps de la Sorcière

Chapitre unique

Histoire médaillée
Inceste

Dans mon adolescence, j’aimais me rendre chez elle par le chemin forestier qui longe l’ancienne voie ferrée. Grand-mère Tamara s’était fâchée avec ma mère et ces visites constituaient pour moi un petit acte de rébellion. Elle me parlait de ce qu’elle avait découvert dans la forêt, plantes, reptiles ou oiseaux, en me servant son eau-de-vie maison coupée avec de l’eau. Elle vivait dans une maison pittoresque, couverte de lierre et surplombée par l’œil-de-bœuf qui éclairait faiblement le grenier où j’aimais me réfugier et lire ses éditions anciennes de Jules Verne ou d’Emily Brontë. J’y étais parfois rejoint par mes cousines Claudia et Sylvia, deux chipies qui, après s’être moquées de moi, partaient en m’enfermant à double tour. Leur mère, ma tante Juliette, ne s’est jamais mariée. On dit qu’elle ignore qui est le père de ses deux filles. C’est une femme épanouie, sexuellement libérée, bien différente de ma mère.


Ma mère ? Je vais vous en parler de ma mère… À vrai dire, il n’y a pas grand-chose à en dire. Elle se veut pieuse et accroche des crucifix dans chaque pièce de sa maison. Elle est surtout acariâtre et parvient toujours à trouver un mot blessant pour chaque personne qu’elle croise. Elle éloigne systématiquement chaque fille qui se rapproche de moi. Si bien qu’à vingt-cinq ans, je vis toujours chez elle, quand tous mes amis ont quitté le nid familial et sont en couple.


Grand-mère Tamara est morte. En juillet, en pleine canicule. Elle a laissé une lettre en guise de testament, dans laquelle elle demande que ses meubles et ses affaires soient donnés à des œuvres de charité. Ma mère refuse de remettre les pieds dans sa maison, qu’elle juge malsaine. Je lui propose d’aller trier pour elle les affaires de grand-mère. Me revoilà sur ce chemin, au milieu de la forêt qu‘elle aimait tant, au bord de la voie ferrée rouillée envahie par la végétation desséchée. Je sais qu’elle ne sera pas là pour m’accueillir, mais je compte bien passer un moment dans le calme de son grenier.


Après avoir passé deux heures à trier ses affaires, à remplir des cartons que j’empile dans l’entrée, je me dis que j’ai droit à une pause. La bouteille de schnaps étiquetée à la main est à sa place dans le meuble de la cuisine. Je l’emmène au grenier. Les livres sont toujours là, eux aussi. J’en prends un au hasard (Les Yeux de la Nuit de William Irish) et m’assieds près de la lucarne. Je jette un coup d’œil au dehors et me souviens des heures passées là, à admirer la forêt et les environs, à lire, à rêver. Après avoir bu une gorgée d’alcool, j’ouvre mon livre.


Elle arrive presque silencieuse, au volant de sa berline rouge et lève les yeux vers moi dès qu’elle en sort. Elle entre par la porte que j’ai laissée ouverte et monte directement à l’étage. Elle m’appelle de l’escalier rétractable du grenier, au pied duquel elle reste postée. Je reconnais une voix que je n’ai pas entendue depuis de nombreuses années.


— C’est toi, Nicolas ? Qu’est-ce que tu fais là-haut ?


Je pose mon livre et descend à sa rencontre. Elle retire ses lunettes de soleil et en glisse une branche entre ses seins, dans le décolleté de son haut à motif léopard. Ses yeux bleus m’examinent, cachés derrière sa frange blonde. Je remarque la malice dans son regard. Elle porte une mini-jupe en simili cuir rose que je juge bien trop courte pour une femme de son âge. Même si elle ne fait pas ses cinquante et quelques printemps.


— Bonjour, Tante Juliette. Je suis venu trier les affaires de grand-mère.

— Y-a-t-il des albums photos dans les cartons que j’ai vu en bas ?

— Non. J’ai laissé les albums dans le meuble du salon. Je peux aller te les chercher si tu veux.

— Toujours aussi serviable notre Nicolas. Oui, merci.


Je descends au rez-de-chaussée. Je pousse la porte du salon et elles sont là, affalées l’une contre l’autre dans le même fauteuil. Claudia et Sylvia m’observent comme deux chattes qui verraient arriver une souris. Je ne les avais pas vues sortir de la voiture de leur mère. Sylvia a mon âge, Claudia est un peu plus âgée.


— Oh mais regardez qui voilà ! C’est le petit Nicolas. Comme il a grandi. Tu nous apporterais une boisson ? Il fait vraiment trop chaud ici.

— Je vais voir ce qu’il y a dans la cuisine.

— Toujours aussi serviable notre cousin.


Je me penche pour récupérer les albums-photos dans le dernier tiroir de la commode. Elles me taquinent du bout de leurs pieds nus. Je file dans la cuisine. Je trouve une bouteille de sirop de grenadine entamée sous l’évier. Je prépare trois verres. Mes cousines m’ont suivi.


— Tu te souviens qu’on t’enfermait au grenier et que tu pleurais ?

— Je ne pleurais pas.

— Oh si ! Tu pleurais ! Tu appelais ta maman. Est-ce qu’elle prie toujours son petit Jésus ?

— Non, je ne pleurais pas. J’étais en colère contre vous. Comme la fois où vous avez cassé ce vase en cristal et que m’avez accusé.

— Depuis combien de temps vit-elle sans homme ? N’as-tu jamais pensé qu’elle avait envie de toi ?


Je remarque qu’elles sont coiffées et habillées exactement comme leur mère. Franges blondes, débardeur pastel sans soutien-gorge et la même mini-jupe rose. L’idée qu’elles ne doivent pas porter de culotte s’incruste subitement dans mon esprit. Mon regard se trouble et elles s’en rendent compte.


— À quoi viens-tu de penser, Nicolas ?

— À… à rien. Je suis crevé. J’ai… J’ai rangé toute la journée.


Sylvia passe un bras sur mes épaules et vient chuchoter à mon oreille.


— Tu te souviens quand on prétendait être capables de lire dans tes pensées ? Tu avais peuuuur !!!

— Je… Je me souviens de ça…

— Alors, regarde.


Dans un même geste synchrone, mes deux cousines relèvent leurs mini-jupes sur la taille et se mettent à danser autour de moi. Elles ne portent rien dessous. Je reste planté là, serrant les albums-photos contre ma poitrine, mes yeux revenant sans cesse sur leurs intimités si impudiquement dévoilées. Elles se figent soudain, leurs mini-jupes toujours relevées et me toisent, les mains sur les hanches.


— Ce sont les albums-photos que maman est venue chercher ?

— Oui.

— Tu attends quoi pour les lui apporter ? Vas-y ! Elle t’attend.


Sidéré par leur comportement si provocant, je monte au premier d’un pas tremblant. Juliette n’est plus là. Je l’entends marcher au grenier d’où émanent d’étranges lueurs jaunes. Je monte l’escalier rétractable. Mon instinct me dit que je ne suis pas au bout de mes surprises.


Des dizaines de bougies aux flammes vacillantes plongent le grenier dans une ambiance mystérieuse. Un pentacle a été tracé à la craie sur le vieux plancher poussiéreux. Juliette me fait face dans sa nudité crue. Je découvre son corps de femme en pleine maturité. Ses seins lourds aux aréoles larges comme des soucoupes. Son ventre encore ferme qui surplombe une toison sombre entre ses cuisses.


Claudia et Sylvia m’ont suivi et à leur tour laissent tomber leurs vêtements. Je découvre leurs poitrines parfaites aux tétons pointant avec arrogance.


— Tu as envie de maman, me chuchote Sylvia à l’oreille.

— Tu peux nous avoir toutes les trois, me susurre Claudia de l’autre coté.


Un feu s’allume entre mes cuisses. Je laisse tomber les albums-photos au sol. J’ai l’impression d’être le jouet d’une force supérieure.


— Est-ce qu’il a envie de moi, demande Juliette en s’étirant lascivement.

— Oui maman, répondent ses filles en chœur. Mais il a peur.

— La bigote nous l’a gâché. Mais on peut encore le sauver, dit encore Juliette en avançant vers moi.


Elle me prend dans ses bras et me serre contre son corps si voluptueux. Puis dans un geste totalement obscène, frotte sa vulve humide et velue sur ma cuisse.


— Regarde, Nicolas. Voilà le sens de la vie. La chair, le sexe, la luxure… Touche-moi. Baise-moi. Tu verras, c’est si bon. Comme dans ces vidéos obscènes que tu regardes tard le soir.


Un court instant, je songe à lui résister. À m’enfuir. Mon regard accroche la flamme d’une bougie. Comme elle, mon corps vacille. J’ai le vertige. Je décide de m’abandonner. J’empoigne l’un de ses seins volumineux entre mes mains et me met à en téter goulument le mamelon. Déjà, Juliette me tend l’autre sein. Je le tête à son tour, puis les deux en même temps. J’enfouis ma tête entre ses seins, là où ruisselle un filet de sueur chaude et salé. Alors que je tends ma langue pour le lécher, Juliette vient plaquer ses lèvres contre les miennes. Sa langue envahit ma bouche et vient enlacer la mienne.



Des mains glissent dans mon short. Par le haut, par les cotés. Une main palpe mes bourses moites, tandis qu’une autre empoigne mon pénis gonflé par le désir. Juliette me saisit à la mâchoire et tourne ma tête vers Sylvia. Ma cousine m’embrasse avec la même salacité. Sa langue vient fouiller ma bouche. Nos salives se mêlent. Puis Juliette m’offre à la bouche toute aussi affamée de Claudia.


Sans que je m’en rende compte, elles m’ont mené au centre du pentacle. Juliette fait peser ses mains sur mes épaules, m’invitant à me coucher. Ses filles me retirent mes vêtements. Juliette s’agenouille près de moi, caresse mon torse, descend sur mon sexe qu’elle masse avec douceur. Elle me regarde fixement comme si elle cherchait à lire mes pensées. À-t-elle deviné que j’aimerais qu’elle me suce ? Elle ne manque pourtant pas d’expérience, et pourtant, c’est étrange, là voilà qui hésite. Elle fini par prendre le gland dans sa bouche et le sucer en jouant avec sa langue sur l’urètre.


Claudia et Sylvia viennent l’assister de part et d’autre. Chacune prend dans sa bouche l’un de mes testicules et le suce après l’avoir couvert d’une couche épaisse de salive. Trois bouches sur mon sexe. Comme dans cette vidéo que je regarde en boucle, dans la solitude de ma chambre d’adolescent attardé, en imaginant les sensations que provoqueraient ces trois bouches sur mon sexe.


Dehors, le ciel s’est assombri. Des nuages menaçants l’ont envahi. Au loin, le tonnerre gronde. La forêt tremble. Les fougères se couchent. L’orage approche.


Juliette prends mon pénis dans sa main et sans hésiter cette fois, l’enfonce à la base de son triangle sombre. Elle commence à me chevaucher et je découvre la moiteur suave de son intimité. Claudia et Sylvia nous regardent et rient. En ciseaux, elles frottent leurs chattes glabres l’une contre l’autre. Juliette accélère son rythme. Ses mouvements deviennent frénétiques. Elle pousse un cri à chaque fois qu’elle rebondit sur mes cuisses. Ses ongles griffent ma poitrine, mes épaules, mon cou. Elle me pince violemment les tétons. Je suis hypnotisé par ses deux seins qui s’envolent comme des ballons à chacun de ses coups de reins. Son pubis trempé comme une éponge éclabousse le bas de mon ventre.


Il fait de plus en plus sombre, malgré la lueur des bougies. Ma vue se trouble. Par moment, il me semble être dans le noir complet. Pour me rassurer, j’avance mes mains vers la poitrine de Juliette. Mais c’est un corps soudain très différent qu’elles rencontrent. Je touche d’affreux seins avachis, pendants de part et d’autre d’un ventre fripé. J’entrevoie, non sans difficulté, un pubis gris et clairsemé. Mes mains glissent sur des fesses et des cuisses flasques, à la peau rugueuse.


Un éclair illumine soudain le grenier. Lorsque le son du tonnerre se fait entendre, je retrouve pleinement mes sens. Mes mains attrapent les seins de Juliette et ne les lâche plus. Elle rit. Un rire de sorcière. Elle se couche sur moi. Nous roulons sur le coté. Elle m’encourage à lui donner des coups de reins de plus en plus forts. Son corps tremble à chaque fois que je m’enfonce en elle. La pluie crépitante sur le toit couvre ses cris et ses gémissements de femelle en extase lorsque nous jouissons à l’unisson.


— Ce n’est pas fini, Nicolas. Tu as encore deux femmes à satisfaire si tu le veux, me souffle Juliette, haletante.


Mes cousines m’attendent à quatre pattes, l’une sur l’autre. Sylvia sous Claudia. Leurs vulves ouvertes et bien léchées m’attendent. Je passe de l’une à l’autre. C’est si bon de pénétrer une chatte bien rouge et de la sentir frémir sous mes coups de queue. Les sœurs rient pendant que je les baise. Je ne prête pas attention à leurs moqueries.


— Quoi, c’est tout ce que tu as à donner ? C’est mou ! Vas-y plus fort ! Je ne te sens pas ! Tu es sûr que tu es dedans, là ? C’est ta bite, ça ? On dirait un doigt !


Je les prends avec encore plus de force, passant sans ménagement de l’une à l’autre. Mais ça ne semble pas davantage leur plaire. Je me dis que je préférais baiser avec leur mère, bien plus réceptive. J’oubliais qu’elles pouvaient lire en moi…


— Eh bien retourne baiser maman si tu la préfères, sale con, me lance Claudia.


Mes cousines me repoussent avec brutalité et, emportant leurs vêtements, quittent rapidement le grenier.


— Tu les as vexées, chuinte la voix d’une vieille femme derrière moi.


Je n’ose pas me retourner. La peur revient et envahit tout mon être. À nouveau, j’ai le sentiment d’être le jouet d’une force supérieure. Je tremble et débande rapidement. Ma queue pend lamentablement entre mes cuisses. Lorsqu’un nouvel éclair illumine le grenier, l’ombre d’une vieille femme voûtée apparait un bref instant sur le mur du fond. Un frisson glacé parcourt mon échine. J’articule difficilement quelques mots.


— Tu n’es pas Juliette… Qui es-tu ? Pourquoi…

— Tu sais bien qui je suis… N’aie pas peur. J’ai seulement besoin de ta semence pour exister encore un peu.

— Et Sylvia et Claudia ?

— Le fruit de ton imagination. Manipulé par mes soins, je le reconnais. Pardonne-moi, Nicolas. J’ai toujours eu beaucoup de facilités à lire tes pensées et à les influencer.

— Alors tu n’es pas morte ?

— Une sorcière ne meurt pas vraiment. Me donneras-tu encore ta semence ? Je prendrai l’apparence que tu voudras. Nous nous livrerons à toutes les fantaisies sexuelles que tu voudras. En échange, je ferai de toi un sorcier. Et toi aussi, tu vivras encore après ta mort. Il te suffira de revenir me voir dans notre grenier. Tu as toujours été mon préféré, Nicolas. Tu ressembles tant à ton grand-père.



Me reviendras-tu ?

Diffuse en direct !
Regarder son live