Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 979 fois
  • 78 J'aime
  • 1 Commentaire

La curiosité est une arme à double tranchant

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

La curiosité est une arme à double tranchant.


Je viens découvrir le journal intime de mon épouse, incroyable, il raconte toutes les aventures de notre couple, je me plonge dans un des premiers récits :

Il ne fait pas si beau que cela pour cette journée de fin d’été, nous avons donc décidé de sortir au cinéma, mon mari tient à voir le dernier James Bond... Super je vais m’éclater, il y avait un super film avec Sophie Marceau, mais c’est 007 qui a gagné.

JAMES Bond c’est le pied assuré qu’il dit...

Enfin pour lui faire plaisir, et puis 1h30 ce n’est pas si long... J’espère que nous finirons au moins, la soirée au restaurant en bord de mer


Aussi pour l’occasion je me suis mise sur mon 31... Mais un 31 d’été, petite jupe légère avec un beau chemisier, mon bronzage fait encore un bel effet.

Nous y voilà, eh ben, nous ne sommes pas les seuls à avoir une cette idée, il y a un de ces mondes, nous sommes déjà tassés comme des sardines pour l’achat des billets.


J’ai horreur de ça, les gens sont les uns sur les autres tous pressés, il y a de la place pour tout le monde ! C’est vraiment n’importe quoi.

Enfin il faut passer par là.

Eh !

« OH, pardon madame »

Je viens de me faire bousculer « excusez-moi... Il y a du monde... »

Bon, il a de la chance qu’il soit mignon. Je lui rends son sourire « ce n’est rien... »

Mon mari lui n’a rien remarqué, comme les autres, il est pressé de prendre ses tickets et de pouvoir aller s’assoir.

Nous avons dû attendre encore un bon quart d’heure avant d’obtenir nos billets, pendant ce temps j’ai au moins, à trois reprises, culbuté le jeune homme, ce qui nous fit beaucoup rire. (mais discrètement;)

Enfin nous voilà assis, on s’installe, nous avons trouvé une place au fond, mon mari prend ses aises, il a retiré sa petite veste, et hop là, je me retrouve avec ses fringues sur les jambes...

Cela promet... Ça y est, la salle plonge dans le noir, mais tout le monde n’est pas encore assis, et voilà ce que je craignais le plus...

« Pardon, pardon... »

Un jeune couple vient de s’assoir à côté de moi... Décidément

Oh, c’est le jeune homme de tout à l’heure, il est accompagné d’une jolie jeune fille, mais qui a l’air fort moins aimable que lui, pas un sourire, elle a l’air sacrément coincé...

Le film commence, mon mari est déjà absorbé, je pourrai rentrer à la maison qu’il ne s’apercevrait même pas de mon absence...

Je suis verte, malgré mes caresses sur ces genoux, il ne bronche pas, voire même, il grogne...

Et moi comme une conne, je n’ai pas mis de culotte, j’ai eu peur pendant une heure du moindre coup de vent, j’ai osé sortir sans culotte, pour lui, et il n’en a rien à faire... Il regarde son film !!

Bon c’est vrai je ne lui aie pas dit, mais s’il avait mis sa main sur mes cuisses, il s’en serait vite aperçu. Non ?


Eh bien, mon con, ce soir Tintin, tu pourras te branler...

Et puis son film, c’est nul... Qu’est-ce que je m’ennuie !

Et maintenant, je ne sais pas s’il en fait exprès, mais le jeune à côté de moi, cela fait déjà deux ou trois fois que pendant les scènes d’action, il m’effleure le genou, soit avec son genou, soit directement avec sa main.

Ah, je crois qu’il vient de s’apercevoir cette fois-ci qu’il m’a touché... Eh mon gars tu te trompes, ta copine c’est de l’autre côté...

Discrètement il me lâche :

« Décidément... Pardon ! »

Oh mais là, il vient de se faire rembarrer par sa copine, elle est comme mon mari absorbée par le film, et cela semble l’énerver qu’il gigote ainsi...

Penaud il se repositionne dans son fauteuil il me regarde en souriant, avec l’air de dire : « Elle n’est pas facile... »

Je lui souris par solidarité, il me fait pitié...

Le film est bruyant, cela explose de tous les côtés, je n’aime vraiment pas, cela me fait même sursauter, et je ne me suis même pas rendu compte que cette fois c’est moi qui venais de prendre la main de mon voisin...

« Oh pardon...

Et petit à petit le contact de nos mains fut plus régulier, un jeu malsain ma fille, et inévitablement, il finit par prendre de l’hardiesse, et pose sa main sur ma jambe puis sous la veste de mon mari, directement sur ma cuisse...

Je fais un bon, mon mari ne fait pas la différence avec les autres... Je ravale ma salive.

Sa main est douce et chaude... Mais je ne peux continuer ce jeu.

Je le regarde en lui faisant les gros yeux, avec insistance, avec un air sérieux comme pour lui dire « c’est bon maintenant, arrête... »

Mais en vain, il me sourit et continu, ses doigts jouent avec le tissu de ma jupe, oh mon Dieu il faut qu’il arrête cela tout de suite, s’il continue il va finir par s’apercevoir que je n’ai pas de culotte... Je vais passer pourquoi, une salope ?

Et d’un coup il ose, il glisse sa main entre mes cuisses, ces doigts entrent en contact avec les poils de mon sexe...

Je resserre mes cuisses

Je vais m’étrangler avec ma salive, mon cœur bat dans ma poitrine...

Il reste figé ainsi, me regarde à nouveau, un beau sourire et un petit clin d’œil complice.

Que puis-je faire maintenant, comment sortir de cette situation, et mon époux toujours aussi absorbé par son film ?

Il bouge ses doigts, essaye de gagner du terrain, centimètre par centimètre...

Finalement je lâche prise, écartant même légèrement mes cuisses pour mieux sentir ses doigts.

Oh mon Dieu quelle sensation... Il me tripote délicatement, entrant un doigt dans mon vagin puis deux, il caresse mon clito...

Je ne tiens plus en place, j’écarte mes cuisses au maximum, avançant mon bassin pour qu’il puisse agir à sa guise, je mouille comme une folle.

Oh merde, à ce rythme, je vais finir par avoir un orgasme...

Ma main gauche prés de mon époux est crispée, mes ongles plantés dans l’accoudoir, je me mords les lèvres pour ne pas crier, et finalement, c’est lorsqu’il prend ma main droite pour la poser sur son entre cuisses que j’ai mon orgasme.

Il a profité de la pénombre de la salle pour sortir son sexe de son pantalon

Le fait de sentir entre mes doigts cette grosse verge gonflée a eu finalement gain de cause sur ma résistance à l’orgasme.

Oh mon Dieu je resserre les cuisses sur ses doigts, je me penche en avant pour contenir l’orgasme, mon souffle est coupé, je jouis, là, dans cette salle de cinéma à côté de mon époux, un jeune coq, vient de me donner un orgasme, à quel pied !

Finalement, mon mari s’aperçoit enfin que je suis présente...


— Mais qu’est-ce que tu as à bouger comme ça ?

— Euh... PIPI, j’ai trop envie...

— Vas-y, mais arrête de bouger comme ça


Instinctivement, je me lève en direction des toilettes pour ne pas trahir mon alibi...

Les jambes flageolant je me créer un passage tant bien que mal

Une fois dans les toilettes des dames je reprends mes esprits en me rafraichissant le visage, mon Dieu quel plaisir, mon bas-ventre et encore hyper sensible... Le petit con a réussi à me faire jouir, brusquement la porte s’ouvre, et face à moi, mon jeune et beau voisin.

S’en réfléchir nous nous embrassons à pleine bouche, il me retourne, penchée sur le lavabo il me pénètre d’une traite...

Oh putain, j’aime, que c’est bon

J’ai failli m’évanouir... Je suis là, les pattes écartées en train de me faire baiser dans les toilettes pour femmes par un jeunot et j’aime ça !

Il me pistonne de plus en plus vite, de plus en plus fort, il me malaxe les seins, me culbute. Il pose sa main sur ma bouche car je commence à donner de la voix, et maintenant c’est moi qui bouge mon cul

Je m’empale sur ce sexe, comme une folle, et enfin l’orgasme pour nous deux...

Oh la vache, je jouis lui aussi a joui en moi, planté au plus profond de mon ventre, nous restons comme ça, pendant deux ou trois minutes, épuisés, à profiter de ce moment......

Un bruit ! Attention quelqu’un arrive... Dans la panique mon amant prend la fuite, pensant qu’il s’agit peut-être de mon époux ou de sa copine, en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, il a déguerpi...

Je me retrouve là, le cul et les seins ont l’air, accoudé au lavabo, quand je prends réellement conscience de la situation et d’où vient finalement le bruit. Il provient juste d’en face : les toilettes des hommes ! Et là me dévisageant deux lascars m’observent...


Vous savez le type racaille des mauvais quartiers, deux blacks la casquette à l’envers, le genre que vous ne souhaitez pas croiser...

En quelques secondes ils se jettent sur moi, j’essaye de me débattre, de crier mais déjà le premier a réussi à me bloquer, une main sur la bouche, le second me tient les mains, et là, d’un coup, je sens la pénétration...

Oh putain, le passage avait beau être fait, c’est un autre calibre... Oh le fumier, il me défonce la chatte... Mais au lieu de me débattre, c’est incroyable j’apprécie, oui ! J’aime ce que je ressens, il me fait jouir...

Mes pieds décollent du sol à chaque gout de rein, le second ne reste pas immobile longtemps, il m’embrasse à pleine bouche me pelotent les seins sans ménagement oh, je m’abandonne totalement, comme une folle, je finis même par les encourager. Allez-y salop, fumier..., oh oui allez-y baisez-moi à fond, je suis trop chaude

C’est incroyable..., je vais recevoir ma première double pénétration vaginale. Oh oui, quel pied !

L’homme qui m’embrasse à pleine bouche impatient d’attendre, a sorti son sexe, il me redresse, me soulève d’abord une jambe, puis les deux, positionne son sexe et pousse, pousse......

J’ai l’impression qu’il va me déchirer la chatte, mais à ma plus grande surprise mon vagin se détend, et finit par avaler les deux sexes... Et là, comme des bêtes, ils me prennent, et me défoncent sans retenue oh mon dieu, quelle sensation, jamais ma chatte n’avait été aussi remplie je me mets à raller, à beugler, à gueuler comme une folle je jouis :

Oui, OUIIII AHHHHHHHHHHHHH je, je, oui je jouis, tout mon corps est pris de spasme, j’ai un putain d’orgasme qui ne s’arrête pas, mes deux nouveaux amants viennent eux aussi d’exploser en moi, je les ai sentis se vider en moi, ah que c’est bon

Quand je reprends mes esprits, je n’ai que quelques secondes pour rabaisser ma jupe avant de voir de nouveau des gens arriver aux toilettes, je sors en riant nerveusement, les jambes en cotons, je regagne ma place dans le cinéma.

Ah c’est déjà la fin du film... Pour une fois que je commence à apprécier un James Bond...

Et vous me direz « mon mari dans tout cela »

Lui aussi, il a pris son pied, en regardant James Bond, comme moi... Et devinez,

Il n’a rien trouvé de mieux que vouloir me bouffer la chatte dans la voiture sur le chemin du retour, eh oui, il s’est enfin aperçu que finalement je ne portais pas de culotte...


« Oh mais chérie t’ es toute mouillée, c’est James Bond qui t’a fait de l’effet ?

Ta chatte est bouillante, et tout ouverte !!!

Je t’avais dit qu’avec 007 c’était le pied assuré »


Que dire ??


— Oui c’est vrai mon chéri tu as raison, j’ai pris mon pied, alors si ça te fais plaisir vas-y, bouffe-moi ! Tu ne vas pas être déçu, je suis toute trempée......


Enfin J’espère pour lui, que le gout du sperme ne lui est pas familier, car avec ce que j’ai pris...

Eh bien, pensez-vous il m’a bouffé comme un fou, et moi, en pensant à ma partie de jambe en l’air que je venais de faire, j’ai de nouveau eu un nouvel orgasme

Pour ma part j’ai finalement pris la carte d’abonnement au cinéma, et régulièrement je me fais un petit film...... C’est vrai : le ciné c’est le pied

C’est la fin du récit. Mon Dieu, mon épouse, a rempli un journal entier, combien de textes comporte-t-il ?

Je suis estomaqué, et je me rappelle très bien de cette journée au cinéma, de la surprise que j’ai eue quand je l’ai léché dans la voiture, je comprends, pourquoi son sexe était aussi béant et ce gout dans ma bouche...

Maintenant je prends la mesure et le recul pour comprendre pourquoi, notre couple est devenu ce qu’il est aujourd’hui, mais çà, c’est une autre histoire.

Diffuse en direct !
Regarder son live