Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 335 fois
  • 86 J'aime
  • 6 Commentaires

La culotte de bain

Chapitre 10

Travesti / Trans

Je la prends dans mes bras et je l’amène dans mon lit. Je la couvre avec la couette. Je me couche. Elle se blottit contre moi et nous nous endormons.

Je la rêve en soubrette sexy avec mes potes vendredi soir. Vivement que je lise sa liste de fantasmes. Je bande à nouveau et je colle ma bite à son cul.


Ma nuit a été très agitée et trop courte. Je me réveille en vrac. Je sens son corps chaud à côté de moi et je l’attrape avec mon bras pour la coller à moi. Elle gémit, mais plus de mécontentement. Tant pis, je la laisse, elle m’a donné beaucoup de plaisir hier soir.


Sur mon portable, j’ai trois SMS. Un de chacun de mes potes dans l’ordre :


Christian: " quelle soirée ! tu as une chance de cocu mon salaud. En la voyant au magasin ce week-end, je ne pensais pas qu’elle était chaude. Vivement vendredi "


Hervé: "vivement le poker, tu nous autoriseras à toucher la marchandise ?"


Pascal: "tu as tiré le gros lot, je t’envie. Je bande déjà en pensant à notre prochaine soirée".


Ils font dans la subtilité ces mecs. Mais avec l’allumage que Brianna leur a fait, je n’en attendais pas moins d’eux.


Je me lève, prends une douche et vais me faire couler mon café. Sur la table de la cuisine, il y a une enveloppe :


— FANTASMES et JEUX SEXUELS.


Sur l’enveloppe, il y a un post-it qui me demande de l’ouvrir quand je serais au boulot à 11h.

Je mets l’enveloppe dans ma poche, je finis de me préparer et je quitte la maison en laissant ma belle endormie.


Je me plonge dans mes dossiers de construction, je fais un point RH, et je reçois deux fournisseurs quand mon téléphone sonne.


— Bonjour toi, bien dormi ?

— Oui merci ma belle, et toi ?

— Parfaitement bien, il est 11h, tu es dispo ?

— Oui, ma prochaine réunion commence dans une heure.

— Très bien, on se connecte en visio et tu ouvres l’enveloppe.


Ah oui l’enveloppe, je l’avais oubliée, étant plongé dans mon taf. Je reçois une demande de connexion sur mon PC. J’appuie sur l’icône et je reconnais la chambre de Charlotte que j’ai donnée à Brianna. L’éclairage est super, on voit bien toute la pièce. Au centre de l’image, il y a une chaise en bois de ma salle à manger.


— Tu es prêt mon chéri, ferme la porte de ton bureau, je ne voudrais pas que tu sois dérangé.

— OK.


Je me lève et ferme ma porte. Je me repositionne devant l’écran de mon PC.


— Je suis prêt.


Elle apparaît dans le champ de la caméra. Mon pantalon de costume va exploser.

Elle porte une longue robe de chambre complètement transparente noire avec de la dentelle au manche. Dessous je peux voir une serre taille en velours rouge et des jarretelles qui retiennent des bas noirs. A ses pieds, une paire d’escarpins du même rouge.


Elle ne porte rien d’autre, je vois très bien son clito encagé et ses tétons. Elle s’est aussi maquillée subtilement les yeux, mais pas les lèvres qui sont rouge écarlate.


Brianna s’approche de la caméra, me fait un coucou et m’envoie un bisou avec sa main. Elle se retourne pour aller vers la chaise. Je peux voir à ce moment-là que c’est un corset parce qu’il y a un laçage dans le dos et que les bas sont à couture.


— Alors tu es prêt à ouvrir l’enveloppe.

— Mais tu me fais quoi là, tu veux que je rentre pour te prendre.

— Non, je veux t’exciter pendant que tu lis le contenu de l’enveloppe.


En la voyant comme cela, je me demande lequel joue le plus avec l’autre.


— Je te confirme que cela fonctionne. Bon, j’ouvre l’enveloppe.

— Attends, j’installe un accessoire.


Je ne la vois plus quelques secondes et elle revient avec un gode ventouse noir.


— C’est un cadeau que je me suis fait pour quand tu seras absent ou trop vieux.

— Salope !

— Oui et tu aimes ça ! 20 par 4. Je l’installe.


Elle me tourne le dos, enlève sa robe de chambre et se penche en avant. Elle positionne le gode sur la chaise. Je peux admirer sa magnifique croupe. Elle se met à genoux, de profil devant la chaise. Et je fais un grand sourire.


— Tu peux ouvrir et lire.


J’ouvre l’enveloppe et déplie une feuille A4. Je la mets devant moi et commence à la lire.


— Comme convenu avec mon Homme, celui qui m’a fait découvrir qui j’étais et ce que j’aimais être, voici la liste des FANTASMES et JEUX SEXUELS que je veux faire avec lui.


Je relève la tête ; très content de ce qu’elle a écrit sur moi et je la vois sucer le gode avec application. Sans lâcher cette bite, elle me demande de continuer.


— Cette liste n’est pas exhaustive et pourra être complétée en fonction de nouvelles découvertes ou d’envie de mon amant.

— De même, il n’y a pas d’ordre à respecter et certaines propositions pourront se faire dans le même timing.


Je relève la tête vers l’écran et je vois qu’elle a arrêté de tailler une pipe à cette bite en plastique.


— Attends quelques instants pour lire la liste s’il te plaît.

— OK.


Elle se relève et enjambe la chaise. Elle place le gland du jouet à l’entrée de son trou et s’enfonce dessus. La vision est délirante. Ma bite me fait mal.


— Hummm, mais ce n’est pas aussi bon que la tienne. Tu peux continuer.

— Pluralité masculine.


Elle se relève et s’enfonce sur le gode.


— Ouiiiiiiii.

— Exhibition.


Même mouvement


— Ouiiiiii.

— Clubs libertins.

— Ouiiiiiiiiiii.

— Glory hole.

— Ouiiiiiii.

— BBC.

— Ouiiiiiiiiiii.

— partouze.

— Ouiiiiiiiii.

— Gang bang.

— Ouiiiiiiii.

—Tatouage.

— Ouiiiiiiiiiii.

— Piercing.

— Ouiiiiiiii.

— Liens.

— Ouiiiiiiiiii.

— Soumission.

— Ouiiiiiiiii.


A chaque mot, elle se relève et s’enfonce sur la bite en silicone.


Elle continue ses mouvements sur son gode. Sa liste est finie et ouvre beaucoup de perspectives.


J’ouvre mon pantalon pour sortir ma bite, je fais deux va-et-vient avec ma main et je jouis. Je l’entends crier au même moment et un filet de sperme coule de son clito encagé. Elle reste enfoncée sur le gode.


On reprend nos esprits.


— Ma liste vous a plu, monsieur.

— Oui, elle m’a beaucoup plu, comme ton petit numéro.

— Vous pourrez ajouter tout ce que vous voudrez, monsieur.

— Je vais y penser. J’ai très envie de rentrer te baiser ma salope, après ton petit numéro.

— J’ai très envie de vous aussi.

— Je rentre vers 17h, attends-moi, assise sur le gode.

— Oui monsieur.


Je coupe l’écran, car je dois bosser. Je range la liste dans ma poche pour organiser nos jeux des prochains jours.

J’ai beaucoup de mal à me concentrer tout l’après-midi en repensant à son petit numéro. J’ai la bite en érection presque tout le temps.


A 17 h précise, je gare ma voiture dans la cour et je rentre chez moi. Elle est au même endroit et dans la même tenue que lors de notre visio.


— Bonsoir monsieur, vous avez passé une bonne journée ?

— Oui excellente et toi.

— Oui, pas trop mal, mais votre bite m’a manqué.


Je jette mes fringues sur le canapé et m’approche d’elle avec la bite bien droite.


— Suce salope.

— Oui monsieur.


Elle aspire ma bite et commence des va-et-vient sur mon morceau de chair. Je lui prends la tête entre les mains et lui donne le rythme que je souhaite. Je bloque parfois ma bite au fond de sa gorge et je vois un filet de bave qui coule le long de ses joues.

Je sors ma bite d’un coup. Elle reprend son souffle.


— Je la veux encore.

— Moi je veux ton cul, alors tu te lèves, tu te retournes pour me présenter ta croupe et tu suces le gode.


Elle se met dans la position demandée. Elle a la "chatte" bien ouverte et je peux y entrer d’un seul coup. Ouahhh quel pied. Elle gémit. Elle prend la bite factice dans sa bouche.


Je lui attrape les hanches et je commence mes va-et-vient dans son fondement ouvert et offert. Je me retiens très souvent en arrêtant mes mouvements pour ne pas venir trop vite, mais si je m’arrête, c’est son cul qui vient au-devant de ma bite.

Je sens que je vais venir, je lui attrape les épaules pour mettre ma bite le plus profond possible en elle et, dans un cri de bête, je décharge toute mon excitation de la journée.


Nous reprenons nos esprits et nous préparons le repas et passons à table. Nous parlons de nos journées respectives avec quelques sourires sur l’intermède de 11h.


— Tu as pensé à ta tenue de demain soir.

— Oui, je te ferai la surprise.

— Tu sais que mes postes sont très chauds après ta petite séance d’hier.

— Oui je m’en doute.

— Tu veux aller jusqu’où avec eux ?

— C’est toi qui commandes mon homme.


Je range la table et la retrouve sur le canapé. Nous nous câlinons devant un film romantique.


— A ton avis, ils vont réagir comment en découvrant mon petit secret ?

— Je ne sais pas, cela te fait peur ?

— Non avec toi, j’assume complètement qui je suis.

— Alors, ne t’inquiète pas, ce sont des jouisseurs de la vie tout comme moi, donc ils seront surpris, puis ravis et enfin excités.


Nous montons nous coucher et on s’endort épuisé par la tension sexuelle de la journée.


Vendredi matin, je me lève et admire son corps. Je me prépare et pars travailler. Je lui laisse un mot sur la table de la cuisine.


— A ce soir, ma belle, fais-toi belle et sexy.


Je reçois des SMS de mes amis qui visiblement attendent avec impatience notre partie de ce soir, et je ne pense pas que ce soit la perspective d’une partie de poker qui les excite autant.


Brianna m’envoie un message pour me dire qu’elle sort, puis qu’elle est rentrée et enfin qu’elle se prépare. Rien que ce dernier message m’excite et je bande.


Je rentre chez moi vers 18h. je la cherche et la découvre dans la cuisine en train de mettre les produits commandés dans des plats. Elle me tourne le dos.


Elle porte une jupe noire moulante et satinée lui arrivant aux genoux. Sur toute la longueur de la jupe, il y a une fermeture éclair qui remonte jusqu’à la taille. Je vois que le curseur est au niveau du genou, cela indique qu’elle peut régler la hauteur de la fente. Humm jolie idée.


Sur ses mollets, je devine des bas ou des collants à fine résille noirs avec une couture qui sépare ses jambes en deux.


Pour les chaussures, elle a mis des escarpins à bride. Le talon doit faire au moins dix centimètres. Cela creuse son dos et fait ressortir sa croupe moulée dans la jupe.


A la taille, je vois le nœud d’un tablier blanc. Pour le haut, elle a un chemisier blanc. Enfin, elle a mis un serre-tête dans ses cheveux.

Je m’approche d’elle et pose mes mains sur ses hanches. Je l’embrasse dans le cou.


— Tu es magnifique et très excitante.

— Merci mon homme.


Elle se retourne, nous nous enlaçons en nous embrassant passionnément. Elle est superbement maquillée. Tous les boutons du chemisier sont fermés et elle porte un nœud papillon noir.


— Tu es prête pour la soirée.

— Oui très très prête.

— Tu me montres tes trésors sous ta jupe ?

— Non, tu verras cela tout à l’heure, sois patient. Va te préparer pour notre soirée.


Je monte prendre une douche et redescends en smoking.


— Ouah quelle classe !

— Merci jeune fille, c’est pour te faire honneur.

— Et les autres ?

— Tu verras bien.


Je suis à la fois anxieux et impatient que la soirée commence. La sonnette retentit, je n’ai plus de temps à attendre.


Elle va vers la porte avec des petits à cause de sa jupe. Elle ondule son bassin de gauche à droite de façon très sexy et les claquements de ses talons aiguilles sur le sol décuplent mon excitation.

Diffuse en direct !
Regarder son live