Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 554 fois
  • 98 J'aime
  • 7 Commentaires

La culotte de bain

Chapitre 4

Travesti / Trans

— On mange à 13h, comme ça, tu as le temps de te faire belle. Charlotte a laissé ses affaires si tu en as besoin.


Maintenant, il faut que je récupère. Je n’ai pas joui aussi fort depuis mon adolescence.


Quel pied j’ai pris ! Je suis fou. Avec tout cela, on n’a toujours pas fait ce pour quoi je lui avais donné rendez-vous. On devait parler, c’est partie remise.


Je dois reprendre mes esprits. L’analyse de la situation me fait sourire. En quelques heures, je viens de faire u jour un jeune homme, qui est le copain de ma fille et que je traite comme une fille.


Je viens de jouir en me frottant à son cul et il ou elle, je ne sais plus, m’excite de plus en plus. Est-ce que je suis en manque de sexe pour réagir comme cela, ou est-ce j’ai des penchants enfouis depuis toujours. Peut-être le printemps, la chaleur, l’environnement, l’envie de soumettre parce que je le trouve trop mou pour ma fille.


Peu importe ce qui me fait faire ça, ce que je sais, c’est que j’adore cela et que je ne veux pas que cela s’arrête. Je me sens revivre. Je me prélasse dans la piscine avant d’aller dans la cuisine pour préparer le repas de ce midi. Je prépare une salade Caesar tranquillement devant mon plan de travail.


Cela fait 2 heures qu’il est reparti vers sa chambre. Je vérifie quelquefois si sa voiture est toujours là. Elle ne bouge pas.

Je mets la table sur la terrasse en installant les deux assiettes côte à côte. Je me sers un verre de rosé et je me pose dans un fauteuil pour avoir une vue directe sur la baie vitrée. Je veux le, la voir sortir vers moi.


Je regarde les photos et les informations que j’ai trouvées ce matin sur mon portable concernant les femboys et les travestis, je bande encore.

Je me demande ce qu’il se passe dans sa tête. Je pense que cette relation étrange doit lui plaire sinon il se serait enfui depuis longtemps. Mais il est prêt à aller jusqu’où ? Il a envie de quoi ? Vu la vitesse à laquelle il bande et il jouit, j’espère que je pourrais l’emmener dans mes délires.


D’ailleurs c’est quoi mes envies à date, je veux de quoi et je veux aller jusqu’où ? Ça, c’est une très bonne question. Je suis encore en train de me la poser quand il apparaît sur la terrasse.


— Ouahh, pas mal.

— Merci Monsieur.


Il regarde encore ses pieds. Il porte un débardeur rouge à fine bretelle et un minishort en jean taille haute et très moulant.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Montre-moi ton côté pile.


Il m’obéit toujours aussi facilement.

Le short remonte largement entre ses deux jolis lobes blancs, je vois très bien la naissance de ces fesses. A ses pieds, il a mis des tongs roses.


— Assieds-toi, tu veux boire quelque chose.

— Oui, merci j’en ai bien besoin.

— Désolé pour le rendez-vous de ce matin, nous n’avons pas pu avoir notre discussion.

— Ce n’est pas grave.

— Tu bois quoi ?

— Comme vous.

— Détends-toi, je reviens.


Je rentre dans la maison pour prendre un verre et la bouteille que j’ai laissée au frigo. En passant dans l’entrée, je remarque une paire de sandales à talon compensé de Charlotte. J’eus tout de suite une érection violente en imaginant Brian avec.


Je prends les chaussures, le verre et ma bouteille et je retourne sur la terrasse. En m’approchant dans son dos, je vois qu’il s’est détendu, car il est appuyé sur le dossier de son fauteuil. Je remarque également que ses jambes sont joliment croisées très haut.


— Tiens, j’ai trouvé cela dans l’entrée, essaye-les pendant que je te serre un verre.


Il les prend, retire ses tongs et enfile les chaussures qui lui vont un peu serrées. Il referme la lanière sur la cheville et recroise ses jambes.


— Marche un peu avec.


Il se lève, essaye de trouver son équilibre et ne fait que quelques pas sur la terrasse. Il se cambre et ça fait ressortir son cul. Ses jambes s’allongent et sa démarche est plus sexy. J’adore.


— Reviens t’assoir, nous devons parler.


Il se réinstalle en face de moi et croise ses jambes. Je lui donne son verre et lui présente le mien pour trinquer.


— A nous et à la suite...


Enfin, il me regarde et me sourit. Je me penche en avant vers lui.


— Que penses-tu de ce qui se passe depuis hier ?

— Je ne sais pas vraiment. C’est étrange.

— Pour moi aussi, si ça peut te rassurer.

— Pourquoi m’avez-vous dit et fait tout ça ?

— Je ne sais pas, quand je t’ai vue hier avec le maillot de bain de Charlotte, j’ai trouvé que tu ressemblais à une fille et j’ai eu une envie de sexe.

— Vous êtes homo, Monsieur.

— Non pas du tout, et toi tu es gay.

— A non, pas du tout... en tout cas, je ne pense pas.


Il y a un blanc dans la conversation. Je reprends mon verre et bois une gorgée en l’observant. Il se pose beaucoup de questions. Je me penche à nouveau vers lui.


— Tu as aimé ce qui s’est passé entre nous ?

— Je ne sais pas quoi vous répondre.


Je mets ma main sur son genou. Il frissonne et soupire.


— Vu comme tu as joui, je suis sûr que tu as aimé ça. Ose dire le contraire.


Je remonte sur sa cuisse.


— Oui Monsieur, j’ai aimé ce que vous m’avez fait. Mais j’en ai honte.

— Il ne faut pas avoir honte de prendre du plaisir. Tu veux continuer ?


Ma main est proche de son short.


— Je sens que tu as retiré les poils disgracieux.

— Oui j’ai fait comme vous m’avez dit.

— J’ai envie de voir, retire ton short.


Il se lève et se contorsionne pour retirer le short très moulant. Il poste dessous un joli tanga en dentelle blanche. Sa petite bite commence déjà à grossir. Je vois à travers la dentelle le ticket de métro roux qui se dessine à travers les "jours" de la dentelle. C’est super excitant. Il repose ses fesses sur le fauteuil et je repose ma main sur sa cuisse.


— J’ai envie d’aller plus loin dans cette relation....... et toi ?

— Monsieur, j’ai peur.

— Peur de moi.

— Non, peur de ce qui pourrait arriver.

— Il n’arrivera rien que tu n’aies envie ma jolie.


Ma main s’insinue entre ses cuisses. D’un mouvement de doigt, je lui indique de décroiser les jambes.


— Ecarte tes cuisses.


Je lui caresse l’intérieur des cuisses en passant de l’une à l’autre et en remontant du genou jusqu’à l’aine. Il gémit et sa respiration s’accélère.


— Tu aimes porter des vêtements de femme.

— Oui.

— Tu aimes que je te parle comme si tu étais une fille.

— Oui.

— Tu veux devenir ma femelle.

— Euhh... oui Monsieur.

— Parfait.


Je me lève et mets mon bassin au niveau de son visage. Je relève son menton pour le regarder dans les yeux. Quand il me fixe, je baisse mon short et ma bite en jaillit devant son nez. Il a un mouvement de recul. J’attrape sa nuque et rapproche sa tête de mon sexe.

Il a compris. Il ouvre la bouche et l’avale.


— Hummm parfait, suce-moi bien.


Il commence des va-et-vient qui me font beaucoup d’effet. Il se débrouille bien la salope. Il fait des bruits de contentement et passe une de ses mains dans sa culotte pour se caresser. Je ne vais pas tenir longtemps, surtout que je n’ai pas reçu de pipe depuis au moins 2 ans.


Que c’est bon, mon bassin va au-devant de sa bouche. C’est impossible de me retenir, je veux que ça dure encore. Dans un râle, j’explose dans sa bouche. Il est surpris et lâche ma bite. Il prend des jets sur le visage, les cheveux et la bouche. Il bascule en arrière sur le dossier de son fauteuil.

Je me penche et mets ma main sur sa culotte plaquée sur sa bite. Il jouit aussitôt dans un cri.


Je retourne m’assoir en face lui et prends mon verre. J’ai en face de moi un mec qui n’est plus vraiment un. Il est avachi, les cuisses écartées avec une culotte en dentelle, des talons compensés et du sperme sur le visage et dans les cheveux. Il a un sourire de contentement, exactement comme doit être le mien.


Il se redresse, prend son verre et me sourit.


— Tu as été parfaite.

— Merci, j’ai adoré.


Va te laver et te changer, on mange dans 30 minutes. Il se lève ramasse son short et part vers la maison. Je peux admirer son cul orné de la dentelle du tanga.

Diffuse en direct !
Regarder son live