Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 807 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma cousine Yolande et moi

Chapitre 1

Divers

Depuis quelques mois maintenant,nous avons acceuilli dans notre village du sud de la france une partie de la famille côté maternelle à savoir mes oncle et tante avec leur fille de seize ans Yolande.Mes parents se sont occupés de tout tant sur le plan logement que travail et lycée pour leur fille,qui était mon ainée d’un an mais se trouvait dans ma classe à cause d’un redoublement.Leur installation terminée ma tante et ma mère se mirent d’accord pour que nous passions nos mercredi ensemble afin d’une part faire nos travaux d’études et nous divertir d’autre part ce qui nous convenait admirablement.Nous voici donc arrivé aux vacances de toussain et nous avions pratiquement deux semaines à passer ensemble et il avait été convenu de les passer chez Yolande.Ma tante m’avait préparé un lit dans la chambre de Yoyo c’est comme cela que j’appelais ma cousine.Yoyo était toujours la première levée,moi je parressais volontiers le temps qu’elle fasse sa toilette ensuite c’était mon tour puis lorsque j’avais fini nous prenions notre petit déjeuner ensemble.Ce matin là,je fus surpris de voir que Yoyo avait installé l’ensemble de notre petit déjeuner sur le tapis du salon devant la télévision.Elle me dit qu’elle aimait suivre la Starac et que c’était pour cela qu’elle avait opté pour cette instalation,assis nous étions pratiquement face à face les yeux rivés sur l’écran elle suivait tous les faits et gestes des élèves ceux-ci se dépensaient à perdre du poids pour certains et d’autres s’évertuaient à se maintenir en forme.Le petit-déj terminé je me mis à débarrasser le tout vers la cuisine laissant ma cousine suivre son émission favorite,je revins au salon avec une pelle et une balayette et me mis à ramasser toutes les miettes sur le tapis à genoux durant un instant je stoppais ma tache car de ma position j’avais la petite culotte de Yoyo exposée à ma vue,elle portait une jupe et les genoux écartés elle m’offrait ce spectacle.Je m’apperçus qu’elle avait repérer mon manège à un petit sourire au coin de ses lèvres sans qu’elle ne rectifia sa tenue.Je terminais mon ouvrage et revint m’installer à ses côtés,mais quelque minutes plus tard elle s’apperçut que je m’ennuyais ferme et me proposa de jouer aux cartes plus exactement au jeu du menteur.Nous nous trouvions face à face et plis après plis question après question je fus surpris par la question qu’elle me posa.’Ma culotte te plais?’interloqu?? je ne sus pas quoi répondre ’Alors elle te plais ma culotte?’’Pourquoi me demandes tu cela?’’Ne fais pas le béta j’ai bien vu que tu mattais tout à l’heure’’Oui mais bon’’De toute façon ce n’est que du tissu,mais ce qui est à l’intérieur serait plus mignon à voir’’Bon tu as fini de dire des sottises et sois sérieuse jouons’’Que tu es tarte mon pauvre,j’ai bien envie de te montrer mon trésor’ et joignant le geste à la parole elle tira sur l’élastique de sa culotte et dévoila son minou orné d’une belle touffe de poils noirs.’Alors c’est pas mignon?’.Le rouge me monter au visage et mon sexe se mit à durcir et me faire mal tant il se trouvait à l’étroit dans mon slip,je n’arrivais pas à détacher mon regard de sa fente légèrement ouverte.’Alors tu es muet?tu voudrais peut être la toucher?’’Non’’Donne ta main’.Elle s’en emparra sans même attendre ma réponse et la guida sur son bijou ’C’est doux non?’’Oh oui ’puis elle entreprit aussitôt une caresse plus appuyée,elle entrouvrit le sillon de sa fente et se frotta le bourgeon avec mon doigt durant cette opération ma queue se durcit violement et je me trouvait vraiment mal à l’aise,je ne savais plus qu’elle position adopter.Je ne voulais pas que Yoyo s’apperçoive de la chose mais je ne pus cacher plus longtemps le trouble qui m’envahissait.’Alors ta bébête s’enflamme,montre moi ça tu veux ?’’Non ’’Comment non tu me touches bien toi alors montre moi’,et sans attendre elle se mit en devoir de me toucher en dessus de mon short ’On dirait un morceau de bois,sort le ’ et lui obeïssant je libérais mon gourdin ce qui me fis le plus grand bien,le gland complêtement décalloté ma bite se trouvait plaquée contre mon ventre.’Tu vois malgré cela c’est le premier que je vois en vrai des copines de classe m’avaient montrer des revues fauchées à leurs grands frères mais cela en naturel est beaucoup plus impressionant’.Malgré mon jeune age j’étais déjà assez bien pourvu car aussitôt après elle le mesura avec un mêtre de couturière et m’annonça que ma bite mesurait 17cms de long et 14cms de circonférence.’Mon dieu que ça doit faire mal quand ça rentre ’et tout en disant cela elle me carressait et un moment plus tard elle se mit debout et me demanda d’en faire autant, puis elle reprit ma queue en main et l’approcha de fente pour se carresser avec,n’en pouvant plus je commençais à donner des coups de ventre en avant tout en la saisissant par la taille pour la maintenir.’Non pas ça,tu es fou je ne veux pas que tu me la fourres dedans’’Je n’en peux plus elle me fait mal’’Tant pis on arette elle va se calmer’ et tout en me regardant elle baissa sa culotte et s’essuya la fente et fila vers la salle de bain pour la déposer dans la panière à linge à laver,je la suivais comme un toutou la bite à l’air et lorsqu’elle se baissa sur la corbeille je me collais à ses fesses pour y frottais ma queue.’Oui frotte toi contre mais fait attention de ne pas me la planter dans le minou.Je logeais mon gland dans le sillon de ses deux h??misphères et je mimais des allers et venues ce qui m’exciter encore plus quelques gouttes visqueuses s’échappaient du bout de ma queue et rendait l’endroit bien glissant si bien que mon gland se trouva contre sa petite pastille et je me mis à pousser un peu plus énergiquement tant et si bien que son oeuillet commencer à se dilater et Yoyo,elle aussi excité se laissait aller à venir à la rencontre de ma bite.’Va doucement’ et je me mis à pousser lentement la moitié de la tête était déjà engagée,quand nous entendîmes ma tante appellait Yoyo.’Yo dépèche toi de venir rentrer les courses je n’ai pas le temps de m’éterniser,je dois y retourner’.Yoyo se libéra de mon étreinte et fila rejoindre sa mère et rentrer les sacs tandis que moi je remettais de l’ordre dans ma tenue pour courir et l’aider.Déjà elle était de retour et s’affairait de trier et ranger dans les placards,elle était toujours sans culotte les fesses à l’air et il me tardait qu’elle eut terminer pour pouvoir continuer ce que j’avais entrepris auparavent.elle dut se mettre à quatre pattes pour ranger certaines boites dans le bas du placard et cela me donna envie de me recoller à elle,je resorti ma queue toujours gonflée et me positionner à nouveau derrière elle .’Non,je ne veux plus ’me dit-elle nous allons faire une bétise et nous faire surprendre.Je la maintenais toujours et ma bite essayait de se placer contre sa pastille et je constatais qu’elle était trempe de mouille,sa fente bavait tellement que je crus qu’elle était huilée,elle essayait de me désarsonner tandis que moi je poussais pour me loger dans ses fesses tant et si bien que je dérappais et me retrouver dans le sillon de sa chatte et je butais contre son clito ce qui lui arracha un petit cri,elle lança sa main entre ses jambes et se saisitde ma queue pour se masturber.Je n’en pouvais plus mon sexe me faisait mal je croyais que mon gland allait exploser.Elle se tourna vers et me dit ’Si on allait dans ma chambre,ici on peut se faire prendre à tout moment’,et nous voilà partis pour la chambre où elle s’allongea à même la descente de lit et m’invita à ses côtés,aussitôt allongé je plongeai ma tête entre ses cuisses et me mit en devoir de lui brouter le minou,jamais personne ne lui avait fait cela m’avoua t-elle plus tard dans l’après-midi j’étais le premier garçon à la toucher.Son clitoris était bien saillant et je pouvais le prendre entre mes lèvres et le pomper tout comme une femme sucerait un mec.Sa tête dodelinait de droite à gauche elle n’en pouvait plus et je l’entendis me dire ’ viens sur moi ’et obeïssant je remontais pour me coucher sur son corps là elle me dit ’ non pas comme ça ’ et elle se mit à quatre pattes me présentant ses fesses.Je pointais le bout de ma queue contre sa pastille et poussait en avant pour la pénétrer,mais lubrifiée comme elle l’était je dérapais et le coup de reins que j’avais donner était si puissant que je m’engouffrais en force dans sa chatte tandis qu’elle poussait un cri de douleur et de surprise à la fois,sa virginité avait explosée mon engin était tout au fond de son ventre je me mis alors à la pilonner et elle ne pensant plus à la douleur ni même à la bétise que nous venions de faire se laissa aller de concert avec moi.N’ayant jamais fait cela ni l’un ni l’autre ne savait comment cela allait se terminer,jusqu’à ce que je sentis comme une brulure partir de mes bourses,monter tout le long de ma bite et exploser au fond du ventre de Yo tandis qu’elle même se laissait aller comme une fontaine.Une fois terminé et avoir remis de l’ordre dans nos tenues,il était déjà l’heure du déjeuner nous entendimes ma tante qui arrivait et nous nous sommes empressés de la rejoindre pour nous mettre à table.Le déjeuner se passa gentiment jusqu’à ce que ma tante nous demanda ’ Alors les enfants vous êtes bien calme,que se passe t-il vous vous êtes disputés’ ’Non maman’ répondit Yolande nous refléchissons ce à quoi nous allons nous occuper cet après-midi.Eh bien je vais vous le dire nous avons refait l’amour,et nous l’avons refait toutes les fois ou nous avons été seuls.Aussi cela ne pouvait pas durer ainsi et un jour du mois suivant,le scandale éclata Yoyo était enceinte cela m’arriva aux oreilles par l’intermédiaire d’une autre cousine qui avait surpris une conversation entre sa mère et la mienne.Yolande n’avait pas voulut dire avec qui elle avait fait le bébé voulant me protéger.En rentrant chez moi le soir,je fis comme si de rien n’était et après avoir gouter je filais dans ma chambre pour effectuer mon travail pour le lendemain,quand ma mère vint me retrouver ’J’ai quelque chose à te dire,voilà ce n’est pas facile mais à partir de maintenant tu n’iras plus chez ta tante et ton oncle seul,donc tes jours de repos tu les passeras ici et c’est ta cousine qui viendra chez nous’,’pourquoi ?’’C’est comme cela,elle a besoin d’être surveiller car elle est souffrante ’.Les explications s’arretèrent là pour moi.


Aujourd’hui Yolande a trente ans et moi vingt neuf,elle est ma femme car nous nous sommes mariés au grand dam de nos parents respectifs que nous avions bernés sans qu’ils ne s’en rendent compte.Et à l’heure actuelle nous avons trois beaux enfants,toutes des filles,que nous surveillerons avec un peu plus d’attention au vue de notre expérience.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder