Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 110 fois
  • 10 J'aime
  • 0 Commentaire

Le cul de Martine

Chapitre 1

Lesbienne

Nous roulons depuis plus de 6 heures : je commence à en avoir assez de conduire. Line ma compagne rechigne à me remplacer, occupée qu’elle est à montrer ses jambes écartées aux routiers : elle aime montrer ses fesses et le reste. La voilà au point d’avoir envie de se branler. Ce n’est pas la première fois qu’elle manifeste son goût pour les plaisir solitaires. Sa robe ouverte devant par plusieurs boutons est le cache idéal pour son corps.

Elle ouvre les boutons du bas, laisse paraître sa jolie chatte un peu velue. Sa main droite du genou passe vers l’intérieur. Elle se caresse la jambe lentement pour faire durer son attente. Dès qu’elle touche les lèvres, elle est libérée. Elle ouvre les lèvres avec deux doigts, passe lentement sur le bouton, insiste dans sa caresse jusqu’au moment suprême de l’orgasme. Cette première fois est le début de son après midi. Elle ne se soucie pas de moi qui reste avec mes envies.

Je dois attendre l’arrivée à l’étape même si parfois elle recommence. Elle a l’air de se moquer de moi.

J’ai mes besoins aussi. Je veux moi aussi jouir comme elle. Des fois je prends mon sexe à pleine main sans pour autant me satisfaire. Même au cours des arrêts pause pipi, je ne peux aller me masturber dans les toilettes.

Hier ce n’était encore la même chose. Cette fois j’avais choisi un itinéraire moins contraignant. Cette fois, elle recommençait ses plaisirs. Je ne l’empêchais pas, au contraire puisque ça lui plait. J’aime la voir quand elle a un orgasme sans moi. Je trouve en milieu d’après midi la rareté : un hôtel d’un bon niveau. Elle veut jouir, je vais la faire jouir jusqu’à demain matin ;

A notre arrivée elle est encore à moitié nue. Elle comprend vie la suite quand elle tient sa rober fermée planquée contre son corps nue. Elle se cache à peine en passant la réception. Par contre dès le couloir de la chambre atteint, elle se laisse aller à tout montrer. Pas possible, elle a du être naturiste dans une vie antérieure.

Elle se jette sur le lit, la robe au sol. Je la vois entièrement nue, offerte à mes caresses. Sa chatte est humide, elle me veut. A mon tour de me mettre dans la même tenue. Il me tarde de la serrer nue contre moi, de l’embrasser de la caresser de la faire jouir. Et de jouir moi aussi.

Je ferme à moitié les volets pour faire venir une pénombre favorable à nos étreintes. Ses seins se soulèvent pendant sa respiration. Les pointes m’attirent.

Je suis enfin vers elle, mes lèvres sur les siennes, comme pour notre première fois. C’était si bon pour elle d’abord, pour moi ensuite. Ma main caresse ses seins, je fais ressortir ses tétons, mes lèvres les sucent longtemps pour la faire ressortir. Ma langue les lèche comme pour les téter.

Mon autre main passe sur son ventre doux. Le nombril n’a plus de secret pour moi. Puis je vais plus bas, sur sa courte fourrure. Je la peigne un peu avant de commencer une reptation vers ses secrets, ceux qu’elle aime se caresser. J’en sens l’humidité juste avant d’aboutir sur son bouton durci pas le désir. Un seul doit me suffit pour le moment. Je le fait coulisser. Elle se tend vers la main. Ma masturbation n’est pas parfaite comme le sienne, il n’empêche qu’elle arrive à prendre son plaisir. Pour monter son plaisir ses dents me mordillent la langue.

Elle en veut d’avantage. Je passe entre ses cuisses, mes jambes la bloquent : elle ne peut plus s’échapper. Je pose mes seins contre les siens. Il me semble qu’ils s’écrasent. C’est agréable, je ne voudrais pas que cet instant de retrouvailles cesse. Elle enfonce sa langue dans ma bouche, elle me veut. Sa salive m’excite. Elle l’aura voulu, je me tourne sur elle, ma tête va sur son ventre. Je vois tout son sexe, sa chatte, sa moule. Elle me plait au possible. Je l’aime comme une folle. Mon souffle fait bouger les quelques poils rebelles de sa chatte. Son odeur chatouille mes narines. C’est agréable cette odeur de cyprine d’une femme pleine de désirs : elle n’a heureusement pas prit le temps de se laver les fesses avant : tant mieux.

Ma tête descend vers sa chatte. Mes yeux se ferment juste avant que ma languie soit sur son intimité. Juste avant de lui faire du bien je passe mes mains sous ses fesses pour lui faire relever un peu les cuisses. Cette fois elle est entièrement à moi. Je deviens vite soûle de sa cyprine. Elle est bonne, relevée juste ce qu’il me faut. Je prends son clitoris entre mes lèvres, je l’aspire le plus possible. Je la fais gémir tout le temps. Elle me plait, je vais la dévorer comme si j’étais un cannibale. Je la bouffe comme elle aime. Elle se laisse totalement aller quand elle ;e jouit sans honte de mes œuvres.

J’en veux moi aussi, je me tourne complètement sur elle. Un jour elle m’a dit qu’elle aimait faire les 69. Je ne l’en ne prive pas. J’aime cette position aussi.

Mes cuisses écartées prennent possession d’elle. Je sens ses cheveux défaits sur mes cuisses, sur mon bas ventre. Je suis toute à elle. Enfin elle aussi me broute la chatte. C’est bien mieux que la première fois. Elle y a prit goût, comme moi à mes débuts. Mon ventre se contracte sous sa caresse particulière. Ses mains sont sur mes fesses. Elle peut en faire ce qu’elle veut ; c’est toujours le bien venu. Surtout qu’elle a pris des initiatives que j’adore. Elle aime me doigter profondément : j’aime ça. Je pense qu’elle y met jusqu’à trois doigts. C’est beaucoup pour moi qui n’aime plus les bites ;

J’ai eu le bonheur une fois de lui dire qu’ j’aimais, avant, me faire toucher l’anus. Elle me touche souvent, le caresse autour, dessus et depuis peu dedans. J’adore qu’elle entre un ou deux doigts dans mon intimité de derrière.

Elle en profite, la coquine pour me le faire souvent. Je le lui rends aussi. Nous nous caressons les culs ensemble. Il nous arrive presque toujours d’en jouir. Je ne demande pas mieux qu’elle se risque à des inventions plus obscènes Je suis même prête à la laisser aller avec une autre en ma présence pour apprendre de nouvelles façons de baiser et de jouir. Elle en est capable rien que pour notre amour. J’adore Martine et son cul. J’en profite toute la nuit au point que nous avons peine à nous lever pour repartir. Je suis sure qu’elle se branlera encore dans la voiture qui commence à sentir la cyprine à force d’y être exposée.

Diffuse en direct !
Regarder son live