Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 77 611 fois
  • 111 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma cousine et ma tante

Chapitre 1

Inceste

Bonjour à vous lecteur, la présente histoire m’est réellement arrivée il y a quelques années, et comme je viens de faire la découverte de ce site, je me régale à vous la raconter. Les seuls faits fictifs sont les noms des gens étant donné que je dois tout de même respecter l’anonymat.


Je me nomme Antoine, à l’époque j’avais 22ans, j’étais avec ma copine depuis 5 ans et nous avions une relation plutôt épanouie. Cela faisait maintenant 3 ans que nous restions ensemble et nous devions déménager pour un appartement plus grand, mais dans la même ville. La fin de semaine du déménagement, nos parents ne pouvant pas venir nous aider, j’avais appelé ma tante Zoé pour lui demander de l’aide à elle et ses enfants. Tante Zoé, avait 42 ans et elle a 4 enfants. Trois jeunes garçons: Gregory 16 ans, Maxime 14 ans et Will 11 ans en plus d’une fille, Nathalie 19 ans. Mon oncle est décédé suite à un cancer l’année précédente.


Dans la journée du déménagement, Zoé et ma copine restèrent à notre nouvel appartement pour laver les murs et armoires, pendant que moi, Greg et Nat transportions les sacs et meubles de l’autre appartement avec la camionnette de mon beau-père. Tout au long de la matinée, Nat et moi agressions Greg de questions plutôt intimes, ce qui a eu pour effet de le choquer un peu et il décida donc de ne pas revenir après que le plus gros meubles soient déménagés. Je restais donc seul avec Nat. De 3 ans ma cadette, nous n’avions jamais vraiment eu un grand attachement l’un envers l’autre. Mais cette après-midi, je me rendais compte qu’elle était devenu une femme superbe.


Environ 1m70, taille fine, de longues jambes. Elle s’était habillée avec un short et une camisole sport et avait attachée ses longs cheveux blonds en chignon pour ne pas être dérangée par ceux-ci. Nous étions donc que nous deux et l’ambiance était assez bizarre. J’étais un peu hypnotisé par sa grâce et sa beauté, et elle ne semblait pas trop le remarquer. Nous jasions de tout et de rien jusqu’à ce qu’elle échappe une boîte sur le sol.


-Merde, je suis désolée.

-Bah c’est pas trop grave, suffit de la ramasser.


Nous nous penchons tous les deux sur la boîte pour la refaire et j’eus une vue en plonger sur ses seins bien ronds et invitant. Je relevai la tête et nos regards se croisèrent. Ses magnifiques yeux couleurs noisettes me fîrent un effet incroyable. Je me relevai pour me diriger vers une autre boîte et allai la porter dans la camionnette. A mon retour, Nat s’était assise sur le fauteuil deux places que nous avions gardé pour nous reposer.


-Je vais chercher quelques bières, tu en veux? lui dis-je.

-Oui s’il te plait, ce serait tellement bon.


Je sorti donc pour aller au dépanneur au coin de la rue et ramenai un petite caisse de bière. En arrivant j’en offris une à Nat et je m’assieds près d’elle sur le divan. Nous continuâmes nos discutions entâmés. Nos cuisses se frôlaient à l’occasion et ces touchettes ne m’étaient pas indifférentes. J’essayais de garder mon calme pour ne pas passer pour un pervers, mais Nat eût tôt fait de se rendre compte de mon malaise.


-Ça ne va pas Antoine?

-Euh... Oui, c’est seulement que j’ai très chaud.


Je me levai donc pour dissimuler ma gêne et allai m’accoter au mur. Nat se massa l’épaule.


-Aie, c’est vraiment forçant tous ces meubles à déplacer. Je crois que je me suis coincé un muscle, tu peux vérifier.


Comme j’ai suivi des cours de massothérapeute, je suis souvent celui à qui l’on demande ce genre de services dans mon quotidien avec mes copains et d’habitude je suis assez à l’aise, mais cette fois, j’étais troublé par la beauté de Nat et je ne voulais pas trop le montrer.


-Je peux regarder.

-Merci cousin.


Je me retournai donc m’assoir sur le divan et elle se plaça devant moi, assied par terre. Je massai ses épaules, et elle avait effectivement quelques tendeurs. Comme ma table de travail était déjà déménagée, je devais y faire sur le divan.


Je parcourais donc son cou et ses épaules. Nat semblait apprécier le massage et tanguait la tête un peu dans tous les sens.


-Tu peux me masser les fesses et les cuisses? Ce serait vraiment génial.


Génial, c’est le mot effectivement. Comme ça j’aurai une vue merveilleuse sur son cul et elle ne verra pas mon malaise.


-D’accord, alors couches toi sur le ventre.


Nat s’exécuta, me présentant son dos et ce cul savoureux à souhait. Je me mettais à l’ouvre, lui massant tantôt le bas des reins, tantôt les jambes et bien sur les fesses au travers de son short en jeans, en profitant pour bien les palper. Encore cette fois, Nat dû apprécier puiqu’elle s’endormit sur le divan. Je me relevai, cessant mon massage, et la regardai dormir quelques instants.


-Hum, t’arrêtes pas, c’est vraiment bon.


Elle ne dormait donc pas. Elle se tortilla un peu sur elle même, cherchant mes mains pour que je continu. Les ondulations de son fessiers me fîrent bander comme jamais. Je tentai donc une approche plus osée.


-D’accord, mais pour ça il faudrait que tu retires ton chandail.


-Et mon soutif tant qu’à y être?


-C’est à toi de voir.


Nat ne se fît pas prier et retira son chandail et son soutif en se cachant les seins avec les bras.


-Maintenant que je suis à moitié nue, fait ce que tu as à faire toi. me dit-elle avec une pointe d’humour dans la voix. Elle se recoucha sur le ventre.


Je sorti mon huile d’une boîte dans le salon et je lui en mis dans le dos. Elle frissonna sous le froid du liquide. Je la massai donc partout dans le dos, m’efforçant de lui faire le plus de plaisir possible.


-N’oublies pas mes jambes.

-Ne t’inquiète pas.


Je descendît donc vers ses belles jambes pour lui masser les cuisses, les mollets et les pieds. Elle était aux anges et ça paraissait dans sa respiration.


-Attends un moment, tourne toi.


Je m’exécutai, nerveux de la suite des évènements.


-Tu peux te retourner.


Elle avait retiré son short, me laissant ainsi voir son cul nul. Ça y est, je bandais comme jamais. Je me mis donc à lui masser les miches, lui écartant les jambes, me donnant ainsi une vue imprenable sur son sexe. Je massais ma cousine trop sexy, nue sur mon divan.


-Antoine?


-Oui,Nat?


-Si l’on met une serviette sous moi pour ne pas tâcher ton divan, tu peux me masser le devant aussi¸?


-En fait, je ne devrais pas Nat. Je ne devais pas, mais dieu que j’en avais envie.


-Ah, s’il te plait.


-D’accord, mais je t’amène aussi une serviette pour te cacher les seins, ça doit rester professionel aussi.


J’allai donc chercher deux serviettes dans la salle de bain qui n’était toujours pas défaite. Pendant que je revenais dans le salon je commençais à me faire des scénarios plutôt osés dans ma tête, allant même jusqu’à penser baiser ma propre cousine.


-Tiens, met cela son ton dos et celle-là sur ta poitrine.


-Merci cousin de me faire relaxer ainsi.


Je ne dit rien et me remis à lui masser les jambes. J’avais une vue superbe sur sa belle petite chatte rasée de près et mes envies se faisaient de plus en plus fortes. Je lui massais le ventre doucement, la flattant presque seulement. Cette fois, sa respiration ne mentait pas, elle dormait vraiment. Je pris donc le risque de lui flatter doucement le sexe, écartant ses jambes pour mieux voir ses lèvres. Je continuai mon exploration sur sa vulve qui commençait à mouiller tranquillement. J’insérai un doigt dans son intimité, doucement pour ne pas la réveiller. Puis un deuxième. Je fîs ensuite de petits va-et-viens dans son sexe maintenant bien lubrifié. Elle gémissait dans son sommeil. Je dégraffai mon pantalon, sortant ensuite ma queue qui était précédemment totalement comprimée dans mon short. Je me branlai au même rythme que je branlais Nat. Je me mît alors à genoux, m’approche la bouche de sa chatte pour y déposer ma langue. Je trouvai facilement son clitoris qui gonflait son mes gestes de langue.


-Ah oui c’est bon!


-Nat? Tu es réveillée?


-Oui, mais n’arrête surtout pas.


Voilà le signal que j’attendais. Je léchais son sexe, explorant toute son anatomie de la langue, lui insérant en même temps mes deux doigts pour lui dilater. Mes doigts maintenant bien humectés de sa cyprine, je tentais de descendre vers son anus. Je lui introduit l’index, c’était très serré. Le majeure. Je ne lâchais pas mon travail sur sa chatte avec la langue et je lui pistonnais l’anus avec deux doigts. Nat avait trouvé ma queue de la main et commençait à me branler. L’extase était incroyable. Je descendis la langue pour lui happer la raie avec. Insérant doucement ma langue dans ses entrailles. Elle se tordait de plaisir.


La position étant plutôt précaire, j’embarquai par dessus elle, lui mêtant ma tige directement devant les yeux. Elle le prit immédiatement en bouche. Nous étions maintenant en 69 et c’était le paradis. D’un coté je lui léchais l’anus et le sexe, de l’autre elle me prodiguait une pipe royale. Comme je voulais plus, et elle aussi évidemment, je me tournai pour mettre ma queue vis-a-vis son sexe et m’y introduis avec bonheur. Je la baisais avec ardeur, mais aussi avec passion. Les yeux fermés, nous n’avons pas remarqué l’introduction d’une tierce personne dans notre coït sexuel.


Assise dans une chaise près de nous, ma tante avait dégrafé sa jupe se masturbant en nous regardant baiser. Ce sont ses gémissements, mêlés à ceux de Nat, qui me fît me réveiller. Tante Zoé avait les yeux fermés se mordant la lèvre inférieur de plaisir. Je le fit remarquer à Nat qui me sourit et augmenta le volume de ses gémissements pour exciter encore plus sa mère. Moi, je me retirai d’elle et m’avancai vers ma tante, me penchai sur elle et introduis une main dans son soutif pour lui flatter un sein.


Elle ouvrit les yeux et voulut protester, mais je l’embrassai à pleine bouche, mêlant ma langue, encore pleine de cyprine de Nat, à la sienne. Je le malaxais le sein en l’embrassant et Nat vint se placer devant elle, lui mangeant la chatte. Je me redressai et présentai mon sexe à ma tante qui le prit immédiatement en bouche. Elle était encore meilleure que sa fille.


Nat laissa la chatte de sa mère et nous l’amenions s’étendre sur le divan. Je lui pris donc d’assaut le sexe, pendant que Nat continuait ses acte incestueux en s’agenouillant au dessus du visage de sa mère qui lui lécha la chatte. Moi et Nat étions en parfaite position pour nous embrasser, ce que nous fîmes.


Je baisai ma tante durant environ 5 minutes quand je senti que j’allais venir. J’en averti Nat qui s’empressa de venir récolter mon sperme, mais sa mère l’arrêta. Elle prit mon sexe en main et serra très fort la base de mon sexe ce qui eût pour effet de retenir ma jouissance.


-Comme ça, nous pourrons profiter de lui plus longtemps.


J’étais ravi d’entendre cette phrase venant de ma tante. Elle en avait vraiment envie la cochonne.


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live