Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 866 fois
  • 98 J'aime
  • 36 Commentaires

Danse avec moi, mon ange

Chapitre unique

Histoire médaillée
Avec plusieurs femmes

Un homme, dans ses vieux jours, se rappelle à l’envie de la belle ballerine, croisée ce vendredi. Elle, dans la fleur de l’âge que l’on dit de raison, se souvient de ce brave qui remit son chausson. À la prochaine séance, elle revoit ce garçon. Il l’invite à une danse, pourquoi dirait-elle non ? Le vieil homme, bon danseur, dans ses bras, l’initie à la plus vieille des danses et la fille est ravie.


Quelques années plus tard, la jeune fille grandit et apprend, sans chaussons, ce qu’une danse signifie. Elle questionne ses amis mais elle garde le silence car si Maman l’apprend, elle punira sa danse. Parfois, elle le revoit. Le vieil homme lui sourit, jusqu’au jour où sa maman, en pleurant, lui confie :


— Le mari d’Anne est mort. On ira, vendredi, enterrer ce cœur d’or qu’était l’homme de sa vie.


Aux funérailles, de louanges, on couvre celui parti trop tôt. Pour beaucoup, son courage fait de lui un héros. Il ne fut pas parfait. Ses défauts furent foison mais il savait crier : Liberté d’expression !


Lola, impressionnée, pousse fière, d’un seul cri :


— J’ai dansé avec lui !


Ils regardent et sourient.


— Excusez-la, dit sa maman, honteuse et gênée.

— Qu’elle est mignonne, dit Anne, pardonnant volontiers.


On pardonne à la fille sa gaieté enfantine.


— Tu sais pas quand te taire ! gronde plus tard sa mère.


Les années passent et elle comprend qu’il n’est pas bon de se vanter, d’avoir eu jeune, un vieux monsieur avec lequel on a dansé. Au printemps de sa vie, quand vient l’adolescence, son corps se transforme. La danse devient souffrance.


À Lola, on demande :


— Qu’y-a-t-il, ma chérie ?


À fleur de peau, elle dit :


— Rien, je suis trop sensible.

— Calme-toi, ça va aller, lui dit-on.


Elle pense :


— Non, ça n’ira jamais. Mes maux sont indicibles. Comment pourrais-je soigner, ce que je ne peux nommer ?


Lola abandonne la danse et beaucoup d’autres choses.


Plus tard, elle voit un psy. Elle ne s’était jamais confiée. Quelques séances, elle prend confiance, et elle s’essaye à formuler :


— Je portais mon justaucorps et un masque de licorne. Il me regarda d’un sourire triste alors je dis, tout simplement : Qu’est-ce qui vous rend triste ? Rien, je pense au passé : à ce que j’ai pas eu et à ce que tu es, répondit-il.

— Tout ne rime pas dans ce que vous dites. Reformulez, s’il-vous-plaît.


Une boule dans la gorge, elle réessaie :


— Je portais mon justaucorps et un masque de licorne. Il me prit dans ses bras, alors je dis, tout simplement : Pourquoi me prenez-vous ? Il répondit : Pour une charmante et belle personne qui mérite de l’amour. Viens par là, je vais t’apprendre ce que c’est que l’amour.

— Vous êtes confuse. Faites un effort. Une fois encore, s’il-vous-plaît.


Les larmes coulent. Elle vacille. Elle bégaie, exténuée :


— Je ne portais pas mon justaucorps ! Mon masque de licorne s’était brisé ! Il m’a prise par derrière. Je n’ai rien dit et il l’a fait.


Elle l’a dit. Il conclut :


— C’est très bien. Nous nous voyons vendredi.


***


Elle maudit plusieurs fois, le jour où elle ouvrit sa plaie. Aujourd’hui, c’est vendredi, plus tard de trois ou quatre années : Elle va toujours chez son psy, mais elle a envie d’arrêter. Sa famille est inquiète : la jeune fille est solitaire.


— Quand trouveras-tu un garçon ? lui demande sa mère.


Lola considère la demande. Elle pourrait bien avoir raison, et si elle trouvait son salut en se trouvant un garçon ? Elle n’en parle pas à son psy et arrête de le voir. Elle se débrouillera seule, pense-t-elle avec espoir.


Elle fait la rencontre de Tom. Ce n’est pas un très bel homme mais il a une situation et fait de gentilles attentions. Il n’est pas un bon coup non plus mais comme elle ne l’a pas connu, le plaisir ne lui manque pas, quand il pénètre ses voies.


La voix lui manque, pour qualifier ce qu’est sa sexualité. Elle cauchemarde toutes les nuits. Il la réconforte dans leur lit. Dans la douleur, elle danse encore, mais elle accepte son effort. Elle l’aime et elle est résignée : elle souffrira à tout jamais.


— Je suis contente pour votre mariage ! lui dit sa mère que ça soulage.


Elle hoche la tête. Elle est contente. Sa maman est satisfaite. Il ne lui reste plus qu’elle enfante et sa vie sera parfaite.


Un accouchement plus tard, il est né une petite fille. Elle veut apprendre à danser comme sa maman l’avait fait. Maman sourit. Elle est heureuse.


— Bien sûr, mon ange, lui dit-elle.


Elle achète des ballerines et une robe en dentelle. Les semaines passent. Sa fille est douée. Elle l’inscrit dans une école. Pour le spectacle de fin d’année, elle met un masque de licorne.


Elle répète pour le prochain avec le professeur Martin. C’est l’habitude du Lundi et sa maman en est ravie. Un jour, après le cours du soir, sa fille, calme, vient la voir :


— Maman, mon masque, il s’est brisé.

— C’est pas grave, on va recoller.


***


Le temps passe et l’enfant calme grandit comme sa maman mais les mœurs évoluent. Ils parlent, le temps passant. Ils apprennent leurs silences et leurs blessures partagées. Ils maudissent leur silence et s’engagent à le briser.


À un groupe de parole, la maman ose parler. Elle témoigne et révèle sa terrible vérité :


— J’ai aimé son contact. J’ai aimé sa chaleur. Cet enfant innocent, j’aurais voulu qu’il pleure, qu’il ai su que c’est grave pour le dire à maman, pour que justice soit faite avant l’enterrement. La douleur vint après quand j’ai réalisé, quel dommage il fit à ma sexualité. Ado, je le haïs, l’enfant qui a aimé ce pour quoi ce salop ne fut pas inquiété. À mes yeux responsable, je graciais mon bourreau et me tenais coupable qu’il soit mort en héros. Aujourd’hui j’ai nommé bombe à retardement ce qu’il a enfoncé dans mon corps d’enfant, nommé, artificier, le vieillard terroriste, et, réhabilité, l’enfant que j’ai battu. Comment pouvais-je savoir, quelle peine peut le plaisir, injectant dans mes veines un supplice à venir ? Comment pouvais-je savoir, que le soixante-huitard, aurait raison de mon enfance et construirait ma souffrance ? Le plaisir des victimes, qui reporte la haine, est une cause tabou de souffrances insoupçonnées. Née dans le mauvais camp, la honte nous enchaîne et reporte l’instant où le crime est nommé. Il est courant qu’on suppose que ça doit faire mal et ça incite sûrement des victimes à se taire. Parlez à vos enfants. Je regrette de ne pas l’avoir fait. Et dites-leur qu’un adulte n’a sur eux aucun droit, à jamais, de danser.

Diffuse en direct !
Regarder son live