Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 750 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Correspondance érotique

Chapitre 1

Divers

Bonjour à tous, il y a de cela quelques années, j’ai entretenu une relation avec un homme qui habitait à plus de 6000 km de chez moi...pendant quatre ans je lui ai donc écrit des centaines de lettres qui exprimaient à quel je m’ennuyais de lui. Toutefois, lorsque mon désir de lui était si fort, j’écrivais des lettres érotiques pour qu’il se sente quand même désiré et excité par moi, malgré la distance entre nous...voici une de mes préférées que j’ai retracée l’autre jour en fouillant dans mes souvenirs...À toutes celles qui se sont déjà ennuyées de l’être cher...


HISTOIRE DE BAIN:


L’eau coule, chaude et bouillante à la fois. Elle glisse et contourne les obstacles de mon corps. Et ma main qui caresse cette eau sur mon corps. J’imagine qu’elle est tienne et qu’elle parcoure et contourne cette eau chaude qui réchauffe et excite. Et ta main s’arrête, un instant, le temps d’un soupir, sur un sein. Et cette main le couvre de baisers langoureux, de caresses invitantes. Je soupire, je respire cette odeur qui émane de notre désir. Mes yeux se ferment, doucement, pleins d’espoir à l’idée d’imaginer ton visage qui regarde ta main sur ce sein...et tes yeux qui suivent ces doigts qui descendent peu à peu... Je la sens qui frissonne cette main qui descend tout droit vers le bonheur. Et cet eau qui encourage à la descente...au désir. Ma peau est rivière et tu te fais bâteau...tu navigues, et tu navigues, et tu sombres dans les profondeurs éternelles de l’extase. Ta langue remonte tendrement le courant de cette eau chaude et bouillante à la fois. Elle aspire l’eau du nombril, goulument, fasciné par les frissons qu’elle me procurent. Et je ferme plus fort encore les yeux pour la sentir cette langue qui remonte sur un sein et qui baise avec lenteur et conviction le monticule du plaisir...et je frissonne encore...mais voilà ta bouche qui se dessine enfin et qui me prend toute entière. Nos langues ne font plus qu’une, notre âme à l’unisson. Et nos doigts se croisent enfin, que je dirige vers mes jambes, légèrements entrouvertes. Ca y est, je sens enfin cette chaleur que ta main me procure, cette douceur inexplicable...mais ta langue remplace vite ces doigts épuisés et je crie...je soupire ce désir de toi, de te sentir à l’intérieur de mon corps, de t’y enfermer afin que tu ne puisses jamais en ressortir. Et je crie...je soupire...j’aime ce va et vient de ta bouche sur mes lèvres, entre mes jambes entrouvertes...et cette eau chaude et bouillante qui n’en finit plus de glisser sur mon corps excité, pour aller t’encourager de ne point t’arrêter. Continue, ca fait du bien cette chaleur dans le froid de mon coeur, dans le creux de mes jambes... Et tes mains qui caresent et torturent le reste de mon corps, de mon âme... Et je crie, je soupire...je supplie......et je jouis!!!!! Mais l’eau se fait vite froide, ta main redevient vite la mienne et mon désir s’écroule de chagrin de te savoir si loin...

Diffuse en direct !
Regarder son live