Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 331 fois
  • 207 J'aime
  • 3 Commentaires

Un curieux centre de remise en forme

Chapitre 1

Hétéro

Un curieux centre de remise en forme.

 (chapitre unique)

  

 Il y a quelques semaines, je suis tombé par hasard sur une publicité vantant les mérites d’un centre de remise en forme pour adultes libérés...

 C’est ce qualificatif de « libéré » qui a attiré mon attention... Qu’est-ce que ce la pouvait bien vouloir dire ?

 Je « détournai » cette revue de la salle d’attente de mon dentiste et lorsque je me suis retrouvé dans mon studio, j’étais de plus en plus intrigué... Je suis allé consulter le site internet de l’établissement et j’ai découvert qu’il se  trouvait dans l’arrière pays cannois dans un magnifique château du 19ème siècle au milieu d’un parc arboré agrémenté d’une piscine...

  

 J’étais de plus en plus intrigué car généralement ce genre d’établissement n’a pas besoin d’une telle publicité... Les médecins et entraîneurs sportifs en connaissent les listes et spécialités.

 De plus en plus curieux, je téléphonai pour avoir de plus amples renseignements : Là, je suis tombé des nues lorsque l’on ma expliqué le but de cet établissement.

 Je verrais bien... Je n’étais pas contre une semaine de vacances au soleil et le fait d’avoir des femmes disponibles n’était pas pour me déplaire. Qui vivra verra !

 Il m’a été demandé de remplir un questionnaire sur mes goûts en matière de femmes, mes expériences, si j’étais libéré et à quel point, mais surtout de faire un test HIV et maladies transmissibles à renvoyer avec la documentation remplie. Je devais être aussi un sportif... voire endurant...

 Curieux !!!

 J’ai retenu un séjour d’une semaine dans les premiers jours de juillet.

  

  

  

 J’ai récupéré une voiture de location à ma descente de l’avion qui m’a amené depuis Paris et suivant les indications du navigateur, j’ai gagné l’arrière pays.

 Quand je suis entré dans le domaine, j’ai vu qu’il y avait plusieurs autres voitures garées à l’abri d’un auvent et j’ai été accueilli par une jeune femme accorte et court vêtue.

 

·        Soyez le bienvenu au domaine d’Aphrodite... Nous n’attendons plus qu’une participante... Je vais vous monter votre chambre!

 ·        Je vous suis...

 ·        Dès que vous serez installé, redescendez au grand salon... C’est là où nous nous réunissons le premier soir. Soyez-y à 20 heures précises...

 ·        Vous m’intriguez ! Pourquoi ce questionnaire, le test HIV ?

 ·        Mais vous verrez... ce sera la surprise !


  

  

  

 A 20 heures précise, j’entrais dans le grand salon...

 Il y avait sept femmes entre 30 et 50 ans au plus et autant d’hommes beaucoup plus jeunes. A 35 ans, j’étais l’aîné.

 Nous bavardions ensemble lorsque celui qui semblait être le maître des lieux est entré : Un homme à la haute stature, très brun avec des yeux d’un bleu perçant.

 

·        Je vois que vous avez fait connaissance… mais pour la première soirée, c’est le sort qui va désigner celui qui sera le chevalier servant de ces dames... Il en sera ainsi chaque soir. Je vais vous expliquer ce qu’elles attendent de vous. Je vous demande de respecter absolument l’anonymat auquel vous vous êtes tous engagés lorsque vous vous êtes inscrits pour ce séminaire !


 Et il a continué sur le même ton, un peu doctoral, en s’adressant plus particulièrement aux femmes :

 

·        Mesdames, toutes, vous êtes ici pour la même raison. Vos maris ou amants n’ont pas assez de temps à vous consacrer et vous voulez un enfant... Messieurs, si vous êtes d’accord, vous allez servir d’étalons mais vous ne pourrez jamais revendiquer de droits sur l’enfant éventuellement conçu pendant ce séjour. Vous avez tous signé le dossier que vous nous avez renvoyé et pour que tout soit clair, vous changerez de partenaire toutes les nuits.


 Je comprenais mieux le sens des choses...

 

·        Autre chose... Si vous avez envie de mettre un peu de piment dans vos ébats, nous avons un couple d’assistantes à votre disposition à tout moment des nuits... Il vous suffit de décrocher le téléphone de votre chambre.


  

  

 Personnellement, je n’ai pas d’attache sentimentale et le fait de changer de femme tous les jours ne me gênait pas plus que çà ! C’est ce qui se passe dans les clubs libertins... En plus, c’était pour une bonne cause !

 Après avoir bu une coupe de champagne nous sommes passés à table pour un dîner rapide mais très « énergisant ».

 à l’arrivée dans le grand salon, j’avais été intrigué par des cartes à jouer posées sur une table... Il y avait deux tas distincts et dans chaque tas, aucun dos de carte n’était identique !

 C’est ce qui a servi au tirage au sort de la première partenaire : La Reine devait tirer la carte du Roi issue du même ensemble !

 

·        Mes Dames... Votre choix est fait... Bonne chance !


 C’est sur ces quelques mots que le maître des lieux nous a libérés.

  

 Nous avons comparé nos cartes... J’aurais pu tomber plus mal...

 Marjorie (puisque c’était le prénom supposé de participante) était une jolie femme d’environ 30 ans... Pas très grande, elle avait de jolies formes justes un peu pulpeuses. Blonde comme les blés murs, elle avait d’immenses yeux gris qui lui faisaient un regard un peu triste. Ses cheveux descendaient sur les épaules découvertes par le décolleté discret de sa robe.

 Nous sommes sortis dans le parc où nous avons bavardé quelques instants avant de gagner ma chambre où sur le lit nous avons découvert encore dans leur emballage un déshabillé de soie et des mules à talon. Un mot accompagnait l’ensemble : « Madame, ceci est pour vous ! Bonne nuit ! »

  

 Quelle attention sympathique... je pense que le même « cadeau » devait être placé dans toutes les chambres des « étalons ».

 En déballant l’ensemble, Marjorie s’est exclamée :

 

·        Mais c’est exactement à mes mensurations ! Génial !

 ·        Et bien... qu’attendez-vous pour les passer... J’irai à la salle de bains ensuite !

 ·        Ok... je t’attendrai !


  

 Si j’en étais resté au vouvoiement, Marjorie m’a mis d’emblée dans le bain en me tutoyant…

 Lorsque je suis revenu de la salle de bains, Marjorie avait revêtu l’ensemble de lingerie qui lui avait été offert et se trouvait sur le lit dans une pose alanguie... Je pouvais mieux la découvrir : Elle était bien jolie...

 Nous avons continué à faire connaissance... Elle m’a expliqué qu’elle avait été mariée très jeune à un ami de la famille de 30 ans son aîné. Elle avait été comblée de cadeaux, de voyages luxueux dans des pays lointains. Elle avait mené une vie oisive, allant de réception en galas de charité.

 Mais ce qui manquait à son bonheur, c’était un enfant...

 Son vieux mari désormais de plus de 60 ans était certes un amant inventif qui savait la combler de caresses, mais jamais il n’avait pu la mettre enceinte malgré toutes les tentatives médicalement assistées faites ces dernières années.

 Pour eux, venir dans ce « centre de remise en forme » et sachant quel était le but exact avait été la solution. Son mari accepterait l’enfant comme si c’était le sien.

  

  

 Puis les choses se sont mises en place...

 Je ne portais plus qu’un boxer et j’avoue que lors de notre bavardage, j’ai lorgné sur les formes de Marjorie... Je les trouvais à mon goût et cela se traduisait par un début d’érection...

 C’est elle qui a fait la première approche en allant caresser par dessus le tissu mon membre qui n’a plus cessé de se déployer.

 Oh... il n’a rien d’exceptionnel (d’après ce qu’en on dit mes différentes maîtresses...) mais je sais m’en servir... Aucune ne s’en est plaint, bien au contraire !

 Puisque nous étions là pour baiser, j’ai glissé ma main dans le décolleté généreusement offert par ma compagne de la soirée et je suis allé faire rouler successivement les tétons de ses seins qui ont réagi instantanément, se dressant sur les globes généreux de Marjorie.

 

·        Ooohhh …. Oouuuiii ! C’est bon... continue de me caresser les seins... je vais mouiller... la voie sera libre pour toi !


 J’ai défait le nœud qui maintenait les pans du déshabillé et je l’ai fait glisser sur les épaules...

 Marjorie était bien belle dans sa nudité offerte et quand elle a fait glisser son string, j’ai compris que le moment était venu de me débarrasser de mon boxer !

 Mon sexe bandé à mort a jailli et Marjorie est venue le prendre en main en disant :

 

·        Il est bien beau... J’espère qu’il va bien me faire jouir... et qui sait?

 ·        Il est à toi pour cette nuit ! Profites-en bien !

 ·        Non, nous aurons jusqu’à 16 heures demain !

 ·        Mais c’est parfait ! Je ne suis pas contre une petite sieste coquine après le repas !

 ·        On verra ! S’il te plaît... ne me prends pas à la missionnaire... je me croirais avec mon mari qui ne semble connaître que cette position !

 ·        Puisqu’il en est ainsi, nous allons opter pour la cavalière inversée !

 ·        Explique moi... je ne sais pas ce que c’est !


  

 Rapidement, je me suis allongé sur le dos et j’ai expliqué à Marjorie la position à prendre... Ainsi, elle serait libre de sentir le plaisir monter en elle sans que je voie son visage et, lorsque je la sentirais proche de la jouissance, je me lâcherais au fond de son vagin.

 

·        Oh oui... T’es sympa ! T’es le premier homme avec qui je baiserai depuis mon mariage!

 ·        J’espère ne pas te décevoir ! Et tu en as connu beaucoup ?

 ·        Non, j’avais juste un copain en fac’. Il m’a dépucelée et nous sommes restés ensemble jusqu’à l’annonce de mes fiançailles ! On a du baiser une dizaine de fois tout au plus...

 ·        Bien, puisque je bande, il n’y a pas besoin de préparation supplémentaire, enjambe mon bassin, place mon sexe à l’orée du tien et laisse toi descendre. Pour que tes mouvements soient plus faciles, mets tes mains sur mes genoux... Cela t’aidera à maintenir ton équilibre et à faire le va et vient sur ma bite !


  

 Quelques instants plus tard, Marjorie s’écriait :

 

·        Mais c’est génial ! Je te sens bien et je peux régler la montée de ma jouissance... Humm ! Que c’est bon !

 ·        Alors... profites-en ! Je suis à ta disposition !

 ·        NON... faisons nous plaisir... J’imagine que tu m’as draguée et que nous sommes à l’hôtel !

 ·        T’es une cérébrale ?

 ·        Oui un peu... comment aurai-je vécu tout ce temps sans imaginer qu’un homme me baisait quand je me caressais avec mes jouets !


  

 Mais bientôt le bavardage s’est tu... Marjorie se consacrait à se faire plaisir...

 J’admirais sa croupe un peu rebondie qui s’écrasait sur mon pubis et sa tête qui allait de droite à gauche, faisant voler ses cheveux sur ses épaules.

 Je sentais ma jouissance monter en moi... mais je me retenais, je voulais que ma partenaire aille au bout de ce qu’elle recherchait : PRENDRE SON PIED !

 Ce n’est qu’au moment où elle se tétanisait quand la jouissance déferla en elle que je me lâchai, inondant son vagin d’amples giclées de sperme !

  

 Après un temps de repos Marjorie s’est tournée vers moi et à posé sa main sur mon sexe puis elle l’a embouché après m’avoir dit :

 

·        Guide moi... je ne l’ai jamais fait mais je sais que cela plaît aux hommes...

 ·        Si tu veux... mais j’en encore envie de toi...

 ·        Et bien tu m’arrêteras quand tu voudras et tu me baiseras comme tu veux !

 ·        D’abord, la fellation est une caresse qui se partage... Très souvent l’homme et la femme se mettent en 69 et pendant que la femme suce le sexe de son compagnon, lui, il s’intéresse à la chatte, la fouillant de ses doigts et de sa langue, faisant saillir le clitoris ou pénétrant le sexe de ses doigts. C’est ce que tu veux ?

 ·        NON, j’ai juste envie de te sucer pour que tu puisses bien me baiser à nouveau !

 ·        Ok... Alors tu prends mon gland entre tes lèvres pour l’humidifier, ensuite tu le fais entrer et tu joues avec le bout de ta langue sur le méat... c’est très excitant ! C’est bien... continue !


 Après quelques minutes de ce traitement, je reprends :

 

·        Maintenant, tu prends mon sexe dans ta bouche où tu le fais aller et venir en exerçant une succion de tes joues... Ne vas pas trop profond... une gorge profonde c’est trop tôt... Les femmes doivent être habituées.


 Marjorie suivait attentivement mes directives et je bandais à nouveau comme un cerf en rut... mais nous n’étions pas là pour une leçon de sexe, aussi excitante soit-elle !

 

·        Bien... c’est assez... Tu vas te coucher sur le côté et je vais venir derrière toi pour te baiser... C’est la CUILLER. Je me glisserai dans ton vagin en écartant tes fesses. C’est aussi une position facile pour la sodomie mais cela ne nous intéresse pas.

 ·        NON bien sur... puisque tu es là pour me faire un enfant !


  

 Nous avons éclaté de rire et nous avons pris notre temps...

 Marjorie était vraiment bonne et ne demandait qu’à apprendre... Quel dommage d’avoir laissé cette belle femme s’étioler aux côtés d’un mari vieillissant et peut-être infécond...

 Après avoir joui une nouvelle fois, nous nous sommes endormis dans les bras l’un de l’autre, presque sans changer de position...

 Le lendemain, la nature s’est réveillée en moi comme presque tous les matins et là, j’avais une compagne de lit à honorer ! Ce que je n’ai pas manqué de faire...

  

 à la sieste, j’ai baisé Marjorie une dernière fois...

 Je lui ai montré comment on prenait une femme en levrette, lui disant comme la veille que c’était une position facilitant la sodomie (que bien évidemment, elle n’avait jamais pratiquée!!!).

  

 Si les autres femmes étaient aussi ardentes que Marjorie, j’allais terminer mon séjour sur les rotules...

 Mais nous étions prévenus : il fallait des hommes sportifs et en endurants...

 En plus, nos repas devaient contenir un ou plusieurs ingrédients spécifiques car personnellement, j’étais excité en permanence au point que je bandais presque continuellement...

  

 Pendant cette semaine, j’ai honoré ces femmes plusieurs fois par nuit mais la meilleure ce fut incontestablement Marjorie...et aussi la plus jeune…

 Le hasard avait bien fait les choses

Diffuse en direct !
Regarder son live