Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 657 fois
  • 99 J'aime
  • 7 Commentaires

La culotte de bain

Chapitre 2

Travesti / Trans

On continuera cette conversation plus tard.


Il sort avec les verres. Je patiente une minute en tendant l’oreille pour savoir s’il en parle à ma fille. Je n’entends rien de particulier. Je décide donc de sortir avec les assiettes. Il n’est pas avec Charlotte, il a dû avoir très peur.


Il est au courant pour le boulot et ton départ ?

Oui, je lui ai dit tout à l’heure.

Et travailler avec moi ne le dérange pas.

Non, il avait l’air plutôt content de la proposition.

OK j’en parlerais avec lui demain. Tu pars à quelle heure ?

Je dois prendre le train à 8h à la gare. Tu m’y emmèneras ?

Oui comme cela, il pourra dormir, au fait, il est passé où ?

On s’est aperçu que la température baissait et il est parti chercher des sweats.


Je finis d’installer la table et retourne dans la cuisine chercher le repas et ce qu’il manque sur la table. Quand je reviens, il est attablé à côté de ma fille avec un sweat et ma fille un pull. Je m’assois et nous commençons le repas. Charlotte lui demande d’aller chercher le sel. Il se lève et à ma grande surprise, il n’a pas mis de short ou de jogging comme je l’imaginais après le moment particulier de la cuisine.


Je regarde ses longues jambes se dandiner sous une de ce qui ressemble à une robe très courte blanche. Quand il revient, je le regarde dans les yeux tout le temps de son déplacement sur la terrasse. Il essaye de soutenir mon regard, mais n’y arrive pas. Il baisse les yeux et rejoint sa place.

Nous finissons le repas et Charlotte se lève pour débarrasser.


Vous avez à parler boulot, je crois, je m’occupe de la table.

OK ma belle.

Alors Brian, tu es prêt à bosser avec moi.

Oui Monsieur, mais...


Il se penche sur la table et parle doucement pour ne pas être entendu.


Après ce qu’il s’est passé dans la cuisine, je ne suis plus si sûr de moi.

Il ne s’est rien passé de mal, il n’y a pas eu de violence ou de harcèlement, je t’ai juste dit ce que je ressentais.

Oui en effet, mais cela m’a perturbé.


Ma fille revient prendre le reste des affaires sur la table


Alors vous vous êtes mis d’accord.

Oui je lui propose de m’assister dans toute la partie administrative de la société. Je n’ai jamais le temps d’archiver et de classer mes documents. En plus comme il est fort en français, il pourra taper les devis et faire les courriers. Il me servira...


Je laisse un blanc pour préparer mon effet.


De secrétaire. Il pourra travailler au bureau ou à la maison.

C’est super Brian comme boulot, tu as dit oui, j’espère.

Oui ma chérie, j’ai accepté la proposition de ton père.

Super, mettez-vous d’accord sur le salaire maintenant.


Elle est repartie vers la cuisine.


Nous sommes donc d’accord, tu seras ma secrétaire.

Euh oui, je vais travailler avec vous comme assisTANT.

Non comme assisTANTE ou secrétaire comme tu préfères.

Vous exagérez avec toutes ces allusions Monsieur.

C’est moi qui exagère alors que c’est toi qui te balades avec un maillot de bain de fille.

C’est Charlotte parce que je n’avais pas les miens.

Je sais cela, mais c’est toi aussi qui as mis un sweat sans short ou sans pantalon après notre petite conversation de la cuisine. Tu voulais encore m’exciter ?

Non Monsieur, je n’y ai simplement pas pensé.

Menteuse, t’aimes ça porter une culotte.


En disant cela, je commence à lui faire du pied sous la table. Il le recule, mais j’ai la jambe suffisamment longue pour continuer. Il recule sa chaise. Ma fille revient pour s’assoir avec nous.


Rapproche ta chaise, ou elle va voir mon pied sur toi et je serais obligé de lui dire.

Lui dire quoi ?

Que tu m’excites ma salope.


Il rapproche sa chaise au maximum de la table. Je n’en attendais pas tant, mais tant mieux. Nous reprenons le cours de notre conversation à 3 sur le stage de Charlotte et sur le travail qu’il devra faire avec moi. Mon pied peut remonter aisément le long de ses cuisses que je caresse sur l’extérieur. Il a serré ses genoux. J’immisce un pied entre ses deux genoux et avec le second, je lui écarte les cuisses.


Je peux maintenant caresser l’intérieur de ses cuisses. Il continue d’écouter ma fille. Son regard croise le mien très souvent, mais il baisse très vite les yeux. Mon pied droit atteint son maillot de bain. Je pose ma plante de pieds sur son entrejambe. Il bande !


Je ne pensais pas qu’il réagirait comme ça. Je bande à mon tour. Je décide de continuer ce petit jeu et je caresse sa petite bosse. J’essaye de croiser son regard. Il ne parle plus. Il a la bouche entrouverte. Il prend son pied on dirait.


Je n’ai pas le temps d’aller plus loin dans mes réflexions que je sens une humidité sous ma plante de pied. Il a joui dans sa culotte !!! il se lève et prétexte une envie pressante pour quitter la table. Il croise mon regard en partant. Je lui souris, il baisse la tête en rougissant. J’ai une énorme érection dans mon boxer. Je dois penser à autre chose.


Tu reviendras pendant ton mois d’absence ?

Je ne pense pas, je ferais beaucoup de déplacement aux USA et en Australie. Je vais vous laisser tous les deux. Vous pourrez apprendre à mieux vous connaître et peut-être vous apprécier mutuellement.

C’est possible, je ferais tout pour en tout cas.

Allez, au lit ma belle, tu te lèves tôt demain matin.


J’avais tellement envie de me branler que j’ai abrégé notre discussion. Dès qu’elle est partie, j’ai fini de ranger la terrasse pour pouvoir me précipiter aux toilettes. Je rentre dans les toilettes, je baisse mon boxer. J’ai une érection énorme. Cela doit faire 10 ans que je n’ai pas bandé comme cela.


Je caresse ma bite en fermant les yeux pour avoir l’image de son cul devant mes yeux. Au bout de 3 va-et-vient, je jouis dans un râle non contrôlé. Je reprends mes esprits et sors. Il est derrière la porte. On se croise sans un mot. Je pars vers ma chambre.

Je m’installe dans mon lit, mais je n’arrive pas à dormir. L’excitation des dernières heures est tombée et je ne me sens pas bien. Je repense à ce qu’il s’est passé et donc :


J’ai touché le ventre d’un mec. J’ai caressé la bite d’un mec. J’ai fait jouir le copain de ma fille. J’ai été excité par un mec.

Mon abstinence m’a fait virer ma cuti. Je suis devenu gay à force de ne pas avoir de femme. Mais j’ai aimé ce jeu que j’ai commencé. Où va-t-on ? Est-ce que je continue demain ? Je finis par plonger dans le sommeil.


Papa, debout, je vais être en retard pour mon train.


Réveil en sursaut, j’ai oublié de mettre mon réveil. Charlotte est prête et me secoue pour me réveiller.


Je m’habille et te rejoins à la voiture.


Je me lève avec la même érection qu’hier soir. Je prends une douche la plus froide possible pour débander. Je passe un jogging et la rejoins devant la voiture. On monte et je démarre.


Brian ne t’accompagne pas à la gare.

Non, je l’ai laissé dormir et on se fait la gueule depuis hier soir.

Pourquoi ?

Il n’a pas eu envie de me faire l’amour alors que je pars pour 1 mois.

Il était peut-être triste, c’est tout.

Non, il avait l’air perturbé.


J’évite tout nouveau commentaire et le reste du trajet se fait en silence avec la musique à la radio. Nous arrivons devant la gare, elle m’embrasse et sort de la voiture.


Tu prends quand même soin de lui.

Oui, ne t’inquiète pas, et profite de ton stage, c’est une super opportunité.

On se téléphone.

OK.


Je la regarde s’éloigner vers la gare avec surprise.


Tu as oublié ta valise.

Non, je l’ai laissée, les affaires qui sont dedans ne sont pas nécessaires pour mon stage.

Tu fais ton stage chez des naturistes !!!

Ne soit pas bête papa, il n’y a que des affaires pour le week-end ou pour sortir en boîte.

D’accord.

Bon voyage et bon stage ma belle.

Bisous papa.


Ça y est, elle est partie. Moi je me retrouve avec une personne chez moi avec laquelle je ne sais pas comment je dois me comporter. Je reste de longues minutes à attendre sur le parking de la gare.


Que dois-je faire ? doit-on parler de ce qui s’est passé hier ? Est-ce que j’ai envie d’aller plus loin ? De quoi j’ai envie ? Je le revois sur la pointe des pieds dans la cuisine et je sens mon sexe durcir.


Tant pis, j’ai envie de sexe et de jouer. Je continue. Je verrais bien ce qu’il va se passer. Je dois le garder sous pression. Je prends mon téléphone et lui envoie un SMS.


Bonjour, ma belle, je suis là dans 1 heure, j’espère que tu seras encore là.


Avec ce message, je serais vite fixé. Soit il est parti comme je l’imagine, soit il est encore là et je sens que je bande plus fort.

Diffuse en direct !
Regarder son live