Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 816 fois
  • 23 J'aime
  • 0 Commentaire

un cycle infernal ...

Chapitre 1

Trash

Cet été avec mon amie nous sommes partis faire du camping sur l’atlantique, un soir, sous la tente après un après midi torride sur la plage j’avais envie d’essayer de nouvelles positions, je commence à caresser Sofia

  - Je regrette, pas ce soir je suis indisponible …j’ai mes ‘menstrues’

  - Mes menstrues! Tu ne peux pas appeler çà les ours ou les ragnagnas comme tout le monde?

Ce fut la douche froide! J’avais zappé qu’elle allait avoir ses règles juste pendant nos vacances et à chaque fois c’est un vrai torrent

  - Si tu veux je peux te soulager …

  - Si je ne peux pas te baiser après ce n’est pas amusant, laisse tomber

Nous nous endormîmes un peu désabusé pour ma part quand même, surtout que le lendemain idem! Le surlendemain soir la faim fait sortir le loup du bois! Après un resto moules frites nous sommes allés nous balader sur le bord de mer par une nuit de pleine lune, trouvant un coin tranquille on s’est allongés sur le sable encore tiède

Nous nous sommes embrassés, mes mains caressaient ses seins libres par-dessus son tee-shirt, ils ont tout de suite pointés, Sofia a poussé un petit gémissement, ma main passe sur son ventre plat, son mont de vénus, puis lentement j’ai retroussé sa jupe jusqu’a la naissance de son sexe trouvant son petit bouton sous le string, pas la peine de descendre plus bas …la petite ficelle me l’a rappelée et elle aussi

  - S’il te plaît ne met pas de doigts c’est sale!

En relevant la tête, j’ai vus à quelques mètres de nous un couple qui nous regardait avec intérêt, je l’ai signalé à ma chérie

  - Et alors ? Çà te dérange ?

C’est quand même paradoxal ! Prude sur certains cotés et très libérée sur d’autres, par exemple un soir nous faisions l’amour intensément Sofia me gratifiait d’une gorge profonde et pourtant je n’arrivais pas à éjaculer alors je lui ai guidé une main juste sous mes couilles et appuyé sur un doigt en face mon anus, elle a très vite compris, une minute plus tard je déchargeais abondamment dans sa bouche, j’avais deux de ses doigts dans le cul, depuis elle s’entretient deux ongles courts! Mais impossible de lui rendre la pareille Pourtant elle sait qu’une parfaite union sur le plan sexuel est une condition à une vie commune

Elle a écarté un peu plus les cuisses et posé une main sur la bosse qui déformait mon short, la sachant partante j’ai retiré ma main de sa chatte afin de relever son tee-shirt par-dessus ses seins pour les embrasser, je bandais comme un âne surtout que ma chérie a son tour saisissais mon sexe à main nue dans mon short en faisant de petits va et vient

  - Que font-ils?

  - Comme nous …La fille a son chemisier ouvert et son copain lui caresse l’entre jambes en tétant un sein

  - Baisse ma culotte ….

elle veut surenchérir et m’aide en soulevant son bassin, j’ai passé mes doigts sur sa fente rose et mouillée, mon doigt caresse son clitoris

Très vite Sofia ondule du bassin, sa jouissance est proche, d’un coup elle serre les cuisses dans un râle que je connais bien

  - Je jouiiiis…

A coté les mêmes cris viennent de retentir …d’un coup d’œil je vois l’homme à genoux devant sa partenaire dont le short est à ses pieds la tête entre les cuisses

  - A ton tour de jouir chéri

Sans pudeur apparente elle ouvre ma braguette pour sortir mon membre qui était très à l’étroit pour l’enfourner dans sa bouche chaude

Soudain des éclats de voix à coté, la fille se relève remontant slip et short, puis à grands pas passe devant nous, à ce moment là seulement je remarque son bras droit dans le plâtre, l’homme suit de peu non sans nous dévisager comme s’il partait à regret longuement

Du coup, sans spectateurs, sachant que ce soir encore çà va se limiter à çà, ma pipe devient moins bandante si je puis dire !

  - Arrête chérie, on rentre

  - Ben ?? C’est contagieux ??

  - Si je ne peux goûter à la moiteur de ta chatte çà m’énerve

Arrivés à la tente, je prends une serviette

  - Je vais prendre une douche çà va me calmer

  - Attend, je t’accompagne jusqu’aux WC je vais changer mon truc, pour la douche j’ai la flemme ! Fait doucement quand tu rentre je dormirais sûrement !

Le sanitaire est allumé, comme à mon habitude je me dirige directement vers la cabine réservée aux handicapés, elle est plus spacieuse, je pousse la porte …et là stupeur ! Une fille à moitié nue, elle se débat maladroitement avec un débardeur coincé par-dessus un sein je vois son triangle noir qu’elle essaie de cacher en croisant les cuisses et ! Elle a le bras droit dans un plâtre protégé par une poche plastique …….Stupéfait je reste là à mater

  - ça va ? Je vous plais ?

  - Euuuh, pardonnez moi …

Je tourne les talons

  - C’est ma faute je n’avais pas fermé

Je vais donc dans la douche d’à coté et me déshabille quand ….

  - S’il vous plaît ? Pourriez-vous m’aider ? Au point ou nous en sommes ….

  - Mais je suis nu …

  - Venez comme vous êtes il n’y a personne à cette heure ci !

Bof après tout après moi le déluge !

Elle est toujours dans la même position sauf qu’elle ne cache plus sa foufoune

  - Excusez-moi mais avec ce bras handicapé je suis très embêtée

Ma queue qui elle ne l’es pas, même plutôt en manque, se redresse peu à peu, pour meubler je me mets à parler

  - Mais … vous n’étiez pas à la plage avec un homme tout à l’heure ?

  - Oh ! C’était vous nos ‘voisins’ ? maintenant que vous le dites, je ‘le reconnais’ il était a la verticale mais c’est le même gabarit !

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’a pas sa langue dans la poche !

  - Oui !vous êtes partis précipitamment que c’est il passé ?

  - Oh, hé bien mon mari après m’avoir ensablé la moule voulait me pénétrer ! J’ai assez de ce bras sans en plus me traîner une cystite !

  - Ah je comprends effectivement c’est douloureux !

  - Et vous ? Çà c’est bien terminé ?

  - Ben un peu comme vous ! Mon amie a ses règles et comme je ne pouvais rien espérer après ….

  - Elle ne connaît pas le proverbe chinois ? : ‘Quand la rivière rougeoie emprunte le petit sentier boueux ‘

  - Bouf ! Même pas en rêve !

  - Bon, vous pourriez parler tout en m’aidant non ? Enlevez moi ce maudit débardeur, et tient, à y être lavez moi le dos, d’une main ce n’est pas facile

La voici nue, les marques de maillots m’étonnent un peu venant d’une telle femme !

Je dépose du gel douche au creux de ma main et l’étale sur ses épaules tout en prenant soin de m’écarter de ses fesses à cause de mon érection qui persiste, je savonne le dos puis les flancs venant au plus prés des seins

Soudain elle prend ma main inactive et vient me là déposer sur sa chatte

  - Vous... .. Vous pouvez vérifier s’il ne reste plus de sable ? Je l’ai déjà fait mais on n’est jamais trop prudent

  - Et si votre copain arrive ?

  - Aucune chance ! Il a pris la bouteille de whisky pour aller cuver au pied d’un arbre, seule la fraîcheur du matin le feras rentrer !et votre copine ?

  - Elle dort comme un bébé !

Comment résister surtout quand on est en manque!

Mes doigts écartent les poils pour trouver une fente mouillée et pas seulement par l’eau de la douche !, la femme écarte les jambes et soulève son bras plâtré, une invite à caresser ses seins en même temps, je caresse la poitrine, et me colle carrément à son cul

  - Hummmm, quelle raideur ! C’est moi qui vous fais cet effet là ?

  - Je ne vois personne d’autre ici !

  - Alors pourquoi ne pas unir notre mauvaise fortune ?

Et joignant le geste a la parole la belle se retourne, se laisse glisser le long de mon corps pour se retrouver la bouche à hauteur de ma queue qu’elle engloutie dans un râle de satisfaction, pompé délicieusement je maintiens la tête et imprime des mouvements de coït comme si s’il s’agissait de sa chatte, tellement accroc je me laisse aller au fond de cette gorge accueillante sans qu’elle ne manifeste un geste pour se retirer

Elle se relève et devant moi ouvre la bouche pour laisser couler ma semence sur ses seins

  - Va falloir me relaver ! Embrasse-moi …

Ignorant qu’elle a gardé de mon sperme dans sa bouche je lui tends les lèvres, nos langues se mélangent et le goût épicé envahit mon palais, je ne fait pas le dégoûté car avec Sofia j’ai l’habitude !

  - ……. Tu es terriblement bandante tu me fais envie ! La preuve regarde mon membre toujours raide, il a hâte !

La fille pose un pied sur le siège plastique, et se cramponne de sa main valide à la barre celée dans le mur me donnant libre accès à sa chatte, je positionne mon nœud bien à la verticale visant les lèvres déjà séparées par le désir, mon gland entre en contact puis lentement disparaît aspiré par cette grotte brûlante

  - C’est bon, tu me remplie bien

  - Ta chatte est très serrée j’aime çà

Ses muscles vaginaux broient littéralement ma bite, après seulement deux minutes elle se hisse dégageant ainsi son fourreau de ma queue, se retourne à demi courbée pointant son cul vers moi

  - Baise moi comme çà j’adore, n’ai pas peur de me secouer !

Mes mains sur ses hanches je pilonne comme un forcené, nos chairs qui s’entrechoquent font un bruit d’enfer

  - OUI …. OUIIIII dans le cul ! Décharge dans mon cul viiiiite je vais juouiiiiiiiiirr

A nouveau je me retire de ce volcan qui crache sa lave et pointe ma queue naturellement lubrifiée sur sa rondelle et sans aucunes précautions je pousse et entre en force dans l’anus qui doit avoir l’habitude d’être visité !

La fille mugie en sourdine car en pleine nuit les bruits portent ! Quelques allers retour et c’est a mon tour de beugler la plaquant sur mon ventre tout le temps que je m’épanche entre ses reins

Un long moment nous restons ainsi savourant cette partie de baise inattendue, puis ma bitte glisse naturellement hors de son tunnel

Dégrisés nous nous relavons sans échanger un mot, si, juste un ‘merci ‘ avant de nous séparer, je rejoins la tente, j’en ai oublié Sofia ! très doucement je me glisse prés d’elle sa respiration est lente, régulière, elle est nue sur le duvet ses seins dessinent deux monts dans l’obscurité

Soudain sa main saisie la mienne pour la poser sur son mont de vénus

  - Caresse moi chéri, écarte moi la chatte, enfonce tes doigts au diable les ours j’ai envie que tu me fasses l’amour, j’ai pris des précautions pour le duvet….Et tant pis pour les taches, je t’aime …….BAISE MOI

AIE ! Que dois-je comprendre ? Nous aurait elle entendus ? Quoi qu’il en soit je me hisse sur elle prenant appuis de mes mains et de mes genoux délicatement je tète comme un nouveau né, il faut que je meuble en attendant que mon érection soit satisfaisante, ma queue frotte sur sa fente rougie j’embrasse tendrement ma chérie ….

  - Tu sent l’amour ……ta queue aussi ?

Diffuse en direct !
Regarder son live