Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 15 523 fois
  • 42 J'aime
  • 5 Commentaires

Du cul pour le père noël

Chapitre 1

Trash

Christine se retrouve seule le soir de noël, plus que la solitude, ce sont ses désirs sexuels qui lui taraudent l’esprit.


Bonsoir, je m’appelle Christine, le soir du 24 décembre je me sens seule. En effet ce soir là, mon mari est partie fêter noël avec ma belle famille que je n’apprécie pas du tout. Tandis que la nuit est déjà tombée depuis trois bonnes heures, je me décide à remédier à cette solitude. Bien que je sais au fond de moi, que ce n’est pas vraiment de la solitude, c’est plus particulièrement une puissante envie de sexe : de queues, de minous, peu importes, du temps que ça peut m’exciter.

Je mis un certains temps à décidé comment je m’habillerais, finalement, au risque d’avoir froid, je ne mis que mon long manteau noir ainsi que des mi-bas, laissant dessous mon parfait corps nue et libre de tout tissu.

C’est ainsi que bravant le froid, je sortie juste vêtu de ce qui cachait mes tétons pointant comme jamais, sous l’atmosphère glaciale de l’hiver. Ma première idée était de me rendre dans un sex-shop, là bas pensais-je, je pourrais certainement trouver un pervers pour me prendre, me satisfaire et me réchauffer. Enfin tout du moins j’espérais en trouver un.

Ce n’est qu’en me déplaçant dans les sombres rue de la ville, et en voyant la misère qui m’entourait, que j’eus une idée.

Mon idée ? Elle alliait bonne action et idée pervers. C’était d’aider un de ces clochards, qui même dans ce froid hivernales arrivait à mendier courageusement quelques pièces que personne ne donnerait puisque personne ne passerait.

Ainsi ce soir, un de ces sans abris eut beaucoup de chance. En effet, celui que je pris pour cible semblait être satisfait, lorsque je lui dis :

-Bonsoir, désolé, je n’ai pas la moindre pièce sur moi, mais si vous le désire, je peux vous offrir une pipe revigorante.

Au début, il devait penser que c’était une blague pour me moquer de lui, peut-être avais-je été un peu directe avec mes envies sexuels, mais insistant lourdement tant j’étais en manque, il finit par me croire et commença a enlever sa ceinture et moi je l’admirais faire : Il n’était pas si moche que ça, un petit ventre légèrement bedonnant, une barbe qui ne le rendait que plus virile. Son vrai défaut était son hygiène : son haleine sentait le vin a 75 centime à un bon mètre.

Malgré cette odeur, une fois sa queue sortie, je ne pu me retenir de me mettre à genoux pour admirer et tenir ce sexe encore mou. Le branlant seulement quelque seconde, je fini par céder et par le gober en aspirant fort.

Là ce fut l’extase, savoir que je trompais mon mari, avec cette bite encore froide qui doucement enflée dans ma bouche m’excitait au plus profond de mon ventre. Je me mis a faire glisser mes lèvres humidement sur cette queue devenue dur. Et pompant encore une fois dessus, une chaude goutte de sperme sortie de son gland pour s’offrir à ma langue pervers, je l’avala sans aucune honte.

Ce gout si subtil de la semence masculine me rendit folle, c’était pour moi le vrai nectar des dieux, et sans plus aucune pudeur, je le suçais encore plus fort, encore plus vite, comme une belle pute qui voulait vite en finir avec son client. Cette situation m’excitait, mais peut-être pas autant que ce sans-abris, qui se raidissait de plus en plus dans sa bouche.

Arrêtant mes vas et vient pour le regarder droit dans les yeux, j’aspirais juste, le plus fort possible, c’est à ce moment là qu’il n’en peut plus, et que dans de puissantes convulsions de sa queue, il libéra de brulant et épais jets de sperme dans ma bouche. Je gardais celui-ci bien dans ma bouche, ne me pressant pas pour l’avaler, je l’agitais de ma langue autour de son gland, continuant a l’aspirer jusqu’à la dernière goutte. J’aime tellement laisser glisser ce fluide chaud partout dans ma bouche pour en humer toute les saveurs, je me sens tellement perverse avec ce jus d’homme chaud dans ma bouche. Malgré tout, je fini par l’avaler, dans un gémissement de plaisir que je ne pus retenir.

Libérant la queue bandant maintenant moue du clochard, je le regardai, et j’espérais en réalité qu’il me prenne, qu’il voit a quel point j’avais mouillé en le suçant, mais au lieu de ça, il préféra se rouler dans ses duvets et s’endormir. Plus jamais je ne me laisserais prendre, je ne ferais plus plaisir a des clochards indignes.

Voulant toujours assouvir ce besoin de queue en moi, je repartie en direction du sex-shop, il fallait vraiment que je trouve un vrai mec à me faire cette fois, sinon je serais vraiment devenue une folle du cul.

Heureusement, toujours parcourant le chemin, je trouva un père noël, qui semblait rentrer du travail dans sa tenue habituelle. Moi impudique, je l’accostais, et commença par lui parler gentiment :

-Bonsoir père Noël, vous allez distribuer vos cadeaux ?

Sympathique il me répondu d’un sourire que oui. Il avait beau avoir un costume et une barbe qui le rendait gros et vieux, je pouvais malgré tout devinait sa jeunesse, et son corps musclé, excité par l’idée de baiser avec un jeune et beau mâle comme celui là, je n’hésita pas une seule seconde :

Je me retournai soudainement et souleva ma veste pour lui montrer mes fesses, puis je lui dis d’une voix de téléphone rose :

-Oh père Noël offrez moi un cadeau à moi aussi.

Tournant ma tête vers lui, je le voyais admirer mon cul avec envi, et contrairement au clochard, son pantalon rouge laissé déjà apparaitre une bite bien dur et gonflée. Voyant que j’en mourrais d’envie, il fut lui-même dans l’incapacité de ne pas me traiter comme une pute.

Il sortie sa queue qui était énorme de son pantalon, et se branla un peu comme pour me faire une exhibition, voyant qu’il aimait montrer sa queue je rajoutai:

-Oh oui elle est belle ta bite, mets la moi père Noël !

Alors je le sentis sur de lui écarté grand mes fesses, et sans même avoir le temps de comprendre ce qui se passait, son énorme bite était au fond de mon fion. C’était alors une puissante douleur qui me parcourait, heureusement que ma mouille avait coulée jusqu’à mon anus pour le lubrifier un peu sinon je n’imagine même pas a quel point j’aurais souffert. Ainsi bien au fond de mon cul il resta sans ne plus bouger, contractant sa queue pour me faire sentir a quel point il était large et dur. Je le sentais bien au fond de mon fondement, et la douleur fut encore plus vive quand il se mit a me pilonner comme une pute. Sa queue aller et venait dans mon trou du cul bouillant, et je sentais que mon anneau le branlait de façon bien étroite. Malgré la douleur j’adorais ça, plus que perverse, je me sentais salope, je me sentais pute, je me faisais enculer dans la rue, par un type déguisé en père Noël, je me faisais défoncer le cul par un autre type que mon mari et il faisait ça si bien. Après un moment de cette longue sodomie, sa queue glissait dans mon anus dans de puissant vas et vient, c’est sur il savait ouvrir mon fion comme un expert, et la douleur se transformant en plaisir, c’est moi-même qui me mis à onduler du bassin. C’est moi qui m’enculais moi-même sur sa bite bien dur.

Il était beau et endurant, et mon trou du cul maintenant tout ouvert l’accueillait comme celui d’une femme aimante, pourtant moi j’étais qu’une grosse salope adorant les queues dans le fion, surtout préférant celle des inconnus à celle de mon mari.

-Oh oui elle est bon ton cadeau, tu me fais jouir du trou du cul père Noël…

Je lui dis alors qu’enfin il satisfaisait mes envies me faisant jouir du cul dans un orgasme qui dura presque une minute. Surement que ressentant les puissantes contractions de mon œillet, il se mit lui aussi à jouir, me remplissant le fion de 7 beau et brulant jets de foutre.

Ça débordait de mon cul, je me sentais rempli comme une pute, mais je voulais lui en donner plus, me retirant moi-même je vins vite mettre deux doigts dans mon cul, pour récupérer son sperme encore tout chaud tout droit sortie de mon cul, et le porter à ma bouche pour l’avaler, le sucer, l’apprécier à sa juste valeur de sperme de père Noël fougueux.

A priori il adorait ma démonstration de salope, mais encore une fois je n’avais pas tout a fait fini de m’excité. En effet, il fallait que je le nettoie, ainsi je me mis a genoux, et le suça un bon coup pour bien boire les grosse goutes de sperme qui sortent encore du gland après une bonne jouissance.

Repu, je le saluai par un chaud baiser mêlant lèvres et langue, et lui dit d’un air de putain :

-Merci Père Noël, j’espère vous revoir l’année prochaine.

Puis je rentrais chez moi, le gosier et le cul rempli de sperme, me sentant salope comme jamais, et j’espérais au fond de moi que mon mari en rentrant m’encule encore et qu’il sente que j’étais pleine de foutre comme une bonne pute.

Diffuse en direct !
Regarder son live