Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 356 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Dans la pénombre

Chapitre unique

Hétéro

Elle est allongée dans la pénombre de cette chambre, sur le lit aux draps sombres. Son corps blanc resplendit. Je prends le temps de la regarder, elle se cache les seins, les jambes repliées mais pas écartées, comme pour se réserver encore un petit moment de pudeur. Astrid est assise sur le côté dans le fauteuil crapaud recouvert de tissus rouge. Elle est nue elle aussi et nous regarde. Je suis très excité de cette situation. J’ai pris le temps de la regarder, je me suis approché, j’ai posé mes mains sur ses genoux et les ai écartés. Je me suis alors allongé, le visage presque à toucher son sexe, je l’ai senti sans le toucher, plusieurs secondes. Elle a gémit imperceptiblement.

 

Mes doigts ont écarté ses lèvres pour me permettre de prendre encore plus possession de son sexe. Je prends le temps de m’emplir de son odeur, elle est douce et terriblement excitante. J’applique le plat de ma langue sur une zone le plus large possible et je remonte doucement. Le premier contact avec son sexe aura été avec ma bouche. Ma langue en remontant écarte les lèvres et s’immisce à l’intérieur. Déjà, elle est prête, liquide. J’ai pris le temps de la faire languir. 

 

 

Ma langue s’approche maintenant du clitoris que j’évite afin de faire encore un peu durer l’attente. Je sens qu’elle se tend encore. Ses mains sont toujours sur ses seins. Je reprends ma caresse en plaquant à nouveau ma langue à la base de son sexe, et je remonte à nouveau. Elle frémit et j’entends à nouveau un faible gémissement. Astrid a quitté son fauteuil et est derrière moi, à cheval sur une de mes cuisses, elle me caresse les fesses. Cette fois, je n’évite pas le clitoris et je passe ma langue sur la pointe, tout doucement, très doucement. Elle frémit, tout son corps frémit, des petits tremblements rapides. Ma langue continue son parcours, elle tourne maintenant autour du clitoris, revient dessus, descend goûter l’intérieur du sexe, remonte lécher le petit organe érectile. Astrid me caresse toujours les fesses. Je lèche avec un peu plus d’entrain, un peu moins de douceur. Le bassin d’Emma monte légèrement au passage de ma langue. Je la sens prête à ouvrir les vannes. Son sexe est trempé. Mon plaisir est indescriptible, ma queue dure et coincée semble avancer au rythme des pulsations de mon coeur. Ma langue redescends une nouvelle fois, je sens une main se poser sur ma tête. Le temps n’est plus à la retenue. J’applique ma langue avec un peu plus de force et je vais directement sur le petit bouton que j’écrase et que je fais aller et venir d’un côté et de l’autre comme si je le masturbais. La main sur ma tête appuie de plus en plus franchement et c’est tout juste si j’arrive à reprendre un peu d’air pour respirer. Les mains d’Astrid se font elles aussi plus fortes et plus invasives. Toujours à cheval, je la sens frotter son sexe sur ma cuisse. L’orgasme d’Emma arrive, je le sens, je suis heureux. Le bassin monte d’un coup, elle gémit doucement puis m’enserre violemment la tête entre ses cuisses, je ne peux plus bouger, seule ma langue continue à s’agiter frénétiquement au rythme des spasmes d’Emma. 

 

Cette étreinte dure un long moment, jusqu’à ce que l’étau de desserre, je continue de lécher doucement pour accompagner le retour au calme, je suis enduit du plaisir d’Emma. Astrid a lâché mes fesses, est descendue de son cheval, s’est trainée, à genoux, jusqu’à Emma, a enfoui son visage dans son cou et la couvre de baisers délicieux. On s’allonge chacun d’un côté d’Emma, elle sourit aux anges, mon sexe est au bord de l’explosion, celui d’Astrid surement aussi car sa main est dessus comme une protection. 

 

Le calme de la chambre est doux. Je me masturbe doucement, Astrid aussi, je vois ses doigts bouger. Je jouis sur mon ventre, Astrid s’est tendue, sans bruit, Emma sourit toujours.

Diffuse en direct !
Regarder son live