Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 239 fois
  • 105 J'aime
  • 3 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Cum tribute en Afrique du Sud

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

Cum tribute en Afrique du Sud

Nous sommes en mars 2015 en Afrique pour notre voyage de noces. Sandra 30 ans et moi-même Paul 31 ans nous sommes mariés l’été dernier. Le début d’année est toujours plus agréable dans l’hémisphère sud.

Sandra est une jolie brune d’1,68m, des cheveux bruns mi-long arrivant à hauteur de ses seins. Des seins magnifiques, un 90C, en forme de poire et gonflés de désir. Elle a une taille très fine et des fesses bombées. Ce corps est fait pour les plaisirs de la chair.

De mon côté, Paul 1,75m, de corpulence moyenne et assez carrée. J’ai pendant longtemps fait du rugby ce qui m’assure un corps plutôt ferme. Mon sexe a toujours satisfait Sandra, 18cm sur 5cm de large, elle a de quoi s’occuper.

__

Depuis quelques temps j’ai une lubie que je pratique de plus en plus souvent, le cum tribute. Sur des sites généralistes, de nombreux hommes partagent des photos de leur femme afin qu’un inconnu jouisse sur elle. Le fantasme du partage de la compagne en virtuel.

Cette pratique m’excite beaucoup, de nombreux hommes m’écrivent afin que je me répande sur leur femme de la plus belle des manières. Je m’applique à faire de belles photos, qui mettent en avant la femme, ma bite et mon foutre. Vu le nombre de demandes que je reçois, je pense que mes contacts sont satisfaits. Mais le voyage en Afrique du Sud me force à stopper cette pratique pour trois semaines.

Nous arrivons au Cap avec Sandra après douze heures de vol, nous voulons arriver rapidement dans notre premier hôtel. Nous récupérons les clés d’un 4x4 et y arrivons une demi-heure plus tard. Il fait chaud, nos vêtements collent à nos peaux. Une seule idée en tête : une bonne douche. Sandra est en mini short et top blanc, la sueur met en valeur ses forme et son soutien-gorge noir est parfaitement visible ce qui n’échappe pas au jeune homme de l’accueil de notre chambre d’hôte. Après nous avoir indiqué où se trouvent la salle à manger, la piscine et les autres parties communes, nous montons enfin nous poser.

Je pose les valises et Sandra se déshabille de suite pour aller se doucher. A chaque fois le même effet sur moi, je sens mon sexe se gonfler rien qu’en voyant la forme de ses seins, ses tétons pointer. Elle se penche en avant pour retirer son short et sa culotte, ce qui me donne une vue magnifique sur son sexe. J’imagine son humidité, sa chaleur… Elle se retourne en me regardant droit dans les yeux :


— Qu’est-ce que tu regardes encore ? Tu ne t’en lasseras donc jamais, dit-elle en riant.

— Impossible je lui réponds, tu exciterais n’importe qui.


Elle remarque la bosse au niveau de mon caleçon lorsque je me lève pour aller admirer la vue panoramique que nous avons sur le Cap. Elle vient se coller à moi, je sens sa peau humide, ses seins venir se compresser contre mon dos, et surtout sa main plonger dans mon caleçon.


— Bienvenue en Afrique du Sud me dit-elle en commençant à faire de lents va-et-vient.


De sa main libre elle me masse les boules en accélérant le mouvement. La vue exceptionnelle plus la masturbation m’excitent de plus en plus. Je me retourne d’un coup pour lui prendre la tête et l’embrasser longuement. Sandra continue de me branler et je la recule vers le lit. Je l’assois d’un coup et lui écarte complètement les cuisses.


— Bienvenue en Afrique du Sud également ma chérie, c’est l’heure de notre première baise ici.


Je lui agrippe les chevilles pendant qu’elle se couche sur le lit en se massant les seins.


— Viens me prendre jeune voyageur.

— J’arrive.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Lui tenant les chevilles j’approche ma verge raide d’excitation, de son vagin trempé de sueur et de mouille. Je n’ai aucun mal à la pénétrer, ce qui me fait lâcher un râle de plaisir.

— Enfin, lui dis-je, depuis le temps que je voulais te prendre.

— Moi aussi je n’en pouvais plus, continue.


Je continue mes va-et-vient, je regarde mon sexe trempé entrer et sortir de cette chatte tant aimée, le spectacle m’hypnotise. Ses seins ballottent, ce qui me durcit encore plus. D’un coup elle me dit :


— Attends je veux la vue moi aussi, prends-moi à la fenêtre.


Je me retire, elle se lève et va directement à la fenêtre pour vérifier s’il y a quelqu’un dans le jardin.


— Viens il n’y a personne…


Elle se cambre au maximum, posant ses avant-bras sur le rebord de la fenêtre. La lumière sur sa chute de rein est magnifique. Je me dirige vers elle, le sexe dressé. Je regarde par la fenêtre, personne. Je lui prends les cheveux que je tire en arrière pour lui dire à l’oreille « ne crie pas ».

Je me mets à genoux derrière elle entre ses jambes pour humer l’odeur, je sens ma queue se raidir encore plus, un coup de langue pour gouter avant de me relever. J’écarte ses fesses et lui plante mon mandrin jusqu’au couilles. Elle s’immobilise d’un coup, je sens un orgasme parcourir son corps.


— Continue j’en veux encore me dit-elle. Je viens de voir qu’un jeune homme caché dans le jardin se rince l’œil.

— Où ça ?

— Là en bas à droite, derrière cet arbre.


J’aperçois en effet un jeune garçon de dix-neuf ou vingt ans, immobile, les yeux rivés sur ma femme. Un peu de piment en plus, me dis-je.

— Ne crois pas que ça va me freiner Sandra, reste comme ça.


Je me retire de sa chatte et vient pointer mon gland sur son anus. Elle n’a pas l’habitude mais sa mouille plus la sueur vont me faciliter la tâche. Je lui mets deux doigts dans la chatte, et mes doigts trempés vont directement caresser son anus qui est déjà bien souple.


— Ne bouge pas.

— Vas-y Paul j’en ai envie.


Mon sexe humide est à l’entrée de son petit trou, une poussée et le gland passe tout seul. Je sens Sandra se tendre un peu mais accepter cette intrusion. Je pousse lentement jusqu’à ce que je sente mes couilles arriver sur son sexe. Je m’immobilise un moment en lui caressant le clitoris. Puis je commence à faire de longs va-et-vient.

— C’est très bon, c’est la première fois que ça passe si bien me dit Sandra.


Je lui attrape les cheveux et commence à la besogner de plus en plus fort, mes couilles pleines claquent sur sa vulve. De ce que je peux apercevoir notre jeune voyeur a sa queue à la main, prenant beaucoup de plaisir à voir les seins de ma femme secoués à la fenêtre.

Dans un dernier élan, je décharge dans l’anus de Sandra, de longues giclées venues du plus profond de mes couilles. Je la remplis littéralement. Sandra encaisse, sans bruit, mais lorsqu’elle se retourne, je vois qu’elle est rouge de plaisir et de chaleur.

— Quel début de voyage cher mari ! Je n’en peux plus, je vais me vider et prendre une douche. Merci.


Je la laisse aller à la salle de bain, pendant que je reprends mon souffle sur le lit.

Nous passons notre soirée dans un restaurant du Cap, puis rentrons assez tôt dans notre maison d’hôte pour récupérer de cette première journée éprouvante. Nous remontons dans notre chambre, exténués. Brossage de dents et dodo.

Je ne dors pas beaucoup, et je me réveille vers 6h du matin. Le jour commence à poindre et baigne la chambre d’une douce lumière.

Je me retourne vers Sandra et la vois allongée sur le dos, ses seins parfaits détendus sur sa poitrine. Elle a les jambes écartées et le sexe ouvert. La fine bande poils de poils parfaitement rasés sur le dessus de son pubis réveillent mon sexe. J’ai soudain une envie, la prendre en photo. Je me lève pour récupérer mon portable afin de la prendre en photo.

La belle est endormie, et je prends plusieurs clichés que je regarderai plus tard quand je serai en déplacement. Me vient tout de suite une idée, pourquoi ne pas demander à un homme de jouir sur ces photos ? L’idée même me dresse la queue. Je me connecte à mon site préféré et demande sur le forum dédié à ce qu’on s’occupe de ma belle. Ça y est c’est fait, à mon tour d’être l’homme qui attend qu’on jouisse sur sa femme.

J’attends qu’elle se réveille, tout en la regardant et me branlant doucement. Il va bientôt être l’heure de se réveiller. Je lui caresse les seins, puis descends vers son sexe, j’ai tellement envie d’elle. Elle ouvre les yeux.


— Bien dormi ? Je vois que tu es déjà bien prêt…

— Tu es si belle.


Elle attrape ma queue et l’approche de sa bouche. Sa position préférée, allongée ma bite en bouche pendant que je la caresse. De la main gauche je lui soutiens la tête en lui enfonçant ma verge au fond de la gorge. Ses mouvements de bassin me font dire qu’elle va bientôt jouir, elle agrippe ma main pour la maintenir sur son sexe pendant qu’elle jouit en faisant des soubresauts. Mon sexe toujours en bouche, elle ferme les yeux et continue de me sucer. Cette vue de son corps totalement offert me fait jouir, je sens ma bite se contracter à chaque giclée que Sandra prend en bouche. Elle sourit en avalant ma semence, se lève, direction la douche…

Durant la journée, je ne fais que penser aux hommes qui vont voir les photos de Sandra et potentiellement m’envoyer des photos d’elle couverte de leur foutre. Mon caleçon se gonfle à cette idée. En fin d’après-midi nous sommes attablés à une terrasse, Sandra en profite pour aller aux toilettes. C’est le moment de vérifier.

Je me connecte et vois cinq messages non lus dans ma boîte de réception. Le cœur battant je les ouvre. J’ouvre la première, un peu déçu, la photo est floue. On y voit les seins de Sandra couverts par un longue trainée de sperme. Les autres sont de meilleure qualité, notamment une montrant une belle queue de black, posée sur le ventre de Sandra, un filet de foutre recouvrant ses seins. Je me sens gêné mais terriblement excité. Que penserait Sandra de ces photos ?

Nous rentrons dans notre chambre d’hôte, j’ai des images plein la tête. Cette première journée a été longue, beaucoup de route et de visite. Il est temps de se reposer avant la soirée.

Dans la chambre, la fenêtre est ouverte, un léger vent rafraichit l’atmosphère. Sandra se met nue de suite et se dirige vers la vue splendide, son regard coquin m’indique ce qu’elle souhaite faire. Sans attendre je l’assois sur le rebord, écarte ses jambes et pénètre son sexe trempé d’un seul coup de rein. Elle s’accroche à moi et encaisse mes coups de reins en s’abandonnant au plaisir montant.


— Est-ce que quelqu’un nous regarde, me demande-t-elle ?


Par-dessus son épaule je jette un œil dans le jardin. Nous avons de la compagnie.


— Oui le même garçon qu’hier.

— Est-ce qu’il se touche ?


Je ralentis le rythme pour faire durer la situation et bien voir ce qu’il se passe dans le jardin.


— Oui je vois sa main faire des va-et-vient.

— Hummm c’est excitant…

— Quoi donc ?

— Qu’un homme se branle en me regardant.

— Je savais que tu étais coquine, là il a une bonne vue sur tes fesses.

— Tu vois bien sa bite ?

— Vue d’ici elle a l’air de bonne taille…

— Ça m’excite encore plus, vas-y plus fort.


Je la besogne de plus en plus fort, et voir cet homme nous mater ne fait que renforcer mon érection.

— Tourne-toi, qu’il voit ta tête quand tu vas jouir.


Elle ne se fait pas prier, elle se tourne, se met en appui sur la fenêtre, le buste bien en avant pour bien afficher sa poitrine, regardant dans la direction du jeune homme. Je pénètre à nouveau ce vagin brûlant et humide, et multiplie les grands va-et-vient. Je vois ses seins balloter, elle a planté ses yeux sur la bite du garçon.

— Il va bientôt jouir je le vois, il s’est écarté de l’arbre pour que je le vois.

Dis-moi quand il finit, je giclerai en même temps.

— Continue encore Paul, je veux sentir toute ta longueur élargir mes entrailles.


Je continue encore, malaxant ses fesses, regardant mon sexe entrer et sortir de cette chatte si bonne à prendre. Je lui insère mon index dans le cul pour sentir mon sexe à travers la paroi.


— Vas-y maintenant…


Dans un ultime coup de rein, je lui envoie de grandes giclées de sperme dans son vagin. Elle jouit instantanément en resserrant son emprise sur mon sexe


— Wouaouh quelle giclée il a eu, j’ai vu six longs jets s’écraser sur la pelouse, impressionnant.


Elle se retire de la fenêtre et va vers la salle de bain, je vois des traînées de foutre couler entre ses cuisses. Quelle coquine tout de même. Je profite de l’instant.


— Sandra, ça t’a plu ?

— Enormément, une nouvelle manière de jouir. Voir un autre se branler sur moi… je ne m’y attendais pas.

— J’aurai une surprise pour toi ce soir.

— Dis-moi maintenant.

— Non j’insiste, passons la soirée dehors et ensuite la surprise.

— OK très bien me dit-elle en s’essuyant son sexe baveux de sperme avec ses doigts avant de les porter à sa bouche.


La soirée se passe et nous revenons dans notre chambre. Pendant toute la soirée, elle a tenté de me faire parler, en me touchant ou en me faisant loucher sur son décolleté.


— Alors cette surprise ?

— Tout à l’heure tu as aimé ce que nous avons fait ?

— Oui une nouvelle expérience très excitante.

— Tu aimerais que des hommes se branlent sur toi ?

— Comment ça ? En vrai ? Je ne suis pas sûre pour l’instant. Garder une distance me va bien pour le moment.

— OK.

— Pourquoi ?

— Ce matin avant que tu te réveilles, tu étais nue et magnifique dans ton sommeil. Et je t’ai pris en photo.

— Si ça peut t’aider quand je ne suis pas là…

— Oui c’est vrai. Mais j’ai envoyé ces photos sur un forum et demandé à des mecs de se branler sur toi.

— Sans rire ? On ne voit pas mon visage j’espère.

— Ne t’inquiète pas.

— Et donc ?


Je prends mon portable pour me connecter. Je la sens à la fois anxieuse, curieuse et excitée.


— Voilà le résultat Sandra…

— Ah oui ils se sont fait plaisir. Il y a de bonnes queues sur ton site dis-donc, et des couilles bien pleines. Regarde ce qu’ils m’ont fait.


En disant cela, je vois ses yeux briller d’excitation. Elle me pousse sur le lit avant de me sucer longuement, tout en gardant un œil sur ces photos d’elle souillée par d’autres hommes.


A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live